Le lapin dans le chapeau par Wolter Keers

Traduction libre Que voit et ressent une personne éveillée ? Bien que la réponse à cette question soit extrêmement simple, elle est en même temps totalement incompréhensible. L’éveillé ressent tout et rien. Pourquoi la réponse est-elle incompréhensible ? Parce que celui qui a posé la question a caché « le lapin de sa personnalité » dans le […]

Traduction libre

Que voit et ressent une personne éveillée ?

Bien que la réponse à cette question soit extrêmement simple, elle est en même temps totalement incompréhensible. L’éveillé ressent tout et rien. Pourquoi la réponse est-elle incompréhensible ? Parce que celui qui a posé la question a caché « le lapin de sa personnalité » dans le chapeau de l’éveillé, le voyant, qu’il le veuille ou non, comme un autre personnage. L’extension de la personnalité de celui qui pose la question est la personnalité qu’il projette sur l’éveillé. Il n’existe pas de « personne ou personnalité éveillée ».

Tant que l’on se voit comme une personnalité, c’est-à-dire comme un point de vue, tout le monde apparaît comme une personnalité (y compris le « plus grand » éveillé en face de lui). Le questionneur voit un monsieur ou une madame, parce qu’il se voit lui-même comme un monsieur ou une madame. Et en plus, il voit un monsieur avec toutes sortes de caractéristiques. Certains des « hommes ou femmes éveillés » rayonnent de sainteté et la personnalité est alors immédiatement prête à dire qu’il s’agit d’un cas d’or 24 carats. Mais d’autres, que l’on appelle aussi « éveillés », semblent être de mauvaise humeur, irritables ou affligés de toutes sortes de choses. Une telle personne ne peut pas être éclairée…

En fait, il n’y a aucun critère qui s’applique. Il n’y a pas de comportement à partir duquel on peut déduire si quelqu’un est éveillé ou non. Il y a des gens dont on dit – et dont les « éveillés reconnus » disent qu’ils sont éveillés – qu’ils se comportent comme l’idiot du village. Qui peut comprendre que quelqu’un qui peut se mettre en colère, s’inquiéter, etc. soit néanmoins « un éveillé » ?

Dans un certain sens, l’éveillé n’est éveillé que du seul point de vue impersonnel. Il est le bonheur lui-même, mais pas ce que la personnalité appelle le bonheur. La personnalité parle de bonheur lorsqu’une certaine émotion profonde apparaît. L’éveillé est ce dont l’émotion est faite, où elle surgit, et où elle se dissout à nouveau comme la glace dans l’eau sans laisser de trace derrière elle. Ce qu’il appelle « bonheur » est toujours présent à l’arrière-plan de tout, y compris pour le mouvement des sentiments, y compris la rage, l’inquiétude et d’autres choses. Il sait qu’il n’est limité par aucun état d’esprit. Il est comme l’inspecteur des prisons indiennes dont Shri Krishna Menon a raconté : « Parfois, l’inspecteur devait se rendre dans un poste de police éloigné où il n’y avait peut-être pas d’hôtel. Alors, il dormait dans une cellule, tout comme le voleur dans la cellule voisine. Ainsi, au moins en apparence, il n’y avait aucune différence entre l’inspecteur et le voleur emprisonné. Mais si l’on examine la situation de plus près, il y a un monde de différence : le prisonnier doit rester dans sa cellule, qu’il le veuille ou non. L’inspecteur peut sortir quand il le souhaite. »

Vu de l’extérieur, c’est la position de l’éveillé. Il y a peut-être une apparence qui se présente comme une personnalité avec toutes sortes de désirs et d’aversions, mais l’éveillé peut, à tout moment, sortir de sa cellule. Cela est possible à partir du moment où il a vu la situation telle qu’elle est en réalité : à partir du moment où il voit de tout son être que toutes ces choses qu’il ressentait jusqu’alors comme « je » ne sont ni plus ni moins que des apparences fugaces, car cela ne peut être vu que depuis un « poste d’observation » situé en dehors de la personnalité, en dehors du cadre du corps, des sens, de la pensée et du sentiment. Et « hors de la cage », on n’est pas quelqu’un qui est maintenant libre, mais la liberté elle-même. Et c’est ce que les anciennes traditions appellent « être éveillé ».

Question : Quand je vous entends parler, je peux parfaitement suivre en théorie, et je crois que je comprends. Mais je trouve qu’il est extrêmement difficile d’appliquer tout cela dans ma vie quotidienne. Pouvez-vous nous donner un remède ? Que doit-on faire dans certaines situations ?

W.K. : Au cours des dernières années, nous avons découvert à plusieurs reprises que l’idée d’être quelqu’un qui fait toutes sortes de choses n’est rien d’autre qu’une projection. En fait, un tel « quelqu’un », une telle personne active n’existe pas. Cette personne n’est qu’une imagination. Votre question est basée sur l’hypothèse que vous avez fait toutes sortes de choses dans votre vie, mais vous n’avez jamais rien fait. Après la fin d’une action ou d’une pensée, d’un sentiment ou d’une perception sensorielle, un « je » se projette à la fin, comme une sorte de queue. Pendant l’écoute, il n’y avait pas de « je ». Mais, à la fin de l’histoire, un « je » qui a entendu l’histoire, est fabriqué.

Comment un moi, qui n’existe pas du tout, peut-il entendre une histoire ? Le « je » n’est rien d’autre qu’une invention. Ce « je » n’existe pas et vous n’avez jamais rien fait dans votre vie. Les choses se font toutes seules. Vous êtes le témoin des mouvements du corps, également du mouvement de ce que vous appelez « votre volonté » et qui précède éventuellement une action. Vous êtes, que vous le vouliez ou non, et sans aucun effort, le témoin de pensées et de sentiments fugaces. Et vous êtes – et c’est la chose la plus importante à voir – également toujours témoin de cette pensée-Je que vous collez comme une queue derrière une pensée, un sentiment, une perception ou une action. La pensée-Je n’est qu’une pensée, semblable à la pensée d’un neveu ou d’une nièce, ou de la tour Eiffel. C’est une casserole dans une rangée de casseroles sur une étagère de cuisine. Vous n’êtes pas plus la seule « casserole-Je » que les autres grandes et petites casseroles.

Il n’y a donc aucun moyen d’agir dans la vie quotidienne. La seule chose à faire est de voir exactement cela. Il n’y a personne qui se comporte de telle ou telle façon. Vous n’avez jamais rien fait et la seule chose qui doit se produire pour être consciemment la liberté que vous avez toujours été, c’est de retirer la projection-du-Je des activités, du corps, des sens, de la pensée et du sentiment.

Question : Ainsi, un éveillé se voit comme quelqu’un qui n’est pas actif, même si les autres le voient comme quelqu’un d’actif ?

W.K. : Oui, exactement. Pour le dire encore plus précisément : pour ce que vous appelez « un éveillé », il est complètement évident qu’« il » n’est pas quelqu’un d’actif ; l’idée ne lui vient jamais qu’il puisse être quelqu’un d’actif. Même s’il dit : « Maintenant, je vais cirer mes chaussures », il n’y a en lui aucune idée ni aucun sentiment qu’il est quelqu’un qui va faire quelque chose.

La difficulté reste que celui qui rencontre quelqu’un, voit toujours l’autre à son propre niveau. Je me souviens très bien que c’était une énigme pour moi de voir Ramana Maharshi manger. J’étais convaincu qu’il était éveillé, mais comment était-il possible qu’il mange, qu’il dorme et qu’il marche, je ne pouvais pas comprendre. C’est parce qu’à cette époque, je m’identifiais à un corps et à une action. Dans mon cas, il y avait un sentiment-Je après avoir ciré mes chaussures ou avant, et après avoir mangé et fait d’autres activités. Par conséquent, je voyais la projection des choses sur « mon » corps également projeté sur « ses » actions et ainsi de suite.

Il y a peu de temps, je parlais avec quelqu’un pour qui j’éprouve des sentiments très chaleureux ; il m’a soudain demandé : « Alors, es-tu heureux ? » J’ai eu le courage de répondre « oui », et mon ami s’est écrié, en tapant de la main sur la table : « Non ! ».

Nous y sommes…

Il pense, comme beaucoup d’autres, qu’être heureux signifie être toujours de bonne humeur. Mais en fait, cela n’a rien à voir avec le bonheur. Le vrai bonheur est invisible. Il est la liberté elle-même et cela signifie que le bonheur n’est pas déterminé par les sentiments qui surviennent, mais par le fait de se tenir à l’écart des sentiments. Exactement comme le ciel n’est pas influencé par les nuages qui passent à un certain niveau, et entièrement indépendant du fait qu’il s’agisse de beaux ou de vilains nuages. L’espace reste l’espace, et dans notre comparaison, c’est le bonheur, l’espace qui reste immobile même si des nuages aussi laids passent à la dérive.

Question : Mais n’est-ce pas presque inatteignable ?

W.K. : Pas « presque », mais complètement inatteignable. Comment un nuage qui passe peut-il atteindre le ciel ? Cela n’a aucun sens. Personne ne peut l’atteindre, parce que celui qui veut l’atteindre est une illusion complète. Une image fantaisiste ne peut jamais atteindre quoi que ce soit. Ce n’est que si le Je fantasmé disparaît avec tout ce qui lui appartient que l’incommensurable se révèle, indépendamment du corps, de la psyché ou de tout autre comportement. Être heureux signifie : être si complètement convaincu du fait que vous n’êtes pas quelqu’un que l’idée que vous n’êtes pas quelqu’un ne vous vient même pas à l’esprit.

Question : Peut-être ai-je mal formulé ma question, mais je continue à penser que c’est difficile à réaliser. Disons qu’il est difficile de se débarrasser du Je-apparent.

W.K. : Ce genre de remarques est une échappatoire. La réalisation de soi n’a rien à voir avec la facilité ou la difficulté. Vous n’avez pas besoin de faire quoi que ce soit pour regarder. Même si vous fermez les yeux, des images surgissent. Dans cette salle, il y a au moins quatre personnes qui ont complètement vu ce qu’elles sont et ce qu’elles ne sont pas. Pourquoi elles et pas vous ? Parce qu’elles se sont ouvertes à tout ce qui voulait se présenter pour en témoigner, parfois lentement, parfois rapidement. Ils ne se sont jamais posé la question de savoir si c’était facile ou difficile. Ils ont consciemment gardé leurs « yeux » ouverts et ont regardé dans la clarté, interrogés. C’est la seule possibilité.

Les personnes qui trouvent tout cela trop difficile sont seulement paresseuses, rien d’autre. Elles ne sont pas destinées à la réalisation de soi. La seule qualification que l’on doit avoir est un sérieux total ; que l’on soit prêt à sauter dans l’abîme. Mais celui qui continue à écouter ses peurs, son confort douillet, sa paresse, reste là où il est, vie après vie : quelqu’un qui pense que c’est très difficile. Le plus important est resté inachevé à la fin de sa vie, parce qu’il ne s’en est pas donné la peine. Il est donc contraint, à arpenter les mêmes petits chemins encore et encore… à rester en nage dans une immense assiette pleine de bouillie grise, sucrée et collante.

Question : Il reste néanmoins difficile de voir que ce n’est pas difficile.

W.K. : Celui qui est amoureux, ce qui signifie littéralement « dans l’état d’amour », est un bon amant, et si son partenaire est également amoureux, ils forment un beau couple. Mais celui qui est névrosé pense qu’il devrait aimer plus qu’il ne le fait. En d’autres termes, celui qui met l’accent sur lui-même plutôt que sur la personne aimée, et qui pense que c’est lui, la personnalité, qui doit produire l’amour, pour lui, même l’amour est une tâche impossible.

Si vous, vous, vous ne faites rien, si vous vous permettez simplement de vous dissoudre dans l’amour que vous êtes au plus profond de votre être, tous les autres problèmes sont résolus. Alors, la voie que nous appelons Jnana Yoga est aussi légère qu’une plume et vous ne poserez plus jamais de questions sur le facile et le difficile.

Extrait de : Yoga and Vedanta, juin 1976

(Wolter Keers, 1923 – †1985)

Défiler vers le haut