L'origine inattendue de la matière par Bernardo Kastrup

Traduction libre Le monde extérieur est constitué d’états transpersonnels empiriques (experiential) Le problème ardu ou difficile de la conscience n’est pas un problème qui doit être résolu, car il n’existe pas dans un sens objectif. Il s’agit simplement d’une contradiction interne du raisonnement qui sous-tend la métaphysique matérialiste, un court-circuit conceptuel qui survient lorsque nous […]

Traduction libre

Le monde extérieur est constitué d’états transpersonnels empiriques (experiential)

Le problème ardu ou difficile de la conscience n’est pas un problème qui doit être résolu, car il n’existe pas dans un sens objectif. Il s’agit simplement d’une contradiction interne du raisonnement qui sous-tend la métaphysique matérialiste, un court-circuit conceptuel qui survient lorsque nous essayons de comprendre logiquement les implications de la conception matérialiste de la matière. Il n’y a pas de défi héroïque à relever ici, mais simplement un signe embarrassant que nos hypothèses les plus fondamentales sur la nature de la réalité sont totalement fausses.

Comme nous tous, les métaphysiciens matérialistes partent du contenu de leur propre conscience, comme les expériences perceptuelles. Tout ce qu’ils connaissent directement, ce sont les couleurs, les saveurs et les tons qu’ils perçoivent. Mais pour expliquer pourquoi le monde extérieur dans lequel nous vivons ne répond pas à nos désirs et à nos fantasmes intérieurs, les matérialistes postulent consciemment que le monde est constitué d’un médium extérieur et indépendant de la conscience, à savoir la matière. En tant que telle, la matière est une abstraction explicative provisoire, une création conceptuelle de la conscience raisonnante. Nous ne pouvons jamais nous familiariser directement avec la matière, car tout ce que nous connaissons du monde, ce sont nos perceptions conscientes.

Après avoir produit la matière, les matérialistes posent alors que leur conscience – là où la matière est conçue au départ – doit être réductible à la matière, c’est-à-dire à une des abstractions de la conscience elle-même. C’est une contradiction dans les termes, en particulier à cause de la façon dont les matérialistes définissent la matière.

En effet, dans le cadre du matérialisme dominant, la matière est définie en termes purement quantitatifs : valeurs mesurables de la masse, de la charge électrique, de l’impulsion, de la position, de la fréquence, de l’amplitude, etc. Une fois que ces valeurs numériques sont déterminées – que ce soit par mesure directe ou par inférence – elles disent ostensiblement tout ce qu’il y a à dire sur la matière ; il ne reste plus rien d’autre. Il n’y a rien sur la matière qui ne soit saisi par une liste de nombres. Par conséquent, dans le cadre du matérialisme, la matière – par définition – n’a que des propriétés quantitatives.

D’où vient cette idée d’utiliser des quantités pour définir le monde ? Ce n’est pas difficile à voir : les quantités sont très utiles pour décrire les différences relatives des contenus de la perception. Par exemple, la différence relative entre le rouge et le bleu peut être décrite de façon compacte par des valeurs de fréquence : le bleu a une fréquence plus élevée que le rouge, nous pouvons donc quantifier la différence visuelle entre les deux couleurs en soustrayant une fréquence de l’autre. Mais les valeurs de fréquence ne peuvent pas décrire une couleur de manière absolue : si vous dites à une personne aveugle de naissance que le rouge est une vibration de champ électromagnétique d’environ 430 THz, la personne n’aura toujours aucune idée de ce que l’on ressent en voyant le rouge. Les quantités sont utiles pour décrire les différences relatives entre des qualités déjà connues par expérience, mais elles passent complètement à côté des qualités elles-mêmes.

Et c’est là que le matérialisme commet sa première erreur fatale : il remplace le monde qualitatif des couleurs, des tons et des saveurs – le seul monde extérieur que nous connaissions directement – par une description purement quantitative qui, structurellement, ne parvient à saisir aucune qualité. Il confond l’utilité des quantités avec la détermination des différences relatives entre les qualités pour – absurdement – quelque chose qui peut remplacer les qualités elles-mêmes.

Ensuite, le matérialisme tente de déduire le contenu de la conscience à partir de la matière de notre cerveau. En d’autres termes, il tente de récupérer les qualités de l’expérience à partir de simples quantités qui, par définition délibérée, omettent tout ce qui a trait aux qualités en premier lieu. La nature contre-productive de cette manœuvre est évidente dès que l’on comprend la magie que le matérialisme dominant tente d’opérer. C’est précisément la raison pour laquelle le problème difficile n’est pas seulement difficile, mais impossible par construction. Pourtant, au lieu de s’en rendre compte, on se perd dans la confusion conceptuelle et on espère, un jour, l’emporter héroïquement sur le problème difficile. Ce serait une histoire inspirante de détermination humaine si elle n’était pas aussi ridicule et embarrassante.

En résumé, les matérialistes fantasment de l’intérieur de leur conscience sur un monde de matière prétendument extérieur à la conscience. Pour commencer, ce monde imaginé est, par définition, incommensurable avec les qualités de l’expérience consciente. Puis, dans un majestueux exploit de masochisme conceptuel, les matérialistes s’efforcent de réduire le contenu de la conscience à un contenu aussi abstrait… enfin, le contenu de la conscience. C’est l’arrière-plan tragicomique du problème difficile ; un problème qui n’a pas besoin d’être résolu autant qu’il est vu dans toute sa glorieuse contradiction contre-productive.

« Mais quelle est l’alternative ? » Je vous entends demander. Si la matière est un concept contre-productif, comment expliquer le fait que nous semblons tous habiter un monde extérieur commun, dont les dynamismes sont clairement indépendants de notre propre vie intérieure consciente ?

Tout d’abord, reconnaissons immédiatement l’évidence empirique : il existe un monde au-delà et indépendant de notre conscience individuelle ; un monde que nous habitons tous. Et, hélas, nous ne pouvons clairement pas changer le fonctionnement de ce monde par un simple acte de volonté consciente individuelle. Mais pour le reconnaître, il n’est pas nécessaire d’avoir la notion faillible de la matière en dehors de la conscience. Il faut seulement une conscience transpersonnelle dans laquelle nos consciences individuelles sont immergées.

En effet, je soutiens que le monde extérieur est lui-même constitué d’états transpersonnels expérientiels qui se présentent simplement à nous sous la forme que nous appelons « matière ». En tant que telle, la « matière » n’est que l’apparence extrinsèque – l’image – de l’expérience intérieure ; et rien de plus. Dans le cas des êtres vivants, la « matière » qui constitue leur corps est l’apparence extrinsèque de leurs états expérientiels individuels (c’est la raison pour laquelle des schémas mesurables d’activité cérébrale sont en corrélation avec l’expérience intérieure). Dans le cas de l’univers inanimé, en revanche, la « matière » est l’aspect extrinsèque des états transpersonnels expérientiels.

Cette hypothèse contourne complètement le problème difficile, car elle n’exige pas de réduire les qualités à de simples quantités ; elle exige seulement de réduire certaines qualités à d’autres : les couleurs, les tons et les saveurs qui apparaissent sur notre écran de perception sont modulées par des états expérientiels endogènes – tels que les pensées et les sentiments instinctifs – qui sous-tendent l’univers inanimé qui nous entoure. Cette modulation entre différents types de qualités se produit chaque jour dans notre propre conscience : nos pensées modulent régulièrement nos émotions, et vice-versa, bien que les pensées et les émotions soient qualitativement très différentes.

Je suis tout à fait conscient que ce que je suggère ci-dessus soulève de nombreuses questions, mais il est impossible d’y répondre dans un court essai comme celui-ci. En effet, j’ai passé plus d’une décennie à essayer de donner à ces questions un traitement approprié, ce qui a nécessité les nombreux livres et articles. Ici, en plus de préciser que le problème difficile n’est qu’une contradiction interne d’un système de pensée en faillite, je voulais juste faire une allusion à la façon dont il peut être contourné si l’on… eh bien, réfléchit bien.

Bernardo Kastrup, Informaticien et philosophe néerlandais, a publié des réflexions théoriques fondamentales sur le problème de la matière et de l’esprit.

Défiler vers le haut