Nos trois problèmes : le pouvoir, l’argent et le sexe par Gabriel Monod-Herzen

Sri Aurobindo disait que pour faire n’importe quoi, il faut la réunion de deux choses, un positif et un négatif. On se trouve fréquemment dans une situation où il y a opposition entre ces deux formes d’énergie. L’erreur est de croire que la solution réside dans la victoire de l’un sur l’autre. Or il doit exister un point de vue supérieur auquel ces deux positions apparaissent comme complémentaires et non pas comme opposées. C’est là la solution. Vous avez le niveau de la dualité, l’opposition, et vous avez un niveau où la dualité subsiste, mais comme les deux bouts d’un bâton.

L’argent, la société et le travail par Gabriel Monod-Herzen

Sri Aurobindo disait que l’argent ne devait pas être notre but essentiel, que nous ne devions pas l’accumuler par des gains, mais le faire circuler constamment. Quel serait alors le rôle du banquier s’il n’y avait plus d’intérêts à servir, si l’argent ne rapportait rien par lui-même ? Entendons-nous, il ne s’agit pas de supprimer l’argent qui a son utilité.

L’Education, la société et l’argent par Gabriel Monod-Herzen

L’éducation commence par la nôtre, individuelle, et ensuite nous pouvons aider d’autres à prendre conscience de cette situation. Sri Aurobindo a démontré qu’il était possible d’avoir un but très élevé dans la vie, tout en continuant à avoir une vie de famille et une vie professionnelle. Si nous avons la chance d’avoir des enfants, nous pouvons les engager dans la bonne direction et leur trouver des écoles faites sur cette base-là. Le Mouvement Freinet a été excellent dans ce sens.