La vie est un combat entretien avec Maître Deshimaru

Le maître Zen Taisen Deshimaru enseigna quinze ans durant en Europe les principes et la pratique du Zen. Dans cet entretien fait à la suite d’une session, à Zinal en Suisse, consacrée aux rapports du Zen et des arts martiaux japonais, il dévoile les techniques et l’esprit de l’acte juste, cet état d’éveil, de concentration […]

L’esprit des arts martiaux par Michel Random

Il existe mille manières d’aborder le Japon, ce pays inépuisable où toutes les apparences sont trompeuses, diverses et changeantes. Si nous tentons de définir quelles sont ses propriétés stables, force est d’opérer sur nous-mêmes une considérable révolution qui remet en cause tout ce que nous croyons savoir, nos modes de culture, de pensée, et notre […]

L’archer, le judoka, marionnettes, sabres et l’ours apprivoisé

Les extraits suivants présentent des points intéressants non seulement dans leurs rapports entre eux, mais encore dans ceux qu’ils ont avec un « classique » de la littérature allemande du début du XIXe siècle, Le Théâtre de Marionnettes de Kleist, qui est le quatrième des exemples que j’ai ici arbitrairement rapprochés pour illustrer certains aspects […]

Un art martial qui est aussi un art de vie : L’Aïkido par Tamura

Nobuyoshi Tamura est né le 2 mars 1933 à Osaka Il débute la pratique du Judo et surtout du Kendo au collège, sous la direction d’un ami de son père, lui même enseignant de cet art. Particulièrement attiré par le Zen durant sa jeunesse, il devient adepte de la macrobiotique fondé par Georges OHSAWA. Après […]

La voie du guerrier entretien avec Pascal Krieger et Malcolm Tiki Shewan par Daniel Bessaignet

D’ailleurs, à l’origine, les arts martiaux étaient pratiqués par des guerriers professionnels. Leur travail était de combattre. Ainsi leur vie était confrontée aux peurs et aux anxiétés issues de leur contact constant avec la mort. Ils ont donc vite compris que ce n’est pas la technique qui leur permettrait d’affronter la mort avec le plus d’efficacité, mais qu’il fallait pénétrer et comprendre, de façon spirituelle, l’essence même de la vie et de la mort.
Le travail qu’ils accomplissaient sur eux-mêmes leur permettait d’aborder une situation mortelle comme on s’assoit derrière son bureau pour écrire…

Kyudo: La voie de l’arc, entretien avec Jacques Normand

Héritiers de l’art millénaire des archers chinois, les Japonais l’ont transmuté en une profonde Voie de développement spirituel : le Kyudo, la Voie de l’arc. Fortement marqué de l’empreinte des enseignements Zen et Shinto, le Kyudo demeure actuellement l’Art traditionnel le moins dévoyé, le plus proche de l’esprit du Budo, la Voie du samouraï.

Les contes de la sagesse merveilleuse par Michel Random

Quand chez un grand maître l’unité est réalisée, alors c’est le Vide lui-même qui agit. Le moi est effacé, mais la force de l’univers, la force cosmique dans son mouvement éternel, qui n’est d’aucun temps et qui n’a aucunes limites, cette force que rien ne peut ni concevoir ni nommer agit souverainement. Tel est l’ultime secret de tous les secrets.

Spiritualité des arts martiaux entretien avec Michel Random par Jean Varenne

la pratique des arts martiaux a mis l’accent sur l’unité du corps et de l’esprit, et, de surcroît, sur une unité corps-esprit-univers. C’est là une connaissance que nous avons perdue depuis le XIIIe siècle. Le fameux dualisme occidental nous a détruits de l’intérieur et de l’extérieur, et les conséquences de cette destruction ne sont rien moins que la mort de l’Occident.

Le kalarippayat art noble venu de l’inde par Miléna Salvini

Toujours d’après les experts, le Karatédo, Judo et autres « arts » japonais auraient pour origine le grand art du Kalarippayat. Celui-ci aurait été introduit par les moines bouddhistes dans les autres parties de l’Asie où il aurait, par la suite, évolué vers les techniques que nous connaissons.

Aïkido voie de l’harmonie et de l’énergie par Christian Tissier

Aïkido, terme généralement traduit par « Voie de l’Harmonie » se compose en japonais de trois idéogrammes. Si le premier, aï, qui signifie union ou bien rencontre, a un contenu sémantique relativement pauvre, il n’en va pas de même pour les deux autres dont l’un « ki » est intraduisible, et l’autre « dô », est le mot clé de toute la philosophie extrême-orientale.