Alexandre Armel : Rendez-vous planétaires

Doublement hérétique. Pour avoir voulu démonter l’astrologie et l’avoir, malgré lui, démontrée. Pour avoir, ce faisant, renvoyé dos à dos le scientisme et l’horoscopisme. Telle est, entre chien et loup, la position de Michel Gauquelin. Astro-psychologue ? Astro-statisticien, astro-logicien ? Tout à la fois, puisque sa recherche aura vérifié par une improbable approche quantitative le flou d’une intui­tion millénaire. Et lui aura donné statut épistémologique. Au sens le plus exigeant de la logique des sciences : « falsifiable », donc véri­fiable, l’astrologie apparaît a minima comme « un ensemble d »‘absur­dités » susceptibles d’être scientifiquement étudiées ».

Joël André : Astrospective

La conjugaison des cycles planétaires et des devenirs terrestres s’est-elle imposée à la manière d’une programmation cosmique ? Ou suffit-il d’y voir une astro-programmation de l’homme par l’homme ? Il est probable que sur le fond d’une résonance cosmique initiale, l’homme primordial a prélevé, parmi toutes les configurations astra­les possibles, celles qui évoquaient le plus sa structure interne. Pro­jection et auto-envoûtement auxquels l’espèce actuelle continue de répondre. Les stratégies originelles marquent pour des millénaires…

Josette Brydelnevo : Les planètes de la violence

L’astrologie est un moyen, parmi d’autres, de déterminer le potentiel de violence qui existe chez chaque homme. Il convient tout d’abord de rappeler brièvement ses principes de base. Elle étudie les rapports qui existent entre les « symboles d’en haut », les planètes, et les « symboles d’en bas », les hommes ; les unes étant le reflet des autres. Son langage est symbolique et utilise des termes de correspondance et d’analogie. Le thème natal est le cliché exact de la position des astres dans le ciel au moment du premier « inspir ». Leur emplacement dans tel signe zodiacal, telle maison, leurs aspects (ou rapports angulaires entre planètes) indiqueront les possibilités dont dis­pose l’individu et qu’il sera amené à développer et à concrétiser sa vie durant. Ce cliché n’est pas statique. Les astres, continuant leur course dans le ciel, dynamiseront à chacun de leur passage (ou transit) tel point clef du thème, libérant ainsi l’énergie contenue en germe à la naissance.

Michel Bulteau : Le tarot alchimique

Comment à partir d’un jeu de cartes peut-on arriver à l’âme philosophale ? Certainement parce que l’avenir et le symbolisme du Grand Œuvre se retrouvent sur la même pierre, comme dans la parole du Zohar : « Aux temps futurs, chacun pourra voir l’âme de l’Écri­ture. » Chacun revêtira ici la pèlerine du Mage, s’appuiera sur son bâton et tiendra sa lanterne. Ainsi passera-t-on de la terre noire à la lumière solaire. Le Tarot, en effet, véhicule quelques secrets de l’Art chymique.

Daniel Giraud : Ramana Maharshi et Arunachala

Son enseignement proche de l’advaïta-védanta de Shankara était donc basé sur la Réalisation de la Non-Dua­lité. En gommant son « moi » (représenté par l’AS) il a réalisé le « Je », le Soi, symbolisé par le centre de toute carte du ciel, le centre symbolique du monde, aussi bien extérieur (sur terre) qu’intérieur (l’être). Tous les astres réintégrant ce centre il n’y a donc plus de « thème » pour le Délivré.

Daniel Giraud : La roue du Tarot

Le Tarot est support de voyance. Il est aussi support de voyage pour l’Homme intérieur. Aspect de la Voie où la réfraction du Principe UNiversel en un rayon céleste dans le cosmos fait que tout homme porte sa destinée en lui, en un état de conscience universelle… seul l’amor fati, l’acceptation de sa propre destinée, ouvre sur la Réalisation de Soi.

A.-D. Grad : Sons et lumières du Tarot... Le livre des XXII cartes hermétiques et la Kabbalâh

Chaque feuillet « dévoile un arcane spagyrique et montre clairement une des vingt-deux opérations ou portes de la vraie pratique expliquée en signes intelligibles à tous les disciples sincères qui cherchent la « Lumière d’Augmentation ». Chaque arcane numéroté porte le titre de l’opération correspondante, résumée et symboliquement illustrée.

Jean Carteret : Les mystères du Tarot

Le Tarot est la translation d’une rotation tandis que l’Astrologie est la rotation d’une translation, la marche des astres. Disons que l’Astrologie est la carte du voyage tandis que le Tarot en décompose les étapes nécessaires comme sont nécessaires les étapes de l’alphabet pour l’apprentissage du verbe et la construction syntaxique de la phrase.

Solange De Mailly-Nesle : Concordances de l'astrologie et des théories de Stéphane Lupasco

A partir de ces exemples concrets, mais il y en a beaucoup d’autres, nous avons essayé d’aller plus loin, afin de voir quels ponts on pouvait jeter entre la logique de Lupasco et celle de l’Astrologie. Tout d’abord, prenons les signes : on remarque tout de suite que les éléments et les qualités qui les composent, s’ils sont pris deux à deux, tels qu’ils s’opposent dans le Zodiaque, sont à la fois antagonistes et semblables.

Jacques Vanaise : L'anthropocosmologie : modèle de connaissance (de soi) à l'usage du 3e millénaire

Désormais, l’univers n’est plus constitué de choses imbriquées les unes dans les autres, en un tissu cohérent où l’espace fait figure d’architecte. L’univers est désormais un champ de relations et d’incidences ; un champ où les choses et les êtres se définissent en tant que TERRITOIRES où interagissent les différentes parties qui les constituent.