Claude Tresmontant : Les langues de la nature

La physique moderne a connu une révolution dans les premières années du XXe siècle, avec Max Planck, Albert Einstein, puis Louis de Broglie, Werner Heisenberg et bien d’autres. Ce qui a été acquis par cette révolution, c’est que la matière n’est pas ce qu’avaient imaginé les anciens philosophes grecs : un ensemble de choses sans […]

Jean Bernard : La révolution thérapeutique et ses conséquences

Jean Bernard, né en 1907 à Paris et mort en 2006, était un médecin et professeur français, spécialiste d’hématologie et de cancérologie. Membre de l’Académie française, il fut le premier président du Comité consultatif national d’éthique, ainsi que président de l’Académie des sciences et de l’Académie nationale de médecine. Dans ce texte il décrit l’état […]

Richard C. Lewontin : L'évolution du vivant : enjeux idéologiques

(Extrait du livre collectif : Les scientifiques parlent, dirigé par Albert Jacquard. Hachette 1987) Les théories et les concepts scientifiques sont largement utilisés pour justifier telle ou telle idéologie, tel ou tel programme, social ou politique ; cette évidence est facilement admise. Dans certains cas cette justification est fournie directement par la technologie issue de la […]

Jean-Louis Siémons : Des modèles de réincarnation sans âme

Sans matière physique, nous avait-on affirmé, pas d’Esprit. Mais, la page se tourne : voici l’ère du matérialisme transcendant ; on apprend que la Matière avait justement une face cachée : l’Esprit. Aussi, soyons rassurés, le « Moi » ne se perdra pas. Dans un univers dont le tissu est indestructible, il réapparaîtra sans cesse. Comme l’ont cru les Chinois : « Tu revivras dans tes milliers de descendants. »

La redécouverte de l'alchimie dans les chromosomes, entretien Étienne Guillé et Christine Hardy

On pense qu’au cours de l’évolution, l’ADN fonctionnait d’abord avec ces sept métaux, et que peu à peu, par manque notamment d’argent, de mercure, d’or, il s’est adapté, à des prix très élevés (en ce sens que beaucoup de cellules sont mortes, cela nous le savons pour d’autres raisons) à fonctionner avec des métaux voisins, c’est-à-dire des métaux ayant des propriétés voisines comme par exemple zinc, cobalt, manganèse. Mais ce qui est important, c’est que ces sept-là provoquent dans la molécule d’ADN des variations extrêmement caractéristiques et différentes les unes des autres.

Léo-Georges Barry : Le fondement génétique de la langue naturelle

Le monde que nous percevons a-t-il organisé notre être biologique en l’informant ou bien le monde perçu n’est-il qu’une image du monde intérieur projetée par nos sens ? Une autre formulation reviendrait à se demander si le monde intérieur ne contient pas le monde extérieur dans sa totalité du point de vue de l’information. Ouvrons une parenthèse sur les ondes de forme la théorie lectonique pourrait fournir une explication des effets comportementaux dus aux formes car le relais biochimique est apporté à partir de la perception par les hormones, médiateurs, transmetteurs chimiques dont on sait que beaucoup sont des peptides qui agissent sur le comportement…

Albert Jacquard : Naissance d’un homme, naissance d’une promesse

Tout est donc dit dès le départ ? Certes, tout au moins pour ce qui résulte directement des réactions chimiques qui se déroulent en nous. La naissance, la sortie du sein maternel protecteur, n’est qu’un épisode parmi d’autres, lui-même provoqué par des mécanismes étroitement commandés par le patrimoine génétique de l’enfant et par celui de la mère. Le fœtus devient bébé, comme la larve devient papillon ; il change d’apparence, il se métamorphose, mais il reste dépositaire des mêmes secrets, il garde la même définition biologique de lui-même.

Albert Jacquard : Les pièges du nombre

L’exemple le plus flagrant de ce contresens est lié à la constatation que les hommes sont différents : génétiquement cela est une évidence. Le nombre de combinaisons des divers couples de gènes dont nous sommes dotés est si grand, que la probabilité de rencontrer deux individus génétiquement identiques est nulle (les jumeaux monozygotes exceptés) ; à cette différence génétique s’ajoutent tous les écarts dus aux aventures vécues par chacun. Quels que soient les critères que nous retenons, deux hommes ne sont donc jamais « égaux ». Cette constatation d’évidence amène la plupart des esprits, souvent même des esprits présentés comme brillants, à en déduire que certains hommes sont « supérieurs », d’autres « inférieurs ».