Robert Linssen : Les Obstacles à l'Eveil


22 Sep 2008

Publié sous le nom de R. Lebellier (pseudonyme de R. Linssen)
(Revue Être Libre, Numéro 292, Juillet-Septembre 1982)

Un vieux texte chinois nous dit qu’il suffit d’un pouce de différence, pour que le « ciel et la terre soient séparés ».

Ceci évoque la subtilité par laquelle, malgré tout ce que nous avons lu et même éprouvé expérimentalement sur l’Etat d’Eveil véritable, une possibilité de « chute » se présente à nous et tend à nous plonger dans l’identification à l’apparence extérieure des choses.

Nous ne sommes jamais assez vigilants concernant les valeurs que notre pensée accorde aux êtres et aux choses.

Si elle s’attarde exagérément sur une image suggérée par des perceptions sensorielles, elle tend à nous enfermer dans un processus de causes à effets conflictuels.

Si la pensée tend à se fixer exagérément sur l’image plaisante ou déplaisante d’événements passés, de douleurs ou de plaisirs, ou encore si nous attendons ou souhaitons ardemment des circonstances heureuses ou craignons émotionnellement et mentalement des ennuis, ce sont là autant d’obstacles à l’Eveil.

Ainsi que le suggère parfois Krishnamurti, aussi longtemps que l’on est dans un corps, il existe une tendance à la fois subtile et obscure au conditionnement. Carlo Suarès déclarait à ce sujet que ceux-là mêmes qui sont au seuil de l’Eveil ne doivent pas perdre de vue que « sur les ruines de l’entité qui s’écroule, une autre est toujours sur le point de se reconstruire ».

Ceci se trouve évoqué dans un texte de Hsi-Yun :
« Les gens ont leur vue voilée par les perceptions sensorielles, les sentiments et le savoir. Ils ne perçoivent pas la magnificence de la Substance Primordiale. S’ils étaient seulement capables d’éliminer, en un éclair, toute imagination, cette Substance Primordiale se manifesterait d’elle-même, comme le soleil s’élevant dans l’espace illumine l’univers entier. »

R. LEBELLIER.