Couple et violence par le docteur Pierre Wiltzer

La violence au sein du couple peut prendre, comme par ailleurs, des formes variées ; il peut s’agir de violence physique certes, mais bien plus souvent de violence morale ou psychologique ; si elles sont accep­tées elles s’inscrivent alors toutes deux dans une relation sado­masochiste. À l’opposé la violence peut ne pas exister au sein d’un couple au départ et peu à peu se constituer lorsque l’un des deux partenaires perd ses possibilités de réalisation, lorsque les idées de chacun évoluent dans des sens opposés, ou encore lorsqu’il y a une évolution dans la problématique de l’un des partenaires à la suite d’une thérapie de réflexion qui peut, éventuellement, remettre en cause le contrat de départ, avec un besoin plus important de liberté au détriment de la sécurité…

L’amour et la différence dans le couple par Mariette Gerber

Il se peut que pour l’un des deux êtres cette négation du « soi » se poursuive au delà de l’acte d’amour : c’est l’abnégation, le renoncement à soi. Dans ce cas, cette passion aura porté en elle le germe de sa propre fin, puisque l’assouvissement du désir arrive à déterminer l’autre comme indifférent, détruisant ainsi le motif profond de son penchant. Pour survivre, il ne reste plus à l’« autre » détruit qu’à devenir le servant idolâtre du « soi » triomphant.

Le couple humain et le couple divin par Gabriel Monod-Herzen

Il est curieux de constater que pour les Hindous qui ont pourtant un sentiment religieux très développé, l’humanité n’est pas faite pour adorer Dieu, quoiqu’ils le fassent tout de même en donnant par exemple à l’enfant un Guru, choisi en dehors de la famille pour éviter l’influence familiale. Le but final dépasse infiniment l’âme humaine, c’est la transformation du monde. C’est la manifestation du Divin dans le monde, c’est la naissance d’une vie divine sur la terre qui, du point de vue hindou, est la seule solution. Et ceci est parfaitement clair chez Sri Aurobindo.