N°110 - La force des rêves Agrandir l'image

N°110 - La force des rêves

N° 110 - Hiver 2013 - La force des rêves - Roger Ripert, Gérard Vigneron, Darpan, Patrick Bertoliatti, Paul Degryse, Sylvie Trinquier, Alexandre Quaranta, Francis Lucille, Kiran, Pierre Etevenon, Betty, Frère John Martin, Jean-Marc Mantel

Plus de détails

7,90 € TTC

En savoir plus

 

 110   -   Hiver 2013

Thème :   La force des rêves

Sommaire

3e millénaire : Le fil d'Ariane
Roger Ripert : Au secours du rêve
Gérard Vigneron : État de rêve et États Modifiés de Conscience
Darpan : L'Éveil, un briseur de rêves
Patrick Bertoliatti : L'état de rêve et l'Advaïta Vedanta
Paul Degryse : Le chamanisme et la maîtrise des rêves
Sylvie Trinquier : Rêve et fonction symbolique : Peut-on parler d'universalité du symbole ?
Patrick Bertoliatti : Les rêves et le Judaïsme
Alexandre Quaranta : Rêver pour S'éveiller... La joie sublime du rêve lucide
Alexandre Quaranta : Onirolux, L'art de rêver et l'art du rêve lucide : éléments pratiques et quelques pistes
Patrick Bertoliatti : Les rêves et le Christianisme
Francis Lucille : L'expérience de la conscience
Kiran : S'éveiller du rêve
Patrick Bertoliatti : Les rêves et l'Islam
Pierre Etevenon : « L'Ascenseur des rêves » : un nouveau modèle de compréhension des rêves
Patrick Bertoliatti : Les rêves et le taoïsme
Betty : Le rêve d'individualité : l'inconcevable réalité
Oecuménicité spirituelle :
Frère John Martin : La mission du christianisme dans l'Inde d'aujourd'hui (2ème partie)
Approche de la méditation :
Jean-Marc Mantel : Libre de toute division
Gaelle : Le basculement
BD : 
Anna Guégan : Miroir, miroir

 

N°110 - Editorial    -   Hiver 2013


La force des rêves 


Les états multiples du rêve

L'état de rêve existerait-il dans plusieurs dimensions ? En d'autres termes, l'expérience humaine pourrait-elle se dérouler à travers différents états de rêves ?... Cette question est parfaitement justifiée à la suite des nombreux témoignages recueillis sur les états de rêves qui recouvrent autant la vie diurne, c'est-à-dire l'état dit de « veille », que les états de rêves nocturnes qui s'étagent de l'inconscient à la conscience – voire à la « supraconscience », comme l'expose Pierre Étevenon avec son modèle de « L'Ascenceur des rêves ». Toutefois, pour prendre en compte les plus hauts états modifiés de conscience, « “faits” qui permettent d'appréhender directement la Totalité », la science occidentale devrait opérer un changement de paradigme, nous dit Gérard Vigneron qui nous fait remonter aux pratiques ancestrales de l'onirologie. Il s'agirait également de renouer avec les traditions spirituelles qui, comme l'expose Patrick Bertoliatti, avaient une connaissance plus étendue du monde des rêves – chaque tradition pouvant apporter une vision nouvelle et complémentaire aux états multiples de la conscience onirique.

L'état dit de « veille », comme le soulignent Betty, Darpan ou Kiran, n'est-il pas un état de sommeil au dire des consciences éveillées qui émergent du monde des rêves de la vie diurne ? Toutes les problématiques de la perception, de la conscience et de la connaissance, soulevées par les sciences cognitives, tournent autour de cette question demeurée sans réponse satisfaisante... Et peut-être que ce refus d'envisager notre état de veille comme un état de rêve a conduit l'esprit moderne à ignorer les multiples dimensions du rêve qui, à son plus haut niveau d'existence, manifestent plus la réalité que l'état de « veille » de la conscience ordinaire.

La civilisation contemporaine, née en Occident il y a à peine 4 ou 5 siècles, semble avoir fait l'impasse sur l'état de rêve – et, plus généralement sur les états modifiés de conscience – qu'elle a systématiquement déconsidérés, nous dit Roger Ripert. C'est l'état de veille qui s'est mis à dominer la conscience et l'ensemble de l'activité humaine. Et l'état de rêve, réduit à la dimension inconsciente de l'expérience humaine, s'est perdu dans les méandres d'une cérébralisation stérile. Stérile pour résoudre les problèmes de civilisation que posent l'accélération de l'évolution technologique, la surpopulation urbaine, le communautarisme archaïque,... qui expriment plus les cauchemars que les « rêves conscients » de l'Homme en devenir évoqué par Francis Lucille. Il manque, à notre civilisation de l'invention, une vie créative inspirée d'un état de rêve lucide, tel que le suggère Alexandre Quaranta, par exemple. La conscience en devenir s'élèvera-t-elle jusqu'à pouvoir « s'éveiller dans le rêve », comme le préconise aujourd'hui Paul Degryse, en vue de réaliser un processus de « guérison global » ? Le processus d'« individuation », présenté par Sylvie Trinquier, qui consiste à « conduire l'individu à la réalisation de soi », ramène, lui aussi, la question des états de rêve au cœur d'une société en crise par ignorance totale des multiples dimensions de l'homme.