Shankaracharya : Le haillon


28 Apr 2016

(Revue Être. No 1. 1992)

(Kaupinapauchakam) [1]

Se plaisant sans cesse dans les paroles du Vedanta et satisfaits de la nourriture mendiée, se réjouissant dans leur cœur affranchi de toute souffrance nantis d’un haillon, certes nantis du Bonheur ;

N’ayant pour siège que la racine d’un arbre et prenant leurs repas sans rites [2], méprisant Lakshmi [3] elle-même autant qu’une mortelle nantis d’un haillon, certes nantis du Bonheur ;

Changeant à leur gré d’état, contemplant le « Soi » dans le « Soi », ne connaissant ni intérieur, ni milieu, ni extérieur nantis d’un haillon, certes nantis du Bonheur ;

Parfaitement satisfaits de leur propre béatitude, satisfaits par l’apaisement de tous leurs sens [4], jour et nuit se réjouissant en Brahma nantis d’un haillon, certes nantis du Bonheur ;

Récitant les cinq syllabes initiatiques [5], réalisant dans leur cœur le « maître des êtres liés » [6], les ascètes-mendiants parcourent toutes les directions [7] nantis d’un haillon, certes nantis du Bonheur.

Traduit du sanscrit par René Allar

NOTE : Des Vêdântastotras (Hymnes du Vêdânta) du « plus grand maître spirituel » hindou. Nous ne connaissons, comme ayant été traduit, que le Dakshinâmûrtistotra (Mahâdeva Shâstri, The Vêdânta Doctrine of Shri Shankarâchârya, Mysore).

______________________________________________________________

1 Les Cinq stances sur le Pagne (kâupina).

2 Étant au-delà des castes et des obligations.

3 Shri, déesse de la richesse et l’un des aspects de la « shakti » de Vishnou.

4 Moins littéralement et plus exactement : Affranchis du « courant des formes » ils sont la Béatitude même.

5 Shivâya namah (« Hommage à Shiva »).

6 Pashupati, nom de Shiva (Cf. René Guénon, L’Homme et son devenir selon le Vêdânta, p. 222).

7 Allusion à la totalisation de l’être.


Étiquettes : Shankaracharya