La Foi par R.P. Kaushik

Traduction libre La foi implique la croyance en un objet ou un phénomène sans preuve. Une personne qui y croit doit avoir un esprit très simple, une innocence d’enfant. Ce n’est que dans une telle innocence que la foi peut réellement s’épanouir et atteindre son plein épanouissement. Et la foi peut certainement faire des miracles, […]

Traduction libre

La foi implique la croyance en un objet ou un phénomène sans preuve. Une personne qui y croit doit avoir un esprit très simple, une innocence d’enfant. Ce n’est que dans une telle innocence que la foi peut réellement s’épanouir et atteindre son plein épanouissement. Et la foi peut certainement faire des miracles, car une pensée surchargée d’émotion et de simplicité a un grand pouvoir.

La foi a résolu de nombreux problèmes de l’esprit humain dans le passé. Les avatars et les gourous d’autrefois prêchaient la voie de la foi, et la plupart des gens acceptaient leurs enseignements. Mais au cours des deux derniers siècles, la science et la pensée rationnelle ont fait de grands progrès. L’esprit humain a étendu ses frontières à des domaines jusqu’alors inconnus. Ces progrès scientifiques et technologiques ont influencé la vie humaine dans tous les domaines, et en particulier dans la sphère religieuse. La foi qui insiste sur l’acceptation sans preuve ne peut répondre à beaucoup des questions posées par le mode de vie rationnel, et il y a donc eu un effondrement virtuel de toutes les valeurs qui étaient fondées sur la foi. L’esprit humain a été incapable de formuler de nouvelles valeurs qui puissent harmoniser la raison avec la foi. Comme un bateau sans gouvernail dans des eaux inconnues, l’esprit humain est confronté à la plus grande crise de notre temps – une crise de conscience.

Ces derniers temps, certains avatars et gourous autoproclamés ont édicté de nouvelles confessions, et il semble que le nombre de leurs adeptes augmente rapidement. L’esprit humain frustré est prêt à s’accrocher à n’importe quelle paille, et grâce à la magie des médias, de la publicité et de la propagande, il semble y avoir une résurgence du sentiment religieux. Mais si le rythme n’est pas maintenu par une propagande incessante et un lavage de cerveau, cet enthousiasme ne risque pas de durer. Tôt ou tard, les murmures rongés par la raison et le doute éroderont ces sectes et philosophies nouvelles.

Pour relever ces défis, certaines sectes ont tenté d’expliquer la métaphysique par des théories scientifiques, mais ces théories ne sont que de la pseudo-science. La réalité totale ou la vérité absolue restera à jamais au-delà de l’intellect et donc au-delà de la science et de la logique – pour la simple raison qu’un fragment, aussi brillant et grand soit-il, ne peut pas englober la totalité.

Quel est alors le remède ?

Il est évident que le remède ne réside pas dans une nouvelle formule ou philosophie, mais dans un exercice sérieux de la raison pour découvrir la limite ultime de la raison. Ce n’est que lorsque l’esprit s’est pleinement exercé, et a épuisé toute la lumière que la raison est capable de fournir, qu’il peut s’arrêter en silence. Ce n’est que dans ce silence que la réalité est susceptible de se refléter. Ayant été confronté à cette réalité, à la vérité, à la beauté, à Dieu ou à tout autre nom que l’on pourrait lui donner, l’homme peut découvrir le ressort d’une nouvelle foi – un nouveau mode de vie religieuse, libéré du sectarisme intolérant, qui unira les êtres humains dans un lien commun d’amour et de compréhension. Une telle foi – fondée non pas sur le ouï-dire ou l’expérience de seconde main, mais sur la perception directe, qui transcende mais ne contredit pas la raison humaine – peut être le fondement de la future vie religieuse de l’humanité.

En d’autres termes, au lieu d’une foi fondée sur une acceptation simple et sans réserve, cette nouvelle foi doit être fondée sur un questionnement incessant, ce qui implique une énorme capacité de doute. Auparavant, la foi était issue d’une prise de conscience intuitive ; aujourd’hui, elle doit être fondée sur un profond insight et une compréhension approfondie. Elle commencera par la conscience et la connaissance de soi, et trouvera son point culminant dans une action complète et parfaite et une liberté totale. Une telle foi intégrale, qu’aucun raisonnement ne peut détruire, doit être la foi de l’époque actuelle et au-delà. La découverte d’une telle foi est le but de la véritable méditation.

Il nous reste deux possibilités. La première est d’avoir le concept le plus élevé, qui est Dieu, et de réaliser ce concept par la foi, la simplicité et une approximation ou une identification continue et ardente. Les résultats peuvent être merveilleux et gratifiants ; mais on ne fait que réaliser la vérité de son propre concept ou de sa propre vérité conceptuelle. L’autre possibilité est la voie de l’investigation incessante, du rejet de tout ce qui est connu. Nous pouvons ainsi tomber sur un silence dans lequel la vérité absolue peut se manifester. Comme on l’a déjà dit, la voie la plus directe et la plus courte, si l’on peut l’appeler ainsi, est celle de la perception directe, de l’interrogation et du rejet. Cependant, une telle approche de la réalité exige le rejet de tous les mots et symboles. De plus, elle exige une grande intensité, une sensibilité et un mécontentement insatiable, ainsi qu’un formidable esprit de révolte. Si nous n’avons pas ou ne voulons pas avoir toutes ces qualités, la seule alternative possible est de créer le concept le plus élevé de Dieu en tant qu’amour et beauté, et d’y aspirer par une dévotion résolue. Si nous avons accumulé des richesses extérieures sous forme d’argent, de prestige et de position sociale, ou intérieures sous forme de croyance dans des livres, des mantras et des images, et que nous ne sommes pas prêts à tourner le dos à ces accumulations, nous n’aurons alors que cette méthode comme recours. Il est juste possible qu’au fil du temps, nous percevions le pouvoir de la foi et les véritables richesses impérissables que la foi peut apporter, que l’emprise de la richesse matérielle et psychologique sur notre esprit puisse diminuer et que nous puissions aspirer au concept le plus élevé. Et peut-être que si nous sommes vraiment chanceux, nous pourrons sortir de tout cela et dépasser ce concept le plus élevé pour atteindre une totale liberté.

Défiler vers le haut