Alain Brêthes : Des musiques pour communiquer avec soi-même


01 Feb 2012

(Revue CoÉvolution. No 13. Été 1983)

Alain Brêthes anima La Maison du Nouvel Age à Avignon et sélectionne depuis plusieurs années les disques de « musique du Nouvel Age », il est l’auteur de plusieurs livres et ses activités tournent autour de l’art-thérapie sous différentes formes…

Le rôle de l’art

« L’art pour posséder sa valeur, doit être une synthèse vivante et active. Il tend toujours vers la plus grande perfection. La nouvelle ère apporte de nouvelles possibilités. Elle apporte de nouvelles expressions. Elle manifeste de nouvelles énergies. Le rôle de l’Art est d’harmoniser les valeurs à l’échelle planétaire, de créer la Beauté, la Connaissance, la Joie et l’Union entre les Peuples« . (Le Livre de la connaissance d’Elisabeth Warnon).

Peut-être devrait-on dire « la musique dans le nouvel âge » car, si à l’heure actuelle cette musique a des caractéristiques bien précises au niveau de la forme, il n’est pas dit qu’il en sera de même dans le futur. Une chose certaine, c’est que la notion de l’art pour l’art sera totalement étrangère aux créateurs inspirés de demain.

Pour les compositeurs actuels en accord avec ce nouveau courant de pensée, la musique a avant tout une place importante à tenir dans la vie quotidienne non pas comme béquille ou passe-temps, mais bien comme un élément vital tenant un rôle de régulateur et de focalisateur.

La plupart de ces musiciens développent un type de musique susceptible de cicatriser les plaies occasionnées par les bruits discordants de notre société, la course effrénée vers un idéal douteux, le matérialisme et l’intellectualisme outranciers, signes évidents d’une société malade en totale disharmonie avec les lois naturelles de l’univers.

C’est une musique essentiellement harmonique, car le temps de la dissonance et de la discordance est maintenant terminé, et si certaine sonorités destructrices ont eu un rôle important à jouer dans le passé, il n’en est plus de même à la fin de ce siècle, la mélodie retrouve sa place, la place qu’elle avait quittée momentanément car à chaque fin d’ère, (nous sortons de celle de Poissons), une certaine période de déstabilisation est nécessaire, afin de pouvoir construira sur des bases plus saines. Dans la grande Harmonie Cosmique, chaque note est à sa place même temporairement celle qui semble sonner fausse. Cela dépend du niveau auquel on l’écoute. Mais pas d’inquiétude à avoir, l’harmonie est l’une des notes du fondamentale du Verseau.

Un phénomène important à propos de ces nouveaux compositeurs, ils ont retrouvé la base de toutes les musiques savantes orientales :

Le MANTRAM. Le mantram existe bien encore dans le chant comme le perpétuent par exemple, les Bouddhistes tibétains. Mais, dans les musiques traditionnelles et religieuses de l’Orient, la qualité mantrique n’est en général plus qu’un vague souvenir, et les musiciens de ces pays sont devenus depuis longtemps, des virtuoses dignes de nos grands interprètes du répertoire classique et contemporain. Il s’agit d’une généralité et non d’un absolu; il y a encore des Érudits dans ces contrées, mais ils transmettent leur savoir à l’occident. Une grande époque de l’histoire de l’humanité se termine, mais une autre a commencé.

Les Anciens ne cherchaient pas à développer la musique en tant qu’art. Ils ne pensaient qu’à rehausser sans cesse sa puissance par l’intermédiaire des Mantrams, car ils savaient d’expérience que certaines suites de notes assemblées avec soin et jouées à la hauteur de ton voulue, facilitaient la méditation profonde et permettaient des états supraconscients.

Nos compositeurs actuels ont recréé l’esprit de cette science ancestrale et l’ont adapté à notre culture faisant la synthèse des musiques savantes de l’Orient et de l’Occident, et employant les instruments traditionnels ainsi que les sophistiqués où l’électronique tient une place importante. Il s’agit d’une musique à caractère linéaire et répétitif pouvant être entrecoupée de silences, ou composée sur des tempos rapides un peu à la manière des psalmodies. Une différence essentielle avec le passé, c’est que les compositeurs du Nouvel Age insistent profondément sur la mélodie et donc sur l’esthétique. L’Art contient en lui-même, la science, la religion et la philosophie.

Toute la musique Nouvel Age n’est pas forcément fondée sur ces deux archétypes. Il y a plusieurs tendances mais chacune est animée par le même souffle : aider l’esprit à se purifier et à s’élever dans les sphères de la raison pure, au-delà de l’attraction de notre lourd héritage.

On pourrait les classer en trois catégories :

a) régénératrice (musique calme et limpide à douces sonorités) agissant surtout au niveau du corps émotionnel (le terme corps est à prendre au sens imagé);

b) stimulante, (musique plus rapide et beaucoup plus riche instrumentalement et harmoniquement) agissant sur le corps physique par la danse, et sur le mental par une attention et une réflexion intense. À déconseiller avant de se coucher;

c) contemplative et élévatrice (apparentée au cosmique voulant traduire la musique des sphères) c’est à l’Esprit que s’adressent ses prenants élans vers le haut.

La plus répandue est la première. C’est elle qui a le plus d’effets immédiats; qui ne ressent pas une certaine plénitude et un grand calme intérieur après avoir écouté les douces mélodies de Steven Halpern ou de Kriya Ramananda ?

Les deux dernières catégories demandent une participation plus activé de la part des auditeurs, non plus par le lâcher prise, mais plutôt avec la volonté de se dépasser. Nous avons quitté le domaine du passif, ceci n’est pas dit pour discréditer les créateurs d’abord cités, mais pour bien montrer qu’ils ne sont que la première vague préparant la ou les suivantes. Elles sont déjà manifestées, mais les grands créateurs restent à venir. Peut-être deux compositeurs à citer : Iasos et Steve Reich dont les musiques irradient un souffle puissant.

Certains de ces musiciens devront, dans le futur, composer une musique qui créera des formes-pensées adaptées à des états bien spécifiques, ce qui nous permettra d’entrer en contact avec l’évolution dévique, et de nous faire bénéficier pleinement des grands courants d’énergie déversés par ces Etres Radieux. C’est exactement le phénomène qui se manifeste à la communauté de Findhorn, à la seule différence qu’eux l’obtiennent par la coopération et l’harmonisation avec tous les règnes de la Nature. Le son étant l’une des vibrations les plus puissantes de l’Univers, l’approche par la musique des règnes humain et dévique, occasionnera une communion encore plus étroite que dans certains centres préparés à cet effet sur la terre.

Le Nouvel Age étant une période de synthèse, à la musique s’ajoute et s’ajoutera de plus en plus, la danse qui recherche son caractère sacré, et la couleur. Déjà, certains compositeurs accompagnent leurs œuvres de projection de couleurs sur des écrans où elles expriment le message contenu dans la musique interprétée, ce qui a pour résultat de donner à l’ensemble une force incommensurable.

Ceux qui ont eu la possibilité d’expérimenter en concert la fusion du son et de la couleur, se sont rendus compte des effets stimulants et curatifs de cette puissante harmonisation.

Le son, la couleur, le mouvement et sûrement le parfum, offrent la naissance d’un Art total; peut-être la promesse d’un futur grandiose, car là où l’art fleurit et s’épanouit, la civilisation suit.

Tout cela est possible et réalisable grâce à la connaissance et l’application de « l’ésotérisme », mais qui le devient de moins en moins, grâce à la profusion des enseignements initiatiques de qualités que nous connaissons depuis une centaine d’années.

Chaque son a sa correspondance en couleur, en parfum, et pourquoi pas aussi en geste ? Cette combinaison judicieusement distribuée, chacun au service de l’autre et fondue dans une immense synthèse, le créateur de demain conscient de ses responsabilités en tant que manieur d’énergie, se proposera de spiritualiser ses auditeurs. Il deviendra un Serviteur du Monde, et il nous permettra de nous tenir en relation constante avec les Plans Supérieurs dont l’effet sera de nous faire expérimenter les exaltations les plus intenses, réservées jusqu’à maintenant à une minorité.

Le service désintéressé est la caractéristique principale du Verseau, le service non pas comme moyen de libération personnelle, mais pour le bien du groupe. Voici une perspective d’avenir intéressante : ne plus vivre pour soi-même et s’éveiller à la Conscience Planétaire…

Qui d’autre que l’Artiste, à la sensibilité affinée, pourrait le mieux répondre à ces subtiles émanations qui se répandent dans notre sphère terrestre depuis quelques années, pour pouvoir ensuite les irradier, par la vibration sonore, dans nos auras ?

Le Nouvel Age est une promesse. Son essence se trouve dans le Cosmos, et sa manifestation dans l’ouverture de notre conscience.


Étiquettes : , Arts