Étienne Guillé : De la réception des énergies vibratoires à la pensée créatrice


13 Jul 2011

(Revue 3e Millénaire. No 5 ancienne série. Novembre-Décembre 1982)

L’imagination est l’astre

dans l’homme, le corps céleste

ou supracéleste

(Dictionarium alchemisticum. Francfort, 1612)

Voici le 4e volet des recherches d’Étienne Guillé sur l’ADN et notamment sur les énergies vibratoires qui le rendent opérationnel et actif. De la réception de ces énergies vibratoires peut naitre une pensée créatrice. Notre ADN sait tout ce que le vivant a vécu et il contient tout ce que le vivant pourra vivre. Mais tout dépend de la qualité des énergies que notre ADN se recharge d’énergie. Selon ce que nous rêvons, nous vivrons de bonnes ou de mauvaises journées. Selon notre niveau de conscience nous serons à même de profiter plus ou moins des messages cosmiques. Accrochez-vous, l’article n’est pas facile à lire, mais c’est un passionnant voyage au bout de la nuit auquel nous invite Etienne Guillé.

NOUS avons démontré que les énergies vibratoires qui «animent» l’univers peuvent être décrites par 15 types différents soigneusement étudiés par les alchimistes du Moyen Age [1]. Le concept DNA a été proposé pour les quantifier: D est la direction de vibration dans l’espace, N est le nombre de battements du pendule de radiesthésie dans une direction donnée, corrélé à la fréquence de la vibration transmise par l’individu et A est l’amplitude de la vibration. Les quinze énergies sont constituées de douze énergies réparties dans douze directions de l’espace séparées par des secteurs de 30° comme dans le Zodiaque: a b I c d 2 e f 3 g h 4. I, 2, 3, 4 et a, b, c, d, e, f, g, h, étant respectivement les directions du Soufre et du Mercure. Les trois directions supplémentaires sont les girations du pendule dans le sens et dans le sens inverse des aiguilles d’une montre a etc., et l’arrêt du pendule provoqué par des énergies qui s’opposent aux quatorze premières dans un espace convenablement repéré.

La mise en œuvre de ces énergies vibratoires se manifeste à toutes sortes d’échelles suivant la nature du support vibratoire mis en jeu. Sur la terre, nous les trouvons au niveau des ondes cosmiques et des courants telluriques; dans la matière vivante de la bactérie à l’homme elles participent au mode d’action de tous les sens et elles existent aussi dans les créations de l’homme plus particulièrement dans celles qui ont été baptisées symboliques. Si nous ne tenons pas compte de l’existence et des caractéristiques de ces énergies vibratoires, les êtres vivants donnent l’impression d’être des marionnettes manipulées par des fils invisibles et dont le comportement peut paraître totalement aberrant. Par contre si nous tentons de comprendre la nature, l’origine, les lieux d’action de ces fils, nous constatons qu’une remarquable cohérence s’impose. Nous ne sommes plus ballottés par des forces mystérieuses qui nous faisaient peur: nous nous sentons partie intégrante du cosmos, d’un tout ordonné qu’il suffit d’appréhender avec méthode et patience.

Plusieurs techniques sont utilisables pour mesurer les caractéristiques vibratoires (le DNA) des objets et êtres testés. Le choix de la technique dépendra de la nature du ou des supports vibratoires constituant l’objet testé; l’analyse et l’interprétation des résultats obtenus devront tenir compte des constantes du support vibratoire utilisé pour faire les mesures. Si le système à mesurer est complexe, nous disposons d’appareillages tels que le radio-cellulo-oscillateur de Laskowsky [2] permettant de transférer l’énergie vibratoire du système à mesurer à un autre support tel que l’eau pour laquelle nous disposons de plusieurs méthodes de mesure.

Dans ce domaine, les techniques les plus couramment utilisées sont les suivantes: techniques de cristallisations sensibles au chlorure de cuivre où le support vibratoire est de type protéique (colloïde), l’électro-biophotographie (peau, limbe de feuille…), la spectroscopie Raman laser (eau), les études thermodynamiques des acides nucléiques (cf. processus de téléaction dans l’ADN etc.) et des techniques dérivées de la radiesthésie (le support vibratoire est alors l’individu dans sa totalité). Un colloïde vibre en résonance avec les énergies vibratoires susceptibles de l’animer. Ses caractéristiques dépendent: d’une part, dans le cas d’un ADN, de sa séquence de nucléotides, dans le cas d’une protéine de sa séquence d’acides aminés; et d’autre part, des caractéristiques du micro-environnement dans lequel il baigne, caractéristiques qui détermineront notamment la répartition des charges < o et > o à sa surface. Dans toutes ces techniques, l’état moléculaire de l’eau et de manière générale du solvant utilisé est la clef de l’état vibratoire global observé. Les molécules d’eau constituent le fil invisible qui relie tous les êtres entre eux car ces molécules peuvent dans certaines conditions garder l’empreinte des énergies qu’elles ont reçues. Ainsi, en homéopathie, un métal dynamisé pourra transférer son énergie vibratoire au solvant, alors qu’il n’y a plus d’atomes de métal décelables dans la solution. Il est d’ailleurs aisé de relier l’activité des solutions homéopathiques au DNA décrit ci-dessus.

Deux codes génétiques

L’étude des énergies vibratoires par l’alchimie, l’astrologie et la radiesthésie confrontée aux données des sciences analytiques contemporaines telles que la biologie moléculaire et la génétique nous a permis de proposer l’existence de deux codes génétiques dans le génôme des êtres vivants. Ces deux codes sont distincts mais interdépendants.

Le code génétique I, classique, responsable notamment de la synthèse protéique, code à base 3, avec les codons déterminant la place des acides aminés dans les protéines qui constituent la charpente de tous les êtres vivants. Symboliquement, il est possible de dire que ce code gouverne la partie consciente de l’être vivant.

Le code génétique II, qui est directement mis en œuvre par les signaux qu’il reçoit de l’environnement et qui est susceptible d’évoluer en fonction de la variation de ces signaux. Ce code est à base deux et nous y retrouvons énergétiquement la manifestation de la dualité, de l’opposition des contraires — notions si chère aux alchimistes, du Yin et du Yang du Tao, la loi d’action et de réaction de la thermodynamique, etc. C’est dans ce deuxième code génétique que j’attribuerai à l’inconscient, siège de l’ordre alchimique, que se situent les séquences d’ADN et les complexes ADN-métaux susceptibles de recevoir et de transmettre les signaux de l’environnement par le processus de la téléaction. Nous avons pu progresser dans la connaissance des liens conscient/inconscient grâce aux résultats concernant ces séquences d’ADN où peuvent se lier les métaux «alchimiques». Les quinze énergies vibratoires ci-dessus sont en effet susceptibles d’«animer» la molécule d’ADN et de lui permettre ainsi de transmettre à distance (par téléaction) un signal jusqu’aux gènes qui pourront ainsi, soit fonctionner, soit être bloqués (ouverture et fermeture de la chaîne d’ADN). Cette capacité de recevoir et de transmettre un signal de l’environnement est liée aux capacités respectives du support vibratoire: l’ADN, et du signal: une énergie vibratoire spécifique. Les capacités vibratoires de l’ADN vont dépendre de la nature et du nombre de ses séquences nucléotidiques susceptibles de vibrer et de la place de telle ou telle de ces séquences par rapport à l’ensemble des autres et aux gènes qu’elles peuvent contrôler. L’énergie vibratoire susceptible d’être reçue et transmise sera spécifique d’un arrangement topologique déterminé. L’ordre des séquences nucléotidiques de l’ADN est directement corrélé aux différentes directions de déviation du pendule; il y en a donc sept grands types. Cet ordre est susceptible d’évoluer au cours de la vie cellulaire à la suite d’un stress.

De nombreuses questions se posent:

1) Comment tel niveau vibratoire N8, 16, 24, 32, etc., anime-t-il telle structure matérielle déterminée présente dans le système nerveux, hormonal, dans tel ou tel organe, etc.? Est-il possible de relier ces sphères énergétiquement emboîtées les unes dans les autres aux boucles de rétroaction et aux processus de régulation décrits chez les êtres vivants [3]?

2) Il y a discontinuité de fréquences entre les différentes sphères énergétiques. Comment se réalise le passage de l’une à l’autre? A partir de quel état physiologique, cellulaire, moléculaire, énergétique change-t-on de sphère énergétique? Par quelles techniques est-il possible de changer de niveau vibratoire?

3) Quelles sont les modalités du transfert d’énergies vibratoires entre deux supports vibratoires indépendants?

L’application de la méthode générale d’analyse des énergies vibratoires et du concept DNA à l’analyse des rêves va nous permettre de fournir des réponses à certaines de ces questions.

Application du concept DNA à l’analyse de rêves

En prenant comme référence les quinze sortes d’énergies vibratoires définies dans l’introduction, nous pouvons classer toutes les catégories d’êtres et d’objets susceptibles de recevoir et de transmettre ces énergies vibratoires. Ce tableau va être constitué avec toutes les données fournies par les sens: toucher, vue, odorat, goût, ouïe; les métaux, les pierres précieuses, les plantes, les animaux, les hommes et aussi tous les symboles qui émettent des ondes de forme: les alphabets, les symboles des planètes, les talismans, les carrés magiques, les mandalas et en fait tout l’arsenal composite des figures alchimiques. Pour affiner l’analyse, dans chaque colonne, nous pouvons préciser les valeurs de N et de A. Ce type de classement permet de définir les grands types classiques d’harmonie vibratoire: de Saturnien (3D) à Lunaire (9D); harmonies qu’il est aisé de relier aux données de l’astrologie et de la caractérologie. Notre méthode d’analyse de rêves est basée sur cette même classification: d’après les données du rêve, nous déterminons quelles sont les-énergies vibratoires mises en jeu en cachant telle ou telle case dans les différentes colonnes du tableau précédent. Ainsi, lorsque le rêveur voit un objet rouge, nous obtenons: 1, 2, 3, g, 4. (N8); un palmier: 4, b, I, c, 2, f, g. (N32); un poulet: b, d, 2, g. (N24). Que signifient ces énergies vibratoires qui se manifestent dans nos rêves, soit sous forme d’objets et d’êtres comparables à ceux de la vie courante, soit sous forme de symboles qui à l’échelle du conscient nous, paraissent souvent décrire des situations incohérentes et absurdes.

Pendant les phases d’éveil, l’individu est animé par les énergies vibratoires revues pendant les phases antérieures de sommeil.

Si nous testons les énergies vibratoires de l’individu pendant qu’il dort, nous constatons que quel que soit son niveau vibratoire pendant ses phases d’éveil, il vibre uniformément à N16 comme la majorité des plantes. Les niveaux vibratoires N24, N32, etc., sont détectables à l’aide du pendule de radiesthésie à quelques mètres au-dessus du dormeur, au niveau du réseau de Hartmann qui parcourt tout le cosmos suivant des trajectoires bien déterminées. Au réveil, les niveaux vibratoires de fréquences supérieures à N16 vont réintégrer le corps physique et seront à nouveau mesurables au pendule mais ils seront modifiés par rapport à la phase d’éveil précédent par toutes les énergies vibratoires qu’ils auront reçues au niveau du réseau de Hartmann. Lorsque nous confrontons le DNA d’un individu et ses énergies vibratoires mesurées dans ses rêves, nous constatons que les énergies décrites dans les rêves sont celles qui l’animent potentiellement pendant la vie éveillée. A partir de la description précise des rêves, il est donc théoriquement possible de déterminer du moins au niveau potentiel, l’émotivité, la sensibilité, la qualité des sensations, les besoins, le type de pensées d’un individu. Comme les variations énergétiques précèdent toujours dans le temps les variations de la matière, il est aussi possible par l’analyse des rêves de découvrir les tout débuts d’une maladie à l’échelle vibratoire ou une situation favorisant l’éclosion d’une maladie. C’est au cours du passage inconscient/conscient que se déroulent les événements délicats qui font qu’en nous tout peut paraître dirigé par les structures inconscientes qui reçoivent et transmettent les signaux de l’environnement. A l’échelle des structures de l’inconscient, nous pouvons invoquer une mémoire chimique ou plus précisément moléculaire et énergétique vibratoire. Au cours de l’évolution, une énergie vibratoire de fréquence et d’amplitude données a structuré tel ou tel support vibratoire de l’ADN d’un individu: ces supports vibratoires vont à nouveau vibrer lorsque les fréquences N24, N32 etc., imprégnées de cette même énergie viendront animer le corps physique. Pour le fonctionnement de l’inconscient et le passage inconscient/conscient, je pense qu’il s’agit là du fait crucial ou déterminant. Il n’y a pas d’action directe de la vibration exogène, sur le corps physique: il faut qu’il y ait transfert de la vibration exogène dans le complexe vibratoire du sujet (problème de réceptivité) et par suite, intériorisation de la vibration dans le DNA du sujet pour qu’elle puisse ultérieurement agir sur les différents constituants vibratoires jusqu’à l’action ultime au niveau de la matière organique.

Pour illustrer ces différents aspects, nous allons maintenant décrire quelques exemples de rêves à l’échelle la plus périphérique des sphères énergétiques, c’est-à-dire celle de l’œuf cosmique.

La transformation alchimique

L’application de la méthode d’analyse de rêves fait tout de suite apparaître qu’il est très rare de trouver des individus qui ont des fréquences homogènes sur toute leur grille. Il y a une certaine hétérogénéité dans les fréquences de vibration en fonction des directions de vibration. D’où provient-elle?

1) Hétérogénéité dans la transmission des fréquences de vibrations:

Lorsque nous faisons une lésion à une plante, son niveau vibratoire descend de N16 à N2 presque instantanément. Dans les deux jours qui suivent le stress, elle retrouvera son niveau vibratoire N16 mais elle aura perdu une direction de vibration. C’est pendant cette même période transitoire qu’une transformation tumorale devient possible si un agent tumoral est présent. A l’échelle moléculaire, cette perte d’une direction de vibration se traduit par un changement dans la nature, le nombre et l’arrangement topologique de séquences déterminées d’ADN appartenant généralement aux groupes des séquences répétées de l’hétérochromatine constitutive (I). Pour la plante, ces modifications vont finalement se traduire par l’installation progressive d’un autre type de réception et de transmission des signaux de l’environnement et l’acquisition d’une nouvelle harmonie vibratoire.

Lorsque nous étudions l’influence du stress sur les animaux, et l’homme, nous allons observer des événements comparables mais le nombre de sphères énergétiques étant plus grand que chez les plantes, la variation N2 ne sera observée sur l’œuf cosmique que si le stress est suffisamment intense et suffisamment prolongé. Le niveau N2 pourra cependant être détecté au niveau d’une sphère énergétique inférieure en tenant compte que chaque sphère énergétique exerce un contrôle sur la sphère de niveau immédiatement inférieur.

Voici quelques exemples de situations hétérogènes que nous trouvons fréquemment dans les analyses de rêves:

la personne rêve qu’elle vole avec une sensation de plaisir intense. Ses fréquences passent brutalement de 8 à 32 et ceci deux fois à chaque cycle de vibrations,

la personne rêve qu’elle tombe dans un précipice, qu’elle dévale une descente à toute vitesse en perdant le contrôle de son véhicule. Situation inverse de la précédente avec descente brutale des fréquences de N32 à N8,

toutes les nuits, la personne rêve d’animaux. Elle est vénusienne et N24. Les animaux qu’elle voit en rêve sont vénusiens comme elle et vibrent à N24,

la personne se retrouve toujours en situation conflictuelle où elle est attaquée par des gens armés de revolvers, dans un avion qui sombre. Tout n’est que feu, explosion, séismes, etc. Elle est vénusienne et à N8 de sorte que ses liens avec le cosmos sont extrêmement faibles, au niveau du métal que l’on retrouve dans le revolver, l’avion et le train.

2) Exemples de rêves rendant compte d’une transformation alchimique en cours de réalisation. La restructuration des énergies vibratoires :

Chez l’être humain à partir d’un système énergétique donné, qu’arrive-t-il lorsque se produit un stress au sens le plus général du terme? Une dysharmonie est née dans le DNA et perturbe le rythme antérieur. L’individu va tenter inconsciemment de restructurer ses énergies vibratoires pour obtenir une nouvelle harmonie énergétique. Plusieurs solutions: baisse de la fréquence, diminution du nombre de directions de vibration, etc. Ces tentatives se traduiront au niveau des rêves par l’apparition de structures vibratoires rendant compte de cette phase de changement. Nous pourrons ainsi vérifier comment se fait le passage inconscient/conscient et notamment s’il y a un progrès dans l’intégration des données de l’inconscient au niveau de la conscience. Cette dernière évolution se traduira par l’apparition de symétries de plus en plus typiques, soit au niveau des directions de vibrations, soit au niveau des fréquences.

La personne rêve d’une jeune fille morte qui renaît. Martienne avec D: I, 2, 3, g, 4. et N: 40, 8, 40, 40, 40. La morte est en fait la rêveuse qui hésite encore entre ses énergies martiennes en train de décroître et ses énergies futures de jupitérienne.

La rêveuse cherche des objets ou des êtres cachés. Pour cela elle doit enlever des couches de matériaux, de chiffons, de couvertures entassés les uns sur les autres: par exemple une poupée de chiffon que l’on enterre et qui est ramenée à la surface. Martienne avec la même structure énergétique que la personne précédente soit D: I, 2, 3, g, 4. et N: 40, 8, 40, 40,40. Il y a aussi visualisation des différentes enveloppes énergétiques qui vont se séparer au cours de la transformation alchimique (N40 deviendra N8 puis N2) et qui ultérieurement se remettront dans un nouvel ordre.

Les mêmes événements se déroulent avec des êtres humains qui sont découpés en morceaux puis reconstitués instantanément. A travers cette symbolique d’Osiris démantelé et reconstruit, nous voyons le processus de transformation progresser et devenir de plus en plus contraignant. Les liens inconscient/conscient sont en train de se modifier et se font mal. La transformation est difficile pour des raisons thermodynamiques et surtout parce que la rêveuse résiste à l’envahissement de sa personnalité par les données traumatisantes de l’inconscient. Elle semble plongée dans un chaos dont elle ne voit pas l’issue possible et elle réalise peu à peu que ses émotions, ses sensations, ses sentiments et sa façon d’appréhender le monde sont en train de changer profondément. Elle ne se reconnaît plus: elle devient une autre.

Je me rends compte que je supprime le premier chiffre d’un nombre et que je mets le deuxième chiffre à sa place. Exemple: on me dicte 126, j’écris 26 ou 216… A l’échelle du génôme, lors des phases de stress, des événements très comparables au niveau énergétique se déroulent. Dans ce rêve, le rôle joué par les chiffres est alors tenu par les nucléotides A, T, G et C: les séquences d’ADN se découpent, s’amplifient, se dégradent, se transloquent; il en résulte que les signaux de l’environnement seront reçus et transmis différemment, le processus de téléaction évolue.

Les rêves ultérieurs montrent que la transformation alchimique est en bonne voie.

Il y a une énorme statue de bouddha femme allongée. Des gens viennent voir la découverte…, la statue se lève. Elle est immense. De tous petits hommes sont à sa portée. Elle les attrape avec des gestes lents et mécaniques et les tue…

Je me frotte le dos sur la terre comme un serpent qui veut se débarrasser de sa vieille peau ou quelqu’un dont le dos démange…

Le rêve de bouddha femme n’est pas exceptionnel. Ainsi, il est très fréquent qu’un contemporain rêve de gravures alchimiques du Moyen Age qu’il n’a jamais vues.

Ainsi Jung [4] décrit le cas d’une femme dont les rêves avaient été illustrés par un dessin fait par elle-même, ayant de nombreuses analogies avec des gravures alchimiques. Le dessin représente une femme-serpent avec un serpent émergeant de sa zone génitale, une étoile d’or à cinq branches, un oiseau qui descend portant en son bec un rameau pourvu de fleurs dont quatre sont déposées comme un quaternio et dont l’une d’elles, la plus importante, est dorée.

Ce dessin représente de frappantes analogies avec la figure 4 du Rosarium Philosophorum [5] où le Roi et la Reine inaugurent leur mariage en descendant dans le puits mercuriel bien identifié aux organes sexuels de la Reine. Cette figure est en fait la manifestation de l’énergie 4 du soufre à la fréquence N24. Dans ce cas, nous pouvons facilement vérifier que nous vibrons dans la vie éveillée en harmonie avec les symboles dont nous rêvons.

A priori, trois évolutions sont possibles pour les deux personnes dont nous venons de citer quelques rêves. Ces évolutions sont illustrées sur la figure I où les symétries nouvelles — spatiales et temporelles — sont clairement mises en évidence.


Fig. 1: Evolutions possibles des énergies vibratoires d’une configuration martienne a, Mars: I, 2, 3, g, 4. ; b, Soufre: I, 2, 3, 4. ; c: Jupiter: b, d, 2, g. ;d: Mars: 1, 2, 3, g, 4. avec 2 N8 opposés. La représentation des énergies vibratoires sous forme d’histogramme confrontée à la représentation dynamique de la grille personnalisée permet de mieux discerner les différents types de symétrie-spatiales et temporelles-possibles.

Ia: Mars. dissymétrie dans la direction 2.

Ib: Soufre. Perte de la direction g et apparition d’une structure parfaitement symétrique à la fois au niveau spatial et au niveau temporel. Cette structure énergétique est avec celle du Mercure et du Sel, l’un des constituants de base de l’œuvre alchimique.

Ic: Jupiter. Il y a bien quatre directions comme pour le Soufre mais avec un nouvel équilibre thermodynamique. D: b, d, 2, g. Seules les directions 2 et g de la structure martienne sont conservées mais la symétrie temporelle est retrouvée (N40).

Id : Mars avec 2 N8 opposés: la structure martienne avec cinq directions de vibrations est conservée. La symétrie temporelle est trouvée par la baisse de N40 à N8 dans la direction 4 opposée à la direction I. Cette structure vibratoire avec un niveau de fréquence N56 et deux N8 opposés donne des facultés de clairvoyance qui maîtrisées correctement peuvent être appliquées pour soigner les êtres réceptifs. L’individu qui a cette structure vibratoire perçoit avec intensité les dissymétries et les manques énergétiques chez les êtres qui vibrent dans les mêmes directions que lui. Il peut ainsi acquérir la possibilité de transférer ses énergies vibratoires à celui qui en est démuni Les méthodes d’électrobiophotographie (effet Kirlian) appliquées à ces deux personnes, avant et après le traitement, permettent de mesurer comment le transfert énergétique s’est déroulé.

Les vibrations du type pierre précieuse:

Les pierres précieuses ont des énergies vibratoires qui évoluent suivant une progression arithmétique: commençant à N8, elles progressent de 8 en 8 dans chaque direction successive jusqu’à N152, fréquence de vibration pour laquelle mes supports vibratoires sont saturés. Ainsi le rubis est martien et a la grille suivante:

D:        I,          2,         3,         g,         4

N:        8,       16,       24,       32,      40

48,       56,       64,      etc.

Les rêves de ce type vont être caractérisés par la présence d’objets et d’êtres n’ayant apparemment aucun rapport objectif entre eux, mais qui correspondent en fait aux différents N auxquels. vibre le rêveur. Des situations tout à fait absurdes au niveau matériel deviennent parfaitement claires au niveau vibratoire. La progression arithmétique des fréquences ne dure qu’un tour de la grille de sorte qu’à chaque début de cycle une chute se produit dans les fréquences, chute d’autant plus brutale que le rêveur a plus de directions de vibrations.

Rêve 1 : La rêveuse sur une route poudreuse tire une ficelle à laquelle est attachée une raie qui tente de se dissimuler dans le sable pendant qu’une voiture arrive sur elles à toute vitesse.

Jupiter:

D:  b,   d,   2,   g.

N: 24, 32, 40, 48.

(La raie est aussi jupitérienne).

Rêve 2 : Je me promenais dans les marais. La nature était magnifique, verdoyante, sans grand soleil. Ensuite je marchais près d’un plan d’eau et je remorquais par une ficelle une maison qui me suivait sur l’eau. J’entendis un fracas immense, la maison bascula sur sa diagonale…

Mars:

D: I,   2,   3,   g,   4.

N: 8, 16, 24, 32, 40.

(Les rêves type pierre précieuse sont souvent très colorés avec des passages féeriques jusqu’à la chute ou la destruction de l’un des composants de la scène).

Rêve 3: La rêveuse voit deux hirondelles plonger vers le sol et disparaître. Elle s’approche, inquiète, se demandant ce qu’elles sont devenues. Elle voit une ouverture minuscule dans le sol: elle se penche et découvre avec émerveillement une immense grotte où trois niveaux sont très nettement différenciés. Tout en haut de la grotte sur des fils électriques, les deux hirondelles pépiant de joie au milieu de leurs congénères, au centre des poulets juchés sur des claies de poulailler et tout en bas des poulets morts ficelés, prêts à être vendus sur l’étalage du commerçant…

Jupiter:

D:   b,   d, 2,   g.

N: 24, 32, 8, 40.

Il faudrait analyser ce rêve en détail. Je retiendrai comme fait majeur le symbole de la tripartition — corps, âme, esprit — que la rêveuse retrouve dans de nombreux rêves et les volatiles morts qui ont les mêmes directions et fréquences de vibrations que les canards et poulets des offrandes peints sur les murs des tombes égyptiennes.

Rêves 4 et 5: …Un bâtiment sur la gauche: blanc hexagonal ou une figure approchant l’hexagone ou l’octogone. Des marches, je monte… Puis, sur la droite en haut un grand bâtiment long, les classes… des couloirs, puis une pièce…

Nous partons dans les couloirs jusqu’à une grande baie vitrée qui donne sur la nature et le ciel bleu et rose… Le paysage est très beau, le ciel est bleu et rose comme un lever ou un coucher de soleil (je ne sais pas) mais on ne voit pas le soleil, seulement le rayonnement; la végétation est luxuriante. Depuis là-haut, on domine.

Nous partons. Sentier serpentant entre les rochers et descendant vers une crique de sable fin où je rencontre une dame que je connais bien et qui vient de perdre un bébé de quelques mois.

Je dis: Et si on montait là-haut, on verrait mieux. Tous d’accord, les deux montent avant moi, puis je monte à mon tour facilement.

En fait nous montions grâce à un objet noir, brillant, lisse qui planait dans le ciel et était relié à la plage par un câble.

Mais là-haut, ça s’agitait un peu. J’avais entre le vertige et le mal de mer… Le paysage était splendide. Je leur demandais de moins faire bouger le monolyte. C’était drôle: vu de dessus, va ressemblait à un miroir géant et noir et pourtant on ne s’y voyait pas dedans!

Vénus:

D:   4, b,    I,  c,   2, f,  g.

N: 32,40, 48, 8, 64,72, 8.

Structure en pierre précieuse démarrant à une fréquence très élevée: N32, avec deux N8 opposés: directions c et g. Cette personne a accès naturellement à deux mondes vibratoires coexistant: N32 à N56 et N56 à N80 que nous avons représentés sur sa structure vibratoire théorique avant qu’elle ait les deux N8 (fig. 2). Dans les deux rêves se manifeste l’alternance des montées de pentes différentes (I, 2, 4, 5, 7) et les chutes plus brutales (3 à 6). Nous retrouvons l’aspect très coloré, paradisiaque et enchanteur entrecoupé de situations de conflit correspondant aux chutes. L’aspect pierre précieuse est en plus précisé par les structures géométriques: hexagone, octogone, etc. L’existence de deux N8 opposés donne des potentialités médiumniques caractéristiques.

Fig. 2: Evolution des énergies vibratoires dans les rêves analysés par C.G. Jung dans Psychologie et Alchimie. Phase a, b, c: les énergies 1, 2, 3, g, 4 s’abaissent progressivement de N48 à N2. C’est la phase la plus délicate à mesurer où elle dure en général peu de temps et peut ne concerner qu’une sphère énergétique inférieure difficile à atteindre.

Phase c: Transformation alchimique: Mars     Soufre

avec une augmentation du niveau vibratoire: N48 N2 N56.

Phase d: Annonce d’une nouvelle transformation alchimique: la direction 2 du soufre chute à 14 fréquence N8.

Phase e: Rééquilibrage dynamique des énergies vibratoires par acquisition de 2 N8 opposés.

Les rêves de mandalas: La quête du Soi

La quête du Soi telle que l’a définie Jung [6] peut être analysée énergétiquement en étudiant toutes les possibilités de restructurer symétriquement les énergies vibratoires. Nous avons repris l’analyse de 76 rêves issus eux-mêmes d’une liste de 400 analysés dans «Psychologie et Alchimie» en les traitant par la méthode décrite ci-dessus (fig. 3).

Fig. 3: Evolution des énergies vibratoires de la personne ayant fait les rêves 4-5. L’histogramme actuel des fréquences est en traits pleins; l’histogramme théorique avant l’apparition des 2 N8 est en traits pointillés.

Dans cette succession chronologique, nous voyons clairement apparaître deux phases susceptibles de conduire le rêveur à des transformations alchimiques. La première phase s’étend jusqu’au rêve 22 de la série initiale; la deuxième phase débute au rêve 6 de la deuxième série et s’achève au rêve 59.

Première phase: Transformation alchimique Mars — Soufre.

Cette phase est caractérisée par des rêves d’escaliers et d’échelles que le rêveur monte ou descend, rêves qui s’apparentent à des rites d’initiation et par des rêves d’échanges où un objet est mis à la place d’un autre. Les 7 stades de la transformation apparaissent sous la forme du chiffre 7 lui-même ou par le père du rêveur qui s’écrie: «C’est le septième» (structuration de D9 à D3 ou progression de N8 à N56). Au rêve 22 qui va se traduire par la perte de la direction g, le rêveur passe de la structure Mars (D: I, 2, 3, g, 4.) à la structure Soufre (D: I, 2, 3, 4.). La transformation alchimique est réussie: Nous ne retrouvons plus la structure martienne dans les rêves ultérieurs. En partant d’une structure déjà relativement symétrique (fig. 2b), le rêveur accroît effectivement la symétrie dynamique de ses énergies vibratoires en acquérant une structure quaternaire (fig. 2d).

Deuxième phase: Acquisition de 2 N8 opposés:

Cette deuxième phase est constituée de nombreux rêves de mandalas basés essentiellement sur la quaternité et qui visualisent ainsi de multiples aspects de la mise en œuvre des quatre énergies vibratoires du Soufre. L’horoscope est lui-même un mandala qui tourne vers la gauche avec les maisons et les phases planétaires. Citons notamment des espaces carrés ou rectangulaires, des scènes à quatre personnages dont le rêveur jusqu’au rêve 59 que Jung a baptisé la Grande Vision. Cette évolution des énergies à travers les variations des fréquences (N), est corrélée à un meilleur ordonnancement des structures de l’inconscient dont l’énergie enfin acceptée, et non refoulée comme au cours des rêves antérieurs, va s’infiltrer dans le conscient et provoquer une situation favorable à la synthèse inconscient/conscient. Au cours des différents rêves, nous assistons à la progression de cette synthèse. Ainsi dans le rêve 22 de la deuxième série: «Il est dit qu’il y a une révolution en Suisse; un parti militaire se livre à la propagande suivante — étrangler complètement la gauche —», alors que dans le rêve 25: «Il s’agit de construire un point central et de rendre la figure symétrique par réflexion sur ce point.» Et Jung conclut: «Ainsi, l’inconscient avec ordre en partie incompréhensible devient le complément symétrique de la conscience et de ses contenus.»

Dans la dernière vision: le rêveur voit l’horloge du monde constituée d’un cercle vertical avec une aiguille, d’un cercle horizontal, le tout étant entouré d’une bague dorée. L’aiguille, le cercle horizontal et la bague tournent à des rythmes différents dont l’unité est le 1/32° du cercle. Nous retrouvons les trois rythmes décrits dans la grille personnalisée et constituant le DNA (I): le cercle tournant vers la gauche en un temps déterminé, les différentes directions (D), le nombre de battements (N) correspondant aux fréquences de vibrations et les amplitudes de vibrations (A) qui sont elles-mêmes quantifiées. En restructurant les infrastructures de son inconscient par l’acquisition de 2 N8 opposés dans les directions 2 et 4 du Soufre, le rêveur a progressivement acquis des potentialités de clairvoyance qu’il exprime remarquablement dans le rêve 59. Une nouvelle fois, nous vérifions bien, que tout est régi par les nombres: les sphères énergétiques s’emboîtent les unes dans les autres et tournent à des rythmes différents rendant compte de la diversité des tempéraments (I); nous sommes là aussi très proches de la vision de l’archéomètre de Saint-Yves d’Alveydre [7].

Jung propose que l’inconscient du rêveur produise une abondance de mandalas qu’il égale au Soi. Je serai plus prudent en disant qu’il y a en fait plusieurs chemins susceptibles de mener à la découverte du Soi, en liaison étroite avec l’existence de plusieurs sortes de tempéraments (de Saturnien à Lunaire et même à Plutonien). Il en résulte que le mandala n’est pas la seule production ultime de l’être rendant compte de l’atteinte d’un équilibre dynamique pas nécessairement stable. L’évolution décrite dans «Psychologie et Alchimie» s’applique parfaitement au tempérament martien qui est déjà régulé par 5 énergies vibratoires dont les 4 du Soufre et n’oublions pas que Jung était lui-même martien.

La manipulation des énergies vibratoires et le conditionnement de l’individu:

Parmi les conséquences favorables et défavorables des manipulations des énergies vibratoires, je décrirai deux exemples complémentaires.

a) Les vibrations du symbole ésotérique »

Les vibrations du symbole ésotérique ont les caractéristiques suivantes:

D: 4,   b,    I, c,   2,   f,  g.

N: 8, 56, 56, 8, 56, 56, 8.

Fig. 4: Analyses des énergies vibratoires du symbole ésotérique

Nous les avons détectées sur plusieurs personnes : est-il possible de corréler l’existence de ces vibrations au comportement, au mode de vie, à la sensibilité de ces personnes, à ce qu’elles pensent et à ce qu’elles imaginent? Je citerai deux exemples typiques:

— l’écrivain Ernst Jünger a cette structure vibratoire. Venu de l’extrême droite nationaliste et antirépublicaine, il devient progressivement un anarchiste réactionnaire et il invoque le réalisme magique. C’est ce même auteur qui dans «Orages d’acier» [8] faisait l’apologie de la guerre, de l’«ivresse de la mort», des «hommes durs» et qui maintenant, sans renier tout à fait ses premiers écrits fascistes, s’oriente vers la description d’expériences psychédéliques. Nous pouvons nous demander si après avoir subi l’aspect négatif de ses structures vibratoires, cet écrivain n’est pas en train d’en découvrir et d’en maîtriser l’aspect positif;

— cette structure vibratoire est aussi celle d’hommes et de femmes victimes de graves accidents ayant entraîné des comas prolongés et qui, depuis, ont des visions de guerre qu’ils attribuent spontanément à des vies antérieures.

A la lecture de tels exemples, notre réelle liberté d’action paraît être réduite. Les vibrations reçues et transmises dans nos supports vibratoires conditionnent toutes nos émotions, notre comportement et finalement notre pensée, notre créativité. Alors que les Egyptiens pratiquaient avec subtilité le rêve thérapeutique, il est possible de conditionner tout un peuple en manipulant l’inconscient de ses individus. Si une organisation politique sait manipuler ces énergies vibratoires, elle devient capable de modifier les vibrations de toute une catégorie d’êtres qu’elle fera penser et agir comme elle le désirera. Il faut si peu de chose pour transformer un paisible vénusien en un tortionnaire assoiffé de sang!

b) Les degrés de liberté de l’individu: des émissions telluriques aux ondes cosmiques:

Fig. 5: Les relations vibratoires du cosmos, de l’homme et des créations humaines (version simplifiée)

(A) Ondes cosmiques agissant sur le globe terrestre.

(A’) Ondes cosmiques agissant directement sur l’homme et sur l’ensemble de la nature.

(B) Courants telluriques.

(C) Vibrations émises par l’homme et qui participent à sa créativité.

(D) Vibrations émises par les œuvres symboliques de l’homme.

L’étude des caractéristiques (DNA) des différentes vibrations citées dans ce tableau est décisive pour la compréhension du processus de transfert d’énergie à l’échelle vibratoire entre les différents constituants du système.

A l’échelle vibratoire, la vie résulterait donc d’un équilibre dynamique entre l’influence des ondes reçues et celle des ondes émises par l’être considéré. L’interaction des deux types d’ondes opposées dans leurs directions est totalement dépendante de la nature des supports vibratoires constituant les cellules, de la nature et de l’ordre des acides aminés dans les protéines et des nucléotides dans l’ADN et en particulier des caractéristiques de la molécule d’eau (et des vibrations des électrons). L’équilibre d’un être à l’échelle de l’énergie vibratoire va dépendre en premier lieu du maintien de cet équilibre oscillatoire de toutes les cellules de son organisme. Si un déséquilibre oscillatoire existant dans le milieu extérieur est transféré à un compartiment cellulaire, s’il se maintient, c’est-à-dire s’il n’est pas corrigé par la hiérarchie des sphères énergétiques qui règlent l’être et s’il touche progressivement les supports vibratoires essentiels au maintien de la vie, la matière organique sera perturbée à son tour. C’est ainsi qu’il est possible de déceler des perturbations des sphères énergétiques périphériques bien avant que la matière organique soit touchée de manière décelable par les techniques analytiques actuelles. Un exemple de ce type est fourni par les maisons dites à cancer où les habitants reçoivent pendant qu’ils dorment des énergies vibratoires nocives provenant de failles ou de cours d’eau souterrains. Ces énergies vibratoires vont ensuite «animer» les supports vibratoires des habitants jusqu’à ce qu’une situation favorable à l’échelle cellulaire se présente permettant l’établissement progressif de la transformation tumorale. Il en résultera l’altération du fonctionnement des cellules à l’échelle locale puis généralisée, et de proche en proche, de sphère en sphère (N56 à N2), l’apparition de la structure vibratoire caractéristique de la cellule cancéreuse et la remontée des fréquences de vibration. La transmission des énergies vibratoires nocives se fera à tout l’organisme et se terminera inéluctablement par la mort. Il est impossible de changer définitivement les émissions telluriques du sol et de modifier la nature et l’intensité des rayonnements cosmiques. Mais par contre, il est possible de diminuer la probabilité de rencontre entre un organisme stressé (à N2) susceptible de prendre une orientation énergétique défavorable et des énergies vibratoires nocives, qu’elles proviennent du sol, de l’atmosphère ou d’une structure quelconque. Pour cela il est important de savoir détecter les énergies vibratoires et bien sûr, en contrepartie, de pouvoir utiliser avec profit les énergies bénéfiques, ce que savaient si bien faire les anciens Egyptiens.

Ainsi, la connaissance du DNA vibratoire d’un organisme et de son évolution au cours du temps peut nous permettre de corriger subtilement l’influence des agressions vibratoires nocives et par suite de rétablir progressivement l’équilibre oscillatoire passagèrement compromis.

CONCLUSION

1) La transformation alchimique peut être décrite en données moléculaires et énergétiques:

L’analyse des rêves que nous venons de décrire succinctement permet de mieux comprendre les liens si développés entre la symbolique individuelle du rêve de l’Alchimie du Moyen Age. C. G. Jung a longuement étudié ces liens (4,6). La présence de métaux «alchimiques» au niveau de la molécule d’ADN et surtout l’existence d’énergies vibratoires propres à chacun d’eux susceptibles d’être transférées à la molécule d’eau et de changer ses propriétés vibratoires (cf. Spiritus Metallorum: esprit des métaux). Elles éclairent d’un jour nouveau l’analyse des rythmes biologiques à travers l’influence des composantes des rythmes cosmiques. Elles nous font saisir pourquoi les anciens dieux des planètes et les composantes de la destinée en astrologie ont survécu de quelque façon dans nos structures inconscientes en résistant ainsi au façonnement, à la structuration de la conscience successivement par le christianisme et par la science. Les données génétiques et moléculaires récentes confrontées aux caractéristiques vibratoires de tous nos constituants cellulaires nous permettent de décrire la transformation alchimique en termes biologiques, énergétiques et physiologiques. Cela revient à dire qu’à un moment donné les êtres vivants reflètent de quelque façon à une échelle déterminée l’état du cosmos à ce même moment. Pour ce faire, il est nécessaire que les signaux de l’environnement soient bien reçus par les structures vibratoires et bien transmis aux centres effecteurs. Une telle réception et transmission des signaux de l’environnement est très facile à démontrer avec les végétaux et certains animaux. Elle est plus compliquée à démontrer avec les humains car alors nous devons analyser le processus en termes de conscient et d’inconscient: pour cela, il faut qu’il y ait réception des signaux par l’inconscient et qu’une synthèse cohérente puisse se faire entre ces données et celles du conscient, c’est-à-dire si les structures de ce dernier ne refoulent pas les données inconscientes. Il en résulte que l’indépendance vis-à-vis du cosmos peut paraître de plus en plus grande à mesure que l’on monte dans l’échelle évolutive des bactéries à l’homme, c’est-à-dire à mesure que l’on acquiert la maîtrise des fréquences de vibration de plus en plus élevées (cf. Steiner). Mais quoi qu’on fasse, nous ne pouvons nier l’existence du cosmos en nous dans nos structures inconscientes. On a beau ne pas en tenir compte, il finit toujours par se manifester à une échelle ou à une autre au moment où on s’y attend le moins.

Comme l’écrivait Papus [9], «La loi cosmique est unique. Elle se manifeste exactement de la même façon dans la marche des astres que dans la marche des organes humains ou dans les créations de la nature et de l’imagination humaine. Cette loi cosmique imprègne tout, nous ne pouvons ni la nier ni ne pas en tenir compte, ni la dépasser: nous ne pouvons que la vivre.»

Le système dynamique de forces qui anime l’univers est le même quelle que soit l’échelle considérée. Cette identité n’est pas absolue mais relative ce qui veut dire que lorsque nous comparons deux sous-systèmes faisant partie de cet univers, les rapports des forces constituantes sont identiques alors que les constituants qui subissent ces forces peuvent être très différents par exemple des métaux aux planètes. Ainsi, les couples métal/séquence d’ADN où le couple énergie vibratoire d’un métal/séquence d’ADN reproduit énergétiquement à l’échelle de la cellule, le couple planète — constellation du Zodiaque actif à l’échelle du système solaire. Il en résulte que nous pourrons obtenir des formes comparables à partir de constituants divers si ces derniers sont soumis à des énergies vibratoires analogues et si leurs fréquences de résonance le permettent. L’ensemble de ces données peut être résumé par la figure 5.

Ainsi les créations de l’homme reproduisent et ne peuvent reproduire que la structure énergétique du cosmos car à l’échelle énergétique l’homme est structuré comme le cosmos et ne peut donc transmettre — partiellement dans la plupart des cas — que ces mêmes énergies.

2) Les symboles constituent la véritable connaissance:

A l’échelle de l’inconscient, les symboles constituent la véritable connaissance unitaire en harmonie avec les données cosmiques. Cette connaissance absolue n’est jamais atteinte mais seuls peuvent aspirer à l’atteindre ceux qui ont parcouru le chemin souvent ardu de l’initiation. Rien n’est occulté: tout est clair pour celui qui a fait le travail qui mène patiemment à la compréhension des choses. Il n’y a par suite, aucun problème de pouvoir et de secret qui donnerait des avantages décisifs à ceux qui le posséderaient. Il n’y a pas non plus de problème de hiérarchie : Nous ne pouvons supporter (donc vibrer) de manière stable et répétitive que le niveau de vibration qui correspond aux fréquences de résonance de nos supports vibratoires. C’est donc un travail sur soi, qui ne donne aucun avantage sur les autres et qui mène à  la découverte de l’absolu, du Soi de Jung.

Les symboles effleurent et stimulent l’inconscient comme une véritable nourriture spirituelle. Notre conscient est loin de tout comprendre surtout si par l’éducation et la vie en société, il a été trop brutalement coupé du monde de l’enfance qui a ses racines profondes dans l’inconscient. L’inconscient se souvient toujours des choses sacrées immémoriales aussi étrangères qu’elles puissent être; un événement anodin suffit à l’activer si le passage inconscient/conscient devient subitement possible.

L’homme moderne a perdu le contact avec ses racines et avec ses liens cosmiques: les symboles sont devenus pour lui incompréhensibles. Il erre désemparé dans un univers qu’il ne comprend pas et ne cherche pas à comprendre. Les humains, les groupements, les partis politiques, les pays, les sociétés, les civilisations nous donnent l’impression de se comporter comme des pantins ou des marionnettes parce qu’ils sont bâtis et se développent comme s’ils étaient autonomes et libres de tout lien cosmique. Inéluctablement, il en résulte des crises économiques, sociales, politiques, des conflits armés et une situation générale qui est de plus en plus chaotique. Par contre les sociétés dites primitives vouaient une sorte de culte à ces liens. Elles savaient parfaitement que l’inconscient est la forme originelle du psychisme mais aussi la condition que nous traversons durant notre enfance et à laquelle nous retournons chaque nuit. Elles savaient aussi que ce sont ces énergies vibratoires enregistrées par nos structures inconscientes qui nous animent le jour. Nous avons perdu ou oublié ces données essentielles pour l’atteinte d’un équilibre stable: Nous sommes en train de les retrouver…

Dans notre être, il y a continuellement affrontement entre deux langages de type différent: le langage du conscient rationnel et déductif et le langage de l’inconscient considéré comme irrationnel et intuitif. Les contraintes imposées par l’éducation, la vie en société et les différents pouvoirs établis font que très souvent l’homme refuse d’entendre et de tenir compte de l’un des langages: celui de l’inconscient. Cet affrontement dynamique, qui met en jeu des énergies opposées, va se refléter à toutes sortes d’échelles: ainsi au niveau moléculaire nous avons décrit deux types de codes génétiques qui coexistent dans l’ADN; dans ce cas l’information passe d’un code à l’autre.

Quelle attitude pouvons-nous adopter face à ces forces opposées qui semblent condamnées à toujours s’affronter dans un combat dont nous saisissons mal et la nature et la raison?

La première obligation est de tenter de décrypter et de comprendre les deux langages. Le langage de l’inconscient est aussi ordonné et logique que celui du conscient, mais il ne contient pas le même ordre que celui-ci. Il faut donc analyser cet ordre propre à l’inconscient et le concept DNA appliqué notamment à l’analyse des rêves est une méthode qui permet de définir rationnellement les énergies mises en jeu au niveau des émotions, des sensations, etc. L’irrationnel est bien loin! Arrivés à ce stade de l’analyse des énergies vibratoires, nous nous rendons compte que le dialogue de ces deux langages est possible et absolument décisif pour la survie de l’homme. L’inconscient ne demande qu’à dialoguer avec le conscient, à échanger des informations avec lui car c’est justement cet inconscient qui contient des informations essentielles pour le développement harmonieux de l’être dans je jeu cosmique. Et ainsi beaucoup de psychoses et de névroses pourraient être évitées ! …

La recherche et la compréhension de ce subtil équilibre dynamique entre des forces opposées et complémentaires n’est-elle pas finalement la quête patiente de la pierre philosophale!

Nous remercions Mesdames et Messieurs: F.B.; S. B. ; R.G.; S. K. et O. R. d’avoir accepté la publication de tout ou partie de certains de leurs rêves.


[1] E. Guillé: 3e Millénaire, n° 1, 2, 3 ancienne série et sur ce blog.

[2] G. Laskowsky: «L’Universion», Gauthier-Villars, 1927.

[3] A.A. Bailey: «L’Ame et son mécanisme», éd. Lucis Genèvre, 1930.

[4] C.G. Jung: «La Psychologie du transfert», Albin Michel, Paris, 1980.

[5] Rosarium Philosophorum in Mylius J.D. «Philosophia Reformata», Francfort, 1922.

[6] C.G. Jung: «Psychologie et Alchimie», Buchet et Chastel, Paris, 1970.

[7] Saint-Yves d’Alveydre: «L’Archéomètre». Clef de toutes les religions et de toutes les sciences de l’antiquité. Gutenberg Reprints, Paris, 1979.

[8] E. Jünger: «Orages d’acier», Francfort, 1919.

[9] Papus (Dr Gérard d’Encausse) «A B C illustré d’occultisme», éd. Dangles, Saint-Jean-de-Braye.