Comment organiser des recherches sur des savoirs empiriques par Gérard Blanc

Ce qu’il faut retenir de ces exemples pour l’étude des médecines dites parallèles, c’est un certain nombre de points communs à la plupart des connaissances traditionnelles. Il faut arriver à démêler et à distinguer ce qui dans celles-ci est le fruit d’observations et de tâtonnements effectués pendant des siècles ou des millénaires. Bon nombre de ces connaissances se sont amassées de la même façon que l’expertise des laboratoires pharmaceutiques d’aujourd’hui, en essayant au hasard des substances « pour voir ce que ça donne ».

Le monde comme réseau de relations entretien avec Fritjof Capra

Il n’y a pas de haut et de bas, il n’y a pas de concept plus fondamental que les autres… Le monde est perçu comme un réseau où toutes les parties dépendent des autres parties et aucune n’est plus fondamentale que l’autre. Cette vision nous fait très peur parce qu’elle est très différente de notre tradition scientifique, intellectuelle, philosophique. Mais c’est la vision dominante dans des traditions telles que le Bouddhisme ou le Taoïsme ; beaucoup de traditions mystiques de l’Orient l’ont. C’est ce changement du bâtiment au réseau qui est en train de se produire maintenant.

Mort et renaissance, entretien avec Stanislas Grof

[…] la possibilité de revivre sa naissance m’était complètement étrangère. Je savais bien que Freud lui-même avait envisagé à un certain moment que l’angoisse puisse remonter à la naissance mais il n’avait pas développé cette idée. Quand son disciple Otto Rank en arriva à la conclusion que la naissance était très importante et qu’il créa une toute nouvelle psychologie à partir de là, il fut excommunié du mouvement psychanalyste. J’étais aussi « programmé » par l’école médicale. Quand vous étudiez la neurophysiologie, on vous dit qu’il n’est en aucun cas possible de se souvenir de sa naissance sous prétexte que le cortex cérébral n’est pas assez mûr. Je n’étais donc pas du tout préparé pour cette expérience de naissance…

La naissance de l’arc-en-ciel par Jean-Pierre-Fabien Vaxelaire

Pourquoi la naissance de l’Arc-en-ciel ? Ce phénomène naturel, qui a toujours eu pour les hommes de tous âges un parfum de magie et de surnaturel, qui a toujours été un signe positif annonçant d’heureux événements, est le symbole du mieux-être, de la vie et de la joie de vivre pleinement, en total accord avec le plus profond de soi-même. On sait aussi que les sept couleurs de l’arc-en-ciel vibrent en parfait accord avec les 7 chakras principaux. De plus, ces 7 couleurs réunies donnent naissance au blanc, avec tous les parallèles symboliques qu’engendre cette couleur : pureté, vie, richesse, élimination de tout le négatif, régénérescence, etc…

Bio-énergie douce : Une préparation à la naissance par Eva Reich

Ma première découverte fut celle de l’étonnante facilité du travail psychothérapeutique avec la femme enceinte. Elle est très ouverte, le bébé lui chauffe l’utérus, ce qui augmente son niveau d’énergie et la rend malléable. Ses barrières se relâchent, elle pleure plus facilement, elle se retient beaucoup moins, ne cherche pas à afficher son masque de sérénité habituel. Physiquement ses articulations, ses tissus se relâchent également. C’est une période très délicate de la vie, les problèmes remontent facilement à la surface. L’affaiblissement des tensions et de la rigidité font que le travail psychothérapeutique peut améliorer considérablement son état en peu de temps…

Entrée dans une autre dimension, entretien avec Frédérick Leboyer

La naissance est un changement de niveau. C’est pourquoi il faut cesser de la voir comme un problème médical, biologique, physiologique. Il ne faut pas la regarder avec les yeux des médecins, ni avec nos yeux d’êtres humains. C’est un autre langage, une autre dimension, comme la mort. La naissance est une intersection de la durée, une entrée dans le temps quotidien, ordinaire.

Les paradoxes de la complexité entretien avec Edgar Morin

Je suis parti de la théorie des systèmes et de la cybernétique en pensant que c’était nécessaire mais pas suffisant pour la théorie de l’organisation que je veux faire. Mais elle-même est nécessaire, comme théorie générale, mais insuffisante pour examiner une organisation spécifique comme le vivant. Il faut faire une théorie de l’auto-organisation. J’essaie de montrer à la fois l’unité et la diversité. Ensuite, certains phénomènes sont à la fois complémentaires et antagonistes.

Sagesse de l’eau par Gérard Blanc

Tout ce qui existe sur Terre est une manifestation du flux et de l’organisation de l’énergie. Le système fermé de la thermodynamique classique — qui n’échange ni énergie ni matière ni information avec son environnement — totalement coupé du monde extérieur, est une abstraction des physiciens. Tout système sur terre est au contraire un système ouvert en relation permanente avec son environnement qui le modifie en permanence et qu’il modifie en retour.

Francisco Varela : Au commencement fut la distinction…

L’illusion technocratique, c’est l’espoir qu’on pourrait petit à petit éliminer tous les points aveugles de notre connaissance. Au contraire, je pense qu’il y en aura toujours. Ils n’expriment pas une limitation de la connaissance, mais son mécanisme le plus fondamental, de la même manière qu’il y aura toujours des points aveugles dans notre vision. Un changement d’attitude ou de paradigme nous fait faire l’expérience de la nouveauté : un point aveugle devient visible.