Hem Day : Gérard de Lacaze Duthiers ou l’artistocratie en action


27 Jul 2010

(Revue Spiritualité. No 24. 15 Novembre 1946)

« Dans le milieu artistocratique, bourgeois ou prolétarien où le sort nous a fait naître, dans les différents milieux où les circonstances nous font évoluer, conservons intacte notre personnalité et gardons-nous de la mentalité grégaire. Gardons-nous de l’imitation et de la copie. Gardons-nous de la bêtise collective et de la peur de l’opinion. Gardons-nous de toutes les tares qui font de l’homme social un déchet d’homme, un mannequin, une guenille, une girouette qui tourne à tous vents.

Nous ne pouvons rêver un monde meilleur dans un monde d’imperfection et de laideur. En attendant qu’il existe, tâchons de  vivre notre vie en artistocrate. »

Cette profession de « foi » du créateur de l’artistocratie, je la donne en exergue puisqu’elle résume dés l’abord toute la philosophie de Gérard de Lacaze Duthiers.

Petit neveu de ce professeur savant, Henri de Lacaze Duthiers qui laissa un nom vénéré dans la science française et même mondiale, Gérard de Lacaze Duthiers a hérité de ce grand-oncle l’indépendance et la précision scientifique qu’il a transporté sur le terrain littéraire.

De son grand-père qui s’intéressa tout particulièrement aux sciences sociales au point de dépenser jusqu’à son dernier sou dans, la création d’œuvres destinées à l’amélioration de la « classe ouvrière », Gérard de Lacaze Duthiers recueillera une générosité qui le conduira sur les chemins de la lutte en faveur de la libération du peuple.

Ce double héritage nous aidera à saisir les éléments d’une philosophie qui caractérise la personnalité de l’écrivain, en forme la synthèse attrayante, vivante et merveilleusement équilibrée.

Son œuvre s’édifie donc au contact constant de l’expérimentation pour atteindre une forme esthétique de l’individualisme où s’interpénètrent le sentiment et l’intelligence.

C’est donc avec beaucoup de pertinence que Manuel Devaldes, dans une étude admirable consacrée à Gérard de Lacaze Duthiers, l’a nommé représentant le plus qualifié de la bioesthétique.

Mais qu’est-ce que l’Artistocratie ? Gérard de Lacaze Duthiers nous a donné cette définition encore qu’il faut se méfier de ce mot qui personnifie si souvent stabilité et arrêt, mais laissons le créateur de l’artistocratie s’exprimer :

« L’Artistocrate est un esprit libre, portant en soi, son idéal et tendant à le réaliser dans le sens de la plus haute dimension, au-dessus des préjugés, des conventions, des arbitraires et en affront à toutes les dictatures. L’Artistocrate est encore et avant tout peut-être une sensibilité ayant le précepte de la Beauté, l’intuition de ce qui est juste, noble et distingué dans le monde des opérations de l’esprit, comme en celui des actes quotidiens. »

Ainsi donc, après avoir créé le vocable artistocrate, l’auteur en a construit une philosophie: l’artistocratie. Cette philosophie, G. de Lacaze Duthiers l’a voulu vivante, réelle. Sa philosophie n’est point un système éthéré, une construction passagère, mystique, elle a ses bases dans la vie et l’activité de l’homme. C’est la philosophie de la vie quotidienne, la philosophie de l’individu qui veut se réaliser chaque jour davantage, se perfectionner au contact et au delà des choses, en un mot une individualité en marche constante vers un mieux-être, vers l’édification de son moi.

Manifestation personnaliste certes, affirmation individualiste sans conteste, l’artistocratie complète et valorise ce qui semblait incomplet ou sous estimable dans des concepts trop dénaturés par les abus de philosophes abalourdis par d’officielles charges.

G. de Lacaze Duthiers dans une plaquette devenue elle aussi rarissime « Vers l’Artistocratie » a exposé sa philosophie.

Dans un rappel, il nous dit l’histoire d’un mot et d’une idée, l’effort fait à l’époque pour rechercher « l’art qui convenait à une démocratie vivante » il fallut opposer « cet art humain à l’enseignement de la morale et à l’agitation de la politique. »

Constituant une démocratie d’artistes, cette société esthétique inspirée de l’art comme élément de renouveau social, apparaissait à l’écrivain comme la synthèse des aspirations individuelles. Il va sans dire que de ce monde s’excluaient ces faux artistes serviteurs dociles de la domination bourgeoise.

L’art était une sorte de morale supérieure, ne se pliant devant aucun joug, réalisant la liberté et la beauté sous une forme définitive. L’artiste était l’homme qui ne souffre aucune barrière, qui veut s’exprimer sans aucune restriction, qui veut se « réaliser » en se passant du concours de la médiocrité et de la laideur. »

Mais cette conception, première devait se modifier par la suite devant l’emploi abusif du vocable « démocratie » par cette armée de bateleurs qui exploitent les meilleurs sentiments humains pour des fins, inavouées ou inavouables.

G. de Lacaze Duthiers abandonna donc la « démocratie » qui prêtait à confusions, précisa sa pensée en divisant l’humanité en deux groupes médiocratie et artistocratie.

Ce faisant, la démocratie cessait d’être opposée à l’artistocratie, l’individu s’affirmait hautement comme une réalité tangible, ce dernier « pouvant vivre en beauté, quelle que soit sa fortune, dans un milieu quelconque, du moment qu’il n’a plus de préjugés et pense par lui-même. »

L’artistocrate était né G. de Lacaze Duthiers nous apportait un type d’individu, tout comme Nietzsche nous avait créé le surhomme, Stirner nous avait transmis l’Unique, notre écrivain nous léguait l’artistocrate.

« Cet individu ne fait partie d’aucune classe, d’aucune catégorie sociale, d’aucun clan. Il cesse d’appartenir au milieu dans lequel il est né. C’est un être à part. L’ensemble de ces individus libres, forme en face de l’humanité esclave, l’artistocratie. Les artistocrates viennent de tous les points de l’horizon, ils se reconnaissent aussitôt, car ils ont fait l’effort nécessaire pour être eux-mêmes. Préjugés, traditions, enseignements, ne sont pas parvenus à les déformer. »

Mais faut-il le répéter proposer une telle initiation à l’entendement humain n’est pas une sinécure. Ne faut-il pas continuellement s’insurger jusque contre les typographes qui s’obstinent à imprimer aristocratie au lieu d’artistocratie, et cette obstination n’est pas la seule, notre monde se plait à entretenir la confusion. Elle n’a pas cessé de nos jours.

Ce néologisme allait quand même faire son bon bout de chemin, finir par être adopté par une élite qui comprenait et qui, poètes, écrivains, artistes, allaient l’employer et le répandre partout ayant pris tous conscience de leur puissance sociale. « Ils mesurèrent, écrit Gaston Sauvebois, dans l’Équivoque du classicisme l’étendue de leur parole et sa force de pénétration, de conviction. Ils aperçurent l’efficacité de leur rôle ».

Ainsi l’artistocrate s’affirmait, l’artistocrate se réalisait et comme l’attestait G. de Lacaze Duthiers « Il symbolisait l’état d’esprit de l’homme nouveau qui ne pouvait satisfaire ni les exigences de la morale, ni l’incohérence de la politique, et que le spectacle de toutes les affaires judiciaires ou autre du régime bourgeois avait écœuré. Il sentait le besoin de vivre une vie nouvelle, de créer de la beauté dans une société faite de laideurs, de se mêler aux hommes sans prendre part à leur égoïsme, d’agir par l’art et la pensée sans verser dans l’utilitarisme. L’artistocrate, au lieu de faire de l’agitation d’art, faisait de l’action d’art. C’était un artiste sans aucun rapport avec les, artistes habituels. Il croyait à la puissance de l’idée sur les individus. Il était en lutte avec une société sans art. C’était un artiste qui voulait « vivre sa vie », s’affranchir de tous les dogmes, s’émanciper de tous les jougs. »

ARTISTOCRATIE : Théorie d’un avenir meilleur

Dans une conférence publiée — Vers l’artistocratie — G. de Lacaze Duthiers a exposé ce qu’était l’artistocrate, l’artistocratie. Il a campé si on peut dire une théorie qui à l’encontre des théories fort en l’honneur n’impose point de credo ou d’axiomes impératifs mais propose au contraire une forme de pensée et de vie et invite ceux qui se sentent attirés vers elle à œuvrer dans cet esprit de libre indépendance, de vivre en beauté.

« Pour l’homme qui aspire à devenir meilleur, pour l’homme qui ne peut se contenter de la morale habituelle, pour l’homme nouveau renonçant à subir l’emprise des milieux médiocres, ne pouvant s’acclimater dans une société qui contrarie son rêve et son action, la seule morale qui le délivre et donne à sa vie un sens, c’est la morale de la beauté. L’homme nouveau, l’homme meilleur est un artiste. Il ignore nos distinctions sociales, nos petites batailles électorales, nos contingences et nos vagissements. Il est bien au-dessus de tout cela. Ce n’est cependant pas un artiste de tour d’ivoire. Il ne s’isole pas des hommes. Il les observe, et il aime tout ce qui a une originalité sincère ».

Il ne faut pas s’étonner outre mesure de voir dans l’œuvre de G. de Lacaze Duthiers le mot artiste très souvent employé, pour lui, il est synonyme d’artistocrate cela va sans dire. Selon le créateur de l’artistocratie « l’homme-artiste ne conçoit pas la vie comme les autres hommes. C’est pourquoi il la vit vraiment. Il en découvre le sens profond. Il traduit sa découverte dans un œuvre de beauté ».

Ainsi rendant hommage à la vie même qu’il recrée en lui et pour lui, l’artistocrate élève la vie vers des hauteurs insoupçonnées de tous ceux qui la mesure aux concepts moraux ou aux desseins des politiques. A cette banalité d’une vie de formules fausses absurdes et creuses, il propose une vie supérieure, pleine de dignité et d’art.

Embellissant cette vie d’un sens profond et magnifique il reste créateur de beauté, d’harmonie et chasse de leur existence tout ce qui est éphémère, obscure pour chanter des louanges au monde artistocrate.

Mais ce n’est pas là utopie pour l’an deux mille. Ce monde l’artistocratie le veut dès aujourd’hui ! « Opposons, dans le présent, la vie de l’art à la vie du néant. Et que nos actes soient beaux. Nous voulons que la beauté existe dès maintenant. Ne la reculons pas éternellement dans le futur. Dès maintenant la vie doit être une œuvre d’art, pour ceux qui veulent vivre. Ils doivent combattre tout ce qui contrarie leur idéal, tout ce qui n’est pas conforme à leurs aspirations. »

C’est ici que l’artistocrate, Lacaze Duthiers, précise sa pensée, donne à son artistocratie son vrai sens philosophique, il écrit « L’artiste est forcément anarchiste puisque la société où il vit contrarie son sentiment du beau, puisqu’il ne constate dans la vie sociale que laideurs. La révolte germe naturellement dans son cœur, au spectacle de l’iniquité. On ne peut pas lui demander de se soumettre aux lois qui violent la justice, qui méconnaissent l’harmonie de la vie, qui sont pour les « classes sans art » un moyen d’oppression et de domination. L’âme artiste est plus révoltée que toute autre, parce qu’elle aperçoit plus que toute autre ce qui est faux et mesquin, ce qui est banal et laid. Celui qui se rend compte des laideurs sur lesquelles reposent la société est un artiste. »

Heureux temps, c’était en 1913, où les artistes s’enthousiasmaient pour la conquête du beau où tout en eux s’harmonisaient : aspirations et réalité où chacun ne pouvait supporter le mensonge sans être meurtri par le dégoût.

Depuis le réalisme a triomphé chez beaucoup, On s’est adapté aux fantaisies et aux impositions d’une société perverse et décadente; l’art s’est monnayé au comptoir des banques et des tripots, et l’artiste a supporté sans dégoût les mensonges et les laideurs du monde dont il s’est fait le souteneur.

Mais tout n’a pas sombré dans cet opportunisme révoltant, des âmes bien trempées ont malgré tout affirmé leur attachement à l’idéal, artiste elles sont restées et comme telles, elles s’affirment.

« L’artiste, c’est l’homme qui met ses actes en harmonie avec sa pensée; c’est l’homme qui fait ce qu’il veut; c’est l’homme qui ne se soumet à aucune autorité, repousse toutes les contraintes et parvient à se réaliser pleinement quels que soient les milieux qu’il traverse. C’est l’homme qui aime la vie, qui veut la découvrir et vivre toute la beauté qu’elle contient. »

Que de tels hommes, il soit assez rare d’en rencontrer de nos jours, je ne le conteste point — poète de salon — diseur de riens — chercheur de rimes rares —          peintre de chiffons — barbouilleur de toile — compositeur de valses lentes ou de tangos — tout cela certes foisonne dans ce néant de courtisans aux mentalités répugnantes, mais viennent les hommes libres, artiste ou homme réel et voici éclore une humanité toute autre, sans lois, ni dogmes qui proclamera la beauté de la vie.

Certes, pour que cela soit, il faut des âmes, bien nées, bien trempées et résolues à affirmer le droit de vivre leur vie intégralement, opposant leur conception idéale, à celle figée que leur imposent les médiocres, mais l’artistocrate n’est-il pas un artiste supérieur qui a repoussé le vulgaire et la laideur et proclamé l’action comme un art de vivre.

« L’artistocrate ne se reconnait aucun maître; il ne relève que de sa conscience. L’œuvre d’art étant l’expression la plus haute, de la liberté, sa vie, qui est une œuvre d’art, réalise la liberté intégrale. L’œuvre d’art est un équilibre, sa vie est l’équilibre du sentiment et de la raison, de l’action et de la pensée. Elle est une synthèse d’aspirations nobles et élevées, de réalisations harmonieuses. »

Cette affirmation ne doit pas sembler orgueilleuse, elle reflète trop de nobles aspirations pour qu’il soit permis de douter, car l’existence même de tout artistocrate, c’est avant tout une œuvre d’art, c’est également une œuvre de sincérité voire, de liberté.

L’artistocrate s’émeut en présence de la vie il comprend ce qu’elle est, ce qu’elle doit être, en lui est né l’homme nouveau. Qu’il y ait un certain héroïsme chez l’artistocrate, il serait difficile de le contester, mais, il ne faut cependant point confondre car du fait que l’homme meilleur existe, il ne s’en suit pas que cette race future qui constitue l’humanité embellie et supérieure selon les expressions même de G. de Lacaze Duthiers, qui doit servir « de guide et d’exemple aux vivants », soit, bombardée d’élite. « L’artistocratie n’est pas une élite. « Ce n’est pas davantage un surhomme ».

Tout cela a sombré depuis longtemps puisque l’élite des médiocres gouverne, puisque la médiocrité du surhomme domine. Ce qui caractérise l’artistocrate, c’est qu’au sein même de ce monde où il s’est trouvé transplanté il ne cesse de se révolter, récuse les contraintes, refuse de se soumettre à une autorité; car il sait que si « la puissance de l’art transforme l’individu, à son tour celui-ci lutte pour transformer le milieu. »

Mais l’artistocrate ne se mêle pas à la politique. Il s’interdit de prendre part aux compétions électorales. Niant l’autorité de l’État, il se refuse de gouverneur, n’entre point au Parlement, substitue à l’autorité étatique, la conscience individuelle.

L’homme artiste ne pratique point le même droit, la même morale, les mêmes devoirs que les autres hommes. Il constitue un pouvoir individuel au sein même de la société et « l’autonomie de la conscience basée sur une conception esthétique de la vie » repousse en lui toute loi de laideur qui tenterait de l’opprimer.

Sa lutte contre la médiocrité est constante, les lois fragiles de la politique ne l’absorbent guère, ce qui a toujours été fait ne le rend point servile, il rompt avec la vie factice, s’élève au dessus de cette prétendue civilisation et proclame « une conception plus héroïque de la vie ».

Utopistes, idéalistes passionnés, surhommes laissons là toutes ces étiquettes qui n’affirment que l’infirmité d’un « catalogage » contestable, l’artistocrate vit sa vie en beauté au sein de la société, qu’il essaye de modifier sans trop se dissimuler les difficultés, ne croyant point au miracle, il est à la fois sceptique sans être indifférent ni dégoûté, ni blasé, il confond l’amour de la vie avec celui de la beauté; vivre sa vie c’est s’augmenter. S’il n’accepte pas les fondements du milieu social, c’est qu’il n’ignore rien de son contenu mais « Il s’efforce de se purifier, de se laver des tares sociales, de ne pas ressembler aux autres, car il ne s’estime pas parfait; il veut être meilleur, et c’est ce qui constitue sa supériorité. »

Participera-t-il à la lutte de « classes » ?

Certes, son abstention aux conflits ne l’isole point de ceux-ci s’il y prend part c’est avec « ses idées », c’est avec « son esthétique » et toujours il cherchera à orienter la lutte vers plus de beauté, la dépouillant des laideurs et compromis que lui impose la politique. La révolution il la subordonne à la réforme de l’individu estimant non sans raison qu’elle ne peut triompher que si elle est propulsée par des esprits révolutionnés et il se joint aux réfractaires, il évitera tout sectarisme, se tiendra à l’écart des clans et des coteries en résumé il restera lui-même.

Contre le meurtre qui lui répugne, il déteste la violence organisée, car « Poursuivant la destruction d’une société basée sur le meurtre, il ne pense pas qu’on puisse édifier au moyen du meurtre une société nouvelle. »

Partout et en tous lieux l’artistocrate essaye d’harmoniser sa pensée et ses actes, son intelligence et sa sensibilité et écrira G. de Lacaze Duthiers :

« Il hait le pédantisme. Il hait la fausse science. Il se méfie de l’abus de certains vocables; justice, vérité. Le mot progrès n’a pas sur ses lèvres le même sens que sur des lèvres bourgeoises. Toute cette phraséologie démagogique excite son mépris. Ses aspirations « idéalistes » ne sont pas en harmonie avec l’âme des foules. Honneur, vertu, sont pour lui dépouillés, de leur sens équivoque. Il ne reconnait ni les mêmes droits, ni les mêmes devoirs que les « autres ». Il n’obéit qu’à sa conscience. La loi, le gendarme sont pour lui des « entités ». Mais il se rend compte que les faibles en ont besoin. »

Vais-je devoir à mon tour m’insurger contre cette constatation qui se complait « à accepter » le besoin d’une loi pour les faibles. En bon artistocrate je ne veux accorder à ce lambeau de phrase plus de signification qu’elle ne contient, si je me refuse à tout sectarisme je ne puis cependant accepter au nom de mon esthétique la laideur que m’inspire la loi, le gendarme. Ces entités même pour les faibles n’auront rien perdus de leurs essentielles iniquités, si je peux et je veux me diriger sans morale, sans dogmes et sans lois, j’estime que ces béquilles ne sauraient être utiles aux humains et les faibles doivent apprendre à se fortifier non en s’agenouillant et priant, mais en se dressant en des gestes de révolte vers la beauté et l’harmonie.

« L’artistocrate est plus qu’un anarchiste : c’est l’anarchiste, dont la vie est un foyer d’art, un centre de beauté, une création incessante, un épanouissement perpétuel. Il se développe, et il développe les autres par l’exemple qu’il leur donne d’une vie supérieure. »

Tour d’ivoire me direz-vous, non, l’artistocrate n’est pas un penseur de tout repos qui accepte l’état social présent. S’il ne mendie pas les applaudissements des foules, il n’accepte point les gloires imbéciles du nationalisme ou de l’internationalisme. Que les peuples se révoltent, consciemment, il sera à ses côtés mais si c’est pour que triomphent de nouvelles autorités affublées de titres rénovés, il n’a cure de se mêler à de telles caricatures d’émancipation sociale. Qu’une idée soit en but aux agissements des brutes, il répondra présent pour la défendre. C’est dire qu’il n’accepte point la société telle qu’elle est et qu’il entend la détruire, car l’individu doit vivre en dehors des lois et des préjugés, une vie saine, normal et libre, absente des soucis matériels qui en font en ce jour un esclave et un courtisan.

C’est vers l’artistocratie qu’il faut s’élever, que les résignés, ou les adversaires du progrès et de la justice désapprouvent cette doctrine qui repousse leur façon de vivre, tant pis « l’homme régénéré par l’art, découvrant dans sa beauté, la beauté même de la vie, jugeant toute chose par rapport à la beauté, agit en beauté, vit en beauté, pense en beauté. »

Détracteurs ou déformateurs peuvent s’en donner à cœur joie, l’artistocratie, sans être une conception d’élite peut être proposé, comme un idéal de vie que chacun pourrait atteindre et réaliser à condition de faire effort pour s’en approcher chaque jour davantage.

« Cet idéal est hautain et fier, et si, quelques individus le réalisent aujourd’hui, ce n’est pas une raison pour l’interdire aux individus de demain. Espérons que deviendront de plus en plus nombreux, ceux que séduira l’idéal artistocratique, et qu’ils finiront par occuper, dans l’humanité, une place imposante.

Ainsi s’affirme le désir de Lacaze Duthiers, ainsi se manifeste en lui l’idée d’une transformation sociale à laquelle il appelle de toutes ses forces la coopération des éléments artistocrates et il conclura par ces lignes :

« Nous devons contribuer dans la mesure de nos forces, à l’élaboration de l’anarchie vivante réalisée par l’artistocratie. »

HEM DAY

Gérard de Lacaze-Duthiers (1876-1958) homme de lettres, grand-prix de l’Académie française. Militant anarchiste individualiste, ami des arts et intellectuel pacifiste. Il est né le 26 janvier 1876, à Bordeaux. Professeur de lettres, il collabore dès 1911 à « L’Idée libre » publiée par André Lorulot, puis aux nombreuses publications de la presse libertaire. Il adhère à l’Union Anarchiste puis devient membre du groupe « l’Action d’Art » animé par André Colomer. En 1931, faisant de la devise « Fais de ta vie une œuvre d’art », il crée la « Bibliothèque de l’Artistocratie », qui publiera de nombreux ouvrages d’art et de littérature. En 1933, il est président de l’Union des Intellectuels pacifistes, et l’année suivante co-directeur de la Ligue Internationale des combattants pour la paix. En 1947, il devient un des responsables du Parti Pacifiste Internationaliste puis, en 1954, Président du Syndicat des journalistes et écrivains. Outre sa participation à la presse libertaire et à « l’Encyclopédie Anarchiste » de Sébastien Faure, il est l’auteur de plus de 40 livres et brochures, traitant d’art de littérature et de pacifisme : « Le culte de l’idéal », « Psychologie de la guerre », « Sous le sceptre d’Anastasie », « Pensées pacifistes », etc. (extrait de http://www.votreforum.net/viewtopic.php?f=19&t=34701&start=125 )