Les fioretti panharmoniques par le frère Antoine

Je m’assis au pied d’un banian et dans ma méditation je découvris combien merveilleuse était cette histoire du seau percé appliqués au plan spirituel : Tout homme qui se dévoue pour autrui est comme ce seau. Je ne parle pas des sociaux qui s’agitent pour procurer des simplifications aux besoins matériels, mais de ceux qui s’imaginent augmenter la béatitude des autres en leur faisant part de leurs découvertes métaphysiques. Percés comme nous sommes, c’est nous qui revenons avec la bave de l’autre, insatisfaits et voilà que nous nous reprécipitons à la source, et ainsi de suite. Quiconque est percé et tout le monde l’est, n’a qu’un moyen de rester toujours plein, c’est de demeurer au fond du puits. On peut bien pendant quelques temps s’imaginer pouvoir boucher et réparer les trous du seau, mais plus tôt on aura compris qu’il vaut mieux les agrandir et le défoncer complètement, mieux ce sera. Inutile et immergé dans la plénitude.

Mes dix derniers jours passés en inde par le frère Antoine

De mon voyage en Inde je ne relaterai que les récits où il m’a semblé que Dieu, sous son aspect providentiel de Mère, est intervenu quand, caché en Elle, je jouais à faire corps avec Elle. Ce n’est pas que je fasse fi des autres aspects du rapport entre l’âme et Dieu que les religions mettent à la disposition des croyants pour leur satisfaction, je cite seulement celui qui m’a été octroyé et qui me béatifie sans condition.