Promo ! Numéro 39 - Printemps 1996 Agrandir l'image

Numéro 39 - Printemps 1996

Printemps 1996 - Comprend un dossier sur "La dynamique des cycles" - Francis LUCILLE, Jeanne GUESNÉ, Jacob NEEDLEMAN...

Plus de détails

5,90 € TTC

En savoir plus

 39   -   Printemps 1996

Sommaire

Francis LUCILLE : Une tornade de liberté.
Jeanne GUESNÉ : L'éternité de l'Instant.
Jacob NEEDLEMAN : Au coeur de la philosophie.
Jean RATTE : L'holo-énergétique.
Roger SAVOIE : L'énigme du maître spirituel, 
du Shaman à l'Avatar.

Charles ABOT : Annotation.
DOSSIER : La dynamique des cycles.
Patrick PAUL : L'Aire du Temps.
Marie DELCOS : Connaissance des cycles.
Alexander RUPERTI : La dynamique du cycle.
Jean PHAURE : Le cycle de l'humanité adamique.
Jacques-Jean CAUBET : Nos constructions intellectuelles obéissent-elles à des lois cycliques ?
Bernard BOISSON : La forêt primordiale.
Rubrique Sciences : Éthique
Rubrique Merveilleux : Parasciences
Rubrique Courrier des lecteurs : Krishnamurti était-il un gourou ?

 

N°39 - Editorial    -   Printemps 1996


Fil d'ariane à trois dimensions 

« Quand bien même une multitude d'activités se maintiendraient vraiment, créant la peur, l'ahurissement, et l'intolérable souffrance, la peur de le transmigration ne subsisterait plus en Toi. » 
Hymne à la gloire de Bhairava*

Le pressentiment d'une intemporelle éternité jaillit parfois du plus profond de notre être : instant sacré où le temps semble s'être résorbé dans le dynamisme de sa présence immuable.

Et pourtant, il tourne ! ou, tout du moins : il passe... C'est là, en tout cas la perception irréelle que nous en recevons...

A d'autres moments, l'impression d'un déjà vu, d'une similitude avec le passé survient. Étrange nature du temps qui passe ou... tourne ! Curieux retour, éternel, peut-être, du temps cyclique !...

Parfois encore, c'est son allant, son élan qui nous parle. Tout semble renaître de l'instant, la création permanente est là comme pour évoquer la fameuse flèche du temps.

Seul le niveau psychologique, ou la profondeur de notre expérience, semble déterminer notre vision du temps. Et la question du temps est d'autant plus complexe que nous vivons, d'un moment à l'autre, à des niveaux de conscience différents. Entre ordre et désordre, entre désir, angoisse, nostalgie, joie ou tristesse, avec curiosité, étonnement, inquiétude, rêverie ou lucidité ; c'est le niveau de conscience (présence ou absence) où nous sommes qui détermine le temps. Mais c'est aussi en termes de physicien, biologiste, historien, cosmologue, sociologue, etc., que nous sommes amenés à en voir des facettes souvent contradictoires temps linéaire, rythmé, cyclique, absolu, relatif, réversible ou irréversible.

Un temps à trois dimensions

Les sciences classiques, celles de Galilée, de Newton, de Descartes, de Maupertuis, etc. nous ont conduits à une vision dutemps linéaire, du temps qui passe.

Des scientifiques contemporains, comme Hawking [1] et Prigogine [2], en appellent à un temps orienté, une flèche du tempsoù s'impose l'irréversibilité des phénomènes. Cette conception, propre à la philosophie de l'Occident chrétien, semble en contradiction avec celle, plus ancienne, du temps cyclique. L'astrologie, science des cycles - présentée ici par Alexander Ruperti -, n'a-t-elle pas été combattue dès les premiers siècles chrétiens ?

Le temps qui tourne

Les traditions ésotériques d'Orient et d'Occident présentent des visions cycliques du temps qui, comme tente de le démontrer Marie Delclos, ne sont peut-être pas aussi éloignées des conceptions et connaissances astronomiques et cosmologiques contemporaines. Ces cycles traditionnels témoigneraient-ils d'une connaissance antique bien plus avancée que nous ne le supposerions ? A quel type de connaissance, ou, à quel niveau de conscience, les anciens auraientils puisé pour exprimer des conceptions cosmologiques aussi semblables aux nôtres ?

Tandis que la science contemporaine redécouvre les horloges biologiques, ne serions-nous pas en voie de reformuler, en termes actuels, la vision des médecines traditionnelles comme le souligne le Dr. Patrick Paul ? Les notions de continuum espace-temps, de métamorphoses, de rythmes ou de cycles, sont reconnues aujourd'hui pour être les principes fondateurs de ces médecines antiques, sciences holistiques par excellence. L'histoire du monde et des idées ne suivrait-elle pas des lois cycliques réservées, à tort, par la pensée moderne, aux seuls phénomènes biologiques de croissance et de dégénérescence ? C'est l'hypothèse qu'étudie Jacques-Jean Caubet en comparant les différentes époques de l'histoire de la philosophie.

Jean Phaure s'appuie, de son côté, sur une synthèse de diverses traditions, lui permettant de situer et d'expliquer les grands bouleversement de l'histoire de l'humanité.

Tout dans la nature est cyclique, rythmé par la vie et la mort, la dégénérescence et la renaissance, le bourgeonnement et la putréfaction comme le rappelle Bernard Boisson. L'homme, dans son éloignement de la nature, de sa nature fondamentale, en vient à oublier ces cycles, et le principal : celui de la respiration, perpétuelle succession de mort et de renaissance au coeur de laquelle réside l'intemporalité [3].

Un dossier ultérieur consacré au temps et à l'intemporel complétera ce thème du temps cyclique auquel nous avons voulu donner ici une juste place.

* Hymne à la gloire de Bhairava, extrait du recueil Songs of the Ultimate d'Éric Baret (traduit de l'anglais par Joseph Renger).
[1] - Stephen Hawking ; Une brève histoire du temps, Éd. Fayard, Paris, 1989. Voir 3e millénaire n° 11.
[2] - Ilya Prigogine & Isabelle Stengers, Entre le temps et l'éternité, Éd. Fayard, Paris, 1988. Voir 3e millénaire n° 10.
[3] - Voir de chartes abot, Vers la compréhension de l'homme irréel, 3e millénaire n°37.

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis