R.P. Kaushik : Une Approche de la Nouvelle Conscience


04 Nov 2020

Traduction libre

Méditation

Méditer, c’est trouver le méditant. Sans découvrir le méditant (l’entité qui veut voir Dieu, la vérité ou le nirvana), la méditation devient un instrument d’illusion : trouver le méditant, c’est y mettre fin. L’entité, le Je qui dit que je dois trouver Dieu ou la vérité, ne le trouvera jamais. L’intellect, étant limité, ne peut pas réaliser ce qui est illimité ou éternel. La plus haute réalisation que l’intellect peut avoir est qu’il est limité et conditionné, et donc incapable de voir la vérité. Le début de cette compréhension fait taire l’intellect. Le silence total de l’intellect est la fin du méditant et aussi de la méditation. La fin de la méditation est la floraison de l’amour.

Si l’on est sensible et sérieux, cette floraison peut être réalisée à l’instant même. Dans le cas contraire, il faudra peut-être passer par diverses techniques et méthodes de méditation, et en voir les limites. Ces méthodes et techniques sont les produits de l’intellect et perpétuent ainsi Je et moi dans des formes plus subtiles. La réalisation de la futilité de toute recherche de la vérité par ces techniques est le début de la sagesse.

Une Approche de la Nouvelle Conscience

En vue de chercher, trouver ou découvrir quelque chose de nouveau, nous devons accorder toute notre attention à l’objet ou à la question sous observation. Un esprit plein de pensées perturbatrices, de peurs, d’angoisses et de préjugés est incapable de regarder et de comprendre le sens et la signification de quoi que ce soit. Un tel esprit ne verra que ce qu’il veut voir et n’entendra que ce qu’il veut entendre. En bref, un tel esprit est incapable de voir quoi que ce soit objectivement – ce qu’il voit est sa propre projection. Chaque esprit humain est fortement conditionné par son propre passé et par l’histoire du dernier million d’années. Par conséquent, pour « voir » ou regarder, le conditionnement doit prendre fin.

Dans la recherche d’un moyen de mettre fin au conditionnement, de nombreux systèmes de méditation ont vu le jour. Tout système de méditation doit répondre aux deux questions suivantes :

1. Est-il possible pour un esprit humain d’aller au-delà de son conditionnement, c’est-à-dire d’être libéré de ses espoirs, de ses craintes, de ses désirs et de ses préjugés ?

2. En allant au-delà de son propre conditionnement, est-il possible pour un tel esprit de rester libre de tout nouveau conditionnement ?

La première question reçoit une réponse affirmative de la part de nombreux systèmes qui visent à fournir un nouveau conditionnement à la place de l’ancien. Mais la plupart des systèmes ne répondent pas à la deuxième question. Cette question est très importante, et si l’on n’y répond pas correctement, le problème humain ne peut être résolu de manière adéquate. Tout conditionnement, aussi satisfaisant soit-il, aussi nouveau soit-il, deviendra vieux au fil du temps et créera les mêmes problèmes pour l’esprit. La vie est en perpétuel changement et mouvement ; son mouvement crée sans cesse de nouveaux défis. Si l’esprit n’est pas totalement libéré de tout conditionnement, il sera incapable de relever ces défis et sera inévitablement confronté à des conflits et à la souffrance. Pour répondre à ces deux critères, toute méditation doit conduire à une qualité d’esprit qui soit non seulement exempte de préjugés, de peurs et de conflits, mais aussi très active, énergique et sensible.

La plupart des systèmes, en prônant certaines techniques, croyances et philosophie, visent à sublimer ces pulsions et ces peurs. Mais dans la poursuite même de ces techniques, l’esprit perd toute son énergie et sa sensibilité.

Alors comment allons-nous trouver cette qualité d’esprit ? Chaque fois que nous nous intéressons à un nouveau problème, nous pouvons l’examiner sérieusement et sincèrement. Ce sérieux et cette sincérité créent une intensité, une énergie qui calme l’esprit et le purge de ses désirs et de ses pulsions. Peut-être le scientifique, qui travaille dans son laboratoire, est-il dans un tel état d’esprit – dans le domaine technologique, il est peut-être plus facile d’avoir cette qualité de perception et d’observation. Mais si nous pouvons examiner avec le même sérieux notre propre conscience – nos croyances, nos idées, nos craintes et nos pulsions – le problème est résolu.

Pour comprendre ou découvrir s’il existe quelque chose appelé vérité ou Dieu en dehors de l’existence quotidienne déjà connue, un esprit aussi énergique et calme est la première condition préalable.

Il existe de nombreux systèmes anciens, et tous les jours, nous entendons parler d’une nouvelle forme de méditation qui promet à ses adeptes un accomplissement très rapide et sûr de la béatitude et du bonheur. Et chaque système prétend être exclusivement authentique, affirmant que tous les autres, s’ils ne sont pas fallacieux, sont au moins inadéquats et inadaptés aux temps modernes.

Malheureusement, le monde d’aujourd’hui traverse une crise morale et sociale sans précédent. L’homme moderne, ayant rejeté les anciennes valeurs qui sont manifestement obsolètes, n’a pas su trouver de nouveaux points d’ancrage et est incapable d’affronter et de relever les défis exigeants d’une vie moderne complexe et en constante évolution. Même avec les plus grandes avancées technologiques, l’homme n’est pas en mesure de faire face à la frustration croissante créée par la récente explosion démographique. Avec une prospérité matérielle croissante, la découverte de faits de vie de plus en plus nouveaux et une maîtrise toujours plus grande de la nature extérieure, l’homme accumule également des moyens dévastateurs d’autodestruction. Son existence physique et psychologique est de plus en plus menacée. Cette complexité a conduit à la fragmentation de sa personnalité et a entraîné une augmentation de l’incidence des névroses, des psychoses, des suicides, des crimes et de la violence.

Sous la menace permanente de l’insécurité et de la frustration inhérentes à une vie extérieurement riche et prospère, l’homme d’aujourd’hui a désespérément besoin d’une nouvelle foi, d’un nouvel espoir et peut-être d’un nouveau mode de vie qui puisse l’aider à résoudre ses problèmes de la vie quotidienne et le préparer à affronter les graves défis d’une vie moderne complexe. Dans de telles circonstances, il est désireux de croire et de suivre quiconque lui promet un remède rapide et miraculeux. C’est précisément la raison pour laquelle tout manipulateur de l’esprit doté d’une personnalité hypnotique et d’un flair pour la vente, aidé par une propagande intensive et une armée d’agents publicitaires, est capable de rassembler une foule d’adeptes. Mais après l’enthousiasme initial commun à toute nouvelle entreprise, ces adeptes sont susceptibles de devenir désillusionnés. Et alors, soit ils deviennent totalement cyniques, soit ils recommencent à construire des espoirs pour le prochain messie à venir. Un tel état de choses ne fait qu’accroître la confusion qui existe déjà et n’offre aucun moyen de sortir de la situation.

Il y a aujourd’hui beaucoup d’êtres humains qui sont plus intéressés par un nouveau réseau d’évasion que par la résolution des problèmes fondamentaux de la vie. Peut-être ces personnes continueront-elles toujours à suivre un « isme » ou un autre, un chef ou un autre, et devront toujours appartenir au dernier groupe en date. Mais en dehors de ces personnes, il y a, bien que ce soit une petite minorité à l’heure actuelle, un nombre toujours croissant de personnes sérieuses qui voudraient enquêter, étudier sérieusement et expérimenter tout ce qui leur est présenté. Elles n’accepteront rien a priori, comme un article de croyance ou de foi, sans en comprendre complètement les implications. Ces lecteurs sont invités à partager cette enquête sur la possibilité d’une nouvelle conscience.

Cependant, dans l’état actuel des choses, ce n’est que de manière négative que nous pouvons découvrir le sens véritable et la signification de la méditation, qui n’est pas un système ou une méthode mais un mode de vie – une façon de regarder et d’observer.