Bernardo Kastrup : Comprendrons-nous jamais la conscience ?


22 Nov 2020

Traduction libre

Bernardo Kastrup, informaticien et philosophe néerlandais. Il a publié des réflexions théoriques fondamentales sur le problème de la matière et de l’esprit.

***

Pourquoi les compromis comme le panpsychisme ne sont pas la voie à suivre

Il existe aujourd’hui une théorie sans doute bizarre en philosophie – qui prend de l’ampleur dans les milieux universitaires et la culture populaire – appelée « panpsychisme ». Elle comporte de nombreuses variantes, mais la plus reconnaissable postule que les particules subatomiques élémentaires – quarks, leptons, bosons – sont des sujets conscients à part entière. En d’autres termes, l’idée est qu’il y a quelque chose que l’on ressent comme un électron, un quark ou un boson de Higgs ; leurs états expérientiels sont prétendument une propriété irréductible des particules elles-mêmes, tout comme la masse, la charge ou le spin. Selon cette théorie – qui a été ouvertement adoptée par des personnalités influentes, notamment le neuroscientifique réductionniste Christof Koch – notre vie intérieure consciente complexe est constituée par une combinaison insondable des états expérientiels des myriades de particules qui forment notre cerveau.

Je comprends le besoin de contourner les échecs du matérialisme dominant, selon lequel la matière est tout ce qui existe vraiment (l’expérience étant en quelque sorte un épiphénomène émergent de certains arrangements matériels éphémères). La science et la philosophie sont de plus en plus conscientes que le matérialisme est une posture intenable, comme je l’ai expliqué dans un article précédent. La question est de savoir si le simple fait d’ajouter – à la masse, à la charge, au spin – des propriétés expérientielles fondamentales à la matière est une issue persuasive et légitime, ou si cela évite simplement d’avoir à fournir des explications.

Je peux accepter que mes chats soient conscients, peut-être même les bactéries qui se trouvent dans mes toilettes. Mais j’ai du mal à imaginer qu’un grain de sel contienne toute une communauté de petits sujets conscients.

Vous voyez, je peux facilement accepter que mes chats soient conscients, peut-être même les bactéries de mes toilettes. Mais j’ai du mal à imaginer – surtout quand je mange – qu’un grain de sel contienne toute une communauté de petits sujets conscients. La motivation du panpsychiste pour vouloir que même l’humble électron soit conscient est de traiter les états expérientiels d’une manière analogue à la façon dont les propriétés physiques sont traitées en chimie. Comme les propriétés physiques des particules se combinent en atomes, molécules et agrégats pour donner naissance à des propriétés macroscopiques émergentes, comme l’humidité de l’eau, le panpsychiste veut que les états expérientiels des particules dans notre cerveau se combinent et donnent naissance à notre vie intérieure consciente intégrée. L’idée est d’intégrer l’expérience dans le cadre existant de la réduction et de l’émergence scientifiques. C’est là que réside l’essentiel de l’attrait et de la force du panpsychisme.

Pour ce faire, le panpsychiste prend les particules subatomiques comme de petits corps discrets aux limites spatiales définies. De cette façon, on pense que leurs états expérientiels respectifs sont englobés par ces limites, tout comme nos expériences humaines semblent englobées par notre crâne. En effet, puisque la conscience de chaque personne ne flotte pas dans le monde extérieur, mais est individuelle dans l’enceinte des limites corporelles de la personne, les particules subatomiques doivent être comprises comme de petits corps discrets, chacun contenant des subjectivités séparées et indépendantes.

Le panpsychiste affirme ensuite que la subjectivité inhérente aux différentes particules peut se combiner en sujets composés si et quand les particules se touchent, se lient ou interagissent entre elles d’une manière chimique indéfinie. Remarquez que cette approche n’a de sens que par analogie avec les propriétés physiques. La masse d’un électron est « maintenue » dans les limites de l’électron, il est donc logique, selon cet argument, que ses états expérientiels se déroulent également dans les mêmes limites. Ou bien est-ce le cas ?

Le problème est que les particules subatomiques ne sont pas de petits corps discrets aux limites spatiales définies ; cette dernière est une image simpliste et dépassée dont on sait qu’elle est fausse. Selon la théorie des champs quantiques (TCQ) – la théorie la plus aboutie jamais élaborée, en termes de pouvoir prédictif – les particules élémentaires ne sont que des motifs locaux d’excitation ou de « vibration » d’un champ quantique non lié dans l’espace. Chaque particule est analogue à une ride à la surface d’un lac. Nous pouvons déterminer l’emplacement de l’ondulation et la caractériser par des quantités physiques telles que la hauteur, la longueur, la largeur, la vitesse et la direction du mouvement de l’ondulation, mais la ride ou l’ondulation n’est rien d’autre que le lac. Nous ne pouvons pas l’extraire du lac, car l’ondulation n’est qu’un mode de mouvement de l’eau elle-même. De même, selon la TCQ, une particule subatomique élémentaire n’est qu’un mode d’excitation ou de « vibration » d’un champ quantique sous-jacent. Comme pour l’ondulation, nous pouvons déterminer l’emplacement de la particule et la caractériser par des quantités physiques telles que la masse, la charge, l’impulsion et la rotation. Pourtant, la particule n’est rien d’autre que le champ quantique sous-jacent. La particule est le champ, qui se « déplace » d’une certaine manière.

Le panpsychisme n’est physiquement cohérent que si le champ quantique est conscient en tant que sujet unitaire. Et comme le champ n’a pas de limites spatiales, le panpsychisme implique une conscience universelle et ne parvient pas à expliquer nos subjectivités personnelles.

Ce qui est fondamental dans la nature, c’est le champ quantique, et non la particule subatomique élémentaire qu’il forme par excitation ou « vibration » ; après tout, cette dernière est, par définition, réductible au premier. Le panpsychiste est donc obligé d’attribuer la conscience non pas à la particule, mais au champ sous-jacent lui-même. La particule ne représente qu’une modulation ou une configuration particulière de l’expérience, et non la création de la conscience à partir de l’inconscience. Le panpsychisme n’est physiquement cohérent que si le champ quantique est conscient dans son ensemble, en tant que sujet unitaire. Et parce que le champ n’a pas de limites spatiales, le panpsychisme implique une conscience universelle et ne parvient pas à expliquer nos propres subjectivités personnelles. Qu’en pensez-vous, Dr. Koch ?

Ici, le panpsychiste pourrait contre-argumenter sur le fait que les propriétés physiques d’une particule subatomique élémentaire – comme la masse, la charge et le spin – sont localisées et appartiennent à la particule, et non à l’ensemble du champ quantique. Après tout, la masse, la charge et le spin de la particule s’apparentent, dans l’analogie ci-dessus, à la hauteur, la longueur et la largeur de l’ondulation, qui sont en effet des propriétés locales de l’ondulation, et non du lac entier. Par conséquent, pourquoi ne pouvons-nous pas dire que les états expérientiels appartiennent également à la particule seule, et non au champ quantique dans son ensemble ?

Pour comprendre pourquoi cela ne fonctionne pas, remarquez d’abord que l’on peut facilement déduire ou prédire les paramètres quantitatifs qui définissent une ondulation – par exemple la hauteur, la longueur, la largeur – à partir des paramètres tout aussi quantitatifs qui décrivent le comportement du lac. Les physiciens le font tout le temps dans le domaine de la dynamique des fluides. Déduire les propriétés physiques quantitatives d’une particule à partir des paramètres physiques quantitatifs qui décrivent le champ quantique sous-jacent est tout à fait analogue. Il n’y a donc aucun problème fondamental à déduire une quantité à partir d’une autre.

Cependant, déduire la qualité de la quantité est quelque chose d’entièrement différent. Les états expérientiels sont des qualités ; ils ne peuvent être décrits de manière exhaustive en termes quantitatifs. Aucun paramètre numérique ne peut dire à une personne atteinte de cécité congénitale ce que l’on ressent en voyant du rouge, ou à une personne qui n’est jamais tombée amoureuse ce qu’elle ressentirait si elle tombait amoureuse. En effet, c’est précisément ce que l’on appelle le « problème difficile de la conscience » qui ronge le matérialisme dominant et qui a motivé la création du panpsychisme. On ne peut pas faire en sorte qu’un champ quantique inconscient donne naissance à une particule consciente pour exactement les mêmes raisons que l’on ne peut pas faire en sorte qu’un arrangement de la matière donne naissance à l’expérience. Par conséquent, une fois de plus, le panpsychiste ou il fait échouer son propre objectif, ou doit attribuer la conscience au champ quantique dans son ensemble, en tant que propriété fondamentale du champ, ce qui implique une conscience universelle et ne permet pas d’expliquer notre propre vie intérieure.

Le panpsychisme ne peut pas expliquer l’expérience privée et individuelle.

Certes, ce n’est pas ce que le panpsychiste souhaitait. Car à la lumière de cet insight, les états expérientiels ne peuvent plus être traités de manière analogue aux propriétés physiques en chimie. L’expérience n’est plus locale, encapsulée dans de petits corps matériels – comme on peut encore imaginer ce que sont les propriétés physiques – mais plutôt « étalée » dans l’espace-temps. Toute la justification de l’explication de notre vie intérieure consciente par la combinaison d’états expérientiels discrets à un niveau microscopique passe par la fenêtre : il n’y a plus rien à combiner dans les limites de notre crâne, juste des champs universels non liés dans l’espace et leurs modes d’excitation. Le panpsychisme ne peut pas expliquer l’expérience privée et individuelle.

C’est un coup de grâce pour le panpsychisme, car l’idée que des sujets d’expérience microscopiques peuvent d’une certaine manière se combiner pour former des sujets apparemment unitaires, macroscopiques, constitue déjà un « problème difficile » en soi : quel type d’interaction magique entre deux particules pourrait avoir l’effet extraordinaire de combiner deux champs d’expérience fondamentalement distincts ? Même la logique qui sous-tend le panpsychisme est défectueuse : le panpsychiste attribue au sujet de la perception une structure discernable uniquement dans ce qui est perçu. Le fait que le monde physique que nous voyons semble « pixelisé » au niveau des particules subatomiques élémentaires peut être un artefact de l’écran de perception, et non un reflet de la structure de celui qui perçoit. Par analogie, remarquez que l’image d’une personne sur un écran d’ordinateur semble pixelisée lorsqu’on la regarde de près. Cela ne signifie pas pour autant que la personne est elle-même constituée de blocs rectangulaires discrets ! La pixellisation est un artefact de l’écran, et non la structure de la personne qui y est représentée. De même, le fait que notre corps soit constitué de particules subatomiques en dit long sur la façon dont nous sommes représentés sur l’écran de perception, et pas nécessairement sur le sujet qui perçoit.

Ne vous méprenez pas : le panpsychiste va dans la bonne direction lorsqu’il considère que la conscience est irréductible, et une telle ouverture est une denrée précieuse dans notre culture à dominante matérialiste. Mon espoir est que, libéré des faux pas évoqués ci-dessus, le panpsychiste trouve l’espace intellectuel nécessaire pour envisager une alternative plus prometteuse – qui implique de laisser derrière soi tout vestige du matérialisme, au lieu d’établir un compromis à mi-chemin, à la Frankenstein. L’idée est qu’au lieu de préserver les propriétés physiques aux côtés des états expérientiels en tant qu’aspects fondamentaux de la nature, la voie à suivre est de réduire le physique à l’expérientiel.

Vous voyez, toute explication scientifique et philosophique implique la réduction d’un phénomène à un autre aspect de la nature, différent du phénomène lui-même. Par exemple, nous réduisons ou expliquons un organisme vivant en termes d’organes, les organes en termes de tissus, les tissus en termes de cellules, de molécules, d’atomes et de particules subatomiques. Mais parce que nous ne pouvons pas continuer à expliquer une chose en termes d’une autre de manière définitive, à un moment donné, nous touchons le fond. Ce qui reste alors est considéré comme notre « base de réduction » : un ensemble d’aspects fondamentaux ou irréductibles de la nature qui ne peuvent être expliqués par eux-mêmes, mais en fonction desquels tout le reste peut l’être. Sous le matérialisme, les particules subatomiques élémentaires du modèle standard – avec leurs propriétés physiques intrinsèques – constituent la base de réduction.

Pour contourner l’incapacité du matérialisme à expliquer l’expérience, le panpsychiste ajoute simplement l’expérience – avec toutes ses innombrables qualités – à la base de la réduction. On peut dire qu’il s’agit d’une dérobade. Les bases de réduction gonflées n’expliquent pas vraiment quoi que ce soit ; elles fournissent simplement un subterfuge pour éviter les explications. Une bonne règle de base est que les meilleures théories sont celles qui ont la plus petite base, et qui parviennent quand même à expliquer tout le reste en fonction de celle-ci. De ce point de vue, le panpsychisme n’est pas une bonne théorie.

Les bonnes alternatives au matérialisme sont celles qui remplacent les particules élémentaires par des états expérientiels dans leur base de réduction, par opposition à la simple addition d’éléments à celle-ci. Nous appelons cette catégorie d’alternatives « idéalisme ». Et les meilleures formulations de l’idéalisme sont celles qui ont un seul élément dans leur base de réduction : la conscience universelle elle-même, un champ de subjectivité non lié à l’espace dont les modes particuliers d’excitation donnent naissance aux innombrables qualités de l’expérience empirique. Selon une telle théorie, un champ quantique unifié est la conscience universelle.

Cette théorie n’a rien d’absurde ; l’impression commune n’est qu’une réaction instinctive de nos habitudes intellectuelles actuelles. En fait, cette théorie est sans doute la plus parcimonieuse, la plus cohérente sur le plan interne et la plus solide sur le plan empirique jamais élaborée. Il est important de noter, comme je l’ai longuement expliqué ailleurs, que l’idéalisme – contrairement au panpsychisme – peut expliquer comment nos subjectivités privées et personnelles naissent dans la conscience universelle. J’espère donc que l’élan acquis par le panpsychisme, tant dans le monde universitaire que dans la culture populaire, sera transféré, intact, vers cette voie d’investigation unique et viable, avant que les défauts inhérents au panpsychisme ne découragent – comme ils ne manqueront pas de le faire – ceux qui cherchent une alternative au matérialisme.

Bernardo Kastrup Janvier 2020