Nouveau N°137 - Qu’est-ce que la sagesse ? Agrandir l'image

N°137 - Qu’est-ce que la sagesse ?

N°137 - Automne 2020 - Qu'est-ce que la sagesse ? - Avec Dominique Schmidt, Jean Bousquet, David Dubois, Didier Mouturat, François Malespine, Viator, Philippe G. Muller, Guy Ferré, Christoph Eberhard, Steven Goodman, Joy Vriens, Pascal Amoyel, Isabelle Trizac, Dominique Casterman, Welleda  Muller, Philippe Ulliac, Anna Guégan, Nathan Céliolisa






Plus de détails

7,90 € TTC

En savoir plus

N° 137   -   Automne 2020

Thème :  Qu’est-ce que la sagesse ?


Sommaire

 
3e Millénaire : Editorial
Dominique Schmidt : L'aventure de la Vie, la Sagesse du vécu
Jean Bousquet : La Sagesse et la folie
David Dubois : Qu'est-ce que la folle sagesse ?
Didier Mouturat : Il n'est pas sage d'en parler...
François Malespine : Sagesse
Viator : La sagesse est un enfant qui joue
Philippe G. Muller : La voie de « l'homme rusé »
Guy Ferré : Les folles sagesses de Lee Lozowick
Christoph Eberhard : La Voie est l'Ouverture
Steven Goodman : Wisdom Crazy
Joy Vriens : Sexe et violence dans le bouddhisme tibétain
3e Millénaire:  Le fou initié
RUBRIQUES
Folles histoires de Sagesse
Rencontre avec Pascal Amoyel, par Welleda Muller
Approche de la Méditation  
Isabelle Trizac  : Sois Sage et tais-toi !
Paradoxes & Non-dualité
Dominique Casterman : « De la folie extraire la sagesse »
Psychologie Transpersonnelle dans l'Art  
Welleda  Muller : Folle sagesse
PortFolio  Photographies de Philippe Ulliac
BD :
Anna Guégan : #Michaile Audiard
Nathan Céliolisa : Est-ce sage ?
Rubrique Livres


Editorial

Qu’est-ce que la sagesse ?


« Sois sage ! », cette injonction, les plus nombreux d’entre nous l’ont entendue très souvent au cours de leur enfance, à leur encontre ou à l’égard d’un autre, que ce soit à l’école ou à la maison. L’enfant sage, que nous devions être ou qu’il fallait devenir, associait la sagesse à une bonne tenue, une bonne conduite, un contrôle de soi. C’est sur ces bases que reposent nos sociétés civilisées. Bases sans doute nécessaires quand on entend les médias rapporter la montée des violences en Europe et dans le monde, mais nous pouvons toutefois nous demander quelle est la valeur de cette sagesse extérieure et superficielle ? D’ailleurs, si selon l’idée qu’on s’en fait, une société civilisée est sensée se rapprocher de la sagesse, il faut reconnaître que notre sagesse politique, devant la misère et l’inégalité profonde des richesses, devant les perspectives cataclysmiques du dérèglement écologique, se montre plutôt mensongère... Et sur ce point, la confusion entre sagesse et modération devient flagrante : modération des visions novatrices (pas d’utopie !), modération des changements créateurs (faut pas faire de vagues !), et... affadissement ou endormissement des consciences. Il semble que de tous temps l’adage suivant se vérifie encore : « la sagesse des hommes est folie devant Dieu, tandis que la sagesse de Dieu est folie pour les hommes ». La maxime est directe, sans fioriture, notre sagesse est folie !... Et il est même impossible (ou presque) autant de voir la folie des hommes dans des actions dites raisonnables, que d’envisager, sans préjugé, l’idée d’une Sagesse divine.

Dans le Bouddhisme zen ou tibétain, la sagesse de l’Éveil peut être perçue comme une « folle sagesse ». Mais ici aussi, la confusion peut être à son comble : la sagesse folle de l’ego dominateur ne peut pas être la folle sagesse de l’Éveil ! Et sur ce dernier point, il nous a paru important de présenter les abus, dénoncés au nom d’une sacro-sainte folle sagesse, qui se sont déroulés ces dernières années dans le milieu du bouddhisme tibétain. Le but n’étant pas de polémiquer inutilement, mais de mettre en garde à l’égard des pièges de l’ego qui se manifestent autant chez les disciples zélés que chez certains gurus peu scrupuleux envers leur propre engagement au cœur d’une connaissance de soi éveillée.

La sagesse, ou folle sagesse, présente de nombreuses facettes tant elle reste insaisissable pour ceux qui cherchent à en posséder les clés qui, sans cesse, nous échappent. C’est pourtant, au-delà des garde-fous conventionnels, dans une véritable Sagesse que le monde pourra sereinement évoluer, sur une planète réconciliée avec l’humanité en devenir.