le Docteur A. Assailly : Au sujet du terme « surnaturel »


09 Oct 2011

(Revue Psi International. No 1. Septembre-Octobre 1977)

L’usage courant d’un mot n’est pas toujours une preuve de sa compréhension par le public.

Selon le Petit Larousse, est « surnaturel » ce qui dépasse les forces de la nature. Cette définition rejoint le sens que Saint-Thomas d’Aquin donnait à ce mot, puisqu’il considérait comme surnaturel tout effet que la nature est impuissante à produire.

Personnellement, je ne crois pas que ce terme corresponde aux vues des parapsychologues, même si WATSON a publié une « Histoire Naturelle du Surnaturel ».

Le « facteur PSI », sous ses diverses formes, fait partie des possibilités de l’homme, et même de l’animal, alors que le « surnaturel » ne lui appartient pas en propre, bien qu’il s’adapte à la nature qu’il transforme tout en le dominant. Classiquement, les théologiens distinguent: les substances surnaturelles (soit strictement surnaturelles comme Dieu, soit surnaturelles par rapport à l’homme comme les anges) et les accidents surnaturels (comme la grâce sanctifiante, les vertus, les dons du Saint-Esprit et les actes surnaturels). Le mot « surnaturel » ne répond donc pas au sens que nous voulons lui donner dans cette revue.

A cette remarque, son directeur a répliqué qu’il était prêt à en admettre un autre, s’il était suffisamment connu de la masse des lecteurs.

En 1837, GORRES, l’historien allemand du mysticisme, avait proposé le mot « métapsychologie » (méta voulant dire « après » en grec).

Plus tard, Charles RICHET a proposé celui de « métapsychie » que Jules BOIS a popularisé.

En 1889, Max DESSOIR a parlé, le premier, de « parapsychologie » (para voulant dire « à côté de », en grec) et vers 1893, BOIRAC a utilisé le terme « parapsychique », d’autres parlant de « paranormal ».

C’est finalement le terme de « parapsychologie » qui a prévalu, son étude intéressant les faits considérés comme insolites avec leurs composants psychiques et physiques. Le choix que RHINE a fait ensuite en utilisant l’expression ESP (perception extra-sensorielle) était-il plus satisfaisant quand on sait que nos sens ont leur part dans le mécanisme des phénomènes ?

Moins compromettant est sans doute le symbole PSI proposé par WIESNER et THOULESS en 1942: les faits psi-gamma étant ceux qui semblent liés à l’ESP (c’est-à-dire la télépathie, la clairvoyance ou télesthésie, la précognition, la psychométrie ou métagnomie tactile, la prosopopèse et la xénoglossie) et les faits « psi-kappa » étant ceux qui paraissent liés aux effets psychokinétiques (c’est-à-dire la psychokinésie, la télergie ou télékinésie, la lévitation, les raps, la téléplastie, les apports, les phénomènes de hantise et ceux de poltergeist ou thorybisme).

Si la distinction entre l’ESP et les effets P.K. a l’avantage de favoriser une classification, il semble bien qu’ils correspondent à une unité fondamentale.

En bref, aucun terme ne nous semble parfait et c’est à défaut d’en avoir trouvé un meilleur que celui de surnaturel a été retenu.

PETIT LEXIQUE

Agent : Personne vivant une expérience, consciente ou inconsciente, volontaire ou non, éprouvée par une autre personne.

Apports : Pénétration inexplicable d’objets en lieu clos.

Autoscopie : Vision, par un individu, de son propre corps.

Autoscopie interne : s’il s’agit de l’intérieur de son corps

Autoscopie externe : s’il s’agit de l’extérieur de son corps.

Bilocation : Présence simultanée d’un individu en deux lieux différents. On parle aussi de « voyage en astral » et de « projection de l’ESP » (Hornell Hart).

Champ vital : Région de l’espace entourant les organismes vivants (et morts selon certains) et susceptible d’être mesuré.

— Selon Edward Russel, ce champ serait un mécanisme intégrateur qui non seulement modèlerait l’organisme mais continuerait à vivre après la mort en tant qu’âme (Design for Destiny — Neville Spearman 1971).

— Selon Burr, la vie produirait le champ vital qui mourrait avec elle.

Clairvoyance, ou cryptesthésie (RICHET), ou télesthésie (MYERS) : Selon RHINE, perception d’objets ou d’événements objectifs sans l’usage des sens.

Hantise: Ensemble de phénomènes attachés à un lieu et réputés inexplicables.

Heautoscopie, ou image du double : C’est la perception par un sujet de son propre corps en dehors de lui (dédoublement) comme s’il l’apercevait dans un miroir.

La plupart des auteurs considèrent ce phénomène comme un trouble de la cénesthésie (ou de la sensation consciente globale du fonctionnement végétatif de l’organisme).

Lévitation (d’objets ou de personnes) : En général : élévation du corps humain sous l’influence de forces inconnues.

Percipient: Personne éprouvant, par voie paranormale, une expérience provenant d’un agent.

Poltergeist, ou Thorybisme (SUDRE) : Hantise attribuée à certains esprits tapageurs ; les troubles télékinétiques habituels étant limités à un seul lieu ou à un seul individu.

Précognition : Annonce d’événements qui se vérifient par la suite. (La prémonition est un avertissement vague et imprécis.)

Prosopopèse: Changement brusque, spontané ou provoqué de la personnalité psychologique (SUDRE). Phénomène des personnalités dites multiples.

Psychokinésie : Effets psychokinétiques (ou P.K.), mot proposé par RHINE. Action involontaire ou partiellement volontaire de l’esprit sur la matière.

Psychométrie (BUCHANAN), Cryptésthésie pragmatique (Ch. RICHET), Métagnomie Tactile (SUDRE): Connaissance supranormale par le toucher (divination du contenu d’une lettre et données sur son auteur par exemple).

Raps : Bruits produits autour des mediums et sans causes explicables.

Rétrocognition : Porte sur des événements passés.

Télépathie : (MYERS, un des fondateurs de la Society for Psychical Research de Londres en 1882) anciennement appelée transmission de pensée ou diapsychie (BOIRAC).

C’est la perception d’une pensée étrangère sans l’aide des sens externes, ou une communication des impressions d’un esprit à un autre esprit en dehors des voies sensorielles connues.

Téléplastie : Réalisation des matérialisations diverses par simple idéoplastie ou par ectoplasmie associée; c’est-à-dire: formation paranormale d’une substance plus ou moins consistante de nature inconnue émanant du médium.

Télergie ou Télékinésie : Déplacements d’objets à distance sans cause physique observable connue.

Xénoglossie : Connaissance et utilisation paranormales d’une langue non apprise.