Reynold Welvaert : Le péril de la fragmentation


30 Jul 2008

(Revue Etre Libre. Numéro 309, Octobre-Décembre 1986)

Krishnamurti est décédé depuis un an déjà. Les organisations mises en place fonctionnent toujours bien mais il semble qu’une grande flamme s’est éteinte.

Allons-nous pouvoir allumer cette flamme en nous ? En sommes nous capables ? On perçoit des dissonances dans les esprits. Il semble urgent d’établir des contacts qui raniment la flamme et apportent le renouvellement.

Il serait aberrant de se contenter d’une répétition de ce que Krishnamurti nous a dit ou de suivre quelques habiles interprètes.

Afin de sortir des ornières du passé, il y a lieu de découvrir l’intelligence véritable qui sommeille en chacun de nous. N’est-il pas en effet nécessaire que l’enseignement transmis par Krishnamurti mûrisse en chacun de nous et s’intègre dans la vie quotidienne ? Arrivé à ce point, il est possible que la vision de nos rapports change. La flamme de la découverte et de la révolution intérieure s’allumera dès lors, telle que nous l’avons remarquée chez Krishnamurti.

Nous avons tous la possibilité d’établir un monde nouveau. C’est en travaillant sérieusement en chacun de nous que nous pourrons changer fondamentalement les rapports humains.

L’homme a en lui d’immenses possibilités mais il ne peut les épanouir qu’à la condition de ne pas se laisser emporter par la « soif de devenir ».

L’étalage d’exploitations et d’expériences ne peuvent quo satisfaire la curiosité. Maintenir l’esprit dans l’espoir d’un devenir entraîne l’ignorance du présent. En maintenant l’esprit dans le passé nous entretenons la peur de l’actuel.

Afin d’écarter le péril de la fragmentation évoqué dans l’enseignement de Krishnamurti, il y lieu de comprendre la nature véritable des rapports humains. Cette compréhension est possible lorsque nous réalisons une approche qui n’est plus conditionnée par le savoir et exempte de tout désir de devenir. Nous pouvons alors établir un dialogue avec ceux qui souffrent. Dans la mesure où ces découvertes nous passionnent nous établissons des contacts vivants qui créeront un monde nouveau.

Reynold Welvaert