Daniel Ram : « L’Arbre de la Vie » et le Chemin de la Délivrance


27 Jul 2010

(Revue Spiritualité. No 24. 15 Novembre 1946)

Résumé de la causerie donnée le 20 octobre 1946 à Bruxelles par M. GREIF (Daniel Ram), Président du centre Soufi de Paris, sous les auspices de l’Institut supérieur de Science et de Philosophie.

Dans le moment où les égoïsmes et les ambitions économiques et politiques mènent les hommes à la division et aux catastrophes, les spiritualistes du monde entier ont reçu le mot d’ordre de réaliser « l’UNION ».

Mais il ne suffit pas de vouloir s’unir pour que l’union se réalise; car l’on ne peut s’entendre que sur une idée, un idéal commun; et même chez les spiritualistes, des divisions se font sentir qui en réalité ne reposent sur aucun fondement.

Le principal sujet de conflit pour les spiritualistes est l’opposition apparente des conceptions orientales et occidentales. Mais, et c’est le sujet de cette causerie, le fondement ésotérique de toutes les conceptions philosophiques et religieuses est le même, en Orient comme en Occident. Une seule et même tradition exprime sous des vocables  différents, une même vérité symbolique qui, de plus, s’avère en parfaite concordance avec les conclusions de la science la plus moderne.

Une même vérité se cache sous le symbole de l’Arbre de Vie dont il est fait mention au livre de la Genèse que sous celui de l’Arbre Séphirotique de la Cabale, dont la représentation védantique nous est donnée sous forme des « Chakras » échelonnés le long des deux courants « prâniques » Ida et Pingala de la colonne vertébrale, plexus nerveux du système cérébro-spinal. En Chine, le Yin et le Yang, unis dans le Tao expriment le même symbole.

En réalité, tous ces symboles expriment le Plan divin en action, d’une part dans le macrocosme ou système solaire, et d’autre part dans le microcosme qui est l’homme.

Les Chakras, ou plexus nerveux de l’homme, correspondent en effet, aux planètes du système solaire, et le soleil lui-même joue dans le macrocosme (Tiphéret) le même rôle que le plexus solaire dans le corps humain. Ce plan divin est révélé dans la Kabale par l’Arbre Séphirotique dont le graphisme rappelle « un Temple » (« qui n’est pas construit de main d’homme ») avec son fronton ternaire (Trinité divine) supporté par les deux colonnes du temple : Jakin et Boas, colonnes de la miséricorde (ou de la Force) et de la Rigueur (ou de la Forme) ! équilibrées par la colonne centrale reliant Kether, la Couronne (Dieu le Père, Brahman), à Malkuth (la Terre), par Tiphéreth (le Soleil – le Fils) et Yésod (la Lune – St.-Esprit) — ou Vie mystique.

Le caducée d’Hermès, avec ses deux serpents entrelacés (Kundalini) autour de la baguette centrale, a la même signification. (Verge d’Aaron – serpent de Moïse).

Tous ces symboles recouvrent le mystère de la création dans le Plan divin, exprimé par la chute d’Adam et Ève, inspirés par le Serpent (Kundalini) qui révèle de quelle façon la Puissance divine, informelle, s’involue dans les formes du Monde manifesté, jusqu’à l’atome, puis évolue en sens inverse, de la prison des Formes matérielles jusqu’à la suprême libération dans un Océan de Lumière.

En suivant pas à pas le chemin de l’involution dans les formes pensées, créatrices de Maïa-l’Illusion, par la Puissance évocatrice de l’Imagination, nous pouvons remonter ensuite le courant évolutif par libération de la conscience, des formes et formules dans lesquelles le Mental s’est laissé emprisonner, et bondir hors de l’ « Ego », dans la Source de Vie, éternellement jaillissante du sein-même de Dieu.

DANIEL RAM


Étiquettes : , Ram Daniel