Promo ! Numéro 73 - Automne 2004 Agrandir l'image

N°73 - Foi ou croyance

N° 73 - Automne 2004 - Thème :   Foi ou croyance ? L'expérience sans les dogmes - Denise Desjardins, Stephen Jourdain, Amma, Salim Michaël, Bernard Montaud, ShantiMayi, Ariane Buisset, Marianne Dubois, P.D. Ouspensky et Maurice Nicoll...

Plus de détails

5,90 € TTC

En savoir plus

 73   -   Automne 20

Thème :   Foi ou croyance ?
                L'expérience sans les dogmes

Sommaire

3e millénaire : Un Fil d'Ariane vers le doute sacré
Denise Desjardins : Croyance et unification intérieure
Stephen Jourdain : Acte de Conscience = acte de Foi
Amma : Le “Je” limité et la foi
Salim Michaël : Prière et abandon de soi
Bernard Montaud : Pour une foi saine
ShantiMayi : Les deux faces d'une même pièce
Philip Renard : “Je” est une porte
Partie 2 : Nisargadatta Maharaj

Ariane Buisset : L'Histoire, la Croyance et la Foi véritable
Marianne Dubois : Confiance en l'inconnu
3e millénaire : Paroles du Védanta contemporain
Deep Priya : La lueur avant le jour
Swami Yogananda Sarasvati : L'établissement 
dans la Vérité

Alain Pozarnik : Un Appel à Être : l'Initiation Maçonnique
Georges de Maleville : Foi et Attention
Hommage : à Robert Linssen
Documents :
St Jean de la Croix : Une nuit obscure pour l'âme
Nicolas Berdiaev : Révélation et révolution de la foi
Swami Vivekananda : L'expérience de la foi
Soren Kierkegaard : Le chevalier de la foi
Jacob Boehme : L'arbre de la foi
Jacob Boehme : Au-delà des opinions
Jean Tauler : Qu'est-ce que la foi ?
Guillaume de Saint-Thierry : « La foi est la racine 
de toutes les vertus »

P.D. Ouspensky et Maurice Nicoll : L'ésotérisme de la foi

 

N°73 - Editorial    -   Automne 2004


Foi ou croyance 


L'expérience sans les dogmes 

 

Tandis que la montée des intégrismes de tout bord et du terrorisme pseudo-religieux nous interroge sur le sens du « croire », nous sommes de plus en plus nombreux, en marge des institutions de la croyance, à chercher notre propre foi.

L'amalgame déplorable, tacitement établi entre foi et croyance, tend à nous éloigner d'une vertu aussi vivifiante que l'Amour divin ou la Compassion bouddhiste.

Au-delà de toute controverse, l'exercice du discernement devient alors d'autant plus vital, jusqu'à exhumer le besoin de douter recouvert sous les croyances et les opinions de tout acabit. En effet, le doute a longtemps été diabolisé comme une atteinte à la foi, ou une étape critique de fragilité dans la vie d'un homme. C'est, au contraire, un remède d'urgence au fanatisme, aux intégrismes et à toute mentalité sectaire. Toutefois, avant de réaliser qu'il est le ferment d'une foilibre et sereine, ne faut-il pas découvrir ce qu'est la foi saine et véritable ? Aussi déstabilisante soit-elle, c'est la question que nous devrions tous nous poser, que nous nous disions « croyant » ou « athée » (cette dernière posturefigurant au registre des croyances).

Tandis que l'instabilité des croyances génère le doute, leur déstabilisation radicale engendre la foi. Car il n'y a pas de foi sans joyeuse vigilance : l'acte de foi véritable étant acte de conscience. A l'instar du Satori, de l'éveil du coeur et de l'esprit, la foi transcende croyances et opinions.

Aujourd'hui, plus que jamais, une investigation de la foi peut devenir humainement et socialement libératrice.