Swami Hridayananda Sarasvati : Enseignements 3 : Méditation


19 May 2010

(Revue Panharmonie. No 198. Avril 1984)

ENSEIGNEMENT DONNE A L’ECOLE NORMALE DE YOGA Roscoff, Juillet 1983

« Que le monde tout entier soit en paix ! »

Mataji : Y a-t-il des questions ?

Question : Est-il possible de méditer étant couché ?

Réponse : C’est possible, mais c’est très difficile de rester éveillé. Car, lorsque le corps est complètement détendu, il a l’habitude de s’endormir. Lorsque vous serez complètement détendu et que vous vouliez entrer en méditation, vous vous endormirez sans même vous en apercevoir. Sinon c’est une bonne posture. C’est pourquoi, lorsqu’on appuie le dos contre un mur on garde la tête détachée du mur afin que cela vous réveille si on s’endort et que la tête tombe en avant.

Êtes-vous assis confortablement ? J’étais très heureuse de voir hier, pendant que vous méditiez, que cela était beaucoup mieux, qu’il y avait un gros progrès.

Question : Mataji pourrait-elle nous redire les différentes techniques pour obtenir le calme mental ?

Réponse : Le premier jour observez la respiration sans rien d’autre. Le second jour observez le souffle et soyez conscient de l’air qui passe à travers les narines jusqu’à la fin de l’inspiration et de l’air qui sort par l’autre narine jusqu’à la fin de l’expire, et le très petit intervalle entre les deux, intervalle naturel et non artificiellement provoqué. Le troisième jour on prend conscience de ses pensées. Là il faut faire très attention, car si vous avez conscience de vous-même en tant qu’observateur et qu’une pensée se forme, automatiquement vous formulerez un jugement, une opinion. Mais si vous observez sans avoir conscience de vous-même, ce qui au début ne sera possible qu’un très court instant, même brièvement cela sera un très bon exercice.

Hier, le quatrième jour, nous avons tenté d’envoyer des pensées d’amour envers tout le monde afin d’éprouver notre unité avec tous et tout et leur souhaiter santé, paix et prospérité. C’est un mantra naturel que nous répétons sans cesse chaque fois que nous respirons.

Question : Y a-t-il deux sortes de vibrations dans le OM ? D’abord le O et ensuite Mmmmm ?

Réponse : En fait, il y en a trois : A, OU, Mmmm. Si vous ouvrez la bouche et proférez un son, ce sera le son A et pendant que vous produisez ce son vous fermez peu à peu doucement la bouche et vous constaterez que le A se transforme en OU et finalement en M, lorsque la bouche est fermée. De même il faut que vous vous rappeliez que tous les sons se situent à l’intérieur de celui-ci, tous les sons de toutes les langues se situent dans cette échelle. Tous les sons que nous entendons ont leur place entre le A et le M. On ne peut produire aucun son sans ouvrir la bouche et puis la fermer. Dans n’importe quelle langue c’est impossible de faire autrement, en ouvrant la bouche et en la fermant, les deux sons extrêmes sont A et Mmmm, tous les sons que nous prononçons sont entre ces deux vibrations.

Question : Je sens la première vibration dans le nez, dans le visage et ensuite je sens que cela monte.

Mataji : Cela part au niveau du nombril et Mmmm va très haut. Il est toujours mieux lorsqu’on chante le OM de le chanter sur l’expiration et de le faire partir du nombril jusqu’au sommet de la tête. Et lorsque je chante le OM en m’accompagnant sur l’harmonium, à chaque OM essayez de sentir cela depuis le nombril sur l’expire jusqu’au sommet de la tête et à la fin vous serez dans un état merveilleux. Et pour les débutants qui n’ont pas d’expérience, chaque fois que vous êtes troublé et que vous avez des problèmes, essayez de vous asseoir dans un coin tranquille et de chanter plusieurs fois OM de cette manière. Et vous verrez que cela transforme complètement le mental.

C’est pourquoi je dis que c’est un son cosmique qui n’appartient pas à une seule religion particulière, il ne doit pas y avoir ce genre de malentendu, vous devez vous sentir libre de chanter le OM quelle que soit la religion à laquelle vous appartenez.

Question : Si on le pense sans le chanter, a-t-il la même portée ?

Réponse : Oui. Lorsque l’on pense il y a un son mental, vous pouvez vous absorber dans ce son mental, mais lorsque vous êtes très agité, il vaut mieux le chanter à voix haute, parce qu’à ce moment-là vos oreilles également le perçoivent. En fait OM chanté mentalement est plus puissant que lorsqu’il est prononcé.

Question : Je pense que le OM est un mantra très puissant qui vous pousse à entrer en vous-même et à vous intérioriser. Mais il n’est pas aussi efficace dans la vie concrète au niveau auquel se situe la vie actuelle.

Réponse : C’est un mantra très puissant, tous les autres mantras procèdent de ce son primordial. On l’appelle le Maha-Mantra, le Grand Mantra. On n’initie pas en général les gens à ce mantra, car votre mental doit être en accord, en unisson avec le mantra que vous recevez et le OM est à un niveau très évolué. Donc nous laissons les gens arriver à ce son par eux-mêmes, les gens doivent être très très avancés, sinon il peut y avoir des incidents pathologiques. Il faut par conséquent faire la distinction entre la manière de le chanter comme nous le faisons de temps en temps, c’est très bien, cela ne peut qu’être utile, mais, à un niveau pas très très élevé, il ne faut pas le répéter comme un mantra toute la journée. Généralement nous ajoutons OM à un autre mantra, le OM précède le mantra individuel. On s’introvertit si on n’est pas à un niveau très élevé d’évolution et à ce stade d’évolution déjà élevé on ne tient pas à s’engager dans les affaires du monde sauf pour ce qui est vraiment nécessaire. Et puis on peut dépasser ce stade-là. Il y a un stade où l’on trouve très difficile de se livrer à des activités courantes, car le mental alors s’introvertit automatiquement sans que l’on puisse l’en empêcher, mais il faut transcender ce stade afin d’avoir un équilibre suffisant pour pouvoir contrôler cette tendance naturelle à l’introversion si on veut fonctionner dans le monde, bien sûr. Mais si vous menez une vie de devoir, complètement consacrée, bien sûr alors vous n’avez qu’à laisser faire.

Question : Comment trouver son mantra personnel ? Faut-il nécessairement être initié par quelqu’un ?

Réponse : Vous ne pouvez pas trouvez votre mantra personnel. Le Maître doit trouver le mantra qui vous convient, sinon les résultats peuvent être adverses, contraires. Et cela est arrivé à de nombreuses personnes qui prennent des mantras dans des livres. Ce n’est pas vrai pour tous les mantras, car en effet, il y a des mantras tout simples que l’on peut répéter sans aucun inconvénient. Mais il faut que le mental soit prêt à le recevoir si c’est un mantra puissant. Et même un mantra simple, s’il doit être vraiment efficace, doit être donné au cours d’une initiation.

Que veut dire « initiation » ? Le Maître voit quel est l’état du mental du disciple et il choisit un mantra en conséquence. En général le mental du disciple est agité, dans un état vibratoire très dense. Donc le Maître se concentre sur le mental du disciple et il introduit les vibrations du mantra directement dans le mental du disciple. Ce faisant le Maître fait vibrer le mental à l’unisson des vibrations du mantra qu’il a introduit. Et à partir de là il est possible au disciple de continuer et de progresser avec les vibrations du mantra. Pensez à un ventilateur qui est trop huilé, graissé et qui est grippé. Vous mettez la prise, vous le faites démarrer, il est en bon état, mais il ne peut pas marcher. Or si vous prenez un bâton et si vous l’inclinez plusieurs fois, il se mettra en marche. C’est l’impulsion première qui est donnée et ensuite c’est au disciple de travailler sur son mantra. Il faut que le disciple travaille régulièrement, sinon à nouveau cela se grippera.

J’ai pensé qu’il faut que vous sachiez quelque chose à propos des actions que nous accomplissons dans la vie, parce que l’action est quelque chose que nous ne pouvons pas éviter. Que nous le voulions ou non, nous sommes obligés d’agir. Nous pouvons arriver à garder le corps parfaitement inactif, mais de toute façon il faut que vous vous serviez de la main pour manger, ou bien vous marchez pour aller aux toilettes, pour prendre votre bain. Il est donc tout à fait impossible de ne pas accomplir d’actions. Et même si vous réussissez à garder le corps immobile, on ne peut pas dire pour autant que vous êtes complètement inactif. Parce que la racine de l’action se trouve dans le mental, c’est le mental qui est responsable de toutes les actions que nous accomplissons, c’est d’abord la pensée qui naît dans l’esprit, dans le mental, et ensuite nous agissons. Nous n’avons peut-être pas de pensée à ce moment précis, mais nous y avons pensé à un moment ou à un autre et cela a formé une impression au niveau du subconscient et c’est lorsque ces impressions subconscientes sont stimulées que nous agissons. Cela bien sûr concerne les gens normaux. Parfois nous pouvons croire que nous accomplissons des actions spontanées, nous pouvons croire que nous avons agi automatiquement sans penser, mais si vous y réfléchissez bien, vous vous apercevrez que vous avez pensé. Le meilleur exemple est celui d’un serpent que vous rencontrez en vous promenant, il est au milieu du chemin et, sans penser, vous faites immédiatement un saut pour l’éviter. On dirait que c’est une action spontanée qui n’a pas été précédée d’une pensée. Mais imaginez un enfant de deux ans qui passerait par le même chemin, lui ne fera pas de saut pour s’écarter. Il verra dans le serpent un très beau jouet et il s’avancera vers le serpent pour l’attraper. Il y a eu à cause de cela en Inde des cas mortels, la mère ayant été trop éloignée pour pouvoir empêcher l’enfant de saisir le serpent, le serpent a mordu l’enfant et l’enfant en est mort. Pourquoi cela se produit-il ? Parce que dans le subconscient de l’enfant il n’y a pas l’impression de la morsure du serpent, il n’a pas entendu dire que certains serpents sont venimeux et que la morsure peut être mortelle. Donc l’enfant s’en approche sans aucune crainte. Mais chez un adulte toutes ces impressions sont là, parce que, à un moment ou à un autre, la personne a entendu dire ou a lu que la piqûre d’un serpent peut être mortelle. Cela a formé une impression au niveau du subconscient et dès que la personne voit le serpent, immédiatement les impressions subconscientes sont stimulées. Cela se produit instantanément et on a l’impression que c’est spontané.

Par conséquent le mental est le facteur le plus important dans le processus de l’action. Et malheureusement toute action égoïste, c’est-à-dire toute action qui a été accomplie pour la satisfaction de l’ego, engendre une réaction. Donc il nous faut apprendre à accomplir des actions de manière différente. Voyons d’abord pourquoi il y a une réaction, pourquoi toute action égoïste a une réaction.

Le processus même de la Création est une action. Action ne veut pas dire nécessairement une action grossière, toute vibration, même subtile, est une action. Et les scientifiques ont prouvé que toute chose dans la création est vibration. Donc dans l’univers tout est en action, il n’y a absolument rien de statique, même si les choses apparaissent comme étant statiques, elles ne le sont jamais, elles ne peuvent pas l’être. La mer peut changer, les montagnes peuvent changer, le soleil lui-même peut changer, tout est soumis au changement. Ainsi, bien que tout soit en action, on peut constater qu’il n’est pas question d’égoïsme jusqu’à ce que l’on arrive à l’homme. Toute chose accomplit ses actions pour le bénéfice de tous. Pensez au soleil qui dispense à tous sa lumière, le vent souffle pour le bien de tous, la pluie également bénéficie à tous.

Donc, si vous y réfléchissez, tout semble fonctionner pour le bien de tous sans penser à soi et ça, c’est le dessein, le plan cosmique. Toute action d’un point de vue cosmique, a pour vue le bien de tous.

Question : Que signifient les catastrophes naturelles ?

Réponse : Même cela est bénéfique. Nous considérons ces catastrophes naturelles comme étant des réactions. En ce moment il y a beaucoup de catastrophes, la plupart des gens ont entendu dire probablement que l’on attend à des catastrophes. Pourquoi ? La raison qui en est donnée est l’accroissement des vibrations négatives, c’est-à-dire que les gens sont devenus complètement égoïstes, matérialistes, et c’est la raison pour laquelle se produisent des catastrophes. L’équilibre cosmique est maintenu par la proportion égale du négatif et du positif et si cette proportion du négatif et du positif est rompue la création ne peut pas continuer à exister. Ce que nous appelons catastrophe se produit pour que l’équilibre se rétablisse. Et vous entendrez dire par toutes sortes d’écoles de pensées que la seule façon d’éviter que des catastrophes se produisent, ou de les atténuer, c’est de s’élever pour le plus grand nombre d’individus possibles à un niveau spirituel. Si de plus en plus de gens peuvent devenir non égoïstes, si plus de gens se mettent à méditer, il est dit que du moins l’intensité des catastrophes peut être réduite.

Question : Les catastrophes se produisent dans des endroits précis. Alors que la négativité des gens est personnelle, il y en a donc qui payent pour les autres ?

Réponse : Les gens qui sont le plus négatifs sont regroupés à l’endroit où se produit la catastrophe. C’est karmique.

Question : Quand des enfants meurent dans des catastrophes, on a peine à croire qu’ils sont très négatifs ?

Réponse : Je n’avais pas l’intention de parler du karma, mais je vois qu’il faut que je le fasse ! Je suis prise au piège une fois de plus !

S’il y a des enfants qui sont tués dans des catastrophes, on pense qu’ils sont innocents, ils ne sont pas innocents ! Ils sont venus au monde avec des impressions subconscientes en eux, donc le nouveau-né est déjà chargé d’impressions subconscientes. La meilleure des preuves — bien entendu nous en avons bien d’autres — ce sont certains nouveau-nés, qui avant même d’avoir atteint l’âge où un enfant sourit, reconnaît, etc., sourient en dormant, ou pleurent.

Question : Dans des catastrophes aériennes tous les gens qui se trouvent dans l’avion sont conscients, tandis qu’un enfant souriant ou pleurant ne sait pas pourquoi il le fait ?

Réponse : Le bébé qui sourit se rappelle ce qui s’est passé dans sa vie précédente. Il n y a que les gens qui ont un karma similaire qui se retrouvent dans ces avions. S’il y a une ou deux personnes qui n’ont pas ce genre de karma, le taxi ou la voiture, par exemple, qui doit les amener a l’aéroport aura un accident ou une panne et ils seront empêchés de prendre cet avion ou il se passera quelque chose d’autre qui les en empêchera.

Question : Pourquoi ces guerres dans différents endroits du monde, pourquoi au Moyen-Orient par exemple ?

Réponse : Pour nous, en ce moment, c’est le Moyen-Orient, ce qui ne veut pas dire que tous les gens dans cette vie présente, actuellement, habitant au Moyen-Orient, n’y ont pas forcement vécu toujours. Peut-être qu’au Moyen-Orient vivent actuellement des gens qui étaient hitlériens, nazis. On ne peut pas voir cela avec notre vue limitée, il faut avoir l’œil cosmique pour voir cela. Avec notre vue limitée nous arrivons à de fausses conclusions. Imaginez que vous êtes à la base dune colline et que, de l’endroit ou vous êtes, vous apercevez un jeune enfant de dix ans environ, qui court poursuivi par un homme très fort qui le bat. L’enfant crie et pleure. Que se passe-t-il ? Naturellement toute, votre sympathie va à l’enfant et vous accusez l’homme qui le poursuit d’être méchant. En même temps il y a quelqu’un d’autre au sommet de la colline. Il n’a qu’à tourner la tête pour voir tout ce qui se passe tout autour. Et lui qui voyait tout ce qui se passait, a vu de l’autre coté, que cet enfant qui s’enfuyait était entré par effraction chez des gens et qu’il avait sérieusement blessé quelqu’un pour lui dérober ses bijoux. Évidemment s’il voit, lui, l’enfant battu par l’homme qui le poursuit, il dira « Il l’a bien mérité ! » C’est la différence entre la vision cosmique et la vision limitée.

Catherine Anne parle du rythme biologique normal ou anormal et fait un parallèle entre ces états qui  engendrent des événements néfastes lorsqu’ils sont perturbés, et le karma.

Question : Lorsqu’on pense à quelqu’un qui est tué dans un accident, est-ce, toujours négatif, faut-il considérer cette mort accidentelle comme quelque chose de négatif ?

Réponse : Oui. Négatif, signifie que c’est dû au karma négatif. Karma négatif signifie que cet accident est une réaction à une action commise dans une vie précédente ou dans cette vie.

Question : Faut-il penser que lorsque l’on quitte son corps quand on est jeune, c’est parce qu’on a commis des erreurs dans une vie précédente ?

Réponse : Chacun a commis des erreurs daims des vies précédentes, sinon nous n’aurions pas de corps. Nous n’aurions pas de corps physique si nous n’avions pas à assumer des réactions à des actions dans des vies précédentes.

Nous avons un corps physique et un corps subtil et ces deux corps sont réunis l’un à l’autre par le prana. A la mort 1e prana se retire du corps physique pour n’occuper que le corps subtil. Le corps physique alors devient inerte et dépérit. Donc la mort ne concerne que le corps physique, le corps subtil est toujours vivant, il ne meurt pas, et il porte en lui trois types de vibrations, trois types d’impressions.

Il y a trois types de karma : le karma accumulé, c’est-à-dire les vibrations des impressions que vous ayez accumulées au cours de différentes vies. Parmi celles-ci il y en a, un petit nombre qui a é activité. Ce sont peut-être les impressions les plus fortes qui ont été stimulées. Par ailleurs nous pouvons fabriquer plus de karma par les actions et les pensées égoïstes présentes. Le karma accumulé s’appelle Sanchita, celui de la vie présente, c’est Prarabda et finalement Aghami karma le nouveau karma résultant des actions commises actuellement. C’est le Prarabda karma qui est responsable dans notre vie présente des impressions qui sont réactivées. Et une fois celles-ci stimulées obligatoirement les réactions se produisent. C’est un processus naturel. Par exemple si des graines se mettent à germer nous ne pouvons pas ramener le germe à l’état de germe. Le processus naturel est l’éclosion du germe en petite pousse, en plante, etc. Ces impressions qui ont été impulsées, comme un aimant, attirent les cinq éléments, car ils ont besoin d’un corps physique pour que les réactions puissent se faire. Ces cinq éléments attirés par ces impressions sont : la terre, le feu, l’air, l’eau et l’éther. C’est cela qui forme le corps physique. Et en même temps il est attiré vers des parents et il naîtra dans la matrice de la mère au moment de la conception. Donc les parents ne sont pas des parents accidentels, mais des parents particuliers qui permettront à l’enfant qui va naître, de trouver les conditions, l’environnement nécessaires pour que puissent se faire les réactions aux actions. De même la forme physique, la constitution du corps physique, dépendent également des vibrations. Si dans ces vibrations, ces impressions, le positif et le négatif sont à peu près équilibrés, le corps physique sera normal. Et s’il y a davantage de positif le corps physique sera particulièrement beau et en bonne santé, également intelligent. Mais si c’est le négatif qui l’emporte, le corps peut être déformé. Cela explique la naissance des enfants qui  naissent sourds-muets, etc., sinon il n’y aurait pas d’explication à ces faits. Nous croyons tous qu’il existe un Pouvoir qui  est tout amour,  impartial. Alors comment expliquer que certains bébés, enfants, souffrent et que d’autres ne souffrent pas ? Si l’amour de ce Pouvoir « est le même pour tous, alors pourquoi tout le monde n’est-il pas égal » ? C’est à cause des vibrations apportées, drainées par des vies précédentes.

Question : La médecine avec ses traitements n’améliore-t-elle pas l’état de  ces effets négatifs, de même les conseils d’hygiène n’y contribuent-ils pas aussi ?

Réponse : Ils n’ont pas vraiment réussi. S’ils réussissent, le succès peut avoir lieu dans certaines, parties de la terre où les karmas sont moins mauvais. En fait les découvertes médicales sont dues au bon karma, cela veut dire que dans certains pays cela n’existe pas. Si cela a lieu quelque part,  ce n’est pas partout. Donc l’équilibre est quand même maintenu. Il n’y a pas d’incompatibilité avec  ce que je dis.

Question : Y a-t-il des parties du monde où le karma est meilleur que dans d’autres ?

Réponse : Vous ne pouvez pas dire cela, chaque fois cela change. Ce n’est pas permanent dans un endroit donné.

Question : Par exemple au Cambodge ?

Réponse : Actuellement, mais cela n’a pas toujours été ainsi. Il y a différentes périodes dans différents endroits.

Question Que se passe-t-il pour l’avortement ?

Réponse : Cela est considéré comme un mauvais karma.

Question : Et par rapport à l’enfant ?

Réponse : Pour le bébé déjà c’est un mauvais karma, parce que cela ne va pas sans souffrance pour lui, et pour la personne qui le fait, cela est également un mauvais karma, pour la mère.

Question : Est-ce considéré comme un crime, comme un assassinat ?

Réponse : Si vous êtes vraiment conscient de la gravité de ce que vous faites, c’est un crime, vous tuez quelque chose, mais si vous ne vous en rendez pas vraiment compte, le karma est moindre.

Question : Un soldat a-t-il le droit de tuer pendant la guerre ?

Réponse : Le soldat n’a pas le droit de tuer, car il avait le choix de ne pas aller dans l’armée. Il doit s’arrêter là. Mais une fois qu’il est entré dans l’armée, il ne fait que son devoir, il n’a pas de haine pour l’ennemi, il obéit aux ordres, sinon il serait tué. Dans ce cas le karma n’est pas très fort, néanmoins il y a quand même un peu de mauvais karma. Et pourquoi quelqu’un est-il tué ? Il n’a pas non plus de haine envers l’autre, et pourtant il est tué par lui. Combien d’animaux ont-ils été tués qui ne vous avaient jamais fait de mal. Je pense que si je continue à parler ainsi, je vais froisser pas mal de personnes ici. Nous n’hésitons pas à tuer pour le plaisir du palais, de la langue. Les hommes peuvent donc être aussi tués sans aucune raison, puisque c’est ce qui arrive aux animaux ! « Ceux qui tuent par l’épée périront par l’épée. » C’est écrit dans votre Bible.

Question : Il y a des soldats végétariens ! (rires)

Réponse : Généralement ils ne deviennent pas des soldats, mais peut-être avaient-ils tué dans une vie précédente ? Ou bien ont-ils été des chasseurs ?

Question : Les animaux ont-ils aussi des karmas ?

Réponse : Non, au niveau animal, il n’y a pas de karma. Ils n’ont pas le pouvoir de discrimination. Ce n’est que quand vous comprenez les choses et que vous les faites tout de même, qu’il y a karma.

Question : Pourquoi alors certains animaux sont-ils tués et d’autres non?

Réponse : C’est un processus automatique de destruction pour qu’il y ait évolution ensuite.

Question au sujet de la dernière guerre contre les Nazis.

Réponse : Il faut bien comprendre que nous n’avons qu’une vision superficielle des choses et si nous essayons d’aller plus profondément dans celles-ci, nous nous apercevons qu’il s’agit essentiellement d’égoïsme qui  extérieurement apparaît comme étant un devoir.

Question : Les Nazis voulaient exterminer tous les Juifs, s’ils n’avaient pas été tués…

Réponse : Évidemment c’est une guerre juste, comme la bataille qui est décrite dans la Bhagavad Gîta. Mais ce que je veux dire c’est que la plupart des guerres que l’on dit être justes, ne sont pas véritablement justes, ce sont finalement des guerres d’intérêt. On n’en connaît pas les motivations cachées, chaque camp est égoïste.

Question : A quel moment le corps subtil intègre-t-il le corps physique, est-ce au moment de la fécondation ou après ?

Réponse : Au moment de la conception.

Pourquoi y a-t-il réactions aux actions ? C’est parce que les impressions font obstacle à notre évolution. Évolution, cela veut dire, prendre conscience de son Soi intérieur, c’est-à-dire que vous prenez conscience de la Conscience Divine. Donc ces impressions forment un obstacle, car ce sont ces vibrations elles-mêmes qui vous empêchent et vous cachent la Conscience Divine. Ces réactions sont en fait une aide à votre évolution. Lorsque la réaction est terminée, l’impression, la vibration, est effacée.

Il y a trois types de réactions : imaginez qu’il y ait cent karmas accumulés et que dix parmi ces cent aient été activés. Votre corps est né à cause de l’activité de ces dix karmas. Ces dix karmas vous ne pouvez pas les modifier en quoi que ce soit, mais vous pouvez transcender la douleur parce  que les actions et les réactions se situent au niveau du monde terrestre. Or il y a six plans de conscience plus subtils au-delà du plan de conscience terrestre. Et par la méditation vous pouvez élever votre conscience à un de ces plans plus subtils. Vous ne subirez donc la réaction que sur le plan terrestre, et en fait vous resterez parfaitement serein. Pour vous en donner une image, vous êtes sur une planche à voile et tant que vous serez sur des vagues, vous serez ballottés par elles, mais si vous savez plonger, vous plongerez au-dessous des vagues et vous éprouverez le calme de l’eau plus profonde vous ne serez plus agité par les vagues.

Donc il reste quatre-vingt-dix karmas, mais si vous pouvez méditer profondément… qu’est-ce que la méditation ? Vous rassemblez les énergies mentales en un seul point et vous vous concentrez sur votre propre mental. Cette concentration d’énergie a le pouvoir de rendre les impressions de plus en plus subtiles jusqu’à ce qu’elles disparaissent entièrement. Vous n’êtes donc obligés de subir que le Prarabda karma ; le karma accumulé et vous pouvez aussi agir sur le troisième karma en menant une vie juste et en ne fabriquant pas de nouveau karma.

Question sur Gandhi qui a été assassiné.

Réponse : Gandhiji était une âme réalisée. Gandhi et beaucoup d’âmes réalisées, telles que Ramakrishna qui était très évolué et qui avait un cancer de la gorge et le Maharshi qui était une autre âme de très haute réalisation et qui avait un cancer du bras et beaucoup d’êtres très évolués ont eu à subir de très grandes souffrances. Même si vous avez su élever votre conscience à un niveau supérieur, le Prarabda Karma doit être accompli. La seule différence, c’est que si une personne ordinaire en souffrira, celles qui ont atteint un niveau supérieur, le subiront très facilement. C’est pourquoi lorsque Ghandiji succomba, la seule chose qu’il prononça fut le nom de Dieu, sans rien d’autre. Car le corps physique continue à vivre jusqu’à extinction entière du Prarabda Karma. Même si vous êtes une âme réalisée, cela ne fait aucune exception. C’est pourquoi le Christ Jésus eut également à souffrir. Cela ne veut pas dire que c’est un karma personnel, cela peut aussi être le fait d’avoir pris sur soi le karma des autres. A chaque fois que vous initiez quelqu’un vous prenez sur vous une partie de son karma. Et à chaque fois qu’une personne touche vos pieds avec grande dévotion, vous portez une partie du karma de cette personne.

Pour éviter de produire de nouveaux, karmas négatifs, l’homme a le pouvoir de discrimination grâce auquel il peut éviter d’accomplir des actions mauvaises. S’il mène une vie juste il ne fabriquera pas de nouveau karma. Cela ne veut pas dire que l’on doive éviter toute action. Ainsi lorsque quelqu’un est malade vous devez essayer de l’aider ou encore lorsque quelqu’un est dans le malheur, vous devez faire de même quoi qu’en sont le résultat. Ce qu’il faut éviter à tout point c’est, d’accomplir des actions qui ne soient pas justes.

Au moment de votre naissance, la date de votre mort est déjà fixée, rien ne pourra la changer. Donc si vous cherchez à sauver, quelqu’un de malade vous réussirez si le moment de sa mort n’est pas encore arrivé.