Jed McKenna : Le zen et l’art de l’automutilation


04 Apr 2021

Traduction libre

(Ceci est adapté d’une lettre que Jed McKenna a écrite en réponse à un « chercheur sérieux » autoproclamé qui lui fit l’offre passionnée de remettre ses biens et lui-même en échange d’être accepté comme étudiant de Jed).

Cher William,

Vous n’avez pas besoin de m’ajouter à votre équation, vous devez vous soustraire. Commencez par réexaminer vos hypothèses. Il ressort clairement de votre lettre que vous vous considérez comme une personne sérieuse, un chercheur sérieux. C’est la première hypothèse que vous voudrez remettre en question. Vous êtes sûr que vous êtes un chercheur sérieux et vous pensez que c’est ainsi que je vous vois, mais ce n’est pas le cas. Je sais reconnaître le sérieux quand je le vois et je sais reconnaître une marionnette de Maya quand je la vois. Vous pensez être au sommet de quelque chose, mais la seule chose au sommet, c’est Maya, et elle est au sommet de vous comme une maison sur une souris.

Je reçois de nombreuses offres de personnes qui veulent venir à mes côtés. Peut-être que toute personne perçue comme un fournisseur de solutions spirituelles reçoit ce genre d’offres, je ne saurais le dire. Les gens veulent tout abandonner ; leurs affaires, leur argent, leur vie même, vraiment. Ils ne savent pas quoi en faire, alors je suppose qu’ils se disent : pourquoi ne pas les confier à quelqu’un qui semble plus qualifié, comme une mère qui laisse son bébé sur le pas de la porte d’un homme riche. Cela peut sembler être le sacrifice ultime, un grand acte de désintéressement, mais c’est en réalité le retranchement ultime ; la peur qui se déchaîne, l’ego qui consolide son emprise pour les décennies à venir. Ce n’est pas ainsi que l’on renonce au moi, c’est ainsi qu’on si donne, que l’on renonce à la responsabilité de sa propre vie. Je comprends que cela puisse être une réponse très tentante à un défi très déroutant.

Néanmoins, votre geste suggère que vous êtes dans un endroit inconfortable. C’est bien pour vous. C’est toujours le meilleur endroit pour être. Être si inconfortable signifie que vous allez bientôt devoir bouger. C’est une bonne chose. C’est la motivation qui conduit le voyage de l’éveil. C’est une série d’étapes, aucune n’est prise volontairement, toutes sont rendues nécessaires par le type d’inconfort qui vous a poussé à m’écrire votre lettre. La motivation derrière votre lettre est bonne, mais vous jeter sur moi n’est pas une solution. Que ferais-je de vous ? Quelle instruction pourrais-je donner ?

Je vous dirais peut-être de vous couper d’une once de votre corps chaque jour jusqu’à ce que vous puissiez répondre à la question « Qu’est-ce qui est vrai ? » N’importe quel gramme, du moment que c’est un gramme. Cela devrait vous permettre de vous concentrer rapidement, d’allumer un feu en vous. Si vous deviez faire cela, couper une once de votre corps chaque jour, combien de temps pensez-vous que vous perdriez en méditation ? Pour assister à un satsang ou lire le dernier best-seller spirituel ? Pas beaucoup. Vous deviendriez rapidement une machine à éveil. Le sommeil et la nourriture seraient réduits au strict minimum. Les relations et les activités autrefois considérées comme essentielles seraient oubliées. Vous entreriez dans une manie brûlante de concentration sur l’objectif. Bientôt, tout ce qui n’est pas la question « Qu’est-ce qui est vrai ? » semblerait comiquement hors de propos. Voilà votre nouveau zen ; le zen du nouveau millénaire. Il serait intéressant de voir combien de jardins de sable et de livres d’aphorismes lapidaires l’approche d’auto-mutilation vendrait.

Qu’est-ce qui est vrai ? C’est le seul koan qui existe, le seul dont on ait jamais besoin. Chaque jour où vous ne répondez pas à cette question, une autre once. Prenez un moment pour penser à ce que cela signifierait de devoir vous asseoir avec un scalpel à une certaine heure chaque jour et d’amputer une once de votre corps. Vous devriez rapidement apprendre à poser des questions et à répondre, à savoir comment le processus fonctionne et ne fonctionne pas, à savoir comment l’aider et comment vous écarter de son chemin. Il vous faudra apprendre à désapprendre, et vous aurez besoin d’accéder à une quantité considérable de ressources afin d’accomplir un tel désapprentissage. Vous devrez abandonner les concepts spirituels astucieux pour des faits concrets, le joli vocabulaire oriental pour des mots de précision scientifique. Le processus consiste à voir clairement, et non pas à s’en prendre aveuglément aux autres. Cet acte de voir clairement prend du temps et des ressources, et l’esprit doit travailler presque sans cesse à des niveaux bien au-delà du quotidien.

Est-ce que ça marcherait ? Eh bien, disons que oui. Disons que ça a marché en 500 jours. Vous voilà après avoir éliminé plus de 10 kilos de vous-même, et maintenant vous avez réalisé la vérité. Maintenant vous connaissez directement, pour vous-même, sans la moindre possibilité d’erreur, la vérité. Vous êtes libéré de l’illusion, réveillé de l’état de rêve. Vous avez rejoint les rangs des illuminés spirituels. Vous regardez vos pieds sans orteils, vos mains sans doigts, votre visage sans nez, votre tête sans oreilles, et que diriez-vous ? Voici ce que vous diriez : « Eh bien, euh, c’était un peu stupide. »

Je suis heureux de vous le dire dès le départ. Se réveiller est plutôt stupide. Il n’y a pas d’intérêt. Ce n’est pas simplement inutile, c’est de l’inutilité. Qui ferait une telle chose ? Seulement quelqu’un qui ne peut absolument pas ne pas le faire. Une fois que vous devenez la personne qui ne peut pas ne pas le faire, c’est une toute autre chose, mais essayer de le faire avant d’y être absolument obligé est aussi ridicule que de se couper des parties du corps. (Ce que, soit dit en passant, ne faites pas.)

Aussi barbare et impensable que puisse paraître cette approche d’une once par jour, je peux vous assurer que tous ceux qui ont réussi à s’éveiller de l’état de rêve étaient poussés par des forces mentales et émotionnelles tout aussi insoutenables, ce dont il faudra tenir compte la prochaine fois que vous entendrez le pop gourou du jour raconter le moment de sa glorieuse épiphanie : « Je me promenais dans le parc, les enfants riaient, les oiseaux chantaient, quand tout à coup… ».

C’est là qu’intervient le processus d’autolyse spirituelle. En fin de compte, l’Autolyse Spirituelle (AS) consiste à voir clairement ; voir clairement ce qui est, ce que nous faisons lorsque nous cessons de voir ce qui n’est pas. Nous pouvons utiliser l’AS pour élever les pouvoirs ordinaires de l’esprit jusqu’aux niveaux extraordinaires nécessaires pour voir la vie, le monde et nous-mêmes tels qu’ils sont vraiment. Beaucoup de gens peuvent construire des réacteurs nucléaires, composer des symphonies, conquérir des nations ou pratiquer la chirurgie du cerveau, mais très peu peuvent voir ce qui est.

Vous mentionnez dans votre lettre qu’Alan Watts a dit que nous sommes les ouvertures à travers lesquelles l’univers se voit et s’expérimente. Il serait peut-être plus utile de dire que nous sommes les lentilles imparfaites à travers lesquelles l’univers, ou l’univers-je, s’observe lui-même ; à travers lesquelles l’indifférencié crée l’illusion de la différenciation. C’est une idée amusante avec laquelle on peut jouer. Le moi est une distorsion : une distorsion à dessein. La distorsion exacte de la lentille est ce qui fait l’individu exact ; la distorsion elle-même est le soi. Tous les attributs personnels, compris de cette façon, sont des défauts, des imperfections dans une lentille qui existe pour être imparfaite. L’imperfection n’existe pas autrement, alors une imperfection artificielle est créée : l’ego. Les chercheurs peuvent s’efforcer de devenir une lentille parfaite mais, bien sûr, la lentille parfaite n’est pas une lentille ; pas d’imperfections, pas de lentille, juste ce qui est. Vos imperfections ne sont pas seulement qui et ce que vous êtes, mais aussi pourquoi vous êtes. La finitude et l’imperfection de la lentille sont les raisons de la lentille. Sans lentille, l’univers n’est pas observé, alors qu’est-ce que cet acte a accompli ? Qui est servi ? Qui en bénéficie ? Cela renforce ma déclaration précédente selon laquelle l’éveil est inutile – échanger un soi séparé contre un non-soi intégré, un être fini contre un non-être infini – tout cela pour dire non pas que la perfection est inaccessible, mais qu’elle est inévitable. La perfection est. Elle est ce qui est. Il n’y en a pas d’autre. En vérité, il n’y a pas de chose telle que le non-parfait ou l’imparfait. L’intérêt des lentilles finies et imparfaites est de créer des royaumes artificiels de finitude et d’imperfection dans lesquels on peut jouer.

(La lettre originale cite un saint indien pour étayer un argument et poursuit ensuite comme si les paroles du sage étaient un fait accepté).

Ne venez pas à moi en brandissant des morts comme de puissants alliés. Ça ne vous aide pas. Ils ne peuvent pas se battre. Si vous ne pouvez pas argumenter, vous ne pouvez pas invoquer les morts pour le faire à votre place. C’est un sophisme logique appelé Ipse Dixit : « Il l’a dit lui-même. » En droit, ça s’appelle le statut du mort et c’est inadmissible. Vous ne pouvez pas élire un mandataire fantôme. Vous empruntez l’autorité de quelqu’un qui est incontestable non par le mérite, mais par la mort. Votre argument est inattaquable parce que la personne qui le présente est indisponible. Vous dites que s’il était là, il pourrait présenter l’argument, mais il n’est pas là. Vous pouvez emprunter des mots, des idées et des citations à des personnes définitivement absentes pour illustrer un point, mais si c’est votre point, c’est votre problème, votre argument à présenter.

De toute façon, si elles étaient là, elles ne pourraient pas faire valoir cet argument. Je suis familier avec l’enseignant bien-aimé dont vous parlez. Je vous promets que s’il était là, je pourrais le découper en garniture tout en me frottant le ventre et en me tapotant la tête. Aucun effort à faire. Sans hésitation. Vous pourriez faire de même demain à la même heure si vous arrêtiez d’être paresseux et commenciez à penser par vous-même.

Votre spiritualité n’est qu’un autre faux vêtement, une autre couche du mensonge du moi. Votre spiritualité définit les dimensions de votre cellule et le fait que vous ne le voyez pas m’indique que vous n’avez aucune idée de l’endroit où vous êtes ou des règles sous lesquelles vous vivez. Vous n’avez aucune prise sur votre véritable situation, sur la nature de votre statut de captif. Vous vous accrochez désespérément à vos mensonges, les protégeant avec votre énergie émotionnelle. Pourquoi ? Parce que ces mensonges sont vous. Ils sont ce que vous êtes. Vous n’avez pas des imperfections, vous êtes les imperfections. Demandez-vous pourquoi vous m’écrivez ? Quel est l’intérêt ? Rien de ce que je dis n’est nouveau pour vous. Et pourtant, vous voilà, à m’écrire des lettres passionnées, à essayer de faire tenir vos mensonges debout. Si vous aimez vos mensonges, très bien, mais vous ne les rendrez pas vrais par le pouvoir de votre conviction. Ce que vous êtes est un mensonge, c’est un fait. Vous êtes un personnage fictif dans un état de déni merveilleux. Ce que vous croyez être votre unicité n’est en fait rien de plus qu’une série d’interrupteurs à bascule réglés au hasard, et les réglages particuliers que vous appellez « moi » ne représentent rien de plus spécial que la distinction entre deux flocons de neige dans un blizzard sans fin.

Une personne sérieuse doit se rappeler à tout moment où elle est et qui dirige. C’est la maison de Maya. Elle contrôle tout. Elle a tous les avantages. Nous sommes des patients dans l’asile de Maya, et toutes les instructions pour rester assis et calmer l’esprit viennent directement d’elle. L’immobilité et le silence sont l’antithèse du processus d’éveil, et ceux qui prônent la paix, la compassion et un esprit calme ne font que revendre leurs potions de sommeil préférées. Il existe même des enseignants et des auteurs spirituels populaires qui préconisent de ne rien faire du tout ; ils disent que l’effort lui-même est le problème, que le mécontentement qui anime la quête spirituelle est la seule chose qui se dresse entre nous et le but de cette quête. Faut-il s’étonner de la popularité d’un tel message ? Peut-on douter de la provenance réelle d’un tel message ? Vous indiquez dans votre lettre que vous croyez que la lignée d’un enseignant est importante, donc il y a la seule vraie lignée ; Maya. Si vous souhaitez comprendre la lignée d’un enseignant spirituel, il vous suffit de l’imaginer se balançant sur des lignes de marionnettes dont il n’a pas conscience, palabrant sur le libre arbitre, la main de Maya au-dessus, contrôlant tout.

Alors même que vous m’écrivez et que je vous écris, nous nous dissolvons dans une cuve d’un produit chimique corrosif appelé oxygène. Nous sommes génétiquement programmés pour nous autodétruire. Nos vies sont avalées par le temps et chaque inhalation peut être la dernière. Le fait inéluctable est que nous sommes tous des pratiquants du Nouveau Zen que j’ai décrit ci-dessus. Chaque jour, nous perdons une once, un gramme ou un kilo et un jour, pouf, nous disparaissons comme si nous n’avions jamais existé.

Il n’y a qu’un seul koan et c’est le même pour nous tous : Qu’est-ce qui est vrai ?

Bien à vous, Etc.

Jed Mckenna est l’auteur des trilogies « enlightenment », « dreamstate » et « jed talks ». la recherche est terminée. pour en savoir plus, rendez-vous sur wisefoolpress.com. Certains de ses livres sont traduits en Français.