Faqir Chand, le sage qui ne savait pas

Traduction libre. Le Titre est de 3e Millénaire Baba Faqir Chand (1886-1981), était un maître indien du “Surat Shabd Yoga”, ou expérience de mort imminente contrôlée consciemment. Il fut l’un des premiers saints ou gourous de la tradition Sant Mat à parler et écrire ouvertement contre les pratiques trompeuses et nuisibles du gourouisme moderne et […]

Être est le plus grand des miracles par J. Krishnamurti

Le titre est de 3e Millénaire Question : Pourquoi ne faites-vous pas de miracles ? Tous les instructeurs en ont fait. Krishnamurti : Que voulez-vous dire par miracles ? Guérir les malades corporellement, et ceux qui sont malades psychologiquement ? Les deux choses ont été faites. D’autres l’on fait et moi aussi je l’ai fait. […]

Cadavres exquis par David Guerdon

(Extrait de la revue Autrement : La science et ses doubles. No 82. Septembre 1986) La rapidité de décomposition des corps humains est très irrégulière et demeure mystérieuse, même pour les professionnels de la mort. De multiples facteurs interviennent : température du milieu extérieur, composition du sol, mais aussi genre de nourriture, produits pharmaceutiques ingérés pendant […]

Les prodiges de saint Charbel Makhlouf par David Guerdon

On peut raisonnablement supposer qu’une vie spirituelle intense — qui s’accompagne, entre autres, d’une ascèse rigoureuse et d’un jeûne presque absolu en matières azotées, pâtures des agents corrupteurs des cadavres, — est susceptible de provoquer une métamorphose des processus physicochimiques accompagnant la mort. On constate chez certains ascètes un ralentissement surprenant des métabolismes. Quoi d’étonnant à ce que cette vie spirituelle exceptionnelle, capable d’exalter les facultés de l’âme au point de provoquer tous les grands phénomènes qu’étudie la parapsychologie (visions, bilocations, lévitations, etc…) imprime sa marque victorieuse sur la matière du corps lui-même par une transformation biochimique qui se manifeste au-delà du dernier souffle.

Les sectes : Les religions parallèles par Aimé Michel

Le « retournement » psychique du chien de Pavlov s’obtient par des moyens qui n’honorent guère la sensibilité de l’expérimentateur : jeûne, sévices divers, stimuli contradictoires et incompréhensibles affolant l’intelligence et l’instinct de l’animal. Ce sont des moyens à la mesure du chien. Les épreuves des soldats observés par Sargant étaient en partie à la mesure du chien qui est en l’homme, et en partie à la mesure de l’homme. Les « retournements » observés se situaient au niveau des épreuves endurées. Dans le cas d’épreuves uniquement physiques, le soldat subissait des névroses plus ou moins « animales ». Les épreuves morales entraînaient des désordres plus typiquement humains, plus profonds, ou, si l’on préfère, d’un niveau plus élevé. Ainsi il semble que la « conversion » se situe au niveau où on la provoque et où l’être qui la subit est capable de la vivre.