Promo ! Numéro 21 - Automne 1991 Agrandir l'image

Numéro 21 - Automne 1991

Automne 1991 - Douglas HARDING, Stephen JOURDAIN, Roger GODEL et Siddheswarananda, David BOHM, Jean-Louis SIÉMONS...

Plus de détails

5,90 € TTC

En savoir plus

 21   -   Automne 1991

Sommaire

Douglas E. HARDING : A l'image de Dieu.
Stephen JOURDAIN : Péril en ma Demeure.
Nisargadatta MAHARAJ : A la Source de la Conscience.
Georges R. LESTANG : Le moi, le temps et le Présent.
Colette POGGI : La Reconnaissance intérieure.
Georges JAEGER : Une Civilisation de l'Être.
Roger GODEL & Siddheswarananda : Expérience, état de rêve
et sommeil profond.

Georges BRUNON : La tentation mystique de l'art moderne,
l'Abstrait ou l'indivisible Source des choses.

Janine POTTIER-CHOSSART : Vers une nouvelle conscience de l'enseignement.
Catherine & Daniel FAVRE : Naissance du 4ème type.
Gilles COHEN-TANNOUDJI : L'horizon des particules.
David BOHM : La relation Esprit/Matière.
Dominique AUBIER : Qui peut bien avoir créé le monde ?
Jean-Claude PEREZ : Le Chaos et la Nécessité ou le langage caché du génome humain.
Jean-Louis SIÉMONS : H. P. BLAVATSKY, cent ans après,
un auteur toujours d'avant garde.

 

N°21 - Editorial    -   Automne 1991

Les avancées de la Science dans le « no man's land » de la physique des particules nous conduisent à formuler d'impression nantes questions - La matière n'est plus ce qu'elle était !... ainsi, l'électron, conçu auparavant, par analogie naïve au système solaire, comme satellite du noyau atomique, revêt aujourd'hui les traits de la « complexité ». Les deux physiciens David Bohm et Gilles Cohen Tannoudji, en des énoncés d'ailleurs fort différents, le confirment. ... Et la question à laquelle nous mène l'investigation scientifique se pose inévitablement sur « ce que nous sommes ».

Au versant du questionnement sur l'Objet que nous sommes, la philosophie traditionnelle, la métaphysique, de source védantique, socratique... s'est toujours penchée sur « qui nous sommes », conduisant ses adeptes à « s'aventurer » dans ce « no man's land » intérieur qu'est, par exemple, L'« Inconnaissance » des mystiques chrétiens ; aussi est-ce toujours au Sujet qu'elle s'est référée par « la Reconnaissance intérieure » dont nous parle Colette Poggi : aptitude au « dévoilement » de l'Etre dont témoignent, par delà les siècles et les cultures, Abhinavagupta (maître du s'ivaïsme cachemirien du Xe s.) et le célèbre Maître Eckhart (mystique rhénan du XIVe s.).

Toutefois, l'indispensable rencontre Science et Tradition nous incite à concilier les questions d'une science en devenir sur la nature de « ce que nous sommes », et les interrogations métaphysiques dont le centre demeure invariablement : « qui nous sommes » ; elle nous invite instamment à poser cette double question « Qui suis-je ? » et « Que suis-je ? » dans un seul et même acte d'interrogation libératrice. A l'image de Janus, ce dieu au double visage - dieu des Portes - veillant simultanément sur l'intériorité et le dehors, nous avons l'exemple de cette double interrogation encrée dans une vigilance naturelle à « quoi » et « qui » nous sommes. Douglas Harding par ses propositions révélatrices indique « du doigt » le point focal de ce double regard. Stephen Jourdain décèle la texture maligne du voile jeté sur le Réel : lorsque les deux faces s'opposent en deux têtes, c'est du diable (dualité) diviseur dont nous sommes la proie.

Le « Que suis-je ? » de la Science et le « Qui suis-je ? » de la philosophie traditionnelle se retrouvent également dans « l'indivisible Source des choses » dont Georges Brunon évoque l'aspiration par « la tentation mystique de l'art abstrait » dès ses origines, au début de ce siècle, là même où la figure concrète de l'univers physique vacillait au bord des deux indéfinis (celui des particules et celui des étoiles)...

Par les multiples perspectives qu'offre ce vingt-et-unième numéro, ce Fil d'Ariane, aussi ténu soit-il, tendu entre ces deux pôles primordiaux que sont Science et Tradition, relie les thèmes les plus divers... ...Dominique Aubier discute les thèses de l'éminent biochimiste Michel Bounias.

Georges Jaeger nous conte sa rencontre avec la tradition immémoriale des Pygmées, et nous explique les raisons de sa pérennité.

Jean-claude Perez, dans une première partie, nous expose le contenu de sa découverte du « langage caché du génome humain », passionnante mise à jour du nombre d'Or retrouvé pour les nouveaux « bâtisseurs » de la biologie moléculaire.

Jean-Louis Siémons, rendant hommage à H. P. Blavatsky, nous apprend que pour cette fondatrice de la Théosophie moderne « il existe une catégorie intermédiaire de mystiques, spécialement entraînés pour faire oeuvre scientifique... ». C'est en effet par cette « catégorie intermédiaire » que nous pourrons réaliser la rencontre Science et Tradition dont les thèmes abordés par 3e millénaire, de numéro en numéro, présentent en chemin des contours plus précis.

Cette « rencontre Science et Tradition », ou encore, selon les termes de Gilles Cohen Tannoudji, ce « dialogue entre Science et Religion » nécessite assurément une extrême rigueur quant à la lucidité à exercer dans nos processus de connaissance : une épistémologie expérientielle (voir « Les sciences contemporaines devant l'expérience libératrice » de Roger Godel, 3e millénaire n°6 & 7).

Nos pratiques enseignantes et éducatives sont en tous points responsables de notre inaptitude actuelle à « exorciser le scientisme de la Science et l'obscurantisme de la Religion », préalablement à l'entreprise de ce « dialogue » vital. Janine Pottier-Chossart apporte ici quelques éléments formateurs sur l'art de comprendre et d'appliquer les trois épreuves de Français dont la teneur éducative échappe communément aux enseignants comme aux enseignés... Et l'on devine l'importance transformatrice que pourrait revêtir un enseignement visant à harmoniser les trois fonctions de l'homme conçues traditionnellement comme : pensée, sentiment et volonté (sachant que seule, la fonction pensante, à son niveau le plus « inerte », celui de la mémoire, est habituellement investie dans nos stériles activités éducatives).

Science et Tradition deviendront les piliers d'un nouveau paradigme conciliateur d'oppositions fortes telle, par exemple, la « technique » et l«'éthique», lorsque l'aspiration à une « naissance du 4ème type », dans le contexte donné à cette expression par Catherine et Daniel Favre, s'actualisera chez un plus grand nombre et dans une saine et juste perspective de « développement » intérieur (ou mutation psychologique)...

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis