Nouveau N°123 - Qu'est-ce que l'attention ? Agrandir l'image

N°123 - Qu'est-ce que l'attention ?

N°123 - Printemps 2017 - Qu'est-ce que l'attention ? - Marion, Roland Yuno Rech, Serge Carfantan, Marianne Dubois, Père Philippe Dautais, Paul Degryse, Marigal, Lionel Cruzille, Hugues Leclère, Dominique Schmidt, Jean-Pierre Rey, Kaveen, Welleda Muller, Carlos Castañeda, Simone Weil, Anna Guégan, Manu Topic

Plus de détails

7,90 € TTC

En savoir plus

N° 123   -   Printemps 2017

Thème :  Qu'est-ce que l'attention ?

Sommaire

 
3e millénaire : Un fil d'Ariane de l'A-tension
Marion : Cet Instant, sans temps
Roland Yuno Rech :L'attention juste, Source de l'éveil
Serge Carfantan : Conscience et attention
Marianne Dubois : Une vigilance de chaque instant
Père Philippe Dautais : L'attention : Garde du cœur et de l'esprit
Paul Degryse : Attention à l'attention !
Marigal : En quoi consiste l'attention perceptive ?
Lionel Cruzille    : Entrer en amitié avec soi-même
Hugues Leclère : Musique et conscience
Dominique Schmidt :    L'attention, la fenêtre de l'âme
Jean-Pierre Rey : L'attention seconde : clé de transformation
3e millénaire : La place des écrans dans nos vies : le regard de la science
Rubriques :
Approche de la Méditation : Focalisation et Attention de Kaveen
Psychologie transpersonnelle dans l'Art   par Welleda Muller :
René Magritte et la découverte de la non-dualité
Documents  :
Carlos Castañeda : Les trois niveaux d'attention
Simone Weil : L'attention et la volonté
BD :    
Anna Guégan : L'Appel intérieur
N. Céliolisa : Se trouver dans l'Attention
Portfolio : Photographies de Manu Topic

Un fil d'Ariane de l'A-tension


Manque d'attention !
Besoin d'effort ?

Lorsque nous évoquons le manque d'attention, l'absence d'effort est aussitôt mise en avant, comme si l'attention et l'effort étaient intimement liés. Cette association n'est pourtant pas si “naturelle”. Ce sont d'ailleurs les personnes [en nous] les moins attentives, aux autres, au monde et à elles-mêmes, qui mêlent systématiquement l'effort à l'attention. Pourtant, l'a-tension ne serait-elle pas l'absence de tension ? La « définition usuelle » comme le souligne Serge Carfantan, « y voit un effort de concentration sur quelque chose ou sur quelqu'un. C'est une erreur, elle accroche l'attention à l'objet », elle « implique une forte dualité ».
Simone Weil montre l'évidence de remédier à l'inattention – si répandue aujourd'hui – tout simplement « par l'attention et non par la volonté ». Pour une âme inspirée comme Simone Weil, l'attention – qui n'est pas un effort – « est prière » : « elle suppose la foi et l'amour » (voir notre document) – et il ne s'agit plus ici de la « volonté volontariste » dénoncée par Lionel Cruzille !
A l'inverse du sens commun, c'est l'inattention qui se déroule dans l'effort, la tension ou le “travail” au sens mécanique du terme, c'est-à-dire au sens d'une dissipation de l'énergie et non d'un affinement de celle-ci telle que le présente Lionel Cruzille ou Paul Degryse qui décrivent l'Attention en termes d'énergie.

Attention = énergie

Que notre attention soit constamment captée, absorbée par les objets n'est pas sans conséquence sur notre état de conscience ; c'est même ce qui caractérise cet état de conscience ordinaire : le “sommeil”, la rêverie diurne qui mène le monde confus et conflictuel d'une humanité encore immature… voire décadente selon les rapports scientifiques que nous présentons (voir l'article La place des écrans dans nos vies).
Les “objets”, qui se nourrissent de notre attention, sont en fait les images “réalistes” dénoncées par le peintre sur-réaliste René Magritte (voir notre rubrique Psychologie transpersonnelle dans l'Art). Ces illusions sont inhérentes à notre état de conscience ou « première attention » comme l'indique Carlos Castañeda (voir notre document) et comme le précise Jean-Pierre Rey. Une « seconde attention » est alors possible : une désidentification de notre attention aux objets par un « retournement du regard, de notre Attention, nous dit Lionel Cruzille, vers la source d'où elle provient … l'Observateur … le Regard sans nom… la Conscience Une ».
Nous le pressentons ici, il nous faut aborder l'Attention d'une manière neuve, hors des définitions “classiques” ou “mécaniques”, car « sans l'illumination métaphysique et spirituelle, souligne Dominique Schmidt, l'explication purement psychologique et mentale de l'attention restera toujours incomplète ».
« La démultiplication » du faisceau de l'attention, comme l'explique Lionel Cruzille, par une approche « multidirectionnelle », « par une descente vers l'objet, et une remontée vers Ce qui est sans nom et sans forme » affine spontanément, et de manière créative, l'énergie de l'Attention. C'est « l'attention à l'attention », évoqué par Paul Degryse, qui libère l'énergie, c'est-à-dire la Conscience des formes.
« Cette attention-là, remarque Kaveen, est la maison de la méditation. Elle est la présence réelle. » (Voir notre rubrique Approche de la méditation).


Quelle “approche” ? Quelle “pratique” ?

« La dimension initiatique de la pratique instrumentale est évidente, constate Hugues Leclère. En permettant de mieux nous connaître, elle éclaire notre rapport au monde … Si l'interprète est lui-même dérangé par des pensées récursives, alors sa capacité à fixer les gestes et les sons baisse d'autant ».
« L'attention à ce que l'on fait est déjà un exercice spirituel, au cœur de la réalité quotidienne » souligne le Père Philippe Dautais. « L'attention à soi-même, poursuit-il, conduit à la garde du cœur puis par la purification du cœur à la connaissance de Dieu ».
L'attention à l'attention ?! « C'est d'elle que tout dépend, nous dit Paul Degryse,… repars à zéro, comme un petit enfant, sois attentif à ce qui est là… simplement, et tu vas voir, quelque chose va changer… »
« Le Bouddha, indique Roland Yuno Rech, ne tarit pas d'exemples pour dire que quand un moine pratique l'attention juste, quand il marche, il sait qu'il marche, quand il mange, il sait qu'il mange. En fait, il est parfaitement conscient, attentif, présent dans ce qu'il fait, comme si c'était la chose la plus importante à ce moment-là. »
« Dans mon expérience, précise Jean-Pierre Rey, l'observation proposée ici est une attention soutenue et exempte de tout jugement à ce qui se passe en ce moment en moi et/ou autour de moi : cette observation consiste uniquement à regarder la situation telle qu'elle est, observer les sentiments – agréables ou non – provoqués par la situation, sans intervenir d'une quelconque manière pour les modifier. »
C'est ce que propose Marigal en termes d'« attention perceptive » : « Il ne s'agit pas d'une observation mentale, discursive, qui sait, qui reconnaît, qui évalue, qui porte des jugements, mais une attention non-mentale, qui perçoit, ressent la vibration devenant conscience sensitive ». « Il est donc primordial, indique-t-elle, de développer “l'attention aux sensations”, c'est-à-dire “l'attention aux points de contact de la perception”. Car c'est là que se joue notre conditionnement mental. Là il prend naissance, là il s'intensifie, là il peut être dissout. Quand une sensation se produit, si nous n'y prêtons pas attention, le mental vient aussitôt saisir et réagir, et crée un nouveau conditionnement. »
C'est observer, « avec une attention pure de tout attachement, dit Roland Yuno Rech, qu'il y a seulement un corps qui respire mais pas d'ego substantiel. »
En effet, comme le dit Dominique Schmidt : « Cette attention sans objet est libre du conflit inhérent à l'ego affairé. Sans objet le devenir cesse, les efforts pour accumuler s'épuisent, l'attention soutenue dans l'avoir se relâche dans la plénitude de l'être : elle devient percée lumineuse au et du Tout, car il n'y a plus qu'une Identité qui se fond dans l'expression de la forme libérée d'elle-même. »
« Il s'agit simplement, dit Marion, d'une détente du Regard en Soi, sans plus personne pour le dire ou en avoir conscience. »
Ainsi, au terme du “dépouillement du vieil homme”, selon les termes de la tradition chrétienne, « l'attention conduit à la contemplation » ; et le Père Philippe Dautais précise que « le but de la vigilance n'est pas la purification mais l'union à Dieu. L'attention à soi et la purification en sont les moyens ».
Qu'est-ce que l'attention ? Quelle qualité d'attention avons-nous ? Cette question est fondamentale. C'est la clé pour s'ouvrir, à chaque instant de la vie quotidienne, au réenchantement qui nous habite. Car comme le fait remarquer Marianne Dubois : « rester en harmonie constante avec tout ce qui nous arrive nous demande une vigilance de chaque instant ».

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis