Cadavres exquis par David Guerdon

(Extrait de la revue Autrement : La science et ses doubles. No 82. Septembre 1986) La rapidité de décomposition des corps humains est très irrégulière et demeure mystérieuse, même pour les professionnels de la mort. De multiples facteurs interviennent : température du milieu extérieur, composition du sol, mais aussi genre de nourriture, produits pharmaceutiques ingérés pendant […]

Les prodiges de saint Charbel Makhlouf par David Guerdon

On peut raisonnablement supposer qu’une vie spirituelle intense — qui s’accompagne, entre autres, d’une ascèse rigoureuse et d’un jeûne presque absolu en matières azotées, pâtures des agents corrupteurs des cadavres, — est susceptible de provoquer une métamorphose des processus physicochimiques accompagnant la mort. On constate chez certains ascètes un ralentissement surprenant des métabolismes. Quoi d’étonnant à ce que cette vie spirituelle exceptionnelle, capable d’exalter les facultés de l’âme au point de provoquer tous les grands phénomènes qu’étudie la parapsychologie (visions, bilocations, lévitations, etc…) imprime sa marque victorieuse sur la matière du corps lui-même par une transformation biochimique qui se manifeste au-delà du dernier souffle.