Robert St John : Métamorphose ou thérapie prénatale


18 Oct 2011

(Revue CoÉvolution. No 12. Printemps 1983)

Quelle joie de se faire masser la face interne des pieds en position de relaxation ! Aucune comparaison avec la réflexothérapie et pourtant… une mutation s’opère en nous. En effet, la méthode que Robert St John nous présente ici brièvement permet d’éliminer les blocages imprimés dans notre subconscient pendant la gestation et même dès l’instant de la conception.

M.P.

Tout ce qui fait problème en nous, mentalement et physiquement, provient d’un état d’esprit qui s’est constitué à la conception. C’est la reconnaissance de ce phénomène qui est à l’origine de « Métamorphose ». Elle m’est venue très tôt, mais ne s’est concrétisée dans ce travail que vers la fin des années 50 alors que j’explorais la réflexologie.

Dans cette méthode je découvris 7 points (cf. illustration) qui n’étaient pas expliqués par la technique de réflexologie : leur investigation plus poussée permit de révéler que le réflexe de la colonne vertébrale correspondait aussi au « réflexe » de la période de gestation.

Cette découverte transforma le principe complet de la méthode. En réflexologie l’objectif du traitement est fonctionnel, mais dans cette nouvelle approche il s’est transformé au point de mettre l’accent sur un état d’esprit plutôt que sur la fonction corporelle.

C’est l’état d’esprit développé au cours de la période de gestation et fondé sur les expériences génétiques et karmiques qui devient la base de ce travail que j’ai appelé thérapie prénatale.

La thérapie prénatale consiste à transformer l’état d’esprit formé au cours de la gestation. Comme l’ensemble des réflexes de la colonne vertébrale, qui est résumé dans le pied, est équivalent à cette période, l’état d’esprit créé par les antécédents génétiques et karmiques devient une source de stress mental qui passe sur le plan physique, d’abord dans la colonne vertébrale, puis dans tous les organes du corps.

Le traitement de ces points réflexes au niveau des pieds conduit à un changement dans l’état d’esprit et dans les tensions du corps.

Comme la gestation commence à la conception, nous pouvons supposer qu’à cet instant-là, se trouve le principe de tout ce qui doit se passer durant cette période. C’est le fondement de « métamorphose » qui est le traitement du réflexe formé au moment de la conception et du principe de toutes les potentialités de cette vie.

La conception étant juste un instant dans le temps, le facteur temps ne représente virtuellement rien : c’est au principe du temps dans l’ensemble de la période de gestation que nous avons affaire.

La thérapie prénatale travaille sur une durée ; le processus de changement durant le traitement nécessite donc du temps et ce changement affecte le corps sous forme de réactions parfois violentes ou douloureuses.

Cependant, « métamorphose » n’implique pas le facteur temps et de ce fait, il n’y a pas de changement dans le temps. Tout ce que nous pouvons en dire, c’est qu’il se produit une différence dans l’état d’esprit ; la source de cette différence n’est pas un changement, mais une création.

Ainsi nous avons commencé par la réflexologie avec un changement dans la fonction des organes du corps ; nous avons évolué ensuite vers la thérapie prénatale avec un changement de l’état d’esprit formé pendant la période de gestation et de là vers « métamorphose » qui est la création d’un état d’esprit différent de celui de l’instant de la conception. Tout ceci s’effectue au niveau subconscient chez le sujet et le praticien n’est guère plus qu’un catalyseur.