La caractérologie au service de la connaissance des Hommes et de soi-même par Roger Van Malder

Nous avons, pour la plupart, la déplorable habitude de projeter sur nos semblables nos propres qualités et surtout nos propres défauts. En agissant de la sorte, nous nous imaginions, bien à tort, que les autres hommes possèdent un caractère égal au nôtre. Comme cela n’est généralement pas le cas, et qu’en plus, nous ne nous connaissons même pas nous-mêmes, la vie en société, le contact avec autrui est le plus souvent une source de conflits et de souffrances.

Les tempéraments en cosmobiologie par B. Pâque

Aussi loin que l’on puisse remonter dans l’histoire de l’homme, plus particulièrement depuis ses premières conquêtes intellectuelles, nous retrouvons des traces et des essais de qualification des différentes caractéristiques : propres à certains individus. C’est dire toute l’antiquité de l’étude des Tempéraments. Si nous consultons les traités savants et philosophiques des Égyptiens, des Hébreux, de l’Inde et, plus près de nous, de la Grèce, nous retrouvons partout des remarques pertinentes sur les différents caractères humains, sur leur aspect physique et sur les tendances passionnelles ou cérébrales qui éloignent ou différencient tel individu de tel autre.