Bill Gates et ses fausses solutions au changement climatique par L’équipe de Navdanya International

Traduction libre LES TECHNOFIXES NE SAUVERONT PAS NOTRE PLANÈTE Dans son dernier livre, How to Avoid a Climate Disaster : The Solutions We Have and the Breakthroughs We Need, Bill Gates, cofondateur de Microsoft, expose un plan visant à stopper le réchauffement de la planète en réduisant à zéro les émissions de gaz à effet […]

Traduction libre

LES TECHNOFIXES NE SAUVERONT PAS NOTRE PLANÈTE

Dans son dernier livre, How to Avoid a Climate Disaster : The Solutions We Have and the Breakthroughs We Need, Bill Gates, cofondateur de Microsoft, expose un plan visant à stopper le réchauffement de la planète en réduisant à zéro les émissions de gaz à effet de serre. Un fait qui semble un peu ironique de la part de l’un des plus grands émetteurs mondiaux [1], dont le « plaisir coupable » est de voler en jet privé et qui vient de participer à une offre d’acquisition de la plus grande société de services de jet privé au monde [2]. Mais ce genre de contradiction, qui consiste à apaiser un problème de fond grave par une solution superficielle, n’a rien d’étrange pour M. Gates. En effet, si l’on examine de plus près ses investissements de plusieurs millions de dollars, ses partenariats avec des milliardaires et des sociétés privées, ainsi que son programme politique, on constate qu’il n’est pas vraiment en phase avec l’objectif de freiner véritablement le changement climatique, de contribuer à atténuer la faim dans le monde ou de sortir les pauvres de la pauvreté.

L’influence inégalée de M. Gates témoigne non seulement du pouvoir extraordinaire de sa fortune, mais aussi de la convergence de la philanthropie, des entreprises privées et des institutions internationales pour façonner les politiques et les paysages de développement en fonction de leurs propres intérêts. Mais ce façonnement, bien qu’apparemment justifié par une noble cause humanitaire et environnementale, pousse au contraire un paradigme d’industrialisation et de concentration des entreprises qui a échoué, sous couvert d’une nécessaire innovation technologique.

S’il ne fait aucun doute que nous vivons des moments de crises aggravées, la poussée des nouvelles innovations technologiques comme voie de résolution des problèmes du monde devient rapidement le seul mécanisme. En créant un angle mort à la fois pour les causes profondes des crises auxquelles nous sommes confrontés et pour la façon dont le fait de continuer sur cette voie ne servira qu’à exacerber davantage les crises. Mais cet évitement des véritables solutions systémiques n’est pas un oubli accidentel d’un secteur des innovations technologiques bien intentionné. Au contraire, ce sont les mêmes entreprises géantes et les mêmes structures de pouvoir qui ont créé nos crises actuelles afin de nous revendre leurs propres « solutions ».

Cette mentalité de solutionnisme technologique est apparente dans toutes les initiatives de la Fondation Bill et Melinda Gates (BMGF) qui, par nature, finissent par nier les véritables solutions à la crise climatique. Ces initiatives, subventions et programmes de développement couvrent un vaste domaine – comme l’alimentation, l’agriculture, les semences, la santé, le changement climatique, l’éducation, les médias, les infrastructures et l’énergie, comme le montre le rapport Gates to a Global Empire de Navdanya International [3] – et tissent une toile complexe de pouvoir et d’influence internationale pour garantir des intérêts spécifiques. Grâce au poids du capital d’investissement détenu à la fois par le Gates Foundation Trust et par leur fortune personnelle, ainsi qu’à la plateforme médiatique publique qu’ils ont achetée, Bill et Melinda Gates fixent l’ordre du jour dans ces différents secteurs avec très peu ou pas de responsabilité. En fin de compte, cela permet d’aligner l’opinion publique sur les investissements des entreprises privées et sur les politiques internationales et nationales, afin d’ouvrir de nouveaux marchés grâce à l’alignement des politiques et au co-investissement des États au nom du « développement ».

Un exemple principal est la façon dont il étend son autorité sur la santé mondiale en investissant dans des institutions internationales de santé, comme l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), pour laquelle la Fondation Bill et Melinda Gates fournit près de 20 % des fonds de l’institution [4]. Il vise à contrôler l’éducation et les médias, par exemple, en finançant des établissements de recherche scientifique comme l’Université Cornell [5] et l’Université John Hopkins, ainsi qu’en accordant de généreuses subventions à des journaux de premier plan [6] comme le Guardian, la BBC et Al Jazeera, pour n’en citer que quelques-uns, afin qu’ils publient des articles conformes à ses récits.

Bien qu’il se soit prononcé en faveur de la lutte contre le changement climatique, M. Gates investit aussi directement dans l’industrie des combustibles fossiles [7]. Il est le principal actionnaire [8] de l’une des plus grandes sociétés pétrolières et gazières du Canada, la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada, tandis qu’également Microsoft a des liens directs avec les industries pétrolières et gazières. Comme l’explique ETC dans « The Sugar Daddy of Geoengineering » [9], Gates est l’un des principaux partisans de la géo-ingénierie extrême (« technologies miracles »), des techniques d’élimination du dioxyde de carbone (CDR), de la géo-ingénierie solaire et d’autres techniques de ce type aux côtés de l’industrie des combustibles fossiles depuis plus d’une décennie. Des techniques qui pourraient potentiellement entraîner des dommages désastreux aux systèmes météorologiques et aux cycles naturels de la planète.

L’IMPOSITION D’UN MODÈLE AGRICOLE DÉFAILLANT

L’un des principaux secteurs où les intérêts du marché privé et du pouvoir de Gates sont les plus apparents est celui de la transformation de l’agriculture. Depuis des décennies, la Fondation Gates fait la promotion des nouvelles technologies et d’un modèle agricole industriel, sous couvert de mettre fin à la faim et au changement climatique.

En 2008, Gates a tenté de faire revivre le modèle raté de la révolution verte des années 1960 en Afrique en lançant le programme AGRA [10] (Alliance pour une révolution verte en Afrique), encourageant les agriculteurs à s’orienter vers des monocultures commerciales à grande échelle et promouvant les engrais de synthèse, les pesticides et les semences à haut rendement ou OGM. Les recherches de Timothy Wise, expliquées dans le rapport Gates to a Global Empire [11], montrent comment, 15 ans plus tard, rien ne prouve que les objectifs fixés par AGRA aient entraîné des améliorations significatives de la productivité et ont au contraire provoqué une augmentation de 30 % des personnes souffrant d’extrême pauvreté dans les pays de l’AGRA. Une preuve directe de l’échec de cette initiative.

Si beaucoup ont critiqué l’échec d’AGRA, ce n’est pas le seul exemple des tentatives de Bill Gates de contrôler ce qui se passe dans les champs des agriculteurs. En janvier 2020, la fondation Bill et Melinda Gates a lancé Ag One [12], un nouvel institut de recherche qui vise à « donner aux petits exploitants agricoles les outils, technologies et ressources abordables et de qualité dont ils ont besoin pour sortir de la pauvreté ». L’objectif est de promouvoir les techniques de la révolution verte ainsi que les nouvelles innovations technologiques, telles que la technologie des données et des senseurs, l’agriculture de précision, le génie génétique, les OGM, les modèles prédictifs d’intelligence artificielle, etc., afin d’accroître la productivité des cultures en Afrique, en Asie et en Amérique latine (Ag Tech [13]). Avec le lancement d’Ag Tech, des partenariats ont également été annoncés avec l’Institut interaméricain de coopération pour l’agriculture (IICA), Microsoft, Bayer, Corteva et Syngenta, en plus de la Fondation Bill et Melinda Gates, donnant lieu à une dangereuse alliance en Amérique latine des entreprises d’agriculture industrielle et de la biotechnologie.

La BMGF met clairement et fièrement l’accent sur ces partenariats et sur la promotion perpétuelle du paradigme de l’agriculture industrielle. Par exemple, l’enthousiasme de Gates pour les engrais chimiques est bien connu. Selon lui, les engrais sont une « invention magique qui peut aider à sortir des millions de personnes de la pauvreté » [14], même si les scientifiques disent qu’ils émettent des quantités dangereuses de gaz à effet de serre (GES) [15], et sont des polluants environnementaux connus. Gates considère également les semences OGM comme une « solution technique nécessaire » au développement agricole qui pourrait « mettre fin à la famine en Afrique » [16], sans tenir compte de leurs échecs connus, ni de leurs conséquences dévastatrices sur l’environnement, la société et la santé. Il a également exprimé publiquement son soutien total aux méthodes d’édition de gènes hautement problématiques [17] comme CRISPR-Cas9, dans lesquelles il a investi des millions [18]. Sa fondation finance aussi largement les centres du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (CGIAR), qui reçoivent plus de 70 % [19] des investissements de la BMGF dans la recherche agricole, ce qui fait de Gates le deuxième plus grand donateur du CGIAR. Ces investissements confèrent à Gates une influence considérable, lui permettant de façonner l’agenda politique mondial en matière d’agriculture et de développement, et constituent un moyen commode d’ouvrir de nouveaux marchés pour l’agrobusiness et la biotechnologie dans des zones auparavant non rentables ou des marchés difficiles à atteindre. L’alignement des politiques dans ces pays et ces secteurs garantit ensuite un retour sur les investissements de Gates.

COMMISSION MONDIALE SUR L’ADAPTATION

L’une des façons dont Gates pousse silencieusement sa vision et son programme est la Commission mondiale sur l’adaptation [20], une commission internationale cofondée par Gates qui pousse des solutions technologiques à l’adaptation au changement climatique et à l’atténuation de ses effets, par exemple en comblant le « manque de données » du Sud mondial par l’agriculture numérique [21]. Par exemple, les recommandations politiques et les prises de position de la commission ont déclenché en 2018 un rapport coécrit par l’IICA et le CGIAR [22] qui affirme sans ambages que « l’adaptation au changement climatique dans l’agriculture dépend de l’augmentation des investissements pour moderniser les systèmes agricoles. » Ce rapport a été activement soutenu par les responsables de la Commission mondiale à l’époque.

Parmi les fondateurs de la commission figurent également Kristalina Georgieva, actuelle directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) et ancienne directrice générale de la Banque mondiale, ainsi que l’ancien 8e secrétaire général de l’ONU, Ban-Ki Moon. La commission compte 22 pays organisateurs et bénéficie du soutien d’un éventail de ministres et de ministères des affaires étrangères, de responsables politiques, de dirigeants de banques et de sociétés de développement, de responsables de l’ONU et de chefs ou d’anciens chefs de gouvernement. Depuis la fin de son mandat en 2020, le conseil d’administration ne comprend plus directement Gates, mais compte toujours des acteurs qui restent proches de l’agenda Gates. Il s’agit notamment de Rodger Voorhies, président de la division « Global Growth & Opportunity » du BMGF et responsable d’Ag One. Ainsi que Feike Sijbesma – actuel PDG [23] et président honoraire de DSM, une entreprise de biologie synthétique et de faux aliments financée par Breakthrough Energy Ventures.

PERCÉE DES ENTREPRISES ÉNERGÉTIQUES : LA PORTE TOURNANTE POUR LES « SUPER-ÉMETTEURS »

Alors que la promotion politique du paradigme industriel se fait par le biais d’initiatives de développement et de lobbying politique, c’est dans l’un des fonds d’investissement personnels les plus importants de Gates que ce jeu de profit et de partenariat entre milliardaires apparaît le plus clairement : Breakthrough Energy Ventures. Aujourd’hui sous le feu des projecteurs comme symbole de l’engagement de Gates à résoudre le problème du changement climatique, ce fonds d’investissement est soutenu par d’autres philanthrocapitalistes [24] et milliardaires tels que Jeff Bezos, Mukesh Ambani, Michael Bloomberg, Richard Branson de Virgin Group, Reid Hoffman de LinkedIn, Jack Ma d’Alibaba, l’ancien trader d’Enron et gestionnaire de fonds spéculatifs devenu philanthrope John Arnold, entre autres noms éminents.

Parmi les multiples startups financées par Breakthrough, sept sont impliquées dans les domaines de l’alimentation et de l’agriculture, notamment par le développement et la commercialisation de produits de biologie synthétique et de biotechnologie. Alors que ces startups utilisent la rhétorique écologiste de la promotion de « solutions climatiques durables », un examen plus approfondi révèle que les équipes de direction des entreprises sont truffées d’anciens cadres de DuPont, Monsanto, la Fondation Bill et Melinda Gates, PepsiCo et Microsoft. On peut donc se demander comment des personnes impliquées dans les entreprises qui sont à l’origine de notre crise sanitaire, écologique et climatique peuvent être qualifiées pour nous vendre la « solution ».

Un exemple direct du chevauchement entre l’alimentation et l’agriculture industrielles et les nouvelles entreprises technologiques est Motif Foodworks [25], une entreprise de biotechnologie synthétique qui travaille à la création et à la commercialisation d’« alternatives végétales » à la viande et aux produits laitiers, ainsi qu’à la création de produits alimentaires finis et d’ingrédients. La startup revendique la durabilité en faisant référence à l’absence de besoin de terres, d’intrants agricoles, et des ressources externes intensives tout en fournissant une nutrition améliorée. Ils ont conclu un partenariat exclusif avec l’éminente entreprise de biotechnologie synthétique Ginkgo Bioworks [26], également financée par Gates, qui crée des produits pour les entreprises pharmaceutiques, comme Moderna, des produits chimiques industriels et des ingrédients alimentaires industriels, comme pour Motif Foodworks. Ginkgo Bioworks a également participé à un partenariat de 100 millions de dollars avec Bayer pour développer des engrais à base de microbes synbio. Mais ce n’est pas le seul lien entre Motif Foodworks et les grandes entreprises industrielles de l’agroalimentaire. Tous ses hauts dirigeants [27], qu’il s’agisse de son PDG, de son directeur commercial ou de son directeur de la technologie, ont déjà travaillé pour DuPont et PepsiCo. Leur responsable des affaires réglementaires, gouvernementales et industrielles a également passé huit ans en tant que directeur du plaidoyer mondial chez Monsanto, neuf autres années en tant que directeur des affaires réglementaires d’entreprise chez Dupont et quatre ans chez CropLife en tant que vice-président des affaires scientifiques et réglementaires. Leur principal conseiller est l’ex-PDG de PepsiCo Indra Nooyi. Il en va de même pour les startups financées par Breakthrough, Nature’s Fynd [28] ou Biomilq [29], dont la responsable de la gestion des produits et du développement commercial, Rachel Lee, était une ancienne responsable de la stratégie à la BMGF et cofondatrice de Biomilq, et a effectué un stage à la BMGF l’année de la création de son entreprise.

Ce schéma se répète avec une autre entreprise de Breakthrough Energy Ventures, Pivot Bio, qui cherche à remplacer les engrais azotés synthétiques pour les monocultures de maïs, par des microbes fixateurs d’azote synbio-ingénierie. L’entreprise a reçu un investissement de 70 millions de dollars de Breakthrough en 2017, puis un autre investissement de 100 millions de dollars [30] à l’été 2020. Ici, tous les cadres dirigeants sont d’anciens cadres de DuPont ou Monsanto : Du directeur technique qui a passé 30 ans chez DuPont et DuPont Pioneer à développer des huiles de graines industrielles ; du vice-président des affaires réglementaires et gouvernementales qui a passé 27 ans chez DuPont en tant qu’ancien responsable des affaires gouvernementales et leader des négociations commerciales ; du vice-président du développement des produits qui a passé 37 ans chez Monsanto ; du vice-président des communications qui a dirigé l’équipe de communication mondiale de DuPont Pioneer et du vice-président des opérations commerciales qui a promu l’adoption des biotechnologies alors qu’il travaillait pour le département marketing de DuPont et DuPont Pioneer. Sans oublier que Cooper Rinzler est à la fois directeur de Pivot Bio et membre du conseil d’administration de Breakthrough Energy Ventures.

Outre les multiples problèmes liés au développement et à l’application de ces produits issus de la biologie synthétique dans l’alimentation et l’agriculture, la fuite des anciens dirigeants d’entreprises d’agriculture industrielle vers de nouvelles start-ups de biotechnologie est le signe de la prochaine itération de la concentration de l’agriculture industrielle et de l’expansion du marché, et non de solutions « climat-intelligents » durables. D’autant plus que les membres des mêmes entreprises qui ont continuellement nié les effets néfastes de leurs « innovations » alimentaires et agricoles, nous vendent maintenant des solutions tout aussi risquées, aveugles et non testées aux problèmes que leurs entreprises ont créés en premier lieu. Sans parler du schéma évident et répété des conflits d’intérêts évidents présents dans ce secteur incestueux. C’est pourquoi il n’est pas surprenant que Breakthrough Energy Ventures, dispose également d’une boîte à outils politique active [31]. Breakthrough ne se considère pas seulement comme une société d’investissement privée, mais s’implique également dans le plaidoyer politique pour s’assurer que leurs innovations disposent d’un marché. Et conformément à la stratégie de Gates visant à façonner l’opinion publique par le biais des médias, un nouveau programme de journalisme, dirigé par Amy Harder, ancienne journaliste du Wall Street Journal, est également en cours de développement. Mais alors que ces facteurs sont volontairement occultés, l’industrie autour des « régimes à base de plantes », justifiés comme étant « climat-intelligents », un « régime durable », commence à prendre son essor.

LA FAUSSE PROMESSE DE LA FAUSSE NOURRITURE

L’une des promotions les plus récentes de Gates est sa prescription d’aliments synthétiques pour les pays développés comme moyen de lutter contre le changement climatique. Dans une récente interview accordée au MIT Technology Review [32], Gates déclare qu’il pense que « tous les pays riches devraient passer au bœuf synthétique à 100 % ». Les faux aliments remplacent les produits animaux par des aliments hautement transformés cultivés en laboratoire, comme la fausse viande, les faux produits laitiers ou les faux œufs. Elle est rendue possible par des innovations techniques telles que la biologie synthétique, qui consiste à reconfigurer l’ADN d’un organisme pour créer quelque chose d’entièrement nouveau. Par exemple, des entreprises de viande d’origine végétale comme Beyond Meat et Impossible Foods utilisent une séquence codante de l’ADN du soja ou du pois pour créer un produit qui a l’apparence et le goût de la vraie viande. Certaines entreprises investissent également dans la viande cellulaire [33], cultivée à partir de véritables cellules animales, mais elle n’a pas encore atteint le marché.

De plus en plus d’entreprises se lancent sur ce marché en pleine expansion, comme Motif Foodworks (substituts de viande et de produits laitiers à base de plantes), Ginkgo Bioworks (microbes sur mesure), BioMilq (lait maternel cultivé en laboratoire), Nature’s Fynd (des substituts de viande et de produits laitiers cultivés par des champignons), Eat Just (substituts d’œufs fabriqués à partir de protéines végétales), Perfect Day Food (produits laitiers cultivés en laboratoire) ou NotCo (produits animaux à base de plantes fabriqués par IA), pour n’en citer que quelques-uns. Les géants de l’industrie de la viande profitent également de ce marché florissant. Des producteurs de viande tels que Tyson Foods (qui a investi dans Memphis Meats et Future Meat Technologies, qui créent tous deux des substituts de viande cultivés en laboratoire), Nestlé, Cargill, Maple Leaf Foods ou Perdue Farms profitent de cette tendance, en vendant des produits tels que des saucisses, des hamburgers et du bœuf haché largement fabriqués à partir de protéines de pois ou de soja. Toutes ces entreprises sont soutenues par des milliardaires de haut rang et des investisseurs de la Big Tech. Bill Gates a investi à lui seul 50 millions de dollars dans Impossible Foods et finance activement Beyond Meat, Ginkgo Bioworks et BioMilq, comme décrit ci-dessus.

La perpétuation de pratiques écologiquement néfastes

Les défenseurs de la fausse nourriture affirment qu’elle constitue une véritable solution au changement climatique et qu’elle résout la dégradation de l’environnement, tout en réglant les problèmes de bien-être animal. Par exemple, Impossible Foods [34] déclare que sa viande d’origine végétale nécessite 96 % de terres en moins, 87 % d’eau en moins et émet 89 % de gaz à effet de serre en moins que les produits conventionnels d’origine animale.

Cependant, les faux aliments ont une empreinte carbone plus importante que les protéines végétales moins transformées [35]. Les substituts à base de plantes émettent jusqu’à sept fois plus de GES que les légumineuses entières. La viande à base de cellules émet également plus de GES que les produits animaux, comme le porc ou la volaille. Des recherches récentes suggèrent même qu’à long terme, l’impact environnemental de la viande cultivée en laboratoire [36] pourrait être plus élevé que celui du bétail.

De plus, les faux aliments sont présentés comme « écologiques », alors qu’ils sont fabriqués à partir de protéines de pois, de soja ou de maïs cultivées à grande échelle, à l’aide de techniques de labour, de monocultures, de pesticides toxiques et souvent d’OGM. L’Impossible Burger est fabriqué avec du soja OGM pulvérisé au Roundup, ce qui entraîne une dévastation écologique massive [37]. Les niveaux totaux de glyphosate détectés dans l’Impossible Burger par les laboratoires du Health Research Institute étaient de 11,3ppb, ce qui rend sa consommation très dangereuse [38] car seulement 0,1ppb de glyphosate peut détruire les bactéries intestinales, endommager les organes vitaux comme le foie et les reins, provoquer des anomalies de la reproduction, voire des tumeurs, le glyphosate étant également un « cancérogène probable pour l’homme ». Plus généralement, la dépendance aux pesticides est directement liée à des problèmes de santé chroniques à long terme, pour les consommateurs et les agriculteurs.

D’autres entreprises, comme Beyond Meat [39], qui présentent leurs produits comme « plus propres » puisqu’ils ne contiennent pas d’ingrédients génétiquement modifiés, admettent néanmoins qu’ils ne sont pas biologiques [40], et s’appuient encore largement sur les monocultures et les pesticides. Ironiquement, ces alternatives à la viande d’origine végétale, qui prétendent sauver les animaux, l’eau et l’environnement, contribuent au contraire directement au système alimentaire qui menace la biodiversité mondiale [41], détruit la faune, altère les sols et pollue les nappes phréatiques [42]. En outre, les chaînes d’approvisionnement des entreprises de faux aliments nécessitent un transport excessif de combustibles fossiles [43], comme la plupart des aliments industriels.

Les effets sur la santé des faux aliments hyper-transformés

Non seulement les faux aliments sont nuisibles à l’environnement, mais ils peuvent également être préjudiciables à la santé humaine. Les substituts d’origine végétale sont susceptibles d’avoir toute une série de conséquences néfastes sur la santé à long terme [44], car ils sont hautement transformés et contiennent des ingrédients tels que des protéines de pois isolées et de l’huile de colza.

De nouveaux additifs également issus de la biologie de synthèse sont ajoutés à ces produits. Par exemple, pour que l’Impossible Burger semble « saigner » comme de la vraie viande, on ajoute une molécule « hème » qui provient de la leghémoglobine de soja, un colorant produit dans une levure génétiquement modifiée. Selon le Center for Food Safety, la FDA n’a pas mené de tests à long terme adéquats [45] avant d’approuver l’additif colorant en 2019, et après un essai à court terme sur des rats [46], plusieurs effets indésirables potentiels ont été détectés comme des changements dans la prise de poids, des changements dans le sang qui peuvent indiquer une inflammation ou une maladie rénale, des perturbations du cycle de reproduction et des signes possibles d’anémie. Malgré l’absence de preuves de l’innocuité de l’additif, les produits d’Impossible Foods contenant de l’hème génétiquement modifié sont maintenant vendus dans les supermarchés à travers les États-Unis, illustrant un environnement déréglementé qui préfère le profit et l’influence des entreprises à la santé publique.

L’ensemble du processus d’isolement des protéines végétales peut également avoir des conséquences dangereuses [47] pour la santé humaine. Le soja contient de nombreux anti-nutriments qui peuvent avoir des effets néfastes, tels que des troubles digestifs, des déséquilibres hormonaux, des maladies auto-immunes, l’obésité, des troubles neurologiques ou des réactions immunologiques. D’autant plus que les protéines de soja et de pois principalement utilisées dans la plupart des viandes d’origine végétale sont fortement transformées par chauffage, extractions chimiques, et isolations de protéines, et maintenant des modifications génétiques, générant des composés qui ne sont pas naturellement présents dans les aliments.

Enfin, les produits animaux créés artificiellement manquent parfois de plusieurs nutriments ou bienfaits naturels. Par exemple, le lait cultivé en laboratoire, comme celui de BioMilq, ne peut pas évoluer en fonction des besoins de l’enfant, comme le fait le vrai lait maternel. Il ne contient pas d’hormones ni de bactéries provenant du biome de la mère et, surtout, il ne contient pas d’anticorps [48], qui sont vitaux pour les bébés.

Les viandes d’origine végétale, en revanche, ne répondent pas aux exigences nutritionnelles que remplissent les véritables aliments d’origine animale. Le simple fait d’ajouter des protéines, des vitamines et des minéraux isolés aux régimes alimentaires ne confère pas les mêmes avantages pour la santé [49] que lorsque ces nutriments sont ingérés sous forme d’aliments entiers, qui contiennent des milliers de composés agissant en synergie. Les hamburgers à base de plantes ne sont pas plus sains que les produits animaux [50], y compris la viande rouge.

Breveter : tirer profit de la vie

Loin de mettre fin au changement climatique ou à la faim dans le monde, le brevetage des techniques de culture de faux aliments artificiels devient un instrument supplémentaire de profit pour les entreprises et les milliardaires. D’autant plus que 20 brevets [51] sont désormais attribués à Impossible Foods, avec plus de 100 brevets supplémentaires en attente [52] pour d’autres substituts de la viande artificielle, du poulet au poisson.

Il n’est pas étonnant que les grandes entreprises de sélection végétale comme Bayer voient une grande opportunité dans le boom de l’industrie à base de plantes [53]. Lors d’un événement organisé en 2019 à l’intention des investisseurs dans le Missouri, Bob Reiter, responsable de la recherche et du développement de la division des sciences végétales de Bayer, a déclaré que les entreprises de viande à base de plantes « s’approvisionnent en différents types de cultures et cela pourrait également créer des opportunités pour nous, qui sommes une entreprise de sélection végétale ».

Cette logique de brevetage réduit également les animaux et la nature à une « technologie améliorable », selon les termes de Pat Brown, PDG et fondateur d’Impossible Foods. Selon lui [54], « les animaux ont juste été la technologie que nous avons utilisée jusqu’à présent pour produire de la viande ». Cela signifie qu’ils peuvent simplement être remplacés par des technologies plus efficaces comme les aliments artificiels. Les aliments artificiels séparent l’homme de la nature et la nourriture de la vie. Mais nous devons penser au-delà de nos besoins strictement humains et comprendre les besoins des systèmes écologiques dans lesquels nous sommes intégrés. Nous ne pouvons pas faire face à la crise environnementale urgente sans transformer notre relation avec la nature.

Passer à côté de l’objectif de l’agriculture régénératrice

La fausse nourriture déplace le pouvoir politique des agriculteurs biologiques et des marchés locaux vers les entreprises de biotechnologie. Elle ne tient pas compte des connaissances locales et indigènes et des diverses cultures alimentaires qui ont évolué parallèlement aux divers écosystèmes. De plus, elle ignore complètement les solutions proposées par le mouvement croissant de l’agriculture régénératrice. Si les inquiétudes concernant la production industrielle de viande sont légitimes, les pratiques régénératrices de pâturage des animaux [55] peuvent en fait améliorer la biodiversité, la santé des sols et séquestrer activement le carbone dans le sol [56] en entretenant et en fertilisant la végétation et le sol. Ces modèles ont le potentiel de contribuer de manière substantielle à atténuer le changement climatique [57], ou du moins à ne pas l’exacerber davantage, et de réparer les sols endommagés et de ralentir les processus de désertification. Cela signifie que, dans certains cas, la viande provenant d’animaux nourris à l’herbe peut avoir une empreinte écologique inférieure à celle des hamburgers à base de plantes. Des études menées par Quantis International ont démontré que l’analyse du cycle de vie de l’Impossible Burger a révélé une émission de +3,5 CO2-eq/par kg [58] de produit, contre -3,5 CO2-eq/par kg [59] pour le bœuf produit à l’aide de pratiques de pâturage régénératives, ce qui signifie qu’au cours du cycle de vie de l’animal, davantage de carbone a été séquestré qu’émis.

Les investisseurs et les défenseurs de la fausse nourriture ne voient pas que les vrais problèmes résident dans le modèle d’agriculture industrielle, plutôt que dans la seule production de viande. Ils soulignent la nécessité de mettre en œuvre des pratiques agroécologiques et la diversité agricole [60] pour garantir un environnement plus sain et la souveraineté alimentaire à l’échelle mondiale. La fausse nourriture est une fausse solution, qui vise à remplacer la viande sans remettre en cause l’industrie agroalimentaire capitaliste axée sur le profit. Cet état d’esprit explique pourquoi nous verrons bientôt des hamburgers Beyond Meat dans les menus à base de plantes de McDonald’s [61] alors que nous devrions plutôt nous concentrer sur la nécessité d’une véritable agriculture régénératrice et d’un changement systémique pour protéger la nature et la santé des gens.

LA BIODIVERSITÉ ET L’AGROÉCOLOGIE SONT DE VÉRITABLES SOLUTIONS AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Le changement climatique et ses conséquences très réelles ne peuvent être abordés pleinement sans reconnaître le rôle central du système alimentaire industrialisé et mondialisé dans la création de la crise climatique en contribuant à 44 % à 57 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre par la déforestation, les animaux dans les exploitations d’alimentation animale concentrées (CAFO), les emballages en plastique et en aluminium, le transport sur de longues distances et les déchets alimentaires [62]. La poursuite de l’industrialisation, de la mondialisation et, maintenant, de la numérisation, telle qu’encouragée par le BMGF, signifierait une promotion accrue des semences commerciales, de l’utilisation de produits chimiques toxiques, d’une utilisation élevée de l’eau, d’équipements agricoles géants qui consomment beaucoup d’essence, et d’un système de transport et de production mondial massif basé sur les combustibles fossiles, ce qui risquerait directement d’augmenter cette contribution aux GES. Sans compter que, comme cela a été démontré lors des premiers confinements liés au coronavirus en 2020, ces systèmes alimentaires mondialisés et industrialisés sont également beaucoup plus vulnérables aux perturbations, ce que le changement climatique accélère déjà. Par conséquent, la façon dont nous produisons nos aliments devrait jouer un rôle important dans la manière dont nous réduisons les émissions de gaz à effet de serre et nous adaptons directement au changement climatique.

Nous avons le choix de ne pas aller plus loin dans la voie qui a déjà détruit la biodiversité, la vie des agriculteurs et les économies rurales et qui menace maintenant de fermer complètement l’avenir en détruisant notre planète. D’autant plus qu’il existe d’autres voies que les agriculteurs du monde entier empruntent depuis près de 10 000 ans et qui ont été continuellement rajeunies grâce à divers systèmes agroécologiques. Un chemin agroécologique qui peut maintenant montrer la voie vers un avenir plus écologique et qui est maintenant emprunté par des communautés alimentaires locales et diverses à travers le monde comme moyen d’introduire un nouveau paradigme de vie en harmonie avec la nature.

L’agroécologie repose sur un large ensemble de principes et comprend diverses manières de cultiver avec la nature et de rajeunir la biodiversité grâce à des semences vivantes, des sols et des communautés alimentaires locales, sans utiliser de produits chimiques. De la graine à la table, une diversité de mouvements est formée par une variété d’acteurs, y compris les petits agriculteurs, les jardiniers, les organisations de la société civile, les citoyens, les décideurs politiques, les chercheurs et les organisations internationales. Les mouvements peuvent également prendre de nombreuses formes, notamment l’agriculture biologique, la permaculture, la biodynamie, l’agriculture régénérative, la vision de l’agriculture naturelle de Matsunuoba Fukukua [63], les chaînes alimentaires locales/zéro kilomètre, les modèles coopératifs de production et de consommation, l’agriculture soutenue par la communauté (ASC), les marchés de producteurs, les biodistricts [64], les jardins communautaires et scolaires, les fermes urbaines, les banques de semences communautaires [65], les mouvements de slow food et la renaissance des aliments traditionnels [66] et oubliés, ainsi que des centaines de milliers de traditions agricoles locales qui ont évolué au cours des millénaires. Toutes ces approches adaptent les méthodes agroécologiques aux contextes locaux, pour répondre aux besoins, aux traditions et aux systèmes de connaissances locaux. Ces traditions et approches accordent toutes la priorité aux personnes et à la terre, et placent la souveraineté alimentaire au centre de leurs économies alimentaires locales circulaires, cycliques, biodiverses, saines et durables. Grâce à ces diverses méthodes, les petits agriculteurs fournissent à leurs communautés locales [67] des aliments sains et nutritifs tout en préservant la santé de l’écosystème.

Les systèmes alimentaires agroécologiques sont un moyen éprouvé de réduire les émissions de CO2 en séquestrant activement les gaz à effet de serre. [68] Cela se fait en réorientant les chaînes d’approvisionnement alimentaire vers des économies alimentaires locales qui éliminent les méthodes à forte intensité de combustibles fossiles et les chaînes d’approvisionnement mondiales, en les remplaçant par le recyclage des ressources, des intrants à faible intensité qui imitent la nutrition de la nature, et des cycles hydrologiques pour soigner le sol et la biodiversité. [69] Cela se fait également en renforçant les sols par l’augmentation de la biodiversité du sol, contribuant à la fois à fixer le dioxyde de carbone dans les sols et à réduire le besoin d’engrais chimiques et de pesticides. Des sols sains contribuent également à soutenir une biodiversité accrue, réduisant ainsi la pression exercée par les parasites et les maladies [70]. Plus précisément, on estime que la conversion généralisée à l’agroécologie et à l’agriculture biologique permettrait d’atténuer 40 % des émissions de gaz à effet de serre de l’agriculture mondiale dans un scénario de mise en œuvre minimale et jusqu’à 65 % dans un scénario de séquestration maximale du carbone. [71]

En plus d’apporter une solution durable au changement climatique, la transition vers des systèmes alimentaires et agricoles agroécologiques permettrait également de garantir les moyens de subsistance de plus de 1,5 milliard de petits exploitants agricoles dans le monde, tout en assurant la souveraineté alimentaire des populations les plus vulnérables. Partout dans le monde, ces communautés alimentaires sont déjà en train de s’engager dans cette voie écologique et démocratique, semant ainsi les graines d’un système alimentaire aux mains des communautés, des femmes, des agriculteurs et des consommateurs, libéré du contrôle des entreprises, des poisons, des miles alimentaires, des plastiques et des brevets. Ils créent de la résilience face à l’aggravation des vulnérabilités écologiques et économiques en récupérant les semences, la nourriture et les connaissances comme des biens communs.

Les solutions agroécologiques au changement climatique sont basées sur une approche systémique qui reconnaît la cause profonde de nos crises, une compréhension profonde du processus du vivant, et par conséquent, incarnent une vision différente de ce que pourrait être la transformation des systèmes alimentaires aux niveaux politique, social et économique. Cette véritable transformation agroécologique est incompatible avec le paradigme de l’agriculture industrielle, car elle nécessite de s’éloigner complètement du système alimentaire industriel hyper-centralisé et contrôlé par les entreprises.

Donc, en réalité, les stratégies de Gates n’ont rien à voir avec la sortie des pauvres de la pauvreté ou la lutte contre le changement climatique. Il n’y a rien d’altruiste, de pudique ou d’« optimiste » chez Gates et sa fondation. Il s’agit plutôt d’une tentative flagrante d’accumulation de pouvoir par l’imposition obstinée d’un paradigme qui a échoué. Le niveau d’influence accumulé par Gates, un milliardaire qui admet activement sa connaissance limitée des problèmes qu’il tente de résoudre, risque d’enlever le pouvoir à la gouvernance démocratique, et aux appels à la justice climatique et écologique en remplaçant les décisions démocratiques par l’application de politiques qui répondent à ses caprices. Tout cela en usurpant l’attention, les fonds et les politiques nécessaires à une transformation agroécologique diversifiée.

En d’autres termes, Bill Gates et ses partenaires commerciaux privés continueront à produire des problèmes exponentiellement pires que ceux qu’ils proposent de « résoudre », tout en travaillant simultanément à concentrer toujours plus de pouvoir dans des mains privées par le biais du dogme de la technologie. Ces technologies décrites sont utilisées comme des méthodes d’imposition directe, sans aucune évaluation démocratique, éthique, sociale ou écologique. Tout en se substituant à des systèmes complexes, divers, auto-organisés, autopoïétiques, créant un nouveau niveau d’illusion qui nous propulse plus rapidement vers l’effondrement.

Au final, deux avenirs distincts de l’alimentation et de l’agriculture se dessinent – l’un mène à la régénération de notre planète, de nos sols, de notre biodiversité, de notre eau, de nos économies rurales et des moyens de subsistance des agriculteurs, de notre santé et de notre démocratie. La seconde voie mène à l’effondrement des écosystèmes de la planète et des systèmes socio-économiques qui soutiennent la société. L’avenir des diverses espèces, l’avenir commun de l’humanité et notre pain quotidien dépendent du chemin que nous prendrons.

Contacts : info@navdanyainternational.org – www.navdanyainternational.org

Auteurs: Ruchi Shroff, Carla Ramos Cortés, Marion Bessol & Recherche: Elisa Catalini

© Navdanya International 2021

Navdanya International

Via Marin Sanudo 27, 00176 Rome

Piazzale Donatello 2, 50132 Florence

Italy

_____________________________

1 Schwab, Tim. 2021. “Bill Gates, Climate Warrior. And Super Emitter.,” February 16, 2021. https://www.thenation.com/article/environment/bill-gates-climate-book/.

22‘Bill Gates Joins Blackstone in Bid to Buy British Private Jet Services Firm’. Rupert Neate, The Guardian, 9 Jan. 2021, http://www.theguardian.com/technology/2021/jan/09/bill-gates-joins-blackstone-in-bid-to-buy-british-private-jet-firm.

3 Gates to a Global Empire, Navdanya international, Oct. 2020. https://navdanyainternational.org/es/publications/gates-to-a-global-empire/.

4 Dentico, Nicoletta. “The Philanthropic Monopoly of Bill and Melinda Gates”, in Gates to a Global Empire, Navdanya international, Oct. 2020. https://navdanyainternational.org/wp-content/uploads/2021/02/1-THE-PHILANTHROPIC-MONOPOLY-OF-BMGF.pdf

5 Community Alliance of Global Justice / AGRA Watch, “Messengers of Gates’ agenda: how the Cornell Alliance Spreads Disinformation and Discredits Agroecology”, in Gates to a Global Empire. Navdanya international, Oct. 2020. https://navdanyainternational.org/wp-content/uploads/2021/02/1-MESSENGERS-OF-GATES%E2%80%99-AGENDA.pdf

6 Dentico, Nicoletta. “The Power of Propaganda and the Language of Persuasion”, in Gates to a Global Empire, Navdanya international, Oct. 2020. https://navdanyainternational.org/wp-content/uploads/2021/02/1-THE-POWER-OF-PROPAGANDA.pdf

7 Schwab, Tim. “Bill Gates, Climate Warrior. And Super Emitter”, Feb. 2021, The Nation, https://www.thenation.com/article/environment/bill-gates-climate-book/

8 ‘The Sugar Daddy of Geoengineering’. ETC Group, 14 Oct. 2020. https://etcgroup.org/content/sugar-daddy-geoengineering.

9 Ibid.

10 Dentico, Nicoletta. “Bill & Melinda Gates: the Dystopia of the Green Revolution in Africa”, in Gates to a Global Empire, Navdanya international, Oct. 2020. https://navdanyainternational.org/wp-content/uploads/2021/02/1-THE-DYSTOPIA-OF-THE-GREEN-REVOLUTION-IN-AFRICA.pdf

11 Wise, Timothy. “Gates Foundation’s Green Revolution Fails Africa’s Farmers”, in Gates to a Global Empire, Navdanya international, Oct. 2020. https://navdanyainternational.org/wp-content/uploads/2021/02/1-FAILS-AFRICA%E2%80%99S-FARMERS.pdf

12 “Gates Ag One and the Recolonisation of Agriculture”, in Gates to a Global Empire, Navdanya international, Oct. 2020. https://navdanyainternational.org/wp-content/uploads/2020/12/GATES-AGONE-Navdanya-layout.pdf

13 Cabaleiro, Fernando. “Gates Ag One in Argentina”, in Gates to a Global Empire, Navdanya international, Oct. 2020. https://navdanyainternational.org/wp-content/uploads/2021/02/1-GATES-AG-ONE-IN-ARGENTINA.pdf

14 Gates, Bill. “Why I Love Fertilizer”, Gates Notes, 14 Nov. 2018. https://www.gatesnotes.com/Development/Why-I-love-fertilizer

15 S. Robert, et al. ‘Fertilizer Use Responsible for Increase in Nitrous Oxide in Atmosphere’. Berkeley News, 30 Nov. 2001. https://news.berkeley.edu/2012/04/02/fertilizer-use-responsible-for-increase-in-nitrous-oxide-in-atmosphere/

16 Bill Gates: GMOs Will End Starvation in Africa. Wall Street Journal on YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=s2jHpyJAHCU

17 Latham, Jonathan. ‘God’s Red Pencil? CRISPR and Myths of Precise Genome Editing’. Independent Science News, 25 Apr. 2016. https://www.independentsciencenews.org/science-media/gods-red-pencil-crispr-and-the-three-myths-of-precise-genome-editing/

18 Herper, Matthew. ‘Bill Gates And 13 Other Investors Pour $120 Million Into Revolutionary Gene-Editing Startup’. Forbes, https://www.forbes.com/sites/matthewherper/2015/08/10/bill-gates-and-13-other-investors-pour-120-million-into-revolutionary-gene-editing-startup/

19 Biovision Foundation for Ecological Development & IPES-Food. Money Flows: What is holding back investment in agroecological research for Africa? Biovision Foundation for Ecological Development & International Panel of Experts on Sustainable Food Systems, 2020. http://www.ipes-food.org/_img/upload/files/Money%20Flows_Full%20report.pdf

20 ‘The Global Commission on Adaptation’. Global Center on Adaptation, https://gca.org/about-us/the-global-commission-on-adaptation/

21 ‘5 Ways Technology Is Helping Farmers to Adapt’. Global Center on Adaptation, 12 Dec. 2020, https://gca.org/5-ways-technology-is-helping-farmers-to-adapt/

22 Loboguerrero Rodriguez, Ana María, et al. Feeding the World in a Changing Climate: An Adaptation Roadmap for Agriculture. Working Paper, The Global Commission on Adaptation, Oct. 2018. cgspace.cgiar.org, https://cgspace.cgiar.org/handle/10568/97662.

23 ‘DSM Names Feike Sijbesma Honorary Chairman’, DSM, 20 Jan. 2020. https://www.dsm.com/corporate/news/news-archive/2020/03-20-dsm-names-feike-sijbesma-honorary-chairman.html

25 Motif Foodworks, http://madewithmotif.com/

27 About, Motif Foodworks, https://madewithmotif.com/about/

30 Lane, Jim. ‘Pivot Bio Raises $100M as It Proves out Why It’s Agtech’s Next Billion-Dollar Baby’, Biofuels Digest. May 6, 2020. https://www.biofuelsdigest.com/bdigest/2020/05/06/pivot-bio-raises-100m-as-it-proves-out-why-its-agtechs-next-billion-dollar-baby/

31 Policy Solutions, Breakthrough Energy. https://www.breakthroughenergy.org/us-policy-overview

32 Temple, James. ‘Bill Gates: Rich Nations Should Shift Entirely to Synthetic Beef’. MIT Technology Review, Feb. 14, 2021. https://www.technologyreview.com/2021/02/14/1018296/bill-gates-climate-change-beef-trees-microsoft/

33 Saigol, Lina and Keown, Callum. ‘Is Cell-Based Meat the Next Big Thing? Here Are 5 Companies Leading the Revolution’. MarketWatch, Oct. 8, 2020. https://www.marketwatch.com/story/is-cell-based-meat-the-next-big-thing-here-are-5-companies-leading-the-revolution-2020-10-06

34 Sustainability, Impossible Foods, https://impossiblefoods.com/sustainable-food

35 Santo, Raychel E., et al. ‘Considering Plant-Based Meat Substitutes and Cell-Based Meats: A Public Health and Food Systems Perspective’. Frontiers in Sustainable Food Systems, vol. 4, Aug. 2020, p. 134. https://doi.org/10.3389/fsufs.2020.00134

36 Muraille, Eric. ‘“Cultured” Meat Could Create More Problems than It Solves’. The Conversation, Nov. 28, 2019. http://theconversation.com/cultured-meat-could-create-more-problems-than-it-solves-127702

37 Thomas, Pat. ‘6 Reasons Impossible Burger’s CEO Is Wrong About GMO Soy’. Common Dreams, May 21, 2019. https://www.commondreams.org/views/2019/05/21/6-reasons-impossible-burgers-ceo-wrong-about-gmo-soy

38 Honeycutt, Zen. ‘GMO Impossible Burger Positive for Carcinogenic Glyphosate’. Moms Across America, May 16, 2019. https://www.momsacrossamerica.com/gmo_impossible_burger_positive_for_carcinogenic_glyphosate

39 ‘Beyond Meat May Be Bad For The Environment’, Seeking Alpha, Jun. 22, 2020. https://seekingalpha.com/article/4355008-beyond-meat-may-be-bad-for-environment

41 ‘Our Global Food System Is the Primary Driver of Biodiversity Loss’. UN Environment, Mar. 2, 2021, http://www.unep.org/news-and-stories/press-release/our-global-food-system-primary-driver-biodiversity-loss

42 ‘Advantages and Disadvantages of Monoculture Farming’. Conserve Energy Future, Mar. 1, 2020, https://www.conserve-energy-future.com/advantages-disadvantages-examples-monoculture.php.

43 ‘Beyond Meat May Be Bad For The Environment’, Seeking Alpha, Jun. 22, 2020. https://seekingalpha.com/article/4355008-beyond-meat-may-be-bad-for-environment

44 Lawrence, Mark A., and Phillip I. Baker. ‘Ultra-Processed Food and Adverse Health Outcomes’. BMJ (Clinical Research Ed.), vol. 365, May 2019, p. l2289. PubMed. https://doi.org/10.1136/bmj.l2289

45 ‘Lawsuit Challenging FDA Approval of Novel Genetically Engineered Color Additive That Makes Impossible Burger’. Center for Food Safety, Jan. 29, 2021. https://www.centerforfoodsafety.org/press-releases/6256/lawsuit-challenging-fda-approval-of-novel-genetically-engineered-color-additive-that-makes-impossible-burger-bleed-moves-forward

46 ‘Rat Feeding Study Suggests the Impossible Burger May Not Be Safe to Eat’. GMO Science, June 25, 2019. https://www.gmoscience.org/rat-feeding-studies-suggest-the-impossible-burger-may-not-be-safe-to-eat/

47 Keough, Sara. ‘Artificial Animals – Part 2: The Hidden Dangers of Processed Plant Proteins’. Understanding Ag, Jan. 13, 2021, https://understandingag.com/artificial-animals-part-2-the-hidden-dangers-of-processed-plant-proteins/

48 Kleeman, Jenny. ‘“I Want to Give My Child the Best”: The Race to Grow Human Breast Milk in a Lab’. The Guardian, Nov. 14, 2020, http://www.theguardian.com/lifeandstyle/2020/nov/14/i-want-to-give-my-child-the-best-the-race-to-grow-human-breast-milk-in-a-lab.

49 Van Vliet, Stephan, et al. ‘Plant-Based Meats, Human Health, and Climate Change’. Frontiers in Sustainable Food Systems, vol. 4, Oct. 2020, p. 128. https://doi.org/10.3389/fsufs.2020.00128

50 Lucas, Amelia. ‘Are Beyond Meat’s Plant-Based Burgers Healthier than Red Meat? Dietitians Say No.’ CNBC, July 4, 2019. https://www.cnbc.com/2019/07/03/are-beyond-meats-burgers-healthier-than-red-meat-dietitians-say-no.html

52 Itzkan, Seth. “Software to Swallow. Impossible Foods Should Be Called Impossible Patents”, in Gates to a Global Empire, Navdanya international, Oct. 2020. https://navdanyainternational.org/wp-content/uploads/2020/10/SOFTWARE-TO-SWALLOW.pdf

53 Bellon, Tina. ‘Bayer Sees Potential Future Business in Plant-Based Meat Market’. Reuters, Aug. 1, 2019. https://www.reuters.com/article/us-bayer-agriculture-food-idUSKCN1UR5SF.

54 Purdy, Chase. ‘Functional Foods Are Boring. Someone Tell Silicon Valley.’ Quartz, Sept. 1, 2018. https://qz.com/quartzy/1375904/functional-foods-are-boring-someone-tell-silicon-valley/

55 Roulac, John W. ‘Making America’s Rivers Blue Again: Connecting the Dots Between Regenerative Agriculture and Healthy Waterways’. Common Dreams, Feb. 17, 2021. https://www.commondreams.org/views/2021/02/17/making-americas-rivers-blue-again-connecting-dots-between-regenerative-agriculture

56 Reeder, J. D., and G. E. Schuman. ‘Influence of Livestock Grazing on C Sequestration in Semi-Arid Mixed-Grass and Short-Grass Rangelands’. Environmental Pollution, vol. 116, no. 3, Mar. 2002, pp. 457–63. https://doi.org/10.1016/S0269-7491(01)00223-8

57 Teague, W. R., et al. ‘The Role of Ruminants in Reducing Agriculture’s Carbon Footprint in North America’. Journal of Soil and Water Conservation, vol. 71, no. 2, Mar. 2016, pp. 156–64. https://doi.org/10.2489/jswc.71.2.156

58 ‘Comparative Environmental LCA of the Impossible Burger with Conventional Ground Beef Burger’, Quantis, Feb. 2019. https://assets.ctfassets.net/hhv516v5f7sj/4exF7Ex74UoYku640WSF3t/cc213b148ee80fa2d8062e430012ec56/Impossible_foods_comparative_LCA.pdf

59 ‘Carbon Footprint Evaluation of Regenerative Grazing at White Oak Pastures’, Quantis, Feb. 2019. https://blog.whiteoakpastures.com/hubfs/WOP-LCA-Quantis-2019.pdf

60 Khoury, C. K., et al. ‘Increasing Homogeneity in Global Food Supplies and the Implications for Food Security’. Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 111, no. 11, Mar. 2014, pp. 4001–06. https://doi.org/10.1073/pnas.1313490111

61 ‘Beyond Meat Announces Strategic Global Agreement with McDonald’s’. GlobeNewswire NewsRoom, Feb. 25, 2021. https://www.globenewswire.com/news-release/2021/02/25/2182964/0/en/Beyond-Meat-Announces-Strategic-Global-Agreement-with-McDonald-s.html

62 “Food and Climate Change: The Forgotten Link.” Grain, September 28, 2011. https://www.grain.org/e/4357

63 Masanobu Fukuoka Natural Farm Official Site, https://f-masanobu.jp/en/

64 Eco-Region’s Portal. https://www.ecoregion.info/

66 ‘Looking beyond the Spread on Our Tables, India Together’, India Together, Mar. 13, 2014. http://indiatogether.org/articles/tribal-food-fest-underlines-food-diversity-agriculture

67 First Draft of the Policy Recommendation on “Agroecological and other innovative approaches”, CSM’s Preliminary Response, http://www.csm4cfs.org/wp-content/uploads/2017/12/CSMComments_FirstDraft_CFSPolicyRecs_Final.pdf

68 “Regenerative Organic Agriculture and Climate ChangeA Down-to-Earth Solution to Global Warming.” 2020. Rodale Institute. https://rodaleinstitute.org/wp-content/uploads/rodale-white-paper.pdf.

69 Altieri, Miguel A., and Clara I. Nicholls. 2020. “Agroecology and the Reconstruction of a Post-COVID-19 Agriculture.” The Journal of Peasant Studies 47 (5): 881–98. https://doi.org/10.1080/03066150.2020.1782891.

70 Altieri, Miguel, and Clara Nicholls. 2004. Biodiversity and Pest Management in Agroecosystems. 2nd Edition. New York: CRC Press.

71 (Skinner, C., Gattinger, A., Krauss, M. et al. The impact of long-term organic farming on soil-derived greenhouse gas emissions. Sci Rep 9, 1702 (2019). https://doi.org/10.1038/s41598-018-38207-w).

Défiler vers le haut