wrapper

Ancien vice-président des Etats-Unis de Bill Clinton entre 1992 et 2000, Al Gore, s’est investi personnellement pour faire connaître au monde entier l’état d’urgence dans lequel se trouvaient la planète et l’Humanité face au dérèglement climatique. Son documentaire Une vérité qui dérange a fait le tour du monde et a reçu l’oscar 2007 du meilleur documentaire. Urgence Planète Terre est la réédition de son livre Earth in the Balance écrit à la fin des années 1990 et dont la base de données a été actualisée par celle de son documentaire.

2007 – Alphée – 390 p. – 21,90 €


Notre planète fait fasse à de nombreux dangers. Chaque jour cent espèces vivantes disparaissent. Le problème dont on parle le plus dans les médias est le réchauffement global dû à l’effet de serre. Mais ce n’est pas le seul. On parle beaucoup moins de celui de la raréfaction de l’eau douce et de la baisse du niveau des nappes phréatiques. Or, toute altération durable de la distribution d’eau douce sur la planète constituerait, selon l’auteur, une menace stratégique pour la civilisation telle que nous la connaissons, car on prévoit déjà de graves conflits armés pour la gestion des ressources en eau douce. Certaines grandes multinationales l’ont bien compris et ont déjà mis la main sur la distribution de cette ressource dans les pays en voie de développement, augmentant son prix de manière très importante et excluant ainsi les plus pauvres du droit essentiel de disposer de cette ressource essentielle.

L’un des grands problèmes conditionnant tous les autres est peut-être celui de la surpopulation. Selon Al Gore, aucun objectif n’est plus crucial que stabiliser la population mondiale qui augmente du nombre de la population de New York (8 millions d’habitants) tous les mois et de celui de la Chine tous les dix ans ! Mais cela reste un sujet tabou dont personne n’ose vraiment parler.
Pour résoudre la crise démographique, la diffusion seule des moyens de contraceptions n’est pas suffisante. Elle doit aller de pair avec l’alphabétisation et un meilleur niveau d’éducation.
A titre d’exemple, dans l’état du Kerala, au sud-ouest de l’Inde, le taux de progression de la population est tombé à zéro en appliquant les trois règles suivantes : 1- alphabétisation ; 2 – réduction de la mortalité infantile ; 3 – Diffusion des moyens contraceptifs. On voit bien que la croissance de la population peut être maîtrisée.

Aujourd’hui, la prise de conscience existe qu’une civilisation dysfonctionnelle comme la nôtre a mis très gravement en danger notre planète en à peine plus d’un siècle. Al Gore insiste sur le fait que c’est l’esprit humain lui-même qui est face à cette crise écologique et qu’elle n’est que le reflet de la crise spirituelle de l’Humanité : « Plus je cherche les racines profondes de la crise générale de l’environnement, plus je suis convaincu qu’elle n’est que la manifestation extérieure d’une crise intérieure que je qualifierais, faute de mot plus approprié, de spirituelle. Comme homme politique, je suis pleinement averti des dangers de l’emploi de l’adjectif spirituel pour caractériser pareil problème. Mais quel autre mot employer pour décrire l’ensemble de valeurs et de présupposés qui déterminent notre compréhension fondamentale de la place que nous occupons dans l’univers ? » 
L’état de conscience des hommes à leur environnement et à eux-mêmes est de plus en plus bas ; l’attention elle-même, source de toute évolution potentielle pour l’Homme, est devenue, pour Al Gore, une marchandise, tout comme le sont les ressources naturelles pillées par les états ou les multinationales. Il veut par conséquent réinventer la relation entre la civilisation et la Planète. Mais cela dépendra de l’état de conscience des hommes.

Krishnamurti disait qu’une révolution de la société n’était pas possible sans une révolution intérieure pour chaque individu. Un problème aussi crucial que le réchauffement planétaire nécessite des dirigeants politiques qu’ils soient capables d’opérer cette révolution intérieure. On en est bien loin. Après le flop de l’influence du Pacte écologique de Nicolas Hulot lors des dernières élections présidentielles, on a pu constater le peu d’intérêt que portaient réellement les candidats au maillot jaune de la course au trône de France, pour les enjeux majeurs pour l’Humanité. Il fut question au cours de cette campagne de la nécessité ou non d’une écologie politique. Al Gore propose lui un véritable Plan Marshall écologique au niveau international. Mais il pense aussi qu’une « écologie intérieure » est nécessaire, basée sur des principes d’équilibre et d’intégrité, un équilibre entre la réflexion et l’action, entre les soucis des individus et les engagements envers la communauté.
Cette révolution écologique intérieure est-elle possible sans un élan vers une démarche de connaissance de soi ?

 

 

Dernière modification le dimanche, 29 juillet 2012
Mots clés :
Plus dans cette catégorie : La charte de Gubbio 1982 »

S'abonner

Un abonnement d'un an au prix de 29 €.

Un abonnement de deux ans au prix de 55 €.

Etre Présence

etre-presence

L'Association Etre Présence se propose d'accompagner chacun sur le chemin de la connaissance intérieure, grâce à des conférences, des concerts, des ateliers, des séminaires, des stages, des méditations, des voyages, des échanges d'ouvrages de références et d'enseignements..

Promotions

Profitez des promotions sur les premiers dossiers de la Revue sur l'Astrologie, la mort et les états proches de la mort ou l'Ecologie et société...

A partir de 6 euros pour un lot de deux numéros.

Contactez-nous

Adresse :

3e millénaire
Les Milléris
89520 FONTENOY
FRANCE

E-mail :

revue3emillenaire@gmail.com

Au Québec :

Samir Coussa
1605, rue Viel
MONTREAL Qu. H3M 1G7
CANADA
s_coussa@yahoo.com