wrapper

Cette tradition voit la mort comme un passage transitoire. L’individu, Jiva, animé par la force vie, Prana, est en nous le sujet qui évolue d’une naissance à l’autre à la recherche de l’illumination. Ce Jiva, est l’écrin de l’Atma, l’étincelle divine en nous. Le jiva souffre quand il n’est pas content, dû à son ignorance, ses connaissances erronées, ses illusions, la léthargie... L’évolution spirituelle consiste à clarifier tout cela de manière à retrouver la Connaissance et le discernement, jusqu’à ce que le Jiva reconnaisse l’Atma et soit en mesure de retourner s’immerger avec elle dans le Paramatma, la Conscience Divine cosmique. Ce Jiva est l’opportunité pour nous de réaliser que nous sommes l’Atma, qui ne souffre pas, et non l’égo. C’est l’égo qui souffre en nous : il a tendance à s’attacher à des objets ou des situations extérieures, et quand s’en rend dépendant il en souffre. L’égo est pourtant nécessaire et utile, indispensable pour nous aider à évoluer dans les différentes phases de la vie, les chakras.

Un verset indien dit : « Yataa pinday tathaa  brahmanday ”: “Ce qui est en bas comme ce qui est en haut”. Cela signifie que si j’arrive à réaliser que je suis l’Atma et non le jiva, alors je connais la nature du Paramatma, l’étincelle divine primordiale, source de toute manifestation. Les scientifiques contemporains appliquent le même principe pour essayer de comprendre la Réalité. Ils ont réalisé que 93% de notre univers était fait de trous noir et d’obscurité, et 7% seulement de lumière. Etant, nous aussi une expression de l’Univers, nous ne avons le même pourcentage en nous. L’illumination consiste à accroître ces 7% jusqu’à 100%. Jusqu’à ce que toute l’obscurité disparaisse  et que nous ayons une expérience d’illumination totale. Alors l’Atma s’immerge dans le Paramatma, comme la goutte dans l’océan et rien d’autre ne demeure que le Paramatma omniprésent. Pour y parvenir, cela nous prend d’innombrables renaissances. Il n’y a pas de mort, il n’y a que des transitions. Tout dépend de l’usage que nous faisons de nos incarnations, dans un complexe de trois corps qui s’interpénètrent, et de la sagesse que nous extrayons de nos expériences, positives et négatives, et que nous emportons dans nos vies futures.

Nous allons maintenant clarifier quelques éléments de l’anatomie subtile, le passage transitoire, et la finalité du cycle des renaissances.

L’anatomie subtile


Les trois corps

L’ancienne sagesse indienne nous enseigne qu’outre le corps physique, nous sommes constitués de deux corps non matériels qui l’imprègnent. Le premier, appelé corps subtil, Sookshma sharir gouverne nos sentiments, notre ressenti. Le second est appelé corps causal, Karan sharir gouverne nos pensées. Récemment Jay Alfred (dans son livre « Nos corps invisibles ») a théorisé cela de termes de physique ultramoderne.

Les chakras


La tradition indienne attire notre attention sur sept vortex d’énergie tourbillonnante,  les chakras, distribués le long de la colonne, qui sont des organes du corps subtil. Selon la compréhension de Sri Shyamji Bhatnagar, chacun d’eux a un mental (un processeur d’informations) et possède son propre égo - le mental est quelque chose de plus que le cerveau physique. Chaque chakra est composé de 21 microchakras. Or on sait que le néocortex du cerveau contient environ sept couches superposées. Selon son expérience de syntonisation (Innertuning?) des chakras, pratiquée depuis plus de 50 ans, Shyamji a réalisé que le mental se présente également en couches superposées. Chaque chakra peut donc être considéré comme l’une des couches du corps subtil, influençant la couche correspondante du néocortex. Les personnes plus évoluées intellectuellement utilisent un plus grand nombre de ces couches que les autres. Et celles qui méditent quotidiennement relient plus facilement les couches supérieures aux couches inférieures à volonté.

Les samskaras


Les samskaras sont des mémoires qui conditionnent notre façon d’expérimenter une situation. A chaque microchakra sont associées des poches de mémoire, à la manière des grains d’une grappe de raisins reliés à leur tige. Certaines d’entre elles contiennent des mémoires positives et agréables, d’autres recèlent des mémoires négatives et douloureuses. Ces mémoires véhiculent le souvenir (souvent inconscient) d’expériences marquantes lors de nos vies passées, et le processus continue dans celle-ci, dès la conception. Les expériences vécues pendant les trois premières années de la vie conditionnent souvent, de manière inconsciente, les années à venir, parfois jusqu’à la mort. Cependant, le psychologue Abraham Maslow a démontré que nos efforts conscients jouent un rôle majeur dans la construction de notre « destinée: c’est notre manière d’interpréter nos expériences qui conditionne nos mémoires.

La Kundalini


La Kundalini est une énergie dormante, contenant notre potentiel, lovée à la base de la colonne. Elle a sept pouvoirs sœurs, ayant la responsabilité de connecter le potentiel physique du corps avec le mental des 7 chakras. Au fur et à mesure que nous expérimentons le contentement (d’avoir mis en valeur le potentiel d’un chakra), le 7° microchakra de ce chakra enregistre ce sentiment. Alors, la déesse qui lui correspond (une modalité de notre propre conscience) s’éveille. L’illumination prend place dès les sept déesses éveillées. C’est seulement alors que la Kundalini s’éveille et quitte le corps. Tout le potentiel a été révélé, les 93% d’obscurité conquis par la lumière, que nous sommes en réalité. Ce processus, évidemment, prend plus d’une vie !

Au moment de quitter le navire


A l’approche de la mort, la Kundalini s’élève de microchakra en microchakra pour récolter la sagesse acquise de nos expériences vécues. Udana Prana, énergie utilisée pour gérer les activités du 5° chakra : l’écoute et le langage, la créativité et la communication, combine tout cela en une seule  fréquence de sagesse. Lors de la dernière expiration, La Kundalini avale cette information et quitte le corps par l’une des dix portes. Elle forme la semence qui conditionnera notre prochaine incarnation.
Pour un yogi, il est important à ce moment - là d’orienter l’attention vers le septième chakra, à l’aide de mantras appropriés (sons sacrés) qu’il a maitrisés auparavant. L’entourage aide le mourant, en lui murmurant ces mantras dans l’oreille gauche, à exhaler la Kundalini par la porte la plus haute possible, à la poursuite de cette expérience paisible. Car la mort n’est pas douloureuse du tout. C’est de la maladie que peuvent venir l’inconfort et la souffrance. La mort ressemble au sommeil profond: vous traversez différentes étapes puis vous tombez endormi. Un Maitre auto-suffisant, très expérimenté, au sixième chakra bien développé, peut se diriger tout seul. Mais Il y a toujours des cas où le corps peut être malade. Alors les disciples sont là pour aider le maître à s’asseoir, la colonne perpendiculaire au sol, pour que la Kundalini puisse s’élever de chakra en chakra, avaler l’information donnée par Udana prana, et s ‘échapper de préférence par la 10°porte, la 9° ou la 8° selon l’arithmétique karmique de la personne.

Les dix portes


Notre corps comporte 10 portes par lesquelles la Kundalini peut le quitter :
La première porte est l’anus. Le départ de la Kundalini par cette porte s’accompagne de défécation ou de flatulences.
La seconde porte est l’urètre. Une miction d’urine à cet instant indique cela.
La troisième porte est la bouche. Quand la Kundalini sort par cette porte, la bouche reste ouverte et doit être fermée par l’entourage.
La quatrième porte est la narine droite. Juste près le départ de la Kundalini, l’aile de la narine reste rosée un moment,  alors que le reste du visage pâlit déjà.
La cinquième porte est la narine gauche dont l’aile reste rosée, un moment (la coloration rosée dure environ 24mn).
La sixième porte est l’œil droit. Lors du départ de la Kundalini, il garde un éclat de lumière temporaire dans l’œil ouvert.
La septième porte est l’œil gauche, et s’y manifeste également une brillance rémanente.
La huitième porte est l’oreille droite : le bas du lobe de l’oreille reste un temps rosé…
La neuvième porte est l’oreille gauche, signe équivalent.
La dixième porte est située au niveau de la fontanelle tendre, au sommet du crâne. L’endroit reste chaud un temps, et une goutte de sang peut s’échapper du centre de la fontanelle.

Une personne s’étant comportée de manière cruelle, mesquine, se complaisant dans la torture, par exemple, quitte son corps par l’anus. Des personnes avec des tendances négatives un peu moins prononcées le quitte par la région génitale. Ceux qui manifestent un mixte de bonnes et mauvaises tendances (par exemple, se comportent au travail de manière tyrannique et humiliante envers leurs associés, tout en étant bienveillants dans d’autres contextes) partent par la bouche. Les personnes qui ont beaucoup travaillé l’hémisphère gauche du cerveau, les scientifiques quittent leur corps par la narine droite. Les bons artistes, et ceux qui se sont vraiment dévoués au service des autres comme les pompiers, les policiers, les militaires partent par la narine gauche. Des serviteurs dévoués sur le plan humanitaire s’échappent par l’œil droit. Les grands guérisseurs de l’humanité, ayant guidé l’humanité vers plus de sagesse, les penseurs créatifs, quittent leur corps par l’œil gauche. Par les trois dernières portes s’en vont des personnes plus évoluées spirituellement : celles qui s’orientent vers l’éveil d’une intériorité, entrant en contact avec la dimension divine de l’être, et se préoccupant de transmettre autour d’elles cet éveil  partent par l’oreille droite. Celles qui partent par l’oreille gauche se sont libérées de leurs dettes karmiques et de l’illusion de la séparation individuelle. Seuls les initiés les plus évolués spirituellement quittent le corps par la dixième porte. Par la profondeur de leur pratique spirituelle et en pratiquant tout au long de leur vie  des sons  sacrés spéciaux, ils arrivent à affiner de l’intérieur la paroi de la fontanelle, ce qui aide à la percer pour le départ de la Kundalini.

Les lokas


Le jiva traverse ensuite de nombreux plans de purification appelés lokas, avant de renaître. Les textes tantriques parlent de 14 lokas, incluant le plan terrestre. Il y en a 6 supérieurs au plan terrestre, où l’on continue à raffiner le mental de chacun des sept chakras. On y est dirigé en fonction l’arithmétique Karmique, des dettes résolues ou non dans cette vie, et du contentement (d’avoir mis en valeur ses potentialités) qu’on a su en tirer. Avant que toutes les dettes ne soient remboursées, l’accès à l’illumination n’est pas possible. Il y a aussi 7 plans inférieurs au plan terrestre (enfer) où sont dirigées les personnes aux comportements très dégradés.
Le loka le plus élevé est appelé Brahmm loka, le plan de vérité, où se dirigent les personnes dont la Kundalini sort par la 10° porte.
Puis Tapaha loka, le plan d’austérité, où l’énergie n’est plus gaspillée, que ce soit dans les pensées, les paroles, les sentiments ou les actions. Chez les personnes résidant en Janaha loka, le plan de la connaissance spirituelle, le maitre intérieur est éveillé. Mahar loka est celui où se rendent les personnes qui manifestent une dévotion profonde, d’où sont venus plusieurs sauveurs et guides de l’humanité – plan situé au centre de ces 7 lokas, en contact avec les plans supérieurs et inférieurs. Svar Loka, le plan céleste d’Indra où vous rencontrez la beauté subtile et les plaisirs subtils de nature orgastique. Bhuvar loka, le plan des eaux cosmiques, où l’on réside avec ses parents et autres êtres aimés, et Bhur loka, notre Mère la Terre.
Les personnes ayant mené une existence particulièrement matérialiste et égocentrique descendent dans d’autres lokas appelés Ataal lokas (en fonction de leurs dettes karmiques): Vitaal loka, Sutaal loka, Rastaal loka, Tataal loka, Mahataal loka, Pataal loka, le plus sombre d’entre eux. Aucun de ces lokas n’est éternel. On y réside temporairement jusqu’à ce que l’on se soit immergé dans Brahmm Loka, qui est pure Conscience éternelle.

Le temps entre deux naissances


Si la personne n’est pas très évoluée, la Kundalini reste flotter autour du corps un certain temps qui varie selon le niveau d’évolution. Cette période de transition n’est pas toujours confortable : il ne faut pas croire qu’en se suicidant on mette fin à la tourmente… Si l’on n’a pas su trouver l’état de repos intérieur pendant la vie, ce n’est pas là qu’il nous attend !
Des personnes plutôt bienveillantes mettent environ 13 jours à trouver une nouvelle matrice pour continuer leur recherche vers l’illumination. Pour des personnes un peu plus spirituelles, cela prend 4 jours. Pour ceux qui quittent leur corps par l’oreille droite, 2 jours. Ceux qui quittent le corps par l’oreille gauche se réincarnent instantanément. Naturellement, les personnes qui partent par la dixième porte ne se réincarnent pas : elles s’immergent dans la Conscience primordiale. Cependant il arrive qu’elles réapparaissent périodiquement sous forme d’avatars pour aider l’humanité à évoluer : ce fût le cas pour Rama, pour Krishna, et leurs consorts féminines. Un nouvel avatar, Kalaki est attendu, en fonction des besoins l’humanité…

Le cycle des réincarnations


Lors de chaque incarnation, nous continuons à accroître en nous la lumière de l’évolution intérieure. Parfois au contraire nous régressons, pour des raisons karmiques. Alors nous nous réincarnons à nouveau, pour pouvoir recommencer à évoluer. Et cela continue, de naissance en naissance… Imaginez : vous avez 14 billions de neurones à illuminer et dans votre cerveau seulement 2 billions d’entre eux arrivent à se connecter. Il faut pouvoir arriver à en contacter encore 12 billions. Les pratiques spirituelles, méditatives et autres permettent à chaque neurone de transmettre la lumière à un autre, ce qui à la fin en fera 14 billions – c’est cela qu’on appelle l’illumination !
Lorsqu’au cours d’une vie humaine nous profitions de cette opportunité, nous nous orientons vers notre nature véritable qui est divine et omniprésente. Le divin imprègne tout ce qui existe. C’est seulement dans une incarnation humaine que nous avons la possibilité de le réaliser. Mais si sous l’influence de nos saboteurs intérieurs, nous régressons, en créant des dettes karmiques, qu’il faudra rembourser. Nous pouvons recommencer à affiner nos énergies lors d’une nouvelle incarnation. La raison de toutes ces renaissances, c’est d’abord de comprendre que nous n’avons pas encore étés capables d’expérimenter le contentement d’avoir mis en valeur la totalité de notre potentiel. Nous sommes attirés dans cette vie par ce que nous n’avons pas su résoudre dans nos vies précédentes.
Parfois  un messager, un avatar est envoyé à l’humanité pour lui apprendre à vivre en harmonie et en paix, puis s’en retourne. En ce sens, même Brahmm Loka n’est pas éternel, puisqu’on y a le choix de pouvoir redescendre aider l’humanité. C’est arrivé dans le passé et cela arrivera dans le futur jusqu’à ce que chaque être, lors d’une incarnation humaine, comprenne qu’il est venu pour expérimenter que nous ne sommes en réalité que Conscience divine omniprésente.

Dernière modification le mercredi, 27 mars 2013
Mots clés :

S'abonner

Un abonnement d'un an au prix de 29 €.

Un abonnement de deux ans au prix de 55 €.

Etre Présence

etre-presence

L'Association Etre Présence se propose d'accompagner chacun sur le chemin de la connaissance intérieure, grâce à des conférences, des concerts, des ateliers, des séminaires, des stages, des méditations, des voyages, des échanges d'ouvrages de références et d'enseignements..

Promotions

Profitez des promotions sur les premiers dossiers de la Revue sur l'Astrologie, la mort et les états proches de la mort ou l'Ecologie et société...

A partir de 6 euros pour un lot de deux numéros.

Contactez-nous

Adresse :

3e millénaire
Les Milléris
89520 FONTENOY
FRANCE

E-mail :

revue3emillenaire@gmail.com

Au Québec :

Samir Coussa
1605, rue Viel
MONTREAL Qu. H3M 1G7
CANADA
s_coussa@yahoo.com