Les archétypes et l'inconscient "objectif" Par Dominique Casterman

Il faut savoir que toutes les formations psychiques non reconnues ont un effet de possession sur le moi. Ces éléments psychiques se manifestent sous forme de complexes, c’est-à-dire de personnalités parcellaires, telles les personnifications de l’ombre, de l’anima et l’animus, qui sont des symboles archétypiques. Les complexes peuvent aussi être des nœuds idéo-affectifs proches de notre histoire personnelle, ce sont par exemple des culpabilités (souvent illégitimes) imposées par l’environnement. L’ombre, c’est la réaction de l’inconscient objectif face à l’oppression des complexes personnels et de nos modes de vie consciemment admis et intégrés à la personnalité du moi.

Je pense que toute structure individualisée, dès l’infiniment petit du monde quantique, a une conscience opérationnelle de l’environnement (à ne pas confondre avec la conscience objectivante distinguant radicalement le sujet et l’objet), se relie à son milieu (a donc l’intelligence d’intégrer sa structure individuelle dans l’ensemble) et possède l’énergie qui se concrétise dans une forme et une substance propres à chaque structure. Conscience, intelligence, énergie, sont les termes — dégagés d’un sens exclusivement anthropomorphique — inséparables de l’évolution cosmique et biologique.

La conscience individuelle, ou si vous voulez, le moi, n’est pas une image intérieure (celle-ci n’étant que la conséquence de l’identi