Dr Swami Hridayananda Mataji : A quoi ça sert ?


17 Aug 2011

(1ère édition en anglais: « What’s the point…? » 1983)

INTRODUCTION

Nous vivons à une époque où tout va à une vitesse folle. Il devient de plus en plus difficile de suivre le rythme de la vie. Il nous faut de temps en temps nous arrêter pour souffler un peu et comprendre ce qui se passe autour de nous et en nous.

Swami Sivananda Hridayananda Mataji était un chirurgien ophtalmologiste avant de se consacrera la vie spirituelle. Mariée à un médecin, elle était mère de 3 enfants. Elle est donc venue à la vie monastique avec une connaissance du monde directe et profonde, ce qui lui permet de communiquer sa grande sagesse d’une façon accessible à tous. Elle est ce dont elle parle. Elle met tout ce qu’elle dit en pratique dans sa vie de tous les jours.

Dans ce précieux petit livre, Mataji aborde successivement les aspects les plus importants de la vie moderne au XXème siècle en revenant sans cesse au même point, le point culminant qu’est la méditation, l’immobilité du mental. Mataji nous montre d’une façon pratique qu’il nous faut vivre dans ce monde. Il n’y a pas d’échappatoire possible, et même si nous nous ôtons la vie, cela ne résoudra en rien nos problèmes mais au contraire les aggravera. Mataji parle de liberté, non pas de la liberté à bon marché qui apporte une paix éphémère, non pas des paradis artificiels de la drogue, mais de la liberté qui nait d’une compréhension et d’une prise de conscience profonde de ce que nous sommes, de notre identité véritable.

Mataji a aussi l’avantage de bien connaître les problèmes auxquels les Occidentaux se trouvent confrontés de par la structure même de la société car elle vit en Occident depuis de nombreuses années. Toutefois elle ne cesse d’insister sur le fait que nous devons comprendre que nous sommes tous reliés les uns aux autres, que nous sommes tous une parcelle de cette Conscience Absolue Infinie et que c’est précisément lorsque nous oublions cela que nous créons tous les problèmes de notre vie.

***

1. A QUOI ÇA SERT DE VIVRE ?

L’idée que l’on se fait de la raison de vivre varie selon les individus. Personne ne sait exactement pourquoi il vit. Voyons donc s’il y a une raison. On peut trouver plusieurs raisons, mais peut-on les réduire à une seule explication de la vie.

J’ai posé cette question à de nombreuses personnes et me suis aperçue que ceux qui ont du bon temps, une vie facile sans trop de difficultés, disent que la vie est faite pour le plaisir. Ceux qui ont toutes sortes d’ennuis et de problèmes disent qu’ils ne savent pas pourquoi ils vivent; ils vivent, c’est tout, parce qu’ils ne peuvent pas faire autrement.

Voyons quels sont les principaux désirs éprouvés pendant la vie, ceux qui sont communs à tous. Un sentiment tout à fait partagé, c’est le refus de la mort. Un lépreux qui a perdu plusieurs doigts, une partie de son nez, qui est gravement défiguré, ne veut quand même pas mourir. Il veut continuer à vivre. Il ya des gens qui disent « Seigneur faites que je meure, ma vie est trop difficile », mais quand arrive le moment où ils risquent effectivement de mourir, qu’ils soient sérieusement malades ou qu’ils aient eu un accident, alors ils luttent pour rester en vie.

Certains, parce qu’ils sont trop malheureux, essaient de se suicider. Ils peuvent tenter de se noyer ou de se pendre, mais, invariablement, s’ils savent nager ils regagneront le rivage à la nage ou bien se raccrocheront à quelque chose lorsqu’ils seront sur le point de mourir par pendaison. C’est la raison pour laquelle la plupart des gens qui ont vraiment l’intention de se pendre montent sur quelque chose qu’ils repoussent du pied afin de ne pouvoir se retenir à rien.

Je pense donc que le plaisir le plus partagé est celui de vivre. Tout le monde veut exister. Personne ne veut mettre fin a son existence. Pourquoi? Comment se fait-il qu’en dépit de toutes ses souffrances, tous ses problèmes, on veuille continuer à exister? Si vous réfléchissez profondément à cette question, vous vous apercevrez que l’existence éternelle est notre nature essentielle.

Les gens ne savent pas cela consciemment. Ils savent seulement que l’on a un corps, que l’on meurt et qu’après la mort le corps est enterré ou incinéré. Ils ne savent pas qu’il y a une existence éternelle. Cependant, inconsciemment, cette connaissance est là, en eux. IL y a une lutte pour continuer à exister parce que nous sommes l’existence même. Nous sommes quelque chose qui ne peut pas être détruit. Notre corps peut être détruit, notre mental et la partie subtile de notre mental, l’intellect, peuvent être détruits, mais il y a quelque chose au-delà de tout cela qui ne pourra jamais être détruit, qui continuera toujours à exister.

Cette vague notion est en chacun. On ne sait pas qu’il y a ce quelque chose qui ne mourra jamais, que l’existence ultime et éternelle ne peut mourir, aussi croit-on être mu par le désir de garder le corps physique en vie: le désir de persister éternellement au niveau ultime s’exprime extérieurement comme un effort pour conserver le corps. Seuls ceux qui connaissent l’existence éternelle ne sont pas affectés par l’existence physique. Pour eux le corps n’est rien d’autre qu’un vêtement.

Lorsque vous avez un vêtement, aussi beau et aussi utile qu’il soit, vous le jetez et le remplacez par un autre quand il est devenu usé, déchiré et sale. En jetant un vêtement et en en mettant un autre, « vous » ne changez pas. « Vous » restez le même. De la même façon nous avons quelque chose qui ne mourra jamais. C’est cela qui revêt le corps physique, exactement comme nous mettons un vêtement. L’essence éternelle demeure la même, elle ne change jamais, elle ne meurt jamais, seuls le vêtement extérieur -le corps physique- ainsi que le mental (qui lui aussi est extérieur à cette conscience intérieure) changent et meurent ou sont détruits.

Une fois que vous avez compris cette vérité, pas intellectuellement mais effectivement, alors vous savez ce qu’est cette existence. Alors vous n’aurez plus jamais peur de la mort; vous êtes prêts à mourir n’importe quand sans crainte.

J’ai vu des gens qui avaient atteint cet état. Quand ils savent qu’ils sont sur le point de mourir, ils demandent à être mis dans une position assise, ils disent calmement qu’ils vont quitter leur corps physique, et, sans se débattre aucunement, ils quittent leur corps, tout simplement. Cela parce qu’ils sont pleinement conscients de la présence de cette Conscience Éternelle.

Atteindre ce degré de conscience n’est pas réservé à quelques uns. C’est possible pour tous, à condition de faire les efforts nécessaires pour y arriver. Une fois cet état atteint, il y a existence éternelle, et donc plus aucune crainte. Dans cet état l’on comprend pleinement le pourquoi de la vie. Jusque là il nous semblait vivre pour telle ou telle raison. Mais toutes les raisons que nous pouvons trouver à la vie désignent un seul point ultime dont l’homme n’est pas conscient et qui est que tous nous aspirons à la Vie Éternelle.

Un autre aspect décelable en tout le monde ou presque, c’est que l’on veut en savoir davantage à propos de tout. Cela se manifeste dès l’enfance par toutes sortes de questions. Pourquoi? Pourquoi c’est arrivé? A quoi ça sert? Les enfants ne cessent de demander pourquoi? pourquoi? Ils posent beaucoup plus de questions que les adultes. Les adultes acceptent les choses aveuglément. Enfant, on veut en savoir toujours davantage à propos de tout.

Le troisième aspect est que personne ne veut souffrir. On veut vivre sans cesse dans la félicité; on veut connaître un bonheur perpétuel. On rejette ce qui dans la vie est désagréable; on rejette tout ce qui n’apporte pas de satisfaction à l’ego. On s’accroche à ce qui est source de plaisir parce que l’on fonctionne ordinairement au niveau du plaisir et de la souffrance.

Ces trois aspects que je viens de mentionner sont présents à notre niveau de Conscience Ultime. La nature de ce niveau de Conscience Ultime est Existence Absolue, Connaissance Absolue et Félicité Absolue, c’est à dire SAT-CHIT-ANANDA en sanskrit. Ce sont les aspects que nous appelons Dieu. Quand nous disons Dieu, nous ne parlons pas d’une forme particulière, nous parlons de cette Conscience Universelle, cette Conscience Infinie qui est Omniprésente, Omnisciente et Omnipotente qui est la Conscience. Lorsque nous manifestons dans notre vie ces trois aspects, c’est en fait une manifestation de notre conscience intérieure. Nous recherchons en réalité cet État de Perfection, mais en nous fondant sur cette existence finie et limitée au lieu de l’infini illimité.

Tout le monde veut la liberté, même un enfant qui n’aime pas se voir interdire quelque chose. Tout le monde lutte pour être libre. Un être humain ordinaire croit que la liberté c’est d’être libre de faire tout ce qu’on veut. Mais ce n’est pas la liberté. La liberté, c’est de dépasser ce qui vous lie, de dépasser ce qui vous limite. En réalité, nous sommes la Conscience Illimitée. Nous ne sommes pas limités à ce corps. C’est le mental qui nous fait croire que nous sommes limités à ce corps. Quand le mental fonctionne, on dit « je suis un tel » et l’on pense être cantonné dans ce corps. Mais ce sentiment de limitation disparaît dans l’expérience que l’on fait tous les jours, aussi banale soit-elle, je veux dire l’état de sommeil profond. Alors, il n’existe plus de limitation. Ceci est un autre aspect de la Conscience Infinie: elle n’a pas de limitation. C’est un cercle sans circonférence dont le centre est partout. Elle est illimitée et c’est cela que nous sommes. En ce moment précis nous sommes cette Conscience Infinie, Illimitée.

Malheureusement, on voit à travers son mental, à travers ses sens, et l’on croit que l’on est limité. Indirectement, on essaie de prendre conscience de ce que l’on est par essence. Il est regrettable que personne ne sache qui il est. Vous devez savoir qui vous êtes. Tout le monde dit « moi », « je », mais qui est ce « je »? C’est ce « je » qui souffre ou qui se réjouit dans ce monde. Quand la vie vous apporte des plaisirs, vous êtes plein de joie; quand ce sont des chagrins, vous êtes complètement abattu; et votre vie se passe à osciller d’un pôle à l’autre. Ce n’est pas un état très confortable. Ce que vous voulez, c’est la paix éternelle, la liberté éternelle, la connaissance éternelle et absolue. Vous voulez exister éternellement. C’est cela que chacun cherche en réalité, mais sans le savoir. Et tant que vous ne l’aurez pas trouvé, vous continuerez à vous débattre et à vivre dans l’agitation.

Observez une rivière. Elle coule, coule, jamais en repos. Quand donc son cours s’arrête-t-il? Quand la rivière atteint la mer. Là elle est enfin tranquille. Observez une pierre que l’on jette en l’air. Elle ne cesse d’être en mouvement que lorsqu’elle retombe à terre, sa place naturelle. Si vous vous débattez ainsi dans la vie, c’est parce que vous ne vivez pas dans votre état naturel. Vous vivez avec une conception erronée de vous même. Vous ne savez pas ce que vous êtes en réalité. Et vous luttez sans cesse, à votre insu, pour découvrir ce que vous êtes, qui vous êtes. Vous voulez être dans votre état naturel, votre état originel. L’état originel dont nous sommes tous issus, le substratum, car ce substratum est le même pour tous: c’est la Conscience Infinie, Omniprésente, Omnipotente et Omnisciente – SATCHITANANDA.

Selon le Christ, le Royaume des Cieux est en chacun de nous. C’est l’enseignement de base dans le monde chrétien. Mais vous remarquerez qu’il n’a jamais été dit que ce Royaume des Cieux est seulement en certaines personnes, ou en une personne en particulier, et pas en d’autres. Que vous soyez riche ou pauvre, instruit ou pas, que vous soyez un adulte ou un enfant, un homme ou une femme, le Royaume des Cieux est en vous. Il est en tous sans exception.

Que signifie exactement ce Royaume des Cieux? A partir du moment où vous utilisez le mot cieux, cela désigne un état totalement dénué de souffrance ou seule règne la paix. Nous sommes en réalité cette existence paisible et sereine. Existence pleine de la connaissance issue du niveau de conscience le plus profond qu’on appelle sagesse. C’est ce que nous sommes par essence; or extérieurement nous nous conduisons exactement à l’inverse de cette Vérité. La raison pour laquelle nous vivons, c’est de découvrir ce niveau Ultime de notre conscience.

Quelque chose vous rend heureux et vous essayez de vous accrocher à ce bonheur. Mais que se passe-t-il? vous changez, et ce qui vous rend heureux change aussi. Comment donc pouvez-vous trouver un bonheur constant dans ces conditions? Tout change en ce monde, y compris vous. Pourquoi, en conséquence, compter sur de tels facteurs pour trouver bonheur et paix? Il est impossible qu’ils vous donnent jamais une paix permanente. Mais en même temps vous vivez, vous ne pouvez pas échapper à la vie. Vous devez vivre pleinement, vous devez vivre pour que votre vie ait un sens. Le but de votre vie, c’est justement cela.

Qu’est-ce qui amène quelqu’un à demander « A quoi ça sert de vivre? ». Certainement ce sont les difficultés de la vie. Rien ne semble aller comme on voudrait. Sinon on ne se demanderait pas à quoi ça sert de vivre. Si la joie régnait partout et toujours, cette question ne se poserait jamais… On dirait simplement que la vie est faite pour le plaisir et que donc on jouit de la vie. Mais ce n’est pas vrai. Tant que vous vivrez en ce monde, tant que vous aurez un corps humain, vous passerez par des moments de joie et de souffrance parce que toute la création est faite de positif et de négatif. Vous ne pouvez pas changer la création, vous ne pouvez que vous changer vous-même. Mais avant d’effectuer ce changement, il vous faut comprendre les choses correctement, puis apprendre à accepter la situation dans laquelle vous êtes placé. Seulement alors pourrez-vous aller au point Ultime, but de votre existence. Vous ne pouvez pas mettre fin a votre vie. Ce n’est pas la solution et cela ne vous apporterait pas la liberté que vous cherchez parce que la mort n’est que l’abandon du corps physique. Vous n’êtes pas le corps physique, vous avez aussi le corps subtil, qui ne peut être vu avec vos sens. Ce corps subtil emporte avec lui au moment de la mort toutes les impressions mentales qui se sont formées pendant que le corps physique était en vie.

Lorsque vous êtes vivant, toute pensée que vous avez forme immédiatement une impression dans votre subconscient. Vous n’avez pas le choix. Vous ne pouvez pas dire « je veux seulement ces impressions-ci, je ne veux pas celles-là ». Tout ce qui se passe s’imprime dans votre esprit, si bien que vous avez des couches et des couches d’impressions. Vous avez les impressions des désirs que vous n’avez pas été capable de réaliser, vous avez les impressions de la cruauté que vous avez infligée aux autres, vous avez les impressions de la joie que vous avez fait naître chez les autres; toutes sortes d’impressions se trouvent dans le subconscient.

Lorsque le corps physique est abandonné, le corps subtil emporte toutes les impressions avec lui. Quand vous pensez à ces impressions, n’allez pas croire qu’elles sont statiques. Les vibrations sont si subtiles et leur fréquence si haute que les impressions semblent être statiques, tout comme les ailettes d’un ventilateur paraissent statiques lorsqu’elles tournent très vite.

Il y a une Loi Cosmique à l’œuvre qui est semblable à la loi physique: toute action à une réaction égale et opposée. Cette loi s’applique aussi au domaine du mental. Toute pensée (qui est une action) a une réaction. Dès qu’une action est entreprise elle contient déjà en elle la réaction. Par exemple si vous envoyez une balle de tennis contre le mur, elle reviendra vers vous à la vitesse à laquelle vous l’avez envoyée. Vous n’avez pas demandé à la balle de revenir, le mur ne vous l’a pas renvoyée. C’est une réaction automatique. De la même façon toute action a une réaction.

Pourquoi cette Loi Cosmique d’action et de réaction? Dans toute la création il y a une correspondance entre le positif et le négatif et cet équilibre doit être maintenu. Quand le négatif augmente, il doit être neutralisé par une réaction. D’où vient cette réaction? Des impressions subconscientes. Les vibrations du subconscient ont la propriété d’attirer les cinq éléments dont est composé le corps -la terre, l’eau, le feu l’air et l’éther- comme un aimant attire la limaille de fer. Ces cinq éléments sont attirés selon les vibrations qui sont créées. Les vibrations de chacun dépendent du type d’impressions formées dans la vie antérieure. C’est pourquoi les gens naissent avec différents types de corps et dans différentes conditions. Tout cela dépend du type de vibrations que vous avez créées dans votre vie antérieure: ces impressions sont dans votre subconscient et elles s’assemblent au moment de la conception suivant un certain schéma qui forme la personnalité avec toutes ses caractéristiques propres etc.

Tout dans l’univers est en évolution. Tout tend vers un état supérieur. Tout s’efforce d’atteindre son niveau originel. La plupart d’entre vous croient que nous venons de Dieu et retournerons à Dieu. Cela signifie que nous sommes issus de cette Conscience Ultime. La suprême évolution est quand nous atteignons à nouveau ce niveau Absolu. Tout tend vers ce niveau. L’herbe essaie de devenir plante, la plante essaie de devenir arbre etc.; ainsi tout essaie d’atteindre cet état supérieur Ultime.

Jusqu’au niveau humain ce processus est automatique. Cela prend le temps qu’il faut. Il n’y a pas d’accélération possible. Mais quand on arrive au niveau humain, on jouit d’une faculté merveilleuse qui est l’apanage de l’homme: le pouvoir de discrimination. Sans lui nous ne pourrions pas discuter de ces choses en ce moment-même! En nous servant de ce pouvoir de discrimination nous pouvons accélérer notre évolution par notre propre effort.

Ce qui est enseigné dans la Bible est identique à ce que nous disons ici. « Aime ton prochain comme toi-même ». On ne vous demande pas seulement d’aimer votre prochain, mais de l’aimer comme vous-même. Qu’est-ce que cela signifie?

Suffit-il de penser « je vous aime parce que vous êtes comme moi »? Cela reste sans effet. Le Royaume des Cieux est en vous et en votre prochain. Vous êtes donc mutuellement liés par ce substratum, le Royaume des Cieux, qui est indissociable de la Conscience Ultime, de Dieu. Nous sommes tous reliés les uns aux autres par cette Conscience. Que nous soyons noir ou blanc, petit ou grand, c’est égal. Que cela vous plaise ou non, nous sommes tous reliés les uns aux autres. Votre prochain n’est pas l’individu distinct de vous que vous percevez par vos organes des sens mais il fait partie de vous. Cela doit être compris très clairement. Comprenez-le d’abord avec votre intellect, puis expérimentez-le par un certain mode de vie, une certaine pratique. C’est possible.

« Cherchez d’abord le Royaume des Cieux et tout le reste vous sera donné par surcroît ». Cela signifie que lorsque vous avez atteint ce niveau de Conscience Ultime que je vous ai décrit, vous êtes comblé. Vous trouvez là tout ce que vous cherchiez avec tant d’efforts. Lorsque vous prenez conscience de votre propre « soi » intérieur (puisqu’il est identique à cette Conscience), alors vous avez le sentiment de tout avoir.

Imaginez cet état où vous êtes absolument libre, vous vous sentez tout-puissants, vous êtes rempli de félicité, vous avez toute la sagesse et vous possédez la vie éternelle. Que vouloir de plus? Il vous semble que tous les désirs sont réalisés. C’est le manque de conscience de cela qui crée tous les désirs en vous. Vous vous imaginez qu’en réalisant tous ces désirs, vous atteindrez cet état, mais vous vous apercevez qu’au contraire vous vous en éloignez de plus en plus. Cette vie terrestre nous est donnée pour arriver à cet état. Même si vous êtes la personne la plus sincère qui soit et que vous vous efforciez de mener une vie parfaite selon les commandements de la Bible ou toute autre écriture sacrée, vous ne serez pas pour autant délivrés de la souffrance.

Il est très important de comprendre pourquoi il vous faudra quand même souffrir. Beaucoup de gens disent « Ma vie est irréprochable, je pratique la charité, je ne comprends pas pourquoi je souffre ainsi ». Cela paraît injuste. Mais dans la philosophie indienne, nous disons qu’il n’y a pas d’injustice sur terre. Tout ce qui arrive dans la vie a un sens précis. Comme je vous l’ai dit, il y a des impressions négatives accumulées dans votre subconscient (tout ce qui fait obstacle a votre évolution est négatif; tout ce qui y contribue est positif). Au niveau universel, au niveau de la conscience intérieure, il n’y a qu’unité, il n’y a pas d’ego individuel, il n’y a pas d’égoïsme. Tout ce qui arrive est pour le bien de tous. Mais quand le niveau individuel commence à se manifester, c’est aussi le commencement de l’égoïsme et l’on accomplit des actions mauvaises. Souvent on accomplit certaines actions, même en sachant qu’elles sont mauvaises, simplement pour se faire plaisir. Cela veut dire que l’on va à l’encontre de la Loi Cosmique. On fait quelque chose de mal et donc il faut que ce soit neutralisé, sinon il y a blocage dans l’évolution. C’est la raison pour laquelle certaines souffrances se produisent dans votre vie.

C’est exactement comme une opération chirurgicale. Vous acceptez que votre enfant subisse une grave opération non pas parce que vous voulez que votre enfant souffre mais parce que vous savez qu’en étant opéré, votre enfant guérira de sa maladie. Lorsque l’enfant souffre, vous souffrez avec lui. Mais comme vous savez que cela rétablira la santé de votre enfant, vous êtes prêt à souffrir. De la même façon cette Conscience Ultime qui est tout amour veut le bonheur de toute la création. Quel est le plus grand bonheur? C’est d’atteindre cet état exempt de souffrance, c’est de prendre conscience de ce niveau de conscience Ultime, de Dieu qui est en nous.

Ces impressions subconscientes que vous avez accumulées y font obstacle, aussi certaines souffrances se produisent-elles dans votre vie pour les neutraliser. Vous devez apprendre à accepter les situations dans lesquelles la vie vous place. Je ne veux pas dire que vous devez devenir fataliste, ni que vous ne devez rien faire pour mettre fin à vos souffrances sous prétexte que tel est votre destin et que donc il vous faut souffrir. Ce que je veux dire c’est que vous devez vous servir de votre pouvoir de discrimination pour essayer de mettre fin a vos souffrances; mais lorsque vous vous apercevez qu’en dépit de tous vos efforts, la souffrance persiste, que vous ne pouvez plus rien changer, c’est alors que vous devez accepter et vous résigner -comme pour l’opération chirurgicale.

De la même façon que vous ne vous soumettriez pas à une opération sans anesthésie, de même, afin de ne pas sentir la douleur causée par l’inévitable souffrance en ce monde, vous devez aller à un niveau plus profond au-delà de la douleur et de la souffrance. Nous avons en nous la capacité de transcender par la prière et la méditation le niveau de conscience où  la douleur se manifeste. Nous pouvons élever notre conscience et ne plus être affecté par la souffrance. Même si certaines expériences désagréables continuent à se produire, elles n’auront plus d’impact sur nous, nous resterons sereins. Cela est très important.

Quand vous êtes agité, votre mental produit sans cesse des fluctuations et avec un tel mental vous ne pouvez pas entrer en méditation, et si vous ne pouvez pas atteindre l’état de méditation vous ne pouvez pas prendre conscience de vous-même.

Comprenez-vous maintenant pourquoi nous vivons? En dépit de tout, la vie a un sens car il nous est possible d’atteindre le Bonheur Suprême. C’est cela le sens de la vie. Toutes les expériences auxquelles nous sommes soumis ont pour but de nous conduire à cet ultime état de Félicité.

Vous devez réfléchir à cela et le comprendre, puis faire ce qui est nécessaire pour atteindre cet état. Il est important de mettre en pratique; une compréhension intellectuelle ne suffit pas.

Alors vous découvrirez vraiment à quoi ça sert de vivre.

2. A QUOI ÇA SERT DE SE MARIER ET D’AVOIR DES ENFANTS?

Pourquoi éprouve-t-on le besoin de se marier et d’avoir des enfants? La plupart des gens à qui j’ai posé cette question semblent penser qu’avec une famille autour d’eux, ils se sentiront moins seuls.

Faisons le tour de la question, d’abord du point de vue de l’individu, puis du point de vue Ultime.

Il est exact que l’on se sent seul dans la vie. La solitude est l’un des sujets de plainte les plus répandus chez la plupart des gens. IL nous faut donc découvrir pourquoi on est seul. Si vous observez les choses avec beaucoup d’attention, vous vous apercevrez qu’on peut éprouver un sentiment de solitude même au sein d’une famille. Même entourés de toute votre famille vous pouvez néanmoins vous sentir seuls. La famille ne remplit pas toujours cette solitude. Il nous faut donc trouver pourquoi on se sent seul, ce qui nous manque. Si vivre avec quelqu’un compensait la solitude, alors le sentiment de solitude devrait bien évidemment disparaître lorsqu’on vit avec quelqu’un. Mais est-ce le cas? Généralement une personne solitaire commence à ne plus se sentir seule après avoir rencontré quelqu’un. Mais malheureusement cela ne dure pas très longtemps. Pendant quelque temps il semble que tout va bien, mais tôt ou tard on recommence à se sentir gagné par cette même solitude, on commence à penser que ce n’est plus si bien que ça -la solitude est toujours là.

Mais on ne va pas au fond des choses. On pense seulement qu’on n’a pas rencontré la personne qu’il nous fallait. On essaye de rendre son/sa partenaire responsable des problèmes qui ont surgi dans la relation. « Il y a incompatibilité d’humeur; le niveau intellectuel n’est pas le même; nous avons des tempéraments différents » – on trouve toutes sortes d’excuses. Mais comment se fait-il que tout allait si bien au début quand vous avez pris un/e partenaire ou êtes « tombé amoureux » de quelqu’un?

En Inde, il existe le système des mariages de convenance où  les parents choisissent un/e partenaire pour leurs enfants. Ici c’est vous qui choisissez votre partenaire en pensant que cette personne va vous apporter tout ce que vous espérez dans la vie, que vous connaîtrez l’amour véritable grâce à elle; sinon vous ne vous seriez pas associés, censément pour toute la vie, avec cette personne. L’idée est que les deux personnes doivent vivre ensemble jusqu’à la mort; que cela se passe effectivement ainsi ou non est une autre histoire.

Je vais droit au but. Ce qui se passe en réalité au commencement, c’est que les deux personnes sont intensément attirées l’une par l’autre. Cela peut être une attirance physique ou mentale; vous sentez que vous aimez l’autre personne et c’est un sentiment très intense. Cette intensité de sentiment focalise complètement le mental. Lorsque le mental est ainsi focalisé il est presque silencieux. Quand le mental devient presque silencieux, alors vous prenez conscience de votre Soi. Il y a quelque chose en nous qui est au-delà du mental; il y a un autre état de conscience. Mais généralement on ne s’en rend pas compte à cause des fluctuations du mental. Cependant, dans l’intensité des sentiments, le mental devient presque silencieux et alors on prend conscience de cet autre état de conscience. La nature de cet état de conscience Ultime est félicité absolue, amour absolu. Au niveau Ultime il n’y a pas de séparation et il y a connaissance de cet amour. C’est seulement quand on est au niveau superficiel du mental que l’on éprouve une séparation complète d’avec les autres.

Vous pouvez imaginer deux personnes avec des sentiments intenses, le mental de chacun des deux se centrant sur un seul point. Sans aucun effort leur mental descend profondément en elles-mêmes et un sentiment d’unité est alors éprouvé. Ce sentiment d’unité n’est possible qu’au niveau le plus profond. Parce que les gens ne savent pas comment réaliser cela, ils essaient de s’unir extérieurement, physiquement ou mentalement, en se parlant pour se rassurer mutuellement et en ayant des rapports sexuels. Mais en réalité ce qu’ils essaient d’atteindre, c’est l’unité intérieure, l’unité qui est notre nature essentielle.

Étant donné qu’il nous semble être absolument séparés les uns des autres, nous sentons inconsciemment qu’il y a quelque chose qui ne va pas, comme une anomalie. Une lutte est sans cesse livrée pour retourner à l’état naturel, et comme on ne sait pas comment aller profond en soi-même pour éprouver l’unité, on cherche à l’éprouver en rapprochant toujours plus l’un de l’autre les corps physiques. Mais il n’est pas possible de rester à jamais unis extérieurement. Les corps doivent se séparer et alors on recommence à se sentir seul.

Au début, à cause de l’intensité des sentiments, même quand il n’y a pas d’union physique, l’union intérieure existe. C’est la raison pour laquelle les deux partenaires se trouvent mutuellement parfaits pour commencer. Au début, quand on est épris l’un de l’autre, on ne remarque aucun des défauts. Tout semble merveilleux en chacun parce que l’attention n’est pas tant fixée à l’extérieur qu’à l’intérieur. Quand cette intensité de sentiments a disparu, on commence à prendre garde à l’autre physiquement, tel qu’il est, et c’est alors que l’on commence à trouver des défauts. On découvre beaucoup de choses qui ne vous étaient pas apparues auparavant. Alors commence le mécontentement, accompagné d’un sentiment de solitude, et l’on se met à chercher un/e autre partenaire. Si vous compreniez ce que vous recherchez, un tel malheur ne se produirait pas. On peut constater que l’intensité des sentiments vous fait commettre des erreurs. On peut même mettre des enfants au monde et plus tard, lorsqu’on s’aperçoit que l’on s’est trompé, cela donne lieu à toutes sortes de complications.

IL est vrai qu’il s’agit de triompher de la solitude, mais vous aurez beau vous rapprocher de quelqu’un physiquement autant qu’il est possible de le faire, cela ne vous apportera jamais un sentiment d’accomplissement. Un jour ou l’autre vous vous rendrez compte que ce n’est pas vraiment ce que vous cherchez.

Dans la vie conjugale vous essayez de trouver ce sentiment d’accomplissement en prenant conscience de votre propre Soi intérieur, ce qui revient à dire que vous essayez de trouver le Pouvoir Ultime, Dieu, parce que votre conscience intime fait partie de cette Conscience Absolue Infinie et qu’à travers cette Conscience vous êtes tous reliés les uns aux autres. Vous essayez de prendre conscience de cette unité naturelle. C’est faute de comprendre cette Vérité que surgissent tous les problèmes entre époux. On est à la recherche d’une satisfaction émotionnelle ou physique. Le Pouvoir Ultime est complètement oublié et la plupart des gens ne se doutent même pas qu’Il existe.

L’amour véritable est une attraction entre deux personnes au niveau de leur Soi intérieur. Elles veulent s’accomplir en devenant conscientes de cette unité. Tant que cela n’a pas été compris, on ne peut trouver de satisfaction réelle dans « l’amour ». Bien que vous essayiez de ne plus connaître la solitude, et parce que vous ne comprenez pas la raison de ce sentiment de solitude, vous continuez à l’éprouver même si vous avez un/e partenaire. Le mariage, c’est en réalité deux personnes cheminant ensemble vers le but Ultime de la vie. Il est exact que tout le monde passe par des périodes de solitude. Tout seul, il est très difficile d’essayer d’atteindre le but Ultime qui est de prendre conscience du Soi intérieur qui est en vous. Il y a tant de distractions dans la vie, tant d’obstacles qui extrovertissent complètement le mental. Si bien que lorsqu’il y a deux personnes ensemble elles peuvent s’aider mutuellement.

Le mariage avait autrefois un sens spirituel. Si l’un des époux oubliait son devoir spirituel, l’autre le lui rappelait ou l’encourageait. Par exemple vous pouvez prendre la décision de méditer tous les jours. Si vous vivez seul vous pouvez éprouver de la paresse, ou ne pas avoir envie de le faire, mais si vous êtes deux qui comprenez le véritable objet de la vie, alors vous pouvez vous aider mutuellement et pouvez progresser ensemble vers le but Ultime, ou vers ce point Ultime.

Pour atteindre ce point Ultime, la purification du mental est nécessaire. L’ego est trop fort et à chaque instant on essaie de le satisfaire. Dans la vie de famille beaucoup de choses peuvent vous aider à purifier votre mental. Quel que soit votre amour réciproque, vous constatez qu’il y a toujours de nombreux points nécessitant un ajustement, une adaptation. Si vous voulez que votre vie soit harmonieuse, vous devez sacrifier votre ego, le soumettre parfois au caprice de l’autre. Chacun essaie de ne pas laisser libre cours à son égoïsme et de maintenir l’harmonie. Quand vous vivez seul, vous pouvez être tenté de mal vous conduire dans la vie parce que, ce faisant, vous ne blessez personne. Mais quand vous pensez que ce que vous voulez faire risque de faire du mal à votre partenaire, cela met un frein à vos égarements.

Votre époux/se n’est pas le seul membre de la famille. Il y a aussi les enfants. Je pense que les parents ont une immense responsabilité. Ils sont responsables des futurs citoyens du monde. Ce que sont les enfants dépend beaucoup de ce que sont les parents. Les parents ont la lourde responsabilité d’élever les enfants. En faisant l’éducation de leurs enfants ils font aussi indirectement la leur. Vous ne pouvez pas dire aux enfants de ne pas faire certaines choses et les faire vous-même parce qu’alors les enfants ne vous écouteront pas. Vous devez montrer l’exemple aux enfants si vous voulez qu’ils vous obéissent. De cette façon vous pouvez contribuer à votre propre purification tout en aidant les enfants à rester dans le droit chemin. L’amour qui est tout d’abord très égocentrique s’élargit de plus en plus au fur et à mesure que l’on agit ainsi. Plus le mental est purifié, plus on s’introvertit et plus on est enclin à méditer.

Dans la méditation on se met à prendre conscience de l’unité avec les autres. L’amour qui commence par être dirigé sur vous-même s’étend à votre partenaire, puis aux enfants. Vous êtes prêt à faire de grands sacrifices pour les enfants. Vous pouvez supporter toutes sortes de désagréments pour eux, tout partager avec eux. Quand vous êtes capables d’aller de plus en plus profond, cela s’étend au-delà de la famille. Il n’est pas possible d’avoir soudain un Amour Universel. Il doit se développer peu à peu.

Tout le monde parle d’Amour Universel et de Fraternité, mais il n’est pas possible de le mettre en pratique par une décision intellectuelle; cela doit se produire, et la meilleure façon de commencer se trouve dans la famille, sinon la famille éclate.

Quand vous êtes seul, vous pouvez faire tout ce que vous voulez et très souvent vous devenez de plus en plus égocentrique. L’ego se renforce sans cesse davantage et c’est la voie ouverte à toutes sortes de problèmes. L’égoïsme est à la base de tous les problèmes de la vie.

La vie en famille est idéale pour se débarrasser de son égoïsme. Si chaque famille vivait comme il convient, la société dans son ensemble s’améliorerait car la société consiste en un certain nombre de familles. Quand la famille progresse, la société progresse aussi automatiquement, et si la société progresse, le pays progresse aussi. C’est alors que prendront fin les guerres sempiternelles. C’est la seule façon d’apporter vraiment la paix au monde. S’il y a un amour mutuel entre les pays, il y aura partage mutuel des ressources et cela mettra fin aux disparités extrêmes entre pays riches et pays pauvres.

Il est très facile d’exposer cela théoriquement et très difficile de le mettre en pratique, mais je pense qu’il est de notre devoir à chacun de faire en sorte que du moins nous apportions notre contribution personnelle autant que cela nous est possible. Si vous observez les enfants appartenant à une famille où règnent l’amour, l’esprit de sacrifice et de partage etc., vous constaterez qu’ils sont complètement différents des enfants élevés dans des familles égoïstes où il n’y a pas d’harmonie. Si vous pouviez améliorer au moins la prochaine génération, vous rendez-vous compte quel monde merveilleux ce serait?

D’un point de vue Ultime, la famille vous conduit à la réalisation de votre Soi intérieur, ce qui est la seule façon d’avoir une paix éternelle. Vous pouvez effectuer toutes sortes de réformes, vous pouvez avoir des bombes atomiques et une énorme armée équipée des armes les plus modernes, ce n’est pas cela qui amènera la paix au monde.

Après la guerre vient la paix. Mais ce n’est que pour préparer la guerre suivante et il y aura toujours des guerres. Chaque famille a un rôle à jouer pour la paix du monde. Ne croyez pas que nous puissions ne penser qu’à nous-mêmes, moi, mon mari ou ma femme, mes enfants. Non, ce n’est pas ca la vie.

La science a maintenant prouvé qu’il y a une continuité entre toutes les choses de ce monde. Tout est continu et l’on ne peut s’isoler et espérer avoir la paix tandis que d’autres sont en train de souffrir. Vous devez contribuer à propager la paix en dehors de vous-même aussi à cause de cette continuité avec toute chose.

Si le malheur existe quelque part ailleurs, cela vous affectera d’une façon ou d’une autre. Si vous êtes responsable de ce malheur, il vous reviendra et vous affectera. Comprenez tous ces aspects pratiques de la vie. Je pense que la vie familiale devrait servir à apporter la paix à vous-même et au monde.

Jadis il y avait en Inde des règles et codifications indiquant comment vivre la vie familiale, comment traiter sa femme ou son mari. Tous deux étaient considérés comme des divinités. Cela est vrai car le Divin est en chacun de nous. On était tenu de se respecter mutuellement. On devait soigner les animaux et aider les gens qui menaient une vie spirituelle. Peut-être êtes-vous nombreux ici à ne pas croire à la réincarnation, mais en Orient la plupart d’entre nous y croient et il y a certaines choses que les membres de la famille doivent faire pour aider les âmes des défunts. Il existe certains mantras dont les vibrations peuvent atteindre le plan astral et aider ainsi les âmes des défunts. Tout cela faisait partie des devoirs des chefs de famille.

Avant de se marier, ils vivaient avec un Guru, ou maître. Le maître ne leur enseignait pas seulement l’histoire, les mathématiques, les sciences et la géométrie mais aussi la philosophie de la vie et comment mener sa vie afin de trouver la paix et le bonheur.

Quand les élèves étaient sur le point de quitter leur maître pour se marier, il leur était donné des conseils sur la façon de conduire leur vie conjugale afin que puisse régner une harmonie parfaite dans leur vie de tous les jours. Ils menaient la vie indiquée en suivant toutes les règles. Les maîtres insistaient beaucoup sur le fait qu’il ne fallait pas dépenser son énergie inutilement en abusant des plaisirs sexuels. De nos jours les gens sont pires que les animaux. La nature a imposé une discipline aux animaux pour qu’ils n’abusent pas de la sexualité. Mais les êtres humains, bien que doués d’intelligence et du pouvoir de discrimination, se servent de leurs facultés de façon pervertie pour se stimuler quand le désir sexuel ne se manifeste pas naturellement. C’est le souvenir du plaisir apporté par l’acte sexuel qui les fait user de stimulants artificiels et la déperdition d’énergie qui en résulte les affaiblit de plus en plus aussi bien mentalement que physiquement. Les gens deviennent de plus en plus irritables, ils sont tendus nerveusement. C’est pourquoi dans l’Inde d’autrefois, les maîtres disaient à leurs élèves que le désir sexuel est un désir biologique qui doit être assouvi, mais justement et sans excès.

Je pense qu’en Occident également vous n’aviez jadis de rapports sexuels qu’avec vos partenaires légitimes. Vous ne connaissez que trop bien toutes les complications créées dans la vie moderne. Il est désolant de voir des familles déchirées et dispersées par manque de contrôle des désirs humains. Les gens font souvent une expérience avec quelqu’un, fabriquent un enfant, puis essaient avec un/e autre partenaire, qui a eu de son côté un enfant d’un/e premier/e partenaire. S’ils vivent ensemble, il y aura inévitablement le sentiment de « mon enfant » et « ton enfant », et les enfants auront un tel sentiment d’insécurité que toutes sortes de complexes s’ensuivront. C’est la génération de demain que vous créez! Ainsi, bien évidemment, le monde se détériore de jour en jour.

Vous, qui êtes censés être des personnes intelligentes, devez réfléchir sur toutes ces choses. Ne vivez pas uniquement pour le plaisir des sens. Servez-vous de votre faculté de discrimination et de votre intelligence et vivez le type de vie qui convient. Réalisez pleinement le sens de la vie familiale afin de pouvoir irradier joie et amour, d’abord pour vous-même, ensuite pour votre famille et enfin pour la société toute entière, et la paix finira par régner sur le monde entier.

3. A QUOI ÇA SERT DE TRAVAILLER?

Travaillez-vous juste pour gagner votre vie? Travaillez-vous juste dans votre propre intérêt? ou bien votre travail a-t-il une signification cachée plus élevée? Vous voyez des gens se tuer au travail et vous vous demandez pourquoi gaspiller ainsi son énergie en travaillant? Si vous avez tout ce qu’il vous faut, est-il nécessaire de travailler? Telles sont les questions qui viennent à l’esprit de bien des gens.

Le premier point que je veux vous faire comprendre, c’est de savoir s’il est possible de travailler pour soi tout seul. Chacun pense qu’il travaille pour lui-même, mais les autres sont impliqués dans tout travail. Prenez un commerçant par exemple. Il travaille parce qu’il veut gagner de l’argent avec son commerce. Mais est-il le seul à en tirer avantage? Non. Les gens qui lui achètent des marchandises en tirent avantage, les gens à qui il a acheté ses marchandises en tirent avantage, le propriétaire du magasin, ceux qui l’ont construit, les employés – tous ces gens en tirent, ou en ont tiré, avantage.

Vous pouvez aller encore plus loin et considérer tout ce qu’il faut dans un magasin – le papier pour les étiquettes et les emballages, l’usine où les marchandises sont fabriquées, tout ce qui est dans le magasin vient de quelque part et a profité à beaucoup de gens à un moment ou à un autre. Je vous montre tout ceci pour vous faire comprendre que vous ne travaillez pas pour vous seul. Il est impossible de vivre isolé comme si l’on était une Ile. C’est la vérité fondamentale, mais les gens ne le comprennent pas. C’est ici que commencent les ennuis.

Il y a trois types distincts d’énergie qui pénètrent l’univers tout entier. C’est parce que vous êtes soumis à leur influence que vous êtes forcés à agir. En sanskrit, on appelle ces trois énergies Sattva, Rajas et Tamas. Sattva est l’énergie la plus subtile, Rajas l’énergie plus dense et Tamas l’énergie plus dense encore. Le travail ou les actions que vous faites sont influencés par le type d’énergie à l’œuvre à ce moment-là. En effet ces trois énergies alternent tout au long du jour et de la nuit, chacune mettant en œuvre tour à tour ses caractéristiques particulières.

Quand vous êtes sous l’influence de Sattva, l’énergie la plus subtile, vous constatez que vos actions sont empreintes de générosité, vous ne trompez personne, vous n’écrasez pas les autres à votre profit, et tout est calme et paisible jusqu’à ce que l’énergie suivante, Rajas (l’énergie plus dense), se mette à faire sentir son influence. L’irritation commence à s’insinuer et avec elle l’égoïsme. Peu importe ce qui arrive aux autres, ce qui compte c’est d’être satisfait. Une telle attitude ne peut que créer des complications dans la vie. C’est ensuite au tour de Tamas, l’énergie la plus dense, de faire sentir son influence, et l’on est alors dominé par l’inertie, l’irresponsabilité et les pensées destructrices.

Il y a approximativement trois types d’actions que vous accomplissez pendant la journée. Regardez-vous vivre au fil des heures et vous verrez que ce que je dis est vrai. Vous passez par tous ces trois niveaux pendant la journée. Mais si vous comprenez que vous êtes capable de dominer les façons d’agir négatives, alors vous pourrez éviter de vous laisser gagner par les deux types d’énergie grossière. Vous pouvez essayer d’être influencés par l’énergie la plus subtile et vous constaterez que le travail ou les actions que vous accomplissez alors sont profitables aux autres.

Si vous le pouvez, faites en sorte que Sattva soit l’énergie qui prédomine en vous. L’harmonie règnera alors à votre lieu de travail et vous resterez toujours serein. Il ne vous appartient pas de décider si vous travaillerez ou pas; il y a une autre force qui vous fait agir. Travailler ne veut pas seulement dire travailler pour gagner de l’argent. Le mot travail recouvre n’importe quel type d’activité.

Dans le yoga ou la vie spirituelle on vous dit que vous devez amener le mental à un état de silence. Dans toutes les religions on essaie d’entrer en état de méditation. On essaie de rester assis tranquillement et tout simplement d’entrer en méditation, mais les gens s’imaginent à tort que puisque méditer est un type de vie supérieur il faut cesser tout travail. Il importe de bien comprendre ici que le processus même de la création est une activité, un type d’activité partant du niveau le plus subtil, du niveau Ultime de conscience.

Pendant la création, les vibrations deviennent de plus en plus grossières et différentes manifestations apparaissent. Les plus hautes manifestations sont les dieux avec une forme, comme le Christ, le Bouddha, Krishna, etc.; puis viennent les manifestations de plus en plus grossières – le soleil, la lune, les planètes, l’espace, l’air, le feu, l’eau, la terre, les êtres humains, les animaux, etc. Ces différents degrés de manifestation survenant pendant la création vous permettent de voir qu’à tous les niveaux tout accomplit une action quelconque.

Le soleil donne lumière et chaleur et il est l’une des principales sources de l’énergie universelle que nous appelons Prâna. Il y a l’air, la pluie; puis nous trouvons les animaux, les arbres, les êtres humains, et tous sont tenus de faire quelque chose. Rien n’est créé qui ne soit profitable aux autres d’une façon ou d’une autre. Même une montagne, qui paraît si monolithique, fait quelque chose d’utile. C’est le but de la création. Rien n’a été créé pour son seul profit personnel. Ce processus se poursuit sans heurts jusqu’à ce qu’on arrive au niveau humain où l’ego est impliqué.

Chaque être humain est placé dans un milieu particulier pour faire un type de travail particulier. Ne croyez pas que votre situation dans la vie soit l’effet du hasard. La Volonté Cosmique est derrière. Mais quand l’esprit d’activité passe par l’ego, il s’entache d’égoïsme à cause de ce malentendu fondamental dans la vie qui consiste à penser que nous sommes tous séparés les uns des autres et indépendants des autres.

Chacun pense, « Je n’ai besoin de faire des choses que pour moi-même; je ferai ce qui m’est profitable, mais je ne me fatiguerai pas pour les autres ». Si chaque individu pense ainsi, il n’est pas surprenant qu’il y ait tant de confusion, de malheur et de ruines en ce monde. Si chacun est si préoccupé de soi seulement, il ne peut évidemment pas y avoir de considération pour quelqu’un d’autre. On veut pour soi tous les avantages, tous les fruits des actions et, ce faisant, peu importe si l’on prive les autres de ce qu’ils devraient avoir. Peu importe si l’on place des obstacles sur le chemin des autres pourvu qu’en les plaçant on puisse gagner quelque chose. Alors se développe l’esprit de rivalité. Le mental connaît des tensions; il y a conflit, colère, inimitié, manque de discrimination et toutes les complications que l’on trouve dans la vie.

Il vous faut comprendre que vous devez tous agir. Mais pourquoi tout le monde doit-il travailler? A quoi cela sert-il? Le dessein est très élevé. Si vous pouvez apprendre à agir d’une façon différente de celle qui est la vôtre maintenant, cela vous aidera à prendre conscience de cette merveilleuse conscience en vous qui est en continuité avec la Conscience Absolue. Vous serez capable de transcender le moi égoïste. Ce moi égoïste qui est responsable de tous les problèmes de la vie. Il vous faut agir. Au début vous êtes réduit à l’impuissance et vous agissez sous la contrainte des trois forces qui vous poussent à agir comme si vous étiez une marionnette. Mais ces forces ne peuvent vous mener que si vous vous laissez mener et si vous ne dépassez pas leur pouvoir. C’est pourquoi vos actions créent toutes sortes de problèmes dans votre vie.

Chacun doit se rappeler que l’esprit d’activité qui est en chacun de nous provient du niveau le plus haut. Ce n’est pas vous qui êtes l’agent. Vous êtes poussé à agir depuis le niveau Cosmique qui produit cette impulsion pour le bénéfice de tous – pas seulement pour votre avantage personnel. A cause de votre ego, vous essayez souvent de détourner l’action à votre profit. C’est le Pouvoir Cosmique qui vous donne le pouvoir d’agir. Par vous-même vous êtes totalement impuissants. Il peut vous sembler que vous agissez par vous-même, mais sans la coopération du Pouvoir Cosmique vous ne pourriez même pas soulever votre main. Même si vous voulez venir entendre une conférence et que le Pouvoir Cosmique ne le veuille pas, vous n’atteindrez pas la salle, il y aura un empêchement quelconque.

Tout ce qui se produit dans cette vie est connu du pouvoir cosmique. Vous devez apprendre à vous remettre en harmonie avec le Pouvoir Cosmique, parce que pour l’instant vous êtes désaccordé. Seulement alors pourrez-vous comprendre quel est le sens du travail. Vous comprendrez alors que vous ne travaillez pas seulement pour gagner de l’argent, mais que votre vie a un but très élevé. Vous devez vous rappeler sans cesse que vous êtes comme un instrument entre les mains de ce Pouvoir et que vous devez le laisser vous utiliser comme Il le juge bon pour vous. Généralement, ce que vous pensez être le mieux pour vous n’est pas à long terme ce qui vous est profitable, mais comme cela vous procure un plaisir immédiat vous pensez que c’est ce qu’il ya de mieux pour vous. Cela est fondé sur le mental conditionné.

Comprenez que le mental conditionné est toujours entaché d’égoïsme et qu’il ne vous permettra donc jamais d’accomplir une action pure. Toutes vos actions seront nécessairement entachées d’impuretés. Si vous pouvez simplement laisser ce Pouvoir agir à travers vous, ce sera le moyen le plus rapide et le meilleur d’atteindre votre but final – la Conscience Ultime. Évidemment ce Pouvoir agit nécessairement à travers vous, mais vous interférez en introduisant l’égoïsme, à cause du moi et du mental conditionné. Si donc vous pouvez purifier l’ego et l’amener à un niveau sattvique, alors le Pouvoir Cosmique pourra aisément couler à travers vous et vos actions seront à l’unisson de la Volonté Cosmique.

Comment laisser agir ce Pouvoir sans intervention de l’ego? Et qu’est-ce que l’ego? L’ego n’est rien d’autre qu’un aspect du mental. Il commence avec le sentiment de « Je suis ». Ce premier sentiment de « Je suis » produit le désir d’avoir beaucoup de choses pour son propre profit. L’ego se renforce toujours davantage et même le sentiment de « Je suis » disparaît et le sentiment de séparation devient de plus en plus fort. Quand il devient trop fort, vous ne vous souciez plus de personne d’autre et vous êtes même prêt à commettre des meurtres et à abattre des gens s’ils se mettent en travers de votre chemin. C’est pourquoi il faut garder l’ego sous l’influence de l’énergie la plus subtile, Sattva. Cela ne peut se faire qu’en s’absorbant dans le travail qui vous a été attribué. Vous pouvez constater autour de vous que bien des gens sont tenus de faire des choses qu’ils n’aiment pas, mais vous devez comprendre qu’il y a une raison à cela aussi.

Tant que vous êtes mis dans une certaine situation, vous devez faire le travail demandé au mieux de vos capacités, de bon cœur, et vous absorber complètement dans ce que vous faites. Si vous faites votre travail de cette manière, vous n’aurez pas le temps de penser au passé ou à l’avenir. Lorsque vous êtes complètement absorbé dans ce que vous faites, vous pouvez observer que le mental est presque complètement immobile. C’est seulement quand vous faites quelque chose mécaniquement et laissez le mental vagabonder partout que commencent les complications. Si vous travaillez en vous absorbant dans ce que vous faites, le mental est fixé sur un seul point, il est centré sur une seule chose, et ainsi il devient calme et presque immobile. Que veut dire s’absorber dans son travail? Cela veut dire rassembler toute l’énergie mentale dispersée et la centrer pour accomplir le travail que vous êtes en train de faire. Tous les rayons du mental qui étaient dispersés dans des centaines de directions sont donc rassemblés en un seul point focal et produisent une concentration d’énergie en ce seul point, et ainsi le mental devient presque silencieux. On peut constater alors qu’il est plus facile de communier avec l’Intelligence Cosmique. Une fois que vous vous êtes laissé devenir un canal pour que l’Intelligence Cosmique opère à travers vous, vous n’avez plus à penser – l’Intelligence Cosmique « pense » à travers vous.

J’ai dit tout à l’heure que vous étiez placé dans une situation particulière par ce Pouvoir Cosmique. La question se pose alors de savoir pourquoi il y a des gens qui occupent des positions très élevées dans un métier qui leur plaît beaucoup tandis que d’autres doivent faire un travail très difficile qu’ils détestent. Vous êtes ainsi amené à penser que cela n’est du qu’au hasard, ce qui suscite souvent de la jalousie et de l’envie. Pour arriver à la même situation, vous êtes tenté d’essayer toutes sortes de méthodes. Mais en dépit de tout, vous échouez. Pourquoi? Vous êtes placé dans une situation donnée parce qu’à votre naissance, vous avez apporté certaines impressions subconscientes dans votre mental. Toutes les actions accomplies par vous auparavant, dans votre vie antérieure, s’amassent sous la forme d’impressions dans votre subconscient si bien que quand vous naissez vous ne naissez pas avec un cerveau vierge.

Un nouveau-né arrive au monde avec de nombreuses impressions subconscientes qui bloquent son évolution. Il faut qu’elles soient neutralisées et donc nous devons passer par certaines expériences dans la vie, agréables et désagréables, pour que s’opèrent les réactions aux actions précédemment commises. Ce processus est entièrement à notre avantage. A moins que ces impressions ne soient effacées de notre subconscient ou inconscient, nous ne pouvons pas atteindre ce niveau Ultime de béatitude éternelle où  nous réalisons que la conscience intérieure qui est en nous est identique à la Conscience Absolue. Une fois que cette identité a été établie, l’ego individuel ne peut plus nuire et l’on s’aperçoit que l’on peut être heureux en toutes circonstances. On peut être ennuyé et souffrir momentanément, mais intérieurement on peut rester heureux.

Le but est d’atteindre l’évolution la plus haute. La raison d’être du travail est de vous amener à ce niveau. Si vous réussissez à accomplir votre tâche comme il le faut, en acceptant les situations dans lesquelles vous vous trouvez placé, en accomplissant votre tâche aussi parfaitement que vous le pouvez et en vous absorbant totalement dans ce que vous faites, vous contribuez alors à votre évolution. Cela ne vous empêche pas d’essayer d’améliorer votre situation. Ne vous méprenez pas, je ne veux pas dire que si vous faites un travail particulièrement déplaisant vous devez continuer sans essayer de trouver une meilleure situation. Je ne veux pas du tout dire cela. Faites ce travail aussi longtemps que vous ne pouvez pas y échapper, jusqu’à ce que le karma soit liquidé, et en même temps essayez de trouver une meilleure situation. Continuez à chercher même si vous ne trouvez pas, mais ce faisant ne prenez pas en grippe le travail que vous faites, ne cessez pas d’y apporter tous vos soins, car sinon vous créeriez de nouvelles obstructions à votre situation, veillez à faire votre travail actuel du mieux que vous pouvez, en vous y absorbant complètement, et vous verrez que votre mental se calmera. Si vous faites un travail en protestant mentalement contre ce que vous êtes en train de faire, vous créez un conflit en vous-même, une tension, et votre santé en souffrira, vos relations avec les autres en souffriront, et toutes sortes de complications surgiront dans votre vie.

Par le travail on essaie d’atteindre ce niveau Ultime parce qu’une fois qu’il a été atteint il n’y a plus ni bien ni mal. Il y a perfection et paix. Mais vous ne pouvez pas faire un saut jusqu’à ce niveau et l’atteindre immédiatement, il faut lutter un peu, faire des expériences, puis, quand on y est parvenu, on découvre toute la beauté de la vie. Inutile d’aller jusqu’à ce niveau Ultime; même avant d’atteindre ce but très élevé vous sentirez la paix vous pénétrer. Le plus important est de comprendre correctement toute cette philosophie afin de savoir pourquoi les choses vous arrivent et ce que vous devez faire lorsqu’elles vous arrivent. C’est alors que le travail devient adoration, comme le disait mon maître.

Souvent lorsque Gurudev (Swami Sivananda Sarasvati de Rishikesh) voyait des gens venir s’asseoir et fermer les yeux en s’imaginant qu’ils méditaient, ou aller au temple et marmonner mécaniquement des prières, il leur disait d’aller faire tel ou tel travail. Vous pouvez aller à l’église trois fois par jour, lire la Bible ou les écritures de l’Orient, ou rester assis les yeux fermés matin et soir, sans que cela ne vous soit d’aucun secours. Travaillez dans l’esprit qui convient et vous verrez que cela éclaircira votre mental et contribuera à effacer les impressions qui le bloquaient.

On objectera qu’il y a pénurie d’emplois. Travail ne veut pas seulement dire emploi. Vous pouvez faire toutes sortes de travaux individuellement. Vous pouvez aider les autres de mille façons. Même aider les gens, leur témoigner de la bonté, les consoler lorsqu’ils souffrent, est effectivement un travail. Il y a beaucoup de gens qui ne peuvent plus rien faire tous seuls parce qu’ils sont malades ou trop âgés, aidez-les et vous ferez un travail utile.

Donc, le travail sert à purifier votre mental pour vous faire prendre conscience de l’identité existant entre votre conscience intérieure et la Conscience Absolue et vous pourrez ainsi jouir de la Paix Éternelle.

4. A QUOI SERVENT LA RELIGION ET LA RÉINCARNATION ?

Avant de pouvoir dire à quoi sert la religion, nous devons comprendre clairement ce que le mot signifie. Aller régulièrement à l’église, au temple ou à la synagogue ne veut pas dire nécessairement que l’on est religieux au vrai sens du terme.

Les observances extérieures peuvent aider beaucoup ceux qui veulent vivre religieusement, je ne dis pas qu’il faut les rejeter, mais ces observances extérieures doivent être l’expression d’un état intérieur, sinon elles sont vides de sens.

C’est le principe sous-jacent à l’unité de toute chose dans l’univers qui détermine l’attitude religieuse. Un mode de vie qui vous aide à prendre conscience de cette vérité est religion. En réalité il n’y a qu’une seule religion – la religion – et non pas plusieurs religions. Il n’y a que la religion universelle. Il n’y a qu’une seule Vérité. C’est votre mode de vie quotidien qui vous aide à prendre conscience de cette Vérité. C’est cela que l’on appelle religion. L’essence de toutes les religions est la même; elles ne varient que dans le détail car des gens de cultures et de tempéraments différents peuvent avoir besoin de méthodes différentes pour prendre conscience de cette Vérité. Même si on lui donne des noms différents, le but Ultime est d’avoir la paix de l’esprit. On ne fait jamais rien afin de devenir agité et malheureux. On cherche à être heureux et en paix.

Si l’on n’adhère pas aux principes du Cosmos tout entier, il n’est pas possible d’être heureux. Pour que le bonheur existe dans une famille, chaque membre doit faire son devoir de façon à rester en harmonie avec les autres. Si chaque membre de la famille devient égoïste et se met à vivre comme bon lui semble sans aucune considération pour les autres, il ne peut y avoir aucune paix dans cette famille. Chacun peut s’acquitter d’une fonction différente, l’un peut faire la vaisselle, l’autre le ménage, un autre encore aller au bureau pour gagner l’argent nécessaire; mais quelle qu’elle soit, le but en est toujours de maintenir la cohésion de la famille.

Une famille est formée par un groupe de gens qui vivent ensemble, mais si sous mettez ensemble un groupe d’individus cela ne forme pas nécessairement une famille. Il y a une famille lorsque les individus ont conscience de leur unité, du fait qu’ils s’appartiennent les uns aux autres. La famille est en général réduite au minimum, le père, la mère et les enfants. Chacun doit être prêt à se sacrifier pour le bien des autres. Il doit y avoir compréhension et amour mutuels. Sinon il ne peut y avoir de paix dans cette famille.

On le voit dans la vie quotidienne trop souvent remplie de querelles et d’affrontements. Chaque membre devient égoïste et agit à sa guise. Ici, dans le Cosmos, bien que vous ayez des corps physiques différents, des couleurs différentes, des tailles, des poids différents etc., vous n’êtes pas les individus que vous imaginez. Vous êtes tous réunis les uns aux autres; non seulement les uns aux autres, mais à toute chose dans l’univers. Vous êtes une partie du tout. Vous semblez être séparés du tout, mais ce n’est pas la Vérité.

L’homme s’est mis à être en butte à tous les problèmes et conflits de la vie parce qu’il vit sans comprendre cette Vérité. Il n’y a pas de conscience de cette unité. Il n’y a pas de conscience du lien avec toute chose dans l’univers. Chacun se met à vivre sa vie d’une façon absolument égocentrique. On vit pour soi seul sans considération pour les autres. Mais Il faut comprendre que lorsqu’on prend quelque chose à l’univers on doit donner quelque chose en échange. Il vous est donné le soleil, l’air, l’eau, tout, mais vous devez apporter aussi votre contribution.

Dans une famille tout se passe bien jusqu’au jour ou les membres de la famille oublient cette relation mutuelle, cet échange permanent. Les gens se mettent amasser pour eux-mêmes sans considération pour les autres et privent les autres de ce qu’ils devraient avoir. Ils vont ainsi contre la Vérité. C’est à dire que l’on est allé à l’encontre du principe fondamental de la Loi Cosmique. Dans un pays il y a certaines lois et si on ne leur obéit pas on encourt certaines conséquences. La Loi Cosmique opère de la même façon. Mais la Loi Cosmique ne peut pas commettre d’erreur, elle est impartiale, elle fonctionne automatiquement.

Mon maître avait l’habitude de dire que les expériences désagréables dans la vie sont des messagères venues vous avertir que vous ne vivez pas correctement. Quand vous souffrez, cela ne sert à rien d’en rendre quelqu’un d’autre ou quelque chose d’autre responsable; vous devez vous observer et voir si vous êtes vraiment en train de faire ce que vous êtes tenus de faire. Allez-vous à l’encontre de la Loi Cosmique? Invariablement vous constaterez que vous avez fait quelque chose, que vous avez transgressé la Loi d’une façon ou d’une autre. Tous les ennuis commencent alors.

Tout dans l’univers essaie de retrouver son état originel. Vous êtes des manifestations de la Conscience Absolue. Vous êtes venus de Dieu et vous voulez retourner à Dieu. « Dieu » veut dire la Conscience Absolue, Infinie. Tant que vous n’atteindrez pas cet état, vous n’aurez pas de paix établie ou perpétuelle. Le sens de la religion, c’est de vivre selon la Loi Cosmique afin de pouvoir progresser dans sa vie spirituelle et ainsi progresser vers la réalisation de la Vérité.

La Vérité, c’est que vous êtes tous un et que vous êtes reliés à toute chose dans l’univers; je répète cela inlassablement parce que c’est là le point crucial. Obtenir la paix parfaite dans la vie en réalisant l’Ultime Vérité est tout le propos de la religion. Tout le reste, rites et autres exercices, ont pour objet de préparer l’esprit à aller dans cette direction.

Malheureusement les gens ont oublié l’essentiel de la religion et se contentent d’en observer les aspects extérieurs. C’est pourquoi ils sont si malheureux, même s’ils peuvent se dire religieux.

En ce monde il y a différents types de souffrances et de douleurs. Il semble y avoir tant d’injustice. On naît comme un bébé apparemment innocent, et l’on peut naître infirme, sourd, muet, aveugle, où  est la justice? On voit souffrir un homme qui semble mener une vie juste, alors qu’un autre, menant une vie dissipée, jouit de tout. On a souvent l’occasion dans la vie de se demander s’il y a une justice dans ce monde. S’il y a une puissance supérieure qui est impartiale, qui aime également tout le monde, comment expliquer toutes ces différences dans le monde? Certains sont riches, d’autres pauvres; certains sont en bonne santé, d’autres pas; certains réussissent en tout, d’autres échouent dans tout ce qu’ils entreprennent; certains sont persécutés, d’autres échappent à toute persécution. On peut penser à bien des choses qui arrivent sans qu’on puisse y trouver d’explication.

Parfois, lorsque les gens sont dans l’adversité, ils perdent même foi en toute puissance supérieure. Mais vous devez comprendre que, tout comme il existe une loi en physique selon laquelle toute action a une réaction égale et opposée, il y a également dans le domaine mental une réaction pour toute action égoïste qui est accomplie.

Si vous menez une vie vraiment religieuse, vous constaterez que vos souffrances sont limitées parce que quand vous menez une vie véritablement religieuse vous perdez tout égoïsme. Vous agissez, certes, mais sans la motivation égoïste de votre propre intérêt exclusif; vous prenez en considération l’effet de vos actions sur les autres également.

Pourquoi une telle Loi existe-t-elle? L’Équilibre Cosmique est maintenu par la proportion égale des vibrations positives et négatives. En tout dans la création il y a du positif et du négatif. Quand les proportions changent, il faut rétablir l’équilibre. Ce rétablissement de l’équilibre à partir d’un déséquilibre est ce qu’on appelle réaction karmique. Ce n’est pas l’œuvre de quelqu’un trônant quelque part et décrétant que tel homme doit être récompensé de telle manière et tel autre puni de telle autre manière. C’est une loi automatique qui est sans cesse à l’œuvre. C’est inhérent à la création depuis l’instant où il y a création à partir de l’Absolu. Une fois la loi établie, l’Absolu n’a pas besoin d’intervenir; il n’y a pas de Dieu intervenant à chaque instant pour rétablir l’équilibre.

Pour avoir un exemple approximatif, imaginez la loi en vigueur dans un pays. Le Premier Ministre nomme un juge et une fois que ce juge a été nommé le Premier Ministre n’intervient plus dans ce qu’il fait. Il existe certaines règles et prescriptions. Il y a différentes sortes de peines infligées selon les différents types de fautes ou de crimes. Le juge prononce la sentence en fonction des règlements. Si un grand ami du Premier Ministre a assassiné quelqu’un, le Premier Ministre ne peut pas dire au juge « Ne le condamnez pas, c’est un de mes amis ». La loi fonctionne sans tenir compte de qui l’on est.

De la même façon, n’allez pas imaginer un Dieu cruel siégeant là-haut pour vous punir. Beaucoup de gens se méprennent ainsi. La Loi Cosmique a déjà été établie et s’applique automatiquement.

Il y a une histoire à ce propos dans les écritures. Un sage faisait une conférence. Il disait qu’il faut s’abandonner à Dieu et qu’alors on ne souffre plus. Qu’est-ce que s’abandonner? C’est être en harmonie avec la Puissance Ultime. Une femme dans l’auditoire ne comprit pas. Elle avait très faim, n’ayant pas mangé depuis plusieurs jours, et elle portait un enfant qui hurlait sans cesse. Elle était dans un état épouvantable et souhaitait pouvoir se débarrasser de son enfant qui la gênait tant en hurlant constamment. Elle dit au sage: « C’est très joli de parler ainsi quand on a aucun problème. C’est très facile de dire « Abandonnez-vous à Dieu et tout ira bien ». Regardez-moi. Il répondit: « Oh oui, cet enfant vous cause beaucoup de soucis, vous feriez mieux de le laisser ici et de vous en aller. » « Quoi? » dit-elle, « Laisser mon enfant et m’en aller? Impossible! J’aime mon enfant, il est toute ma vie et je ne m’en séparerai jamais ».

Alors le sage remarqua que le pied de l’enfant était fortement bandé. Il demanda à la mère pourquoi. Elle dit qu’elle avait demandé à l’enfant de ne pas aller jouer dans la cour parce que le sol était jonché de morceaux de verre. Mais dès qu’elle eut tourné le dos, il s’était précipité dans la cour et s’était coupé le pied sur un morceau de verre. L’endroit était très sale, aussi avait-elle du emmener l’enfant chez le médecin et il avait fallu opérer le pied. L’effet de l’anesthésie étant maintenant terminé, l’enfant souffrait et criait.

Le sage dit alors: « Cet enfant est toute votre vie et vous l’aimez intensément. Comment se fait-il donc que vous ayez permis qu’on le fasse souffrir en l’opérant? ». Elle expliqua que si l’enfant n’avait pas été opéré, la blessure aurait pu s’infecter et aurait même pu causer la mort de l’enfant.

Le sage fit alors remarquer: « Vous voyez maintenant ce qui est arrivé? Cela a servi de leçon à votre enfant. On lui avait dit de ne pas courir dans la cour et il a désobéi, et parce qu’il a désobéi il a eu le pied coupé par un morceau de verre. A cause de votre amour pour l’enfant, vous lui avez défendu de jouer parmi les débris de verre. Il vous a désobéi et donc il s’est blessé. Parce qu’il s’était blessé, votre amour pour lui vous a fait vouloir immédiatement qu’il retrouve santé et bonheur, aussi avez-vous consenti à ce que la douleur de l’opération lui soit infligée pour supprimer la cause du mal, le morceau de verre. C’est ainsi qu’agit la Loi Cosmique ».

Il n’y a aucun égoïsme dans la Loi Cosmique. Dès que vous accomplissez une action contre l’harmonie de la Loi Cosmique, c’est à dire une action égoïste, il doit y avoir une réaction. Au niveau Cosmique, l’unité seule règne, et cela doit être maintenu. Si vous enfreignez la Loi Cosmique, le Pouvoir Absolu veut alors vous libérer de l’obstruction créée et vous permettre de progresser dans votre retour à la source. La souffrance que vous subissez en ce monde est comme une opération chirurgicale. Si vous n’êtes pas « opérés », il y aura un blocage dans votre progression et vous ne pourrez pas évoluer. C’est le but fondamental de la Loi Cosmique d’action et de réaction.

Quand vous voyez quelqu’un mal se conduire et cependant jouir de tous les agréments de la vie qui le comblent, comprenez qu’il a du accomplir des actions méritoires dans sa vie précédente. C’est pourquoi il en récolte à présent les bénéfices. Mais n’oubliez pas que ses actions présentes le suivront aussi dans sa prochaine vie, où il lui faudra rétablir l’équilibre de la Loi Cosmique. En général, les réactions se produisent dans la vie suivante, mais si les actions sont très intenses, les réactions peuvent avoir lieu dès cette vie-ci.

Le nouveau-né apparemment innocent ne vient pas au monde avec un cerveau vierge. Il naît avec les impressions mentales de sa vie antérieure. Toute action accomplie, toute pensée qui vient à l’esprit, forme une impression dans le subconscient. Ce n’est pas l’action qui importe le plus, mais la motivation derrière l’action. Si vous avez une très forte motivation mauvaise, c’est presque comme si vous aviez commis l’action. Le gouvernement n’en saura rien, les gens n’en sauront rien, mais ce Pouvoir Omniprésent, Lui, saura. Pas moyen d’y échapper et c’est de là que vient la réaction. Il est dit que le Karma vous suit comme votre ombre; impossible de lui fausser compagnie.

Il vous est possible de diriger une flèche dans une direction donnée et vous pouvez changer la direction tant que vous n’avez pas lâché la corde de l’arc. Mais une fois que la corde est lâchée, vous ne pouvez plus rien faire pour changer la direction. De même, vous pouvez décider avant d’agir si l’action est bonne ou mauvaise, comment elle affectera les autres, si elle est égoïste, et vous pouvez modifier votre action en conséquence. Mais une fois l’action accomplie, la réaction lui est inhérente. La réaction provient des impressions qui se sont accumulées dans le subconscient. Au moment de la mort (qui n’est rien d’autre que la séparation du corps astral et du corps physique), le corps subtil emporte avec lui toutes ses impressions. Seul le corps physique est mort. « Vous » n’êtes pas morts. Ces impressions ne sont pas statiques; il se produit une vibration subtile et puissante. Ces vibrations peuvent être positives, à demi-positives, à demi-négatives ou pleinement négatives. Selon leur qualité, ces vibrations attirent les cinq éléments à partir desquels le corps physique est formé, tout comme un aimant attire la limaille de fer. S’il y a un objet magnétique et que l’on place de la limaille de fer tout autour de lui, cette dernière sera attirée par l’objet magnétique et le recouvrira. On ne verra plus alors que la limaille de fer, on ne verra pas l’objet qui présente la forme, parfaite ou imparfaite, de la limaille de fer.

De même, selon le type de vibrations que le subconscient produit, les cinq éléments (terre, eau, feu, air et éther) sont attirés, s’agrègent et forment un nouveau corps physique. Ainsi, si les vibrations sont très négatives, on aura un corps physique imparfait; si elles sont très positives, on aura un beau corps. Cela explique les différences physiques, les infirmités etc. En même temps le corps est attiré à un endroit propice pour que les réactions à partir des impressions puissent s’effectuer. Le corps naît dans un environnement donné, à un endroit donné, pour que puissent être menées à bien des réactions données; c’est pourquoi l’on va vers des parents particuliers, pénétrant dans une matrice particulière au moment de la conception. Nous croyons que la vie commence au moment de la conception.

Les réactions qui doivent s’effectuer se situent à différents niveaux. Il y a par exemple les réactions individuelles, les réactions mutuelles, les réactions de groupe, les réactions nationales etc. Réaction individuelle signifie que la personne sera l’artisan de son bonheur ou de son malheur, pour ainsi dire. Réaction mutuelle signifie qu’un enfant fera souffrir (ou se réjouir) ses parents. Nous ne nous occupons pas de l’aspect positif (bonheur) en ce moment parce que quand on est heureux il n’y a pas de problèmes. Imaginez quelqu’un de mauvais dont les impressions subconscientes sont très négatives. Il naît avec un corps contrefait de parents qui ont eux aussi accompli certaines actions mauvaises. A travers l’enfant ces parents souffriront, et l’enfant souffrira aussi.

C’est une réaction mutuelle. En général les actions ne sont pas complètement négatives ni complètement positives. Il peut y avoir une certaine quantité de positif et de négatif. Vous constaterez donc que bien que l’enfant soit gravement infirme, il naîtra de parents riches pleins de compassion et d’amour possédant un esprit de sacrifice. Malgré leur souffrance, ils feront tout ce qui est en leur pouvoir pour le bien-être et le bonheur de l’enfant.

Dans la réaction collective, il s’agira d’un large groupe d’individus, souvent sans rapport les uns avec les autres, qui sont soumis à la même souffrance. Par exemple plusieurs personnes achètent un billet pour un vol donné. Au dernier moment l’une d’elles décide de ne pas partir, ou bien est empêchée de partir par une circonstance quelconque. L’avion s’écrase et tous les passagers sont tués. Cela montre que les personnes voyageant dans cet avion avaient des impressions subconscientes semblables. Parce que les impressions de la personne qui a annulé son voyage ne correspondaient pas aux autres, elle n’était pas censée aller dans cet avion et en a donc été empêchée. De même dans un tremblement de terre, une inondation etc., les gens ayant des réactions ou karmas similaires seront tous touchés; toute une nation peut être touchée par la guerre etc.

Il y a trois types de karmas ou réactions: Sanchitta Karma, Prarabdha Karma et Agami Karma.

Dans chaque vie, si l’on n’est pas vigilant, on se livre à certaines actions égoïstes et l’on doit donc en subir les réactions ou karmas. C’est ce qu’on appelle Sanchitta Karma ou karma accumulé.

Il y a ensuite le karma alloué pour cette vie-ci, que l’on appelle Prarabdha Karma. Imaginez par exemple un tas de graines. Considérez-les comme étant le karma accumulé. Une partie du tas seulement était humide et les graines de cette partie-là se sont mises à germer. Vous n’y pouvez rien. Vous ne pouvez pas ramener les pousses à l’état de graines. Le processus naturel est qu’elles produiront des feuilles et des racines et deviendront des plantes. De même, dans tous ces karmas accumulés, quelques karmas sont impulsés, en raison de leur intensité, et une fois que l’impulsion existe vous ne pouvez pas l’arrêter. C’est cette impulsion qui est cause de ce corps physique. Le simple fait que vous ayez un corps physique montre que vous avez fait certaines actions bonnes et mauvaises (égoïstes) dans des proportions variables. Certaines d’entre elles ont « germé » et il vous faut subir leurs réactions. Tous, vous avez fait certaines actions. Vous êtes sur cette terre, ici, et maintenant, pour mener à bien les réactions correspondantes.

Si dans cette existence vous menez une vie parfaite – totalement dénuée d’égoïsme – vous cessez d’accumuler d’autres karmas. On appelle Agami Karma les nouveaux karmas que l’on fabrique. Ainsi, pourvu que l’on réussisse à vivre sans égoïsme, le karma accumulé diminue de plus en plus. Au contraire, si l’on ne s’améliore pas le karma augmente. Il dépend de vous d’accumuler davantage de karmas dans cette vie-ci ou pas. C’est très facile à comprendre. Si vous vivez sans égoïsme, vous n’ajoutez pas de karmas.

Les karmas accumulés peuvent être effacés par la méditation. Que faites-vous dans la méditation? Vous rassemblez toute l’énergie du mental en un seul point et vous focalisez le mental sur lui-même. C’est comme une chaleur intense qui a le pouvoir de briller. Cela brise les impressions subconscientes, c’est à dire qu’elles sont effacées. Il est donc possible de venir à bout de ces impressions.

Cependant il n’y a aucun moyen d’effacer le Prarabdha Karma, c’est à dire le karma responsable de la venue de ce corps sur cette terre il faut le subir. On ne peut y échapper. Mais on n’est pas tout à fait impuissant entre les mains du destin car l’intensité du karma peut être réduite. Le karma fonctionne sur notre plan terrestre, or il existe six autres plans de conscience plus subtils que le plan terrestre. Si vous êtes capable de méditer, vous pouvez élever votre conscience à l’un de ces plans plus subtils. Surtout si vous pouvez atteindre au moins le troisième plan, les réactions peuvent alors avoir lieu mais vous n’en sentirez pas l’impact. Si j’éventre quelqu’un sans anesthésie, il hurlera de douleur. Mais si je le mets sous anesthésie et puis lui ouvre le ventre, il ne sentira pas la douleur. Dans les deux cas j’ai ouvert l’abdomen. Dans le premier cas il y a douleur, dans le second non. Il ne s’agit pas d’anesthésie quand nous parlons d’élever sa conscience, mais c’est simplement pour vous donner un exemple approximatif et vous montrer que c’est l’état mental qui importe et qui fait qu’il y a douleur ou pas. Si vous pouvez élever votre conscience jusqu’à au moins ce troisième plan, vous constaterez que les réactions ne vous accablent pas ni ne vous affectent.

On peut avoir atteint à la Réalisation de Dieu, c’est à dire qu’on a réussi à ne plus accumuler de karmas, mais néanmoins on doit subir le Prarabdha Karma jusqu’au bout. Dès que le Prarabdha Karma est épuisé, le corps tombe mort.

C’est pourquoi nous croyons (et cela est vrai car les astrologues l’ont vérifié) que nous ne sommes maîtres ni de la date de notre naissance, ni de celle de notre mort. Cela est prédéterminé. Dès votre naissance la date de votre mort est déjà déterminée. De nombreux astrologues peuvent vous indiquer la date et l’heure de votre mort d’après votre thème astrologique parce que la mort survient lorsque le Prarabdha Karma est terminé. Impossible de conserver le corps vivant une seconde de plus.

J’ai dit qu’il fallait élever la conscience jusqu’au troisième plan au moins parce que le deuxième plan de conscience est celui que rejoignent les corps subtils après la mort physique; c’est le plan astral. Là également sont accomplies de bonnes et de mauvaises actions. Pour aller au-delà, il faut atteindre le troisième plan. Il peut arriver que de très grands saints souffrent intensément parce que du Prarabdha Karma est en train de s’épuiser. Ce sont les vibrations subconscientes qui déterminent la réaction. Vous pouvez ainsi comprendre comment il est possible à un/e saint/e d’attirer sur lui/elle le karma, les vibrations, d’une autre personne. Si vous vous concentrez intensément sur une personne qui souffre, vous pouvez la soulager, mais vous devrez subir la réaction qui était le lot de l’autre et souffrir vous-même à sa place.

C’est probablement ce qui est arrivé au Christ. Il a pris le karma de milliers de gens et a donc enduré lui-même les souffrances qui leur étaient destinées.

Le sens de la religion et de la réincarnation, c’est de vivre une vie sans égoïsme et de rendre ainsi sa conscience de plus en plus subtile. Par la méditation, on peut effacer de nombreuses impressions et karmas. En devenant un pur canal traversé par la Conscience Divine on peut non seulement s’aider soi-même mais aussi aider le monde.

5. A QUOI SERVENT L’ÉDUCATION ET LA MÉDITATION ?

L’éducation telle quelle est comprise de nos jours veut que le maître déverse des connaissances dans l’esprit des enfants sans prendre en considération les besoins personnels de ces enfants. Ce qu’ils apprennent leur permet simplement d’avoir un jour une bonne situation bien rémunérée. Mais ce n’est pas suffisant. Ce type d’enseignement est un échec parce qu’il ne vous aide pas à vivre une vie heureuse et harmonieuse en ce monde.

L’éducation a un but très élevé. Au cours de son éducation une personne doit apprendre ce qu’elle est; elle doit apprendre à se connaître à tous les niveaux, du niveau physique au niveau spirituel.

L’éducation est ainsi faite de nos jours qu’elle peut vous faire obtenir une bonne situation; et les autres diront de vous que vous avez très bien réussi, mais à quoi bon une situation brillante et un salaire élevé si l’on n’est pas heureux? Si l’on recherche une bonne situation, c’est en réalité pour être heureux, mais on s’aperçoit que dans les faits il n’en est généralement pas ainsi.

Personne n’est un être isolé. Il faut se mêler aux autres, il faut côtoyer les autres, même à l’endroit où l’on travaille. A moins de pouvoir établir une relation harmonieuse avec les autres, la vie devient un supplice. Il y a des tensions physiques, des tensions mentales, et on s’aperçoit que les gens ont très vite les nerfs détraqués.

Je pense que l’éducation devrait prendre en considération tous les niveaux de la personnalité humaine et que depuis l’école primaire, on devrait apprendre aussi quelque chose sur soi-même. Il faut savoir quelque chose sur l’instrument – le corps, le mental et l’intellect – afin de pouvoir s’en servir pleinement quand le temps des études est terminé.

Même au cours des études on a besoin de bien se servir de son intellect. Si l’on ne sait pas ce qu’est l’intellect, on ne peut pas s’en servir convenablement. Si l’on se contente d’apprendre par cœur ce qu’il faut savoir pour passer un examen, alors on ne peut parler d’éducation. A la fin des études, il faudrait savoir comment vivre.

Dans l’ancien temps, on enseignait aux gens trois facteurs essentiels de la vie: dharma, artha et kama.

Dharma est la façon juste de vivre. Artha est l’accumulation de conforts matériels. Kama est l’accomplissement des désirs naturels. Ces trois facteurs devraient finalement conduire vers la liberté ultime. Non pas la liberté par rapport à certaines soi-disant oppressions, mais la liberté par rapport aux complications que vous vous créez à vous-même dans la vie. Les complications qui viennent de ce que vous ne comprenez pas votre propre esprit et menez en conséquence une vie imparfaite et compliquée. Artha et kama doivent être basés sur dharma. On doit accumuler des richesses et assouvir ses désirs d’une façon juste.

Il doit y avoir de l’affection entre le maître et les enfants; et le maître doit avoir la liberté de transmettre quelque chose de plus que ce qu’il y a dans le programme. Le maître doit être capable d’aider les enfants à développer leur personnalité sous tous ses aspects et doit leur apprendre quelles véritables relations ils doivent avoir avec les autres, à l’école et en dehors de l’école.

Selon l’enseignement dispensé aujourd’hui, toute action est entachée d’égoïsme pour la satisfaction du moi. L’enfant grandit en pensant qu’il est une entité séparée sans lien avec les autres. Il interprète les choses à son propre avantage et ne prend pas les autres enfants en compte. Ainsi il est naturel que l’on ne puisse avoir avec les autres la relation d’amour qui devrait exister.

C’est au contraire l’esprit de compétition qui prédomine dans les écoles et les universités. On est encouragé à se battre pour éclipser les autres. On doit être le meilleur. Je pense que c’est une situation grave et tout à fait fausse. L’enfant devrait être encouragé à manifester le meilleur en lui, dans toute la mesure de ses moyens intellectuels, et non pas rivaliser avec les autres. L’esprit de compétition ne peut pas apporter le bonheur en ce monde.

Lorsqu’il est engagé dans le processus de la compétition, l’esprit est très tendu et si l’on ne parvient pas à réussir en dépit de tous ses efforts, on peut souffrir d’un complexe d’infériorité et éprouver de l’envie et de la jalousie à l’égard des autres. L’éducation dispensée de nos jours encourage l’enfant à manifester ces sentiments négatifs en favorisant l’esprit de compétition.

Tout ceci se produit parce que ni l’enfant ni le maître ne savent ce qu’est la vie. Depuis le tout début on devrait savoir que l’on n’est pas une entité séparée mais qu’on est lié à tous les autres. La façon la plus facile d’enseigner cela aux enfants est de leur dire ces vérités sous forme d’histoires. Même de très jeunes enfants peuvent comprendre ces choses et il peut y avoir des livres donnant progressivement toute cette connaissance. Faites preuve d’imagination pour raconter aux enfants des histoires qui puissent leur faire comprendre que chaque être est relié aux autres et qu’à notre tour nous sommes tous reliés à l’univers et au Pouvoir Ultime que nous appelons Dieu.

Une fois qu’on a amené l’enfant à comprendre cette vérité d’une façon très simple et intéressante, il est alors possible d’expliquer pourquoi il ne faut pas faire de mal aux autres. Si le maître vous dit « Vous ne devez pas faire de mal aux autres », cela ne vous convainc pas vraiment. Vous pouvez même refuser d’écouter parce que votre instinct vous porte naturellement à vous protéger – pas seulement votre corps physique mais aussi votre ego et le désir de satisfaire l’ego de toutes les façons possibles. Ce faisant, vous allez évidemment blesser les autres et faire des choses par en dessous.

Le maître doit avoir la patience d’expliquer les raisons pour tout ce qu’il enseigne aux enfants. Il doit avoir la capacité et l’autorisation d’aider les enfants à comprendre comment, en faisant du mal aux autres, ils se font du mal à eux-mêmes. Ce n’est pas très difficile de faire comprendre cela à un enfant. On peut apprendre à un enfant même très jeune à croire en Dieu ou en un pouvoir qui est Absolu et se trouve partout. Quand l’enfant peut saisir l’omniprésence de Dieu, il peut aussi comprendre qu’il est donc lié aux autres et que tout ce qu’il envoie à un autre lui reviendra automatiquement, que ce soit positif ou négatif. Apprendre à un enfant que s’il fait quelque chose de mal Dieu le punira, ne fait pas bien comprendre à cet enfant que Dieu est un Pouvoir aimant et omniprésent. A la place, cela donne à l’enfant un sentiment de culpabilité. Tout enfant fait nécessairement des erreurs, et si on lui enseigne que Dieu est un Dieu de colère qui punit, l’enfant éprouvera de la peur et aura un complexe d’infériorité. Au contraire, si l’enfant comprend qu’il est perfection au niveau ultime et que c’est le mental qui est responsable de tout ce qui se produit, alors on construit une base merveilleuse pour tout l’avenir de cet enfant qui sera heureux justement parce qu’il aura compris qu’il est perfection au niveau ultime.

L’éducation doit être un processus par lequel l’enfant est amené à utiliser toutes ses facultés au mieux et correctement. Son éducation terminée, il est prêt à affronter le monde à tous les niveaux. Si le succès que l’enfant aura plus tard n’est pas fondé sur les trois enseignements fondamentaux – Dharma, Artha et Kama -, alors l’enfant connaîtra peut-être une réussite matérielle, mais la vie qu’il mènera sera malheureuse et compliquée. Il faut apprendre à l’enfant qu’il peut gagner beaucoup d’argent – c’est nécessaire pour vivre – mais que cet argent doit être gagné justement. Ceci peut également être enseigné aux enfants sous forme d’histoires, non seulement pour illustrer le fait que les possessions matérielles doivent être utilisées correctement, mais aussi pour leur apprendre à être modérés dans leurs désirs. Pas besoin de se contraindre si en accomplissant son désir on ne fait de mal ni à soi-même ni aux autres, pourvu que le désir soit modéré et « bon ». Inutile d’aborder la philosophie profonde avec les enfants. Il y a tant d’histoires morales qui leur montrent très clairement comment vivre pour pouvoir devenir des adultes heureux, équilibrés et intelligents. Ils doivent comprendre très clairement ce que sont la véritable valeur et le véritable but de la vie.

Le véritable but de la vie n’est pas juste de bien gagner sa vie et d’avoir une situation importante. Si l’enfant veut être heureux plus tard, il doit éviter de faire du mal aux autres de toutes les façons possibles. S’il réussit à vivre ainsi, le succès et le bonheur viendront à lui automatiquement dans la vie. Sans qu’on lui ait véritablement parlé de méditation et de yoga, l’enfant s’y intéressera tout naturellement parce qu’il sera devenu plus purement sattvique, s’insérant ainsi naturellement dans les aspects sattviques de la vie et étant amené à comprendre le véritable but de la vie.

On donne à la méditation une coloration religieuse et donc, évidemment, beaucoup de parents protestent car ils ne veulent pas que leurs enfants soient élevés dans une religion particulière. La méditation n’est PAS l’une des religions. Nous avons déjà traité de la religion et nous avons vu que ce mot signifie simplement vivre un type de vie qui vous amène à la conscience de vous-même. Vous ne pouvez pas vivre en paix si vous n’êtes pas conscient de ce que vous êtes.

Les adultes sont maintenant comme les enfants: ils ne comprennent pas qui ils sont ni ce qu’ils sont. Beaucoup de gens hautement qualifiés pensent qu’ils sont juste le corps, les organes des sens et le mental. Ils ont une vie matériellement confortable, du pouvoir, une position enviable et cependant l’on constate qu’ils sont tristes et malheureux et se débattent dans la vie avec toutes sortes de problèmes psychologiques. Le but de l’éducation, par conséquent, est de découvrir ce que chacun de nous est par essence. Cette découverte fera automatiquement vivre à l’enfant une vie plus heureuse et plus utile.

Jadis il y avait en Inde ce qu’on appelait le système Gurukula. C’est à dire que les élèves vivaient avec le maître. Ils n’étaient pas instruits seulement des matières utiles dans le monde, mais aussi de tout ce qui concerne le Soi et eux-mêmes et leur relation aux autres et à Dieu. Tout leur était enseigné. Quand l’enfant, fille ou garçon, avait terminé ses études, il n’avait pas de peine à s’établir dans la vie conjugale et il était pleinement conscient de ce qu’il était par essence. Ils pouvaient conduire leur vie dans la paix car ils étaient davantage en paix avec eux-mêmes que les hommes d’aujourd’hui.

Si nous pouvions aujourd’hui commencer à introduire des écoles de cette nature, en adaptant ces idéals d’éducation à l’époque moderne, nous pourrions susciter une génération future en bonne santé, paisible et heureuse. Quelques expériences sont actuellement faites dans ce sens sous l’égide de J. Krishnamurti et de spécialistes de l’éducation et ces écoles remportent un réel succès.

Si vous donnez aux enfants une bonne base par le moyen de l’éducation, quand ils atteindront l’âge où ils pourront comprendre ce qu’est la méditation, ils n’auront aucune difficulté à entrer en état de méditation parce qu’ils auront grandi avec cette idée. Malheureusement, les enfants grandissent de nos jours avec un mental totalement indiscipline et même s’ils pensent que méditer serait une bonne chose, le jour où ils essaient de méditer ils sont incapables de faire taire leur mental et ils trouvent la méditation très difficile.

L’importance d’un mental calme doit être très clairement comprise par tous. Vous êtes maintenant les esclaves de votre mental et de vos sens. Vous obéissez aux ordres de vos sens sans vous donner aucunement la peine de les refréner par une compréhension correcte. Les gens deviennent de plus en plus extrovertis et naturellement le mental devient de plus en plus agité. Avec un tel mental il est très difficile d’entrer en état de méditation.

A quoi sert la méditation?

A prendre conscience de ce que l’on est par essence. Il est très important de le savoir parce qu’une fois cette vérité comprise, on se rend compte effectivement qu’on est un avec tous les êtres, toutes les choses et avec le Pouvoir Ultime ou Dieu. Lorsque vous arrivez à connaître votre propre conscience intérieure, vous arrivez alors automatiquement à vous situer dans le cosmos. La vie devient alors complètement différente.

L’exemple banal que je donne pour illustrer ce point est le suivant: Pensez aux yeux. Une petite particule de poussière tombe dans l’œil et l’œil se met à être irrité. Si une particule de sable irrite votre œil, pouvez-vous continuer à écouter une conférence comme si de rien n’était? Ce sont les oreilles qui écoutent et c’est l’œil qui vous picote. Allez-vous vous concentrer sur votre œil ou sur vos oreilles? Vous constaterez que votre mental sera tout entier concentré sur l’œil et sur la façon de le soulager. L’œil n’est qu’une toute petite partie du corps, mais quand il n’est pas dans son état normal, c’est tout le corps qui est agité, c’est l’être tout entier qui est impatient, essayant de trouver le moyen de calmer l’œil. Tous les êtres humains sont agités. Pourquoi? Parce qu’ils ne se trouvent pas dans leur état normal. Tout ce que vous faites dans la vie est fait uniquement pour essayer de vous ramener à votre état normal. Mais parce que vous ne savez pas qui vous êtes et comment y parvenir, vous commettez toutes sortes d’erreurs en pensant que cela vous tirera d’affaire et vous ramènera à l’état normal.

Pensez encore une fois à l’œil. Que se passe-t-il quand il se met à picoter? Vous commencez à cligner très fort des paupières pour enlever la poussière avec les larmes secrétées par les glandes lacrymales. Vous ne réussissez pas. Les jambes vous conduisent automatiquement à un lavabo, les mains ouvrent le robinet et se mettent à éclabousser l’œil avec de l’eau. La poussière ne sort toujours pas. Vos jambes vous conduisent vers un ami, la bouche dit: « Regarde s’il te plaît ce que j’ai dans l’œil. Peux-tu me l’enlever? » L’ami ne réussit pas non plus. Vos bras et vos jambes vous conduisent à la voiture qui vous mène chez le docteur etc. etc. Ce que j’essaie de vous montrer c’est la mobilisation de tant de parties du corps différentes pour venir en aide à cet œil seul. Est-ce que les jambes ou les mains pensent « Je ne gagnerai rien personnellement à aider l’œil. Alors, est-ce que j’y vais ou pas? » La question ne se pose absolument pas. Toutes les parties du corps sont prêtes à entrer en action et agissent volontiers pour soulager l’œil. Pourquoi? La douleur est dans l’œil, le reste du corps va parfaitement bien, alors pourquoi toutes les parties du corps sont-elles venues au secours de ce petit œil? Parce qu’il y a un sentiment d’unité. Le corps a compris que si une partie n’est pas en bon état, le reste ne peut pas être bien. Cela affectera le corps tout entier. L’être tout entier ne peut être en repos que lorsque l’œil ne souffre plus.

De la même façon, vous êtes tous réunis les uns aux autres. Vous êtes des parties de l’Être cosmique, de la Conscience cosmique. Vous êtes tous liés de la même façon. Le malheur est que vous ne le savez pas et c’est pourquoi lorsque quelqu’un souffre vous ne vous en souciez pas. Votre attitude est souvent « qu’ils souffrent, je m’en moque du moment que je suis heureux ».

Mais si l’œil est paralysé et que la liaison est coupée d’avec le reste du corps, vous ne vous inquiéterez pas du grain de poussière parce que vous n’éprouverez pas de continuité entre l’œil et le reste du corps. Vous pouvez même maltraiter votre œil sans que le reste du corps réagisse parce que la conscience de la liaison n’existe plus. La plupart des gens d’aujourd’hui déambulent comme des paralytiques, ignorants du lien qui nous unit tous, et ainsi ils deviennent de plus en plus égoïstes. On ne pense qu’à soi et on n’hésite pas à nuire aux autres pour obtenir ce qui nous apporte une satisfaction. C’est alors que commence le cercle vicieux car lorsqu’on nuit à quelqu’un cette personne essaiera de vous nuire son tour, et ainsi cela devient de plus en plus désagréable.

Toutes les complications rencontrées sont créées par le manque de connaissance de ce que l’on est. Le moindre incident malheureux qui se produit dans votre vie peut être relié à l’égoïsme ou à l’ignorance de ce que l’on est par essence. On blâme les autres pour son malheur alors qu’on en est soi-même responsable parce qu’on agit sans comprendre ce que l’on est en réalité, et on mène ainsi une vie de souffrance, de chagrin et de tristesse.

Quelqu’un veut-il jamais être triste et malheureux dans la vie? Quel est le but de chacun d’entre vous? Vous voulez être en paix et heureux tout le temps. Est-ce possible? Il est seulement possible d’atteindre cet état dans lequel vous prenez conscience de vous-même et du lien avec les autres et le Cosmos. Nous sommes comme les rouages d’une machine. Les rouages sont reliés les uns aux autres et quand un rouage se met en marche, le mouvement se propage d’un rouage l’autre et toute la machine est mise en marche. Si l’un des rouages décide de ne pas fonctionner, c’est toute la machine qui en souffre. Cela produit discorde et manque d’harmonie. Je répète cela sans cesse parce qu’il est essentiel que vous compreniez ce point très clairement.

Chacun sait qu’il devrait y avoir un amour universel. Nous devrions aimer tout le monde, mais est-il possible d’aimer les autres intellectuellement? « Je dois aimer x, y et z et donc je les aime ». Bien sûr c’est impossible. Il doit y avoir une réaction, une stimulation par laquelle vous êtes attirés vers l’autre personne et alors seulement vous l’aimerez. Quelque chose vous a reliés à l’autre et vous a rendus capables d’aimer.

A moins de prendre conscience de votre lien avec tous, il est impossible d’aimer universellement. Une compréhension intellectuelle ne suffit pas. Il doit y avoir une prise de conscience de ce lien et cela ne peut se produire qu’en méditation, quand on est capable de plonger profondément en soi-même. Le mental est le facteur de division. Il faut donc aller au-delà du mental. Ce sont les oscillations du mental qui vous font penser à tort que vous êtes tous isolés. Dans la méditation, vous devez amener au silence les oscillations du mental. Cela ne peut être fait par la force ou par une décision de la volonté. Il faut permettre au mental de s’établir dans le silence en utilisant certaines méthodes. C’est pourquoi quand vous êtes déterminés à vous asseoir et à méditer, l’état méditatif ne vient pas parce qu’on y amène le mental en disant « Je dois méditer, advienne que pourra ».

Vous pouvez pratiquer certaines activités qui contribueront à amener le mental à un état de grand calme. Pour être capable de faire cela, vous devez savoir ce qu’est le mental. C’est la raison pour laquelle j’ai insisté sur le fait que les enfants devraient apprendre cela au cours de leur éducation. C’est seulement lorsque vous savez ce qu’est le mental que vous pouvez savoir ce qu’il faut faire pour l’amener à un état de calme. Une fois que vous êtes arrivés à cet état ou que vous avez appris comment rester dans cet état de grand calme, vous avez réussi quatre-vingt-dix-neuf pour cent. Le mental est attiré dans deux directions opposées à la fois, vers l’intérieur et vers l’extérieur. Les organes des sens tirent constamment le mental vers l’extérieur et la Conscience Intérieure le tire vers l’intérieur. Mais parce que vous êtes constamment avec les objets des sens extérieurs, ce sont les organes des sens qui ont la plus grande influence sur vous. Comme les organes des sens sont agités par nature, ces vibrations agitées stimulent le cerveau et ainsi agitent le mental. Ceci se produit constamment en vous et il est donc très difficile pour la plupart des gens d’arriver à l’état méditatif calme, paisible et tranquille et de sentir l’appel vers le dedans de la Conscience Intérieure.

Une fois que vous avez appris l’art de garder le mental calme, toute la journée également, alors vous commencez à sentir l’appel intérieur de la Conscience Intérieure. Le mental s’introvertit automatiquement et devient plus centré, le mental est presque immobile et la méditation peut suivre facilement en allant au-delà du mental et en devenant un avec la Conscience Absolue et Infinie. Il n’y aura ni force, ni volonté, simplement un appel intérieur naturel, automatique.

La méditation est le seul moyen vous permettant de prendre conscience de vous-même; et une prise de conscience de vous-même est le seul moyen vous permettant de connaître la paix. Vous comprenez maintenant à quoi sert la méditation?