R.P. Kaushik : Expérience et non-expérience


17 Feb 2021

Traduction libre

La vie est une série ininterrompue d’expériences ; vivre, c’est expérimenter. Il n’y a pas de moment de la vie qui ne soit pas une expérience – il y a plus d’expériences dans la vie que l’esprit n’est capable d’en supporter. Pourtant, l’esprit court sans cesse à la recherche de nouvelles expériences, d’expériences plus profondes et d’expériences dites spirituelles. S’agit-il d’une recherche de nouvelles expériences ou d’expériences plus satisfaisantes ? Y a-t-il une nouvelle expérience ? Un esprit conditionné peut-il faire l’expérience de quelque chose de nouveau ?

Tout au long de notre vie, nous sommes confrontés à d’innombrables situations et événements. Les vivons-nous ou y réagissons-nous simplement ? Un esprit en état de réaction peut-il vivre autre chose que sa propre réaction ? Peut-être même ne ressent-il pas pleinement sa propre réaction. Dès qu’une telle réaction est aiguë et dérangeante, l’esprit l’évite ou tente de s’enfuir par divers moyens de fuite savamment cultivés. L’esprit est dans un état constant d’évasion au lieu d’expérimenter. Malheureusement, dans la plupart des cas, il n’est même pas conscient de sa fuite, et celle-ci se poursuit indéfiniment. Cette évasion, nous l’appelons la vie. Cette évasion, nous l’appelons expérience.

Pour faire l’expérience complète de quelque chose, l’esprit doit être totalement calme et vide. Lorsque l’esprit est complètement purgé de ses souvenirs et de ses désirs, une véritable expérience peut avoir lieu. Dans un tel état, l’expérimentateur est complètement absorbé par l’expérience – le sujet et l’objet ne font qu’un. Lorsque l’expérimentateur n’a pas d’existence séparée, y a-t-il un souvenir, une reconnaissance ou une identification ? Une expérience est-elle différente d’une autre ? Y a-t-il une division entre le haut et le bas, le spirituel et le profane ? Chaque expérience n’est-elle pas la même ? Lorsqu’une expérience absorbante est terminée, on prend conscience d’une fraîcheur revitalisante dans l’esprit et le corps. L’interprétation commence, et l’expérimentateur émerge et se renforce. Cette interprétation se fait en termes de conditionnement et d’expériences passées. Le nouveau est absorbé par l’ancien et la nouvelle expérience est morte.

Ainsi, dans toute expérience, il y a trois étapes : la première est l’absence totale d’expérimentateur. Il n’y a aucune trace de mémoire dans cet état et c’est donc en quelque sorte un état de non-expérience ; c’est un état négatif. La deuxième étape est l’état des séquelles dans lequel il y a une conscience de la fraîcheur et de la félicité. C’est l’état positif de l’expérience. La troisième étape est l’état de reconnaissance et d’interprétation. C’est l’étape la plus destructrice ; le nouveau est falsifié et détruit. Dans chaque expérience, il existe un noyau central de vérité autour duquel se tisse un épais tissu de fausseté. Dans un esprit conditionné, les deux premières étapes sont momentanées ou complètement absentes – seule la troisième est présente. Il n’y a pratiquement pas d’expérience, seulement une répétition de la sensation ou une projection de la mémoire. C’est pourquoi un tel esprit traverse la vie, à travers d’innombrables expériences, les yeux bandés et ne ressentant rien. C’est un esprit mort, qui se répète mécaniquement comme un magnétophone. Un tel esprit s’ennuie à mourir et, pour sortir de cet horrible ennui, il cherche de nouvelles expériences. Ce genre de recherche devient une autre évasion de la vie, et donc nie à l’individu la possibilité de faire une véritable expérience. L’expérience ne peut pas être recherchée, elle se produit. Ce qui peut être recherché n’est pas l’expérience mais la sensation. La sensation poursuivie et répétée conduit à la dissipation et à l’ennui.

Ennuyé et insatisfait des plaisirs sensoriels, l’esprit recherche des plaisirs durables, il recherche des expériences spirituelles. Il divise les expériences en expériences mondaines et spirituelles, et la recherche d’expériences spirituelles devient alors une nouvelle forme de cupidité et d’autosatisfaction. L’esprit humain est capable d’inventer de grands mythes, et un esprit déterminé à rechercher des expériences spirituelles les crée. Un esprit avide est un esprit mesquin. Il vénère ses propres créations – ses propres projections – comme la réalité. Un tel esprit est pris dans une illusion sans fin.

Dans le domaine purement physique ou technologique, une certaine accumulation est nécessaire, mais même dans l’apprentissage technologique, l’humilité est essentielle si l’on veut être humain et non mécanique. Si le statut n’est pas construit sur l’accumulation de l’expérience technologique, alors cette accumulation ne crée pas de problème. Mais dans le domaine psychologique, l’accumulation même de l’expérience est le renforcement de l’expérimentateur, la construction de l’ego. L’ego est très destructeur, car il nie la possibilité d’une véritable expérience. Ainsi, la mémoire mécanique ou physique peut fonctionner, mais l’interprétation psychologique de ce qui est agréable et désagréable doit cesser pour que l’expérience véritable puisse avoir lieu. Lorsque l’interprétation de ce qui est agréable et désagréable prend fin, l’esprit est net et innocent. Lorsque la recherche se termine, l’esprit est simple et libre de toute avidité. Un tel esprit est prêt à la bénédiction : la vérité lui vient sans y être invitée.

Lorsque l’esprit est libre des souvenirs et de la recherche, il est dans un état de sensibilité extrêmement élevé : il est calme et tranquille. D’innombrables expériences passent par un tel esprit ne laissant aucune trace, aucune cicatrice mémorielle. Un tel esprit est saint et non fragmenté. Lorsque l’expérimentateur et l’expérimenté ne font qu’un, il n’y a pas de mémoire ; la mémoire est le vestige d’une expérience incomplète. Le sommet de la maturité d’une expérience est la non-expérience. La non-expérience est la liberté totale.

L’expérience n’est pas un plaisir ; la recherche du plaisir à travers une expérience est la négation de cette expérience. L’expérience n’est pas une satisfaction ; une expérience satisfaisante est une sensation non absorbée. La stimulation provoquée par une émotion, une pensée ou une drogue est une réaction, pas une expérience, et la réaction n’apporte pas la liberté. La valeur d’une expérience réside dans le fait qu’elle ouvre la possibilité d’apprendre et de se connaître. Voir l’expérience comme une non-expérience est le summum de la compréhension.