Marjorie Spock : L’art de la conversation goethéenne

I Selon Goethe, converser est l’art des arts. Dans son œuvre, l’endroit même où ce sujet est mentionné nous permet d’entrevoir l’estime singulière qu’il y porte. Cet endroit apparaît dans une scène-clef de son conte « Le Serpent Vert et la Belle Lilli ». Cette scène se passe dans un temple souterrain des mystères à l’aube d’un […]

Gary Lachman : Rudolf Steiner : Habitant au seuil de la porte

(Publié en 2005) Traduction libre Le personnage le plus énigmatique issu de la « renaissance occulte » du début du XXe siècle et qui a également connu le plus grand succès, était le « scientifique spirituel » autrichien Rudolf Steiner (1861-1925). Bien que nombre de ses contemporains aient été extérieurement plus excentriques – pensez à Madame Blavatsky, Gurdjieff ou […]

Jacqueline Bousquet : Le monde fantastique de nos cellules

(Revue 3e Millénaire. Ancienne série. No 15 Juillet-Août 1984) Que sont donc ces champs qui créent la matière ? La relativité en biologie conduit du matériel à l’immatériel Tout est issu de la lumière Jacqueline Bousquet (décédée en 2013), docteur ès-science, chercheur au C.N.R.S., tient ici, à rendre hommage au Professeur Émile Pinel dont les […]

Joël Acremant : L'alimentation dynamique selon Rudolf Steiner

(Revue Le chant de la licorne. No 14. 1986) Joël Acremant Né en 1948, Études d’artisanat d’art (orfèvrerie, dinanderie, bijouterie) en Belgique. Après quelques expériences professionnelles, il change d’orientation pour s’intéresser à la médecine naturelle, l’alimentation saine et la recherche spirituelle. Il tient alors un restaurant d’alimentation saine pendant sept ans (en Belgique) et sera […]

Maud Cousin : La science de l’occulte de Steiner 2

D’après Steiner, les évolutions s’étendent sur des millénaires. Il semblerait qu’il y ait des cycles comprenant plusieurs septénaires avec chaque fois des concrétisations et des spiritualisations. C’est un peu comme le jour et la nuit, une partie active et une partie de sommeil. Il y a enrichissement pendant la période de sommeil qui se manifeste par une évolution plus grande à chaque concentration. Tout est cycle. Je ne sais s’il y a un commencement et une fin, c’est tellement long dans le temps. A notre petite échelle, c’est bien difficile à imaginer.

Maud Cousin : La science de l’occulte de Steiner 1

La nature corporelle de l’homme se compose du corps physique, du corps éthérique et du corps astral. Sa nature psychique comprend l’âme de sensibilité, l’âme d’entendement ou de raison et l’âme conscience. Sa nature spirituelle est constituée par le Moi spirituel, l’Esprit de Vie et l’Homme-Esprit. L’âme de sensibilité et le corps astral forment un tout, de même que l’âme de conscience et le Moi spirituel. Car c’est dans l’âme de conscience que s’illumine l’esprit et c’est de là qu’il rayonne sur les autres éléments de la nature humaine. Le Moi peut-être appelé âme d’entendement, parce que celle-ci participe à la nature du Moi, elle est le Moi qui n’a pas encore conscience de sa nature spirituelle. On arrive ainsi à distinguer chez l’être humain les sept éléments suivants : corps physique, corps éthérique, corps astral, Moi, Moi spirituel, Esprit de Vie, Homme-Esprit.

Maud Cousin : Le corps et l’eau

Or on peut dire que l’élément de base de la vie, c’est l’eau. Aucune vie — en tant que vie active — n’est pratiquement possible sans eau, c’est une substance absolument vitale : tous nos échanges se font dans un milieu aqueux, que ce soit dans nos cellules, entre elles, dans notre sang, la lymphe, nos absorptions. Sans eau, on ne peut vivre que quelques jours. L’eau entre pour 67 % dans le poids de notre corps. La salive, les sucs digestifs, l’urine, sont composés d’eau à 99 %.

Maud Cousin : Le corps et l’air

Il importe de descendre dans la matière, de faire l’expérience de la matière. Puis ensuite il faut revivre dans l’autre sens : c’est la régénération de tous les corps. Ce n’est pas l’attraction qui est la règle, mais la répulsion, tout est tenu en équilibre parce que tout se repousse. Si, au contraire tout s’attirait, tout se mêlerait en une seule chose. C’est comme le besoin d’absorber et de rejeter l’oxygène dans la respiration et l’expiration. La vie serait impensable sur une terre où les corps se trouveraient attirés par la terre au lieu d’être repoussés par le ciel et ainsi maintenus et intégrés par lui avec tous leurs constituants.

Maud Cousin : Le corps et la chaleur

Si la production de la chaleur est la plus importante, la régulation est ce qu’il y a de plus personnel. C’est là qu’on est le plus conscient de soi. Les hommes ordinaires ne peuvent agir que sur la respiration et encore…, selon des indications et avec précaution. D’autres individus ont acquis une telle maîtrise qu’ils sont capables d’agir sur les battements de leur cœur. On dit que le rythme de base est d’une respiration pour quatre battements cardiaques: cet équilibre va de pair avec le rythme, or tout est rythme.