Le soleil est-il conscient ? par Rupert Sheldrake

Traduction libre Résumé : Le récent tournant panpsychiste en philosophie ouvre la possibilité que les systèmes auto-organisés à tous les niveaux de complexité, y compris les étoiles et les galaxies, puissent avoir une expérience, un savoir ou une conscience. La philosophie organiste ou holistique de la nature va dans le même sens. Au fait, les […]

La pensée oppositionnelle par Gary Lachman

Traduction libre 9 Février 2012 Depuis des millénaires, il est connu que le cerveau humain est divisé en deux hémisphères, le gauche et le droit, mais on n’a jamais su exactement pourquoi. L’utilité de cette division semblait autrefois si obscure que l’idée qu’un hémisphère pouvait être une « pièce de rechange », au cas où quelque chose […]

Cerveau et comportement par Pierre Karli

La conception que nous avons des relations réciproques du fonctionnement cérébral et du comportement, du dialogue de l’être vivant avec son environnement, conditionnent largement notre vision de l’homme, de sa nature, de son devenir, de sa relation au monde. Cerveau, ordinateur, intelligence artificielle Notre cerveau, siège d’un ensemble complexe de représentations et d’opérations logiques, traite […]

Dr Bernardo Kastrup – Ce que la personnalité dédoublée nous apprend sur la conscience par Alex Tsakiris

Traduction et adaptation libres Bernardo Kastrup, auteur de nombreux ouvrages sur la pensée scientifique moderne, sur les limites du matérialisme, le développement d’un idéalisme métaphysique et le sens de la vie etc. Dans cet entretien, publié sur le site Skeptico, il s’ouvre à propos de la conscience étendue, de l’identité dissociative, des anges et des […]

L’expérience mystique et l’évolution de la conscience : Une gnose du XXIe siècle par Gary Lachman

Traduction libre Comme mon titre le suggère, je veux parler de trois idées centrales : l’expérience mystique, l’évolution de la conscience et la gnose. Il en existe différentes interprétations, il est donc peut-être bon de commencer par dire comment j’ai l’intention de les comprendre. L’expérience mystique est pour moi une perception plus large, plus immense […]

L’ambigüité humaine entretien avec le professeur Maurice Auroux

L’animal est agressif pour survivre. Tandis que dans notre agressivité… toutes les structures cérébrales sont représentées. Il n’y a pas une structure cérébrale qui ne soit en relation avec les autres. Alors notre agressivité va passer par notre néocortex et c’est paradoxal puisque notre néocortex est le siège de la raison, de la réflexion, de l’imagination, bref, de ce qui nous caractérise. Notre agressivité n’est pas celle de l’animal vis-à-vis d’une proie qui s’échappe et qu’il poursuit parce qu’il a faim : nous, nous sommes capables d’agresser parce que notre imagination, l’idée que nous avons de nous-même peut nous entraîner, via l’affirmation de soi, à devenir violent.

L’émotion dans le cerveau par Howard Brabyn

On a pu constater que le cerveau était capable de détecter les caractéristiques structurelles des sons et que ces dernières déterminaient la dominance de l’hémisphère droit ou de l’hémisphère gauche. Ainsi les sons vocaliques humains, les sanglots, le rire, la stridulation des insectes et d’autres bruits naturels, qui comportent tous une modulation de fréquence et des combinaisons harmoniques, induisaient chez les sujets japonais une dominance de l’oreille droite (hémisphère gauche).

Zen et psychosomatique par Paul Chauchard

La grande découverte de la psychophysiologie moderne, c’est que l’équilibre harmonieux du corps et de l’esprit dépend des centres révélateurs de la base du cerveau, centres de la vigilance et de la paix intérieure, de l’érotisme de vie dont nous avons fait les centres de la folie du corps, de la distraction énervée, de l’angoisse et de la mort. L’énervement est le contraire de la vigilance qui passe au contraire par les techniques de relaxation et de calme pour nous mettre dans l’optimum d’un état de conscience normal.

Aspects physiologiques du Zazen

La plus grande partie des expériences réalisées pendant la pratique de zazen utilisent la technique E.E.G. Grâce à cette technique, on peut enregistrer l’activité électrique de la surface du cerveau. Elle permet d’obtenir des informations sur le niveau d’excitation du cortex cérébral, mais les renseignements obtenus sont globaux puisqu’ils correspondent à l’activité de milliers des neurones présents dans la région où est réalisé l’enregistrement. L’E.E.G. a l’allure d’une oscillation rythmique, en général assez complexe. Mais on peut facilement reconnaître différents types de tracés correspondant à différents niveaux de vigilance.

Connaissance et psychisme par Jean Gontier

Se voulant créature divine, l’homme a toujours plus ou moins répugné à considérer sa nature humaine et à la tenir pour ce qu’elle est parce que cela dévalue la fabuleuse opinion qu’il se fait de lui-même. Aussi est-il conduit à refouler cette nature, du moins dans l’Occident judéo-chrétien. Dans cette tradition, dès l’origine, existe la tendance à considérer la chair en général, et plus particulièrement tout ce qui touche au domaine sexuel, comme la cause de la perte de l’état paradisiaque. La chair, cause du péché, finit par devenir elle-même le péché. Et avec le puritanisme on en est arrivé à contraindre au maximum cette nature humaine tenue pour impure. L’homme est créé pour expier et souffrir et le bonheur même est un péché…