Marguerite Bangerter : La Joie, indice de perfection

La perfection a, il faut le reconnaître, mauvaise réputation, Il serait curieux de rechercher comment sont nés, à travers les âges, les facteurs qui l’ont peu à peu enrobée de tellement d’ennui et d’austérité qu’il faut, avouons-le, une réserve de courage peu commune pour se soucier de la poursuivre. Si on nous proposait d’en modeler symboliquement les traits, nous la ferions parfaitement belle assurément, sereine et paisible, mais l’idée ne nous viendrait pas d’illuminer son visage et ses gestes d’une joie radieuse, qui est pourtant son plus authentique attribut.

Marguerite Bangerter : Ce que Teilhard apporte aux incroyants

J’entends constamment opposer « croyants » et « incroyants ». Qu’est-ce que cette « croyance qui diviserait le monde en deux catégories opposées »? Il y a dans l’habitude qu’on a prise de faire usage de ces termes quelque chose qui me choque et me fait à chaque fois sursauter. Faut-il pour entrer dans la catégorie des « croyants » avoir simplement la perception du divin ou faut-il de surcroît adhérer au symbole des apôtres ? Ce que l’occidental chrétien appelle un incroyant est-il simplement celui qui rejette en tout ou en partie ce que « notre mère la sainte Eglise nous propose de croire » ?

Marguerite Bangerter : Nécessité d'un homme nouveau

Dans un monde en évolution apparaissent de nouvelles valeurs. Motivent-elles un nouvel humanisme ? Le déroulement du quotidien nous masque facilement cette brusque métamorphose, mais il est évident que l’éclatement de la première bombe atomique a marqué avec fracas l’ouverture d’une ère nouvelle pour l’humain. « Ere Nouvelle » est pourtant beaucoup dire, car c’est à nous qu’il appartient d’en décider. En effet, l’énergie dégagée par la fission nucléaire est sans commune mesure avec celle dont nous disposions auparavant.

Marguerite Bangerter : Nous sommes les artisans de l'avenir

Le chaos politique, économique et social qui livre le monde actuel à la violence, à la revendication, à la lutte sans merci pour le pouvoir et le profit, a de quoi amplement motiver l’angoisse née de l’insécurité qui concerne chacun. Dans les conditions actuelles, l’avenir me semble déboucher en effet que sur des lendemains incertains et menaçants. L’évidence nous démontre que les institutions, à quelque rang qu’elles se situent, sont impropres à procurer aux individus le bonheur et la paix auxquels ils aspirent et qui constituent leur véritable destin.

Marguerite Bangerter : Sur la sérénité

Être serein devient certes plus facile dans la deuxième moitié de l’âge pour de multiples raisons : Les grandes inquiétudes qui troublent, à juste titre, la jeunesse ont, en partie du moins, trouvé des solutions, les choix sont faits, les options prises. Tant s’en faut pourtant que cela nous mène à la sérénité. Il me semble qu’une des conditions nécessaires pour y arriver est de maintenir un contact et un parallélisme étroits entre la pensée et l’action.

Marguerite Bangerter : La vie attentive

Ce que je me propose de vous dire est extrêmement simple, car la vie attentive se rapporte à la vie quotidienne, la vie simple et ordinaire qui est l’étoffe de nos jours d’un bout à l’autre de l’année. Etre heureux est le but de tout être humain. L’aspiration au bonheur est instinctive, unanime, générale. C’est elle qui imprime la direction à notre devenir, fil d’Ariane qui nous mène à la fois aux sources et à l’océan à tel titre que nous pouvons en déduire que le bonheur est l’attribut de notre essence profonde vers l’épanouissement de laquelle nous pousse le flux de la vie.

Marguerite Bangerter : Spiritualité et spontanéité

La spiritualité réside en une ductilité, une plasticité de plus en plus grande, une adhérence de plus en plus totale aux mouvements de la Vie. Chacune de nos journées doit s’égrener au rythme de la Vie elle-même avec le seul souci de meubler le présent d’un maximum de perfection. Ce mode de vie interdit toute préfiguration.

Marguerite Bangerter : Spiritualité et Amour

Trop souvent dans la vie courante on rend « détachement » synonyme d’« indifférence » et c’est ce qui vous fait croire à la sécheresse de cœur quand on parle d’abolir les points privilégiés ; mais ne faut-il pas, croyez-vous, un cœur mille fois plus généreux, plus noble, plus large, plus magnanime pour aimer de façon absolument désintéressée, sans exiger quoi que ce soit en retour ?