Pascal de Neufville : Pensées


10 Jan 2011

(Revue Être Libre. No 292. Juillet-Septembre 1982)

Il ne s’agit pas de se débarrasser du connu par exclusion mais il s’agit de le comprendre totalement, complètent seul, sans intermédiaire, honnêtement.

Par cette compréhension globale, sans concession, il y a libération du connu; celui-ci est remis à sa juste place, il n’est plus cause de conflit.

Il est difficile de réaliser que l’on ne peut pas agir sur la pensée puisqu’on est cette pensée même. Et pourtant, cette séparation du penseur de sa pensée est à l’origine de tous les conflits.

Lorsque le « je » prend conscience qu’il EST cette pensée et que cette pensée ne peut saisir le présent, puisqu’elle est le résultat du passé, alors la pensée s’épuise d’elle-même et le « je » également.

Qu’est-ce qu’un individu pleinement responsable ?

C’est un être qui ayant compris globalement son appartenance au monde agit en conséquence.

Il est essentiel d’observer très attentivement lorsqu’on fait un projet d’ordre matériel (planning, organisation d’un emploi du temps, échéances diverses, voyages etc..). si on ne superpose pas au temps chronologique inévitable le temps psychologique illusoire, si on ne projette pas une image de soi-même, une image du passé, donc une image morte, vers un futur où l’on serait plus ou moins que ce que l’on était ou ce que l’on croit être à présent.

Il n’y a de futur que dans le calendrier, on ne peut l’appréhender que sous cet angle, car autrement on se retrouve dans un vécu conflictuel, un mirage.

La pensée est simplement un courant secondaire du même fleuve Energie ayant fonction la préservation de l’organisme vivant.