Alain Bocher : Le tarot de Marseille ou les arcanes de la sagesse


12 Apr 2019

(Revue Le chant de la licorne. No 26. 1989)

Le Tarot est le livre des livres, le support de toute la Connaissance de l’univers, et ce livre n’est fait que d’images…le texte n’est pas visible et semble rester dans la conscience de celui qui l’utilise.

***

Et si le Tarot de Marseille n’était pas divinatoire ?

Avez-vous déjà acheté 250 grammes de poudre divinatoire chez votre épicier ? Avez-vous déjà ramassé, le long de l’ourlet d’écume d’une plage, quelques poignées d’objets divinatoires ?

Non ? Et pourtant, vous avez déjà acheté un paquet de café moulu ! Pourtant, vous avez déjà ramassé quelques coquillages roses ou jaunes sur une plage, l’été dernier ! Peut-être avez-vous eu l’idée de lire ou d’essayer de lire votre avenir au fond de votre tasse, ou encore de jeter sur le sable cette poignée de coquilles vides pour y découvrir une géomancie secrète…

Lorsque vous achetez un jeu de Bridge ou de Canasta, vous ne voyez pas inscrit sur son emballage: « jeu divinatoire ». Cependant certaines cartomanciennes les utilisent à cette fin. Et l’on voit couramment sur les emboîtages des jeux de Tarot de Marseille la phrase suivante: « Ce jeu de tarots permet de prédire certains événements par association de courants ».

C’est, hélas, réduire à peu de choses un véritable monument de notre civilisation occidentale, et bien méconnaître les richesses de ce que l’on pourrait appeler un LIVRE SACRÉ. Il est vrai que certaines personnes ouvrent la Bible de façon aléatoire, dans l’espoir de trouver quelque réponse à une question qu’elles se posent, voire une réponse à leur inquiétude en face de l’avenir, et de se justifier en expliquant que toutes les réponses sont dans ce Livre et qu’elles sont vraies, puisque dictées par Dieu ! Sont-elles allées acheter chez leur libraire habituel le Livre Divinatoire?…

Pourquoi alors ne voir dans le Tarot de Marseille qu’un objet conçu pour la seule divination ? Et si le Tarot de Marseille était tout autre chose ?

Elisabeth Leichelbeck, dans la Lettre de Sophon nous dit: « Un OUTIL CONCEPTUEL est un outil pour voir… C’est un moyen pour conduire des démarches de l’esprit… Comme n’importe quel outil technique, il prolonge le corps de l’homme pour démultiplier son pouvoir, en amplifiant ses dispositions naturelles. »

Cette définition est exactement celle que l’on pourrait donner du Tarot de Marseille. Il est un outil conceptuel, et nous pourrions même dire qu’il est l’Outil Conceptuel par excellence, puisqu’il permet d’ouvrir l’esprit dans des domaines aussi variés que les mathématiques ou l’astronomie, la cosmologie ou la paraphysique, les sciences psychiques ou biologiques. Rien ne semble lui être étranger.

Mais pour utiliser un outil, il faut tout d’abord le connaître parfaitement, sinon l’on s’expose aux risques tels que celui de gâcher son œuvre, ou de se blesser, voire de mettre en danger son entourage. Il faudra aussi apprendre à l’entretenir, à l’affûter, le régler, c’est-à-dire à se soumettre à sa fonction. De même le Tarot de Marseille. Il sera nécessaire de l’étudier dans ses moindres détails afin de le connaître parfaitement et par conséquent de savoir l’employer. Il est nécessaire de faire l’apprentissage d’un outil. Il est nécessaire également de faire l’apprentissage de l’outil multi-lames qu’est le Tarot.

Il est vrai que l’on voit parfois quelqu’un prendre pour la première fois un outil totalement inconnu de lui et réaliser, par son truchement, un chef d’œuvre. Cela arrive, mais il est plus rare de voir ce chef-d’œuvre être réitéré ! Et lorsque c’est le cas, il semble être le fait d’un véritable génie, chose qui a toujours été rarissime au cours de l’histoire de l’humanité. On peut d’ailleurs se demander ce qu’aurait été cette œuvre si son créateur avait eu une connaissance parfaite de l’outil. Elle aurait probablement été plus belle encore.

Il semble évident que pour écrire un roman ou un traité d’histoire, il ait été nécessaire auparavant d’apprendre à lire et à écrire. Apprendre en d’autres termes le B.A. BA de la langue dans laquelle on désire s’exprimer. C’est très exactement le seul moyen d’exprimer efficacement sa pensée.

Un alphabet hiéroglyphique

Le Tarot de Marseille est la structure graphique d’un langage, tout comme l’est l’alphabet latin ou l’ensemble des idéogrammes chinois. C’est donc à l’apprentissage du B.A. BA du Tarot de Marseille qu’il faudra procéder avant de l’utiliser. Et avant d’apprendre le B.A. BA, il sera nécessaire d’en posséder parfaitement le B.A. seulement. Car le Tarot de Marseille n’est autre qu’un fantastique alphabet hiéroglyphique riche de 78 lettres réparties en 22 lettres principales et 56 lettres secondaires, que l’on pourrait peut-être apparenter aux voyelles (c’est-à-dire des lettres utilisées pour la vocalisation, pour la prononciation et l’expression des consonnes). De plus, c’est un système numérique extraordinaire, basé sur un contrepoint de systèmes différents. Les systèmes décimal et septésimal étant les plus faciles à appréhender immédiatement.

Ces hiéroglyphes font appel, à l’instar des hiéroglyphes égyptiens, à un symbolisme dont la base est extrêmement simple, mais dont la lecture devient complexe par le jeu des analyses sur différents plans de conscience. Ainsi, la Lame III, dite LIMPÉRATRICE. Il est évident qu’à première vue, cette Lame (on doit dire Lame et non point carte pour le Tarot de Marseille) représente une impératrice qui trône en majesté. Cependant, en poussant l’examen de cette image, on s’aperçoit qu’il n’y a pas d’apostrophe entre le « L » et le « I », et l’étude attentive et réfléchie nous fait comprendre que cette omission est volontaire et qu’elle permet d’exprimer l’idée de pureté que doit renfermer cette Lame III (en latin, limpiare signifie purifier). D’ailleurs, le mince serpent bleu pâle qui se déroule sous ses pieds est là pour signifier la pureté des eaux souterraines. Mais ce petit serpent peut immédiatement nous faire penser au Grand Serpent de la Genèse, sur lequel Marie-la-Pure, Marie des Chrétiens, pose le pied. Cette Vierge-Mère nous amène à penser aux Vierges-Mères antiques que LIMPERATRICE symbolise également. Il y a donc un rapport entre notre LIMPERATRICE et la VIERGE, et par conséquent nous pouvons poursuivre notre démarche en l’assimilant à la Constellation de la VIERGE. Continuant notre investigation, nous apercevons le bijou rectangulaire qu’elle arbore en sautoir, et au sein duquel se trouve un triangle. Une analyse minutieuse montre qu’il s’agit d’une des constructions du nombre PHI, c’est-à-dire le NOMBRE D’OR! De même, l’étude des couleurs nous fait pressentir toute la symbolique alchimique et nous donne de solides informations quant au MERCURE DES SAGES.

Un code secret

Nous voyons ainsi que chaque hiéroglyphe contient plusieurs plans de lecture, et que ce n’est qu’après un long apprentissage que l’on saura manier l’ensemble de cet Alphabet Sacré. Mais que le lecteur ne se décourage pas, car si le tout début est quelque peu désarmant, l’esprit se plie très vite à cette gymnastique qui devient alors un jeu. Et ce jeu est la source de joies de plus en plus intenses. Il serait dommage de se décourager avant même d’avoir commencé l’étude. C’est alors qu’on découvrira des secrets plus étonnants encore que ce système de jeux d’idées: par exemple, le principe des CODE/BARRES, bien connu de nos commerçants actuellement, était déjà en vigueur dans ce Tarot au XVIIIème siècle !

Ainsi certaines lames portent, de part et d’autre du titre, de petites barres qu’il est facile de dénombrer et qui renverront le lecteur à d’autres Lames portant le même nombre en leur chef. Ainsi, en observant la Lame VIII, nommée LA JUSTICE, nous pouvons compter neuf barres à gauche du titre et onze à droite, ce qui nous renvoie à la Lame VIII (et non point IX, rien ne peut être négatif!). Cette neuvième Lame se nomme L’HERMITE, et symbolise entre autres choses la réflexion, le retrait hors du bruit séculier, la flamme intérieure, le temps ralenti, et par conséquent une certaine sagesse. D’autre part, les onze barres nous renvoient à LA FORCE; qui, outre sa signification de force, nous enseigne le silence (celui que l’on garde volontairement) et aussi la maîtrise de soi-même. Il semble alors évident que ce système de barres n’a pas été placé ici fortuitement puisqu’il exprime bien que pour rendre la Justice, il faut avant tout de la réflexion, du silence et la maîtrise de soi. C’est alors que le Jugement pourra être rendu. Or si nous faisons la somme de ces deux Lames, nous obtenons vingt, qui nous renvoie à la Lame XX qu’on appelle LE JUGEMENT !

Une mine de connaissances

Bien d’autres merveilles sont, enfouies plus ou moins profondément au sein de ce Tarot. Il n’est que d’étudier chaque Lame, simplement, avec les yeux et l’esprit grand ouverts, pour les découvrir. Ainsi, après ce que nous venons de voir en regardant seulement cinq Lames des ARCANES-MAJEURS (les 22 lames dites principales, que beaucoup utilisent en excluant systématiquement les autres dites mineures), nous pouvons par une même étude en découvrir tout autant, sinon plus, au sein des ARCANES MINEURS. Par exemple, nous pouvons voir que la REYNE D’EPEE sait diviser le cercle en treize parties égales, son cavalier divise ce cercle en sept parties égales, et le VALET en cinq ! Sans parler du ROY DE BATON qui nous donne l’inclinaison de la Terre et de son VALET qui plante dans le sol le théorème de Pythagore…

Et ii n’y a pas que les mathématiques qui soient présentes dans ces Lames. La biologie et la botanique ne sont pas oubliées non plus, pas plus que l’astronomie ou la philosophie et la médecine. Le Tarot de Marseille est beaucoup plus qu’un simple alphabet, c’est une encyclopédie très complète des connaissances de l’époque. Néanmoins, il est important de le considérer avant tout comme un système de langage très efficace, langage qui nous permet de communiquer de façon universelle, quelle que soit la langue maternelle de notre interlocuteur. Bien sûr, le Tarot de Marseille est un jeu élaboré en français, et il est certain que les jeux de mots et d’idées sont plus facilement perceptibles pour quelqu’un qui manie parfaitement notre langue. Cependant, la qualité du dessin et des trames diverses qui se cachent en-dessous de celui-ci permettent une très large préhension des concepts.

Comment pourra-t-on alors s’en servir en tant que langage ? Exactement de la même manière qu’avec tout alphabet. Les quatre lettres « O », « M », « R », « A », nous permettent d’écrire les mots ROMA, AMOR, OMAR, MARO, les deux premiers en latin, le suivant en arabe et le dernier en breton. De même, l’assemblage des Lames dans une position ou une autre nous montrera une idée ou une autre et, rompus à cette lecture par une étude approfondie des schémas de base, nous comprendrons aisément la signification de telle ou telle suite présentée, la première chose à faire étant de se placer sur un plan parfaitement défini à l’avance.

Des copies approximatives

Mais je vous vois déjà prenant une loupe et ne trouvant pas les petites barres dans la bande de titre de votre jeu. Elles n’existent plus dans les jeux de factures récentes, car les dessinateurs qui se sont succédés pour nous transmettre cette merveille n’ont pas toujours su regarder attentivement et, souvent, n’ont pas compris que ce qu’ils prenaient pour des fautes d’impression ou des fautes de copistes était en réalité parfaitement volontaire. C’est alors que les barres ont disparu, que le TOULE, cette cuvette naturelle d’eau vive et bénéfique est devenue L’ETOILE, quand ce n’est pas « les étoiles » voire « the stars » !

Heureusement, la Bibliothèque Nationale a conservé nombre de jeux anciens, comme celui de Nicolas Conver, datant de 1760, et un éditeur a eu la bonne idée de le rééditer dans sa configuration originelle (Tarot de Marseille Boeschat, Éditions le Héron.). C’est actuellement le seul Tarot de Marseille qui soit utilisable pour étudier profondément le LIVRE SACRÉ qu’est le Tarot.

Il est évident que les autres Tarots, créés au cours des siècles par des artistes amoureux de ces images, ont tous une très grande valeur, non seulement artistique mais symbolique et initiatique. Ils ont d’ailleurs une fonction indéniable: celle d’amener de nouveaux adeptes à la pratique et à la lecture du Tarot de Marseille. Il y a douze portes au Temple de la Jérusalem Céleste ! Chacun doit pouvoir choisir la sienne, comme chacun doit pouvoir choisir sa voie pour pénétrer la conscience du Tarot de Marseille. Pour les uns, ce sera la méditation pure, considérant chaque Lame comme un Mandala, pour les autres, chaque Lame sera le reflet de son esprit ou de l’esprit de son interlocuteur. D’aucuns même n’y verront que le jeu pour gagner quelques douros crasseux, d’autres encore n’y trouveront que l’assouvissement à leur passion de collectionneur, mais tous ces usages sont un bien. Ainsi, le Tarot de Marseille a pu traverser les siècles, nous parvenir et nous pouvons, en cette fin de vingtième siècle, le prendre en mains, l’étudier longuement en une profonde sympathie, afin d’en saisir l’inexprimable, comme aurait pu le dire Bergson.

Alain Bocher Calligraphe. Peintre. Photographe. Sculpteur. Écrivain. Amoureux de la Forêt de Brocéliande…… …et du Tarot de Marseille et de bien d’autres choses